Aérodrome de Flers - Saint-Paul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flers - Saint-Paul
Piste de l'aérodrome de Flers - Saint-Paul
Piste de l'aérodrome de Flers - Saint-Paul
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Orne
Ville Flers
Date d'ouverture 1937
Coordonnées 48° 44′ 59″ nord, 0° 35′ 41″ ouest
Altitude 202 m (663 ft)
Informations aéronautiques
Code OACI LFOG
Nom cartographique FLERS
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire Flers Agglo
Site web gestionnaire Consulter
Pistes
Direction Longueur Surface
05/23 742 m (2 434 ft) Revêtue
Géolocalisation sur la carte : Orne
(Voir situation sur carte : Orne)
-
-
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
-
-

L’aérodrome de Flers - Saint-Paul (code OACI : LFOG) est un aérodrome civil, ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[1], situé sur la commune de La Lande-Patry à 1,5 km à l’ouest de Flers dans l’Orne (région Basse-Normandie, France).

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère et aéromodélisme). Propriété de la société Roval Cosmétiques (Groupe Anjac), sa gestion est assurée non plus par la chambre de commerce et d'industrie Ouest Normandie mais par Flers Agglo[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1935 que le projet de création d'un aéroport voit le jour[3]. Une grande compagnie aérienne française se dit intéressée par ce site en tant qu’escale entre « Paris et l’Atlantique », tout comme deux importants constructeurs aéronautiques qui envisagent d’y créer une école de pilotage.

Le "Journal Officiel" du 1er juillet déclare d’intérêt public l’acquisition de 20 hectares de terrain sur la commune de la Lande-Patry afin d’y construire l'aéroport, terrain qui sera acquis par la chambre de commerce.

Un grand meeting aérien est organisé le 5 septembre 1937 par l’aéroclub de Flers (créé en 1934) pour fêter l’inauguration du terrain.

En 1938, le hangar de l’aérodrome héberge pas moins de sept avions, dont trois appartenant à l’aéroclub de Flers.

En 1939, Le terrain sera occupé par l’aviation allemande et durement bombardé par les alliés.

Après deux ans de travaux, le rebouchage de près de 300 trous de bombes et la reconstructions des hangars détruits, que, grâce à des bénévoles et les services publics locaux, le premier redécollage d'un avion eut lieu le 29 septembre 1946.

Les 14 et 15 juin 1957, le terrain accueille un rallye aérien international composé de 61 avions immatriculés pour la plupart en France et en Angleterre.

En 1971, un projet d’extension du terrain est à l’étude afin de recevoir l'aviation d’affaire, pouvant aller du multimoteurs à hélice aux petits avions à réaction (jusqu’à 15 places).

Le projet consistait à construire une piste en dur de 1000 mètres par 30 mètres orientée ENE/WSW avec une bande accolée « gazonnée » de 60 mètres de largeur.

Une extension supplémentaire de quelques centaines de mètres était prévue vers WSW.

Finalement, il ne sera construit que la piste en dur 06/24 actuelle de 720×25 mètres qui est depuis passée à 742×25 mètres en orientation 05/23[4].

Quant à la piste d’origine, après avoir envisagé son allongement de 150 mètres portant ainsi sa longueur à 880 mètres, tout en gardant sa largeur originale de 100 mètres, elle fut finalement abandonnée.

La ligne envisagée vers Paris ne fut finalement jamais ouverte. L'entreprise de taxi aérien "France Aéro Service", dont le siège était à Versailles et la base sur l'aérodrome de Toussus-le-Noble, filiale de l'agent général des avions américains Piper en France, envisageait cette ligne Paris-Flers en 1968[5].

Une aérogare fut quand même construite. Elle sert aujourd'hui de local à l’aéroclub de Flers-Condé.

La chambre de commerce et d'industrie de Flers-Argentan en prenait la gestion en 1972[2]. Son siège se trouvant sur l'aérodrome de Flers.

Courant 2012, la société "Réseau de Transport Électricité" (RTE), filiale d'EDF, avait construit à ses frais un hangar de 1 200 m2 et une aire d'atterrissage en vue d'accueillir la base technique de maintenance des hélicoptères de RTE lors du programme de construction de la ligne électrique à très haute tension Cotentin-Maine[6], mise en service en mai 2013. RTE revendait ce hangar par la suite à l'entreprise de cosmétique "ROVAL" implantée à la lisière de l'aérodrome.

Pour se mettre en conformité avec la loi Pacte, à compter du 31 décembre 2020, la Chambre de Commerce et d'Industrie Ouest Normandie a cédé l'aérodrome et sa gestion.

La société Roval Cosmétiques dont ses installations jouxtaient l'aérodrome, a racheté l'infrastructure et en a confié la gestion à Flers Agglo[2].

Installations[modifier | modifier le code]

Aéroclub de Flers-Condé côté piste (Ancienne Aérogare)
Aéroclub de Flers côté rue (Ancienne Aérogare)

L’aérodrome dispose d’une piste bitumée orientée est-ouest (05/23), longue de 742 mètres et large de 25.

L’aérodrome n’est pas contrôlé mais dispose d’une aire à signaux. Les communications s’effectuent en auto-information sur la fréquence de 123,500 MHz.

S’y ajoutent :

  • une aire de stationnement ;
  • des hangars ;
  • une station d’avitaillement en carburant (100LL) et en lubrifiant[7] ;
  • L'ancienne aérogare qui héberge l'aéroclub de Basse-Normandie Flers-Condé ;
  • un parking de 100 places ;

Activités[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Bien qu'à la fin des années 60, début des années 70, une ligne Flers-Paris avait été envisagée, il n'y a aucune activité régulière commerciale sur le site.

Aucune société d'aviation privée n'est implantée sur l'aérodrome, distant de 66 kilomètres avec l'aéroport de Caen-Carpiquet.

Sociétés implantées[modifier | modifier le code]

  • Chambre de commerce et d’industrie Ouest Normandie

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Aéroclub de Basse Normandie Flers - Condé
  • École de pilotage FL’Air ULM

Trafic[modifier | modifier le code]

Année Mouvements Avions
2006 5 000
2007 5 400
2008 5 514
2009 4 690
2010 4 340
2011 4 850
2012 4 490
2013 3 294
2014 2 217
2015 1 428
2016 2 720
2017 1 850
2018 1 460
2019 1 710

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]