La Fille coupée en deux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Fille coupée en deux

Réalisation Claude Chabrol
Scénario Cécile Maistre
Claude Chabrol
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau : France Alicéléo
Drapeau : France Rhône-Alpes Cinéma
Drapeau : France France 2 Cinéma
Drapeau : Allemagne Integral Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Drame
Sortie 2007
Durée 115 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Fille coupée en deux est un film franco-allemand réalisé par Claude Chabrol, sorti en 2007.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Gabrielle (Ludivine Sagnier), jolie jeune femme qui présente la météo sur une chaîne de télévision lyonnaise entame une liaison avec un romancier à succès, Charles Saint-Denis (François Berléand), qui cultive le libertinage mais ne peut se résoudre à quitter son épouse. Très éprise de Saint-Denis qui l'initie à des jeux érotiques, cédant à tous ses fantasmes, sûre qu'il l'aime, elle espère qu'il divorcera puis lassée, désespérée, elle accepte d'épouser le fils dégénéré d'une riche famille d'industriels, Paul Gaudens (Benoît Magimel), qui n'a cessé de la courtiser. Celui-ci, en proie à la jalousie, abat Saint-Denis lors d'une soirée mondaine. La jeune femme, qui perd ainsi l'amour de sa vie, se désintéresse de son avenir, se moque des manoeuvres de sa belle famille qui la dépouille de tout, de son mari qui la rejette et rejoint son oncle dans un spectacle de prestigiditation.....où elle est coupée en deux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

« Coupée en deux peut-être, mais fille d’abord. Il y a dans le nouveau Chabrol une sorte de mystique de la Jeune Femme (majuscules de rigueur), qui a peut-être commencé avec La Demoiselle d'honneur, il y a trois ans, mais qui s’accomplit pleinement dans ce film-ci. La Jeune Femme est aujourd'hui la seule figure qui transcende le petit peuple chabrolien, où tout le monde est plus ou moins cynique, grotesque ou cruel. Alors que la Jeune Femme, elle, demeure une inconnue. Elle ouvre un nouveau territoire, peut-être un nouvel horizon, au grand ironiste du cinéma français, que l’on pouvait croire revenu de tout, dupe de rien. »

— Télérama, Louis Guichard, 8 août 2007[2]

« Ce qui compte vraiment, ce qui fait la densité, la puissance, la charpente de ce haut cru Chabrol 2007, ce sont les personnages, leur épaisseur, leur complexité, leur poids de tragique. Les trois principaux protagonistes se débattent, souffrent, ne sont pas réductibles à une seule facette ou à une qualité évidente de "bon" ou de "vilain", et insufflent à ce film un centre de gravité qui s’était quelque peu évaporé des derniers Chabrol. »

— Les Inrocks, Serge Kaganski, 7 août 2007[3]

« L'ennui avec Chabrol, c'est qu'on l'aime bien. Il fait partie de ces cinéastes dont on voudrait pouvoir dire toute la sympathie qu'il nous inspire, surtout pas la déception qu'il lui arrive de nous procurer. C'est donc avec une certaine tristesse que l'on va écrire ces lignes : son dernier film n'apporte pas grand-chose de neuf à l'ensemble de son oeuvre. Pire même, il sombre souvent dans le caricatural, exhale un parfum de déjà-vu et, si l'on osait, de vaguement ringard. La Fille coupée en deux aurait pu être une de ces savoureuses satires de la bourgeoisie de province dont Chabrol a le secret. C'est un vaudeville grossier dont certains épisodes manquent cruellement de crédibilité. »

— Libération, Alexandra Schwartzbrod, 8 août 2007[4]

« Chabrol aime à se dépeindre comme l'impitoyable anatomiste des passions humaines, et cette fois il promet de fouiller au plus profond des perversions qui meuvent une poignée de ressortissants du microcosme médiatico-culturel. Mais, sauf le respect que l'on doit au maître, Claude Chabrol n'est pas invulnérable. Et, plus qu'une charge satirique, La Fille coupée en deux restera dans sa filmographie comme l'un de ces portraits de femme entre effroi et passion - Violette Nozière ou Betty -, Ludivine Sagnier trouvant sa place aux côtés de Stéphane Audran, Marie Trintignant ou Isabelle Huppert. »

— Le Monde, Thomas Sotinel, 7 août 2007[5]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cf. interview de Claude Chabrol dans le dossier de presse disponible sur Unifrance [PDF], consulté le 17 septembre 2013
  2. Cf. site de Télérama, consulté le 17 septembre 2013
  3. Cf. site des Inrocks, consulté le 17 septembre 2013
  4. Cf. site de Libération, consulté le 17 septembre 2007
  5. Cf. site du Monde, consulté le 17 septembre 2013