Portail:Cinéma québécois

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quebecfilm.png

le portail du cinéma québécois
et de la télévision québécoise

888 articles sont actuellement liés au portail
voir les dernières modifications

Les films • Documentaires • Scénaristes • Acteurs et actrices • Réalisateurs et réalisatrices

Producteurs et productrices • Cinémathèque québécoise • Office national du film • Télévision


Le cinéma québécois est l’un des deux cinémas nationaux du Canada. Culturellement distinct du cinéma canadien, il prend son essor à la fin des années 50, lors de la Révolution tranquille. Né du désir d’émancipation culturelle des québécois, il a su se tailler un marché intérieur au Québec et détient aujourd’hui une reconnaissance internationale grâce à sa filmographie.

Le cinéma au Québec repose sur des sources de financement publiques et privées. À l’image de la société québécoise, le contenu qui y est créé est, en grande partie, d’expression française, mais demeure, à un certain point, attaché à la culture nord-américaine. Le Québec possède le second cinéma francophone par l’importance du nombre de productions après le cinéma français.

La télévision québécoise est une partie essentielle de la culture québécoise et canadienne-française. Elle se développe à partir des années 1950, lorsque le gouvernement fédéral du Canada se donne comme objectif d'offrir une alternative aux émissions de télévision américaines. Ainsi, la Télévision de Radio-Canada est créée le 6 septembre 1952. Elle fournit alors des programmes en même temps qu'elle devient une école de création audiovisuelle et un moyen de renforcer l'identité et la culture du Québec.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Film du mois

Louis Cyr : L'homme le plus fort du monde est un film biographique québécois réalisé par Daniel Roby et mis en scène par Sylvain Guy sorti en 2013. Le personnage principal, Louis Cyr est interprété par Antoine Bertrand.

Louis Cyr: L'homme le plus fort du monde est un drame portant sur la vie de Cyprien-Noé Cyr, mieux connu sous le pseudonyme de Louis Cyr. Antoine Bertrand qui incarne le personnage de l'homme fort, nous ramène tout droit au 19e siècle, là où la vie de Louis Cyr en aura marqué plus d'un. Grâce à son talent, le héros de l'époque est rapidement appelé à voyager aux quatre coins du monde et il devient alors un homme riche et influent. Sa femme, interprétée par l'actrice et comédienne Rose-Maïté Erkoreka, est aussi à la base des nombreux succès du colosse. Ensembles, ils forment un couple solide et fidèle, avec une complicité incroyable. Ce film met non seulement en vedette les nombreux exploits incontestés et incontestables de l'homme fort, mais parle aussi de malheurs survenus tout au long de sa vie, notamment la mauvaise relation qu'il a avec sa fille à la fin de sa vie. Cyr est aussi analphabète, ce qui complique les choses à certains moments. Finalement, bien que Louis Cyr eut été capable de surmonter bien des épreuves grâce à sa force surhumaine, il devra faire face au combat de sa vie : la maladie.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Acteur du mois

Albert Millaire (né à Montréal le 18 janvier 1935) est un acteur et metteur en scène québécois.

Il a étudié au Collège de l'Assomption, puis il est entré au Conservatoire d'art dramatique du Québec. Il a grandi dans le quartier de Ville-Émard à Montréal, près du canal Lachine. Après 50 ans de carrière, il écrit une autobiographie intitulé Mes Amours de personnages dans lequel il partage ses souvenirs, des anecdotes, etc.

Il s'impose rapidement comme un acteur possédant plusieurs cordes à son arc, en incarnant des personnages tant dans des pièces classiques que modernes. Il joue notamment dans des pièces de Bertolt Brecht, Paul Claudel, Jacques Ferron, mais aussi dans des œuvres plus classiques comme Hamlet, Dom Juan ou le Festin de pierre, Tartuffe ou l'Imposteur, et le Misanthrope. Il est très souvent associé à la vie théâtrale québécoise et montréalaise, car il a fréquemment joué dans plusieurs théâtres montréalais dont le Théâtre du Nouveau Monde. Toutefois, il participe également au Festival shakespearien de Stratford, en Ontario, où il est metteur en scène et comédien.

Il a aussi participé à plusieurs téléromans et téléséries, dont Le Chenal du moine, Les Filles d'Ève, Le Courrier du roy, D'Iberville, ainsi que Edgar Allan, détective. Il a aussi été impliqué dans de nombreuses productions de téléthéâtre de Radio-Canada, dont des pièces de Racine, Shakespeare, Camus, Jacques Rampal (il interprète le rôle d'Alceste, dans la pièce Célimène et le Cardinal) et Rostand. Plus récemment, il fait partie de la distribution de la télésérie fantastique Grande Ourse. Il joue aussi le père de Brett Montgomery dans Le cœur a ses raisons.

Il a été le codirecteur-fondateur du Centre-Théâtre, directeur artistique adjoint du Théâtre d'été Chanteclerc, directeur artistique adjoint du Théâtre du Nouveau-Monde, directeur artistique du Théâtre populaire du Québec, directeur artistique du Théâtre du Bois-de-Coulonge, secrétaire général de Union des artistes et président du Conseil canadien du statut de l'artiste.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
 Icône Lumière sur
Léo-Ernest Ouimet, 1910

Léo-Ernest Ouimet (16 mars 1877 - 2 mars 1972) était un pionnier du cinéma québécois.

Né à Saint-Martin-de-Laval, le fils d'un agriculteur, il a reçu une formation en génie électrique. Il travaille comme projectionniste au parc Sohmer et éclaire le Théâtre National, puis commence à présenter ses propres spectacles. En 1904, il utilise son «cinétoscope» pour projeter les résultats de l'élection canadienne.

Au mois de janvier 1906, il crée le Ouimetoscope, le premier cinéma de Montréal, qui a au départ 500 sièges. Ayant soixante-quinze piastres dans sa poche, il en paye cinquante en loyer pour un mois. Le mot Ouimetoscope était une idée de son collaborateur Gustave Conte, rédacteur du journal La Patrie.

Il filme sa famille dans ses premières productions, qui sont très populaires auprès du public. Il gagne 5 000 dollars pour acheter une automobile l'année suivante. Son Ouimetoscope vient sept ans avant les premières grandes présentations sur Broadway. Il coûte entre 10 et 35 cents pour entrer et des instruments de musique sont joués à l'intérieur. Les hommes doivent s'asseoir séparés des femmes.

En 1907, Ouimet agrandit son parc en une véritable cathédrale de 1 200 sièges. Il est le réalisateur de Mes espérances en 1908. Ouimet s'intéresse aussi à l'explosion de Halifax, au nouveau pont de Québec et à la venue du maréchal Joffre. Le congrès eucharistique de Montréal de 1910 et l'affaire de la gare Windsor l'intéressent également.

Ouimet rencontre des difficultés parce que ce n'est qu'en 1912 qu'il peut diffuser ses films le dimanche, ce qui ne plaît pas à monseigneur Bruchési. Un de ses plus grand succès est la distribution du film Les périls de Pauline, pour lequel l'actrice Pearl White reçoit une invitation de New York. En 1915, il crée la société «Specialty Film Import».

Il doit finalement vendre son théâtre et en 1922, il part pour Hollywood, sans toutefois avoir la réussite qu'il croyait trouver. Le Ouimetoscope perd son nom en 1924, année où il réalise Why get married?.

De retour à Montréal en 1933, il exploite le cinéma parlant qui se fait en France. Ouimet est financièrement ruiné à nouveau en 1935, car il a été poursuivi après qu'un feu tua deux personnes dans son théâtre. Il était de tradition que les salles de spectacle cessaient de chauffer les 1er mai. Le printemps 1935 ne fût pas très clément et la salle était glaciale, Ouimet mit donc une chauffrette dans sa loge sous son bureau. Il quitta quelques instants, mais en revenant, la chauffrette avait déjà causé l'incendie. Plus tard, il enseigne au séminaire de Sainte-Thérèse. La plupart des films qu'il a réalisés sont aujourd'hui disparus.


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Le saviez-vous ?
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Jutra
La 16e soirée des prix Jutra s'est déroulée le 23 mars 2014.
Cinq longs métrages étaient en nomination pour le Meilleur film de l'année
Louis Cyr : L'homme le plus fort du mondeCatiminiLe DémantèlementDiego StarGabrielle


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg Jeune, ma famille habitait très haut dans le nord du Québec. Notre appareil radio captait toujours ensemble, jamais séparément, Buffalo et Montréal, de sorte que la récitation radiophonique du chapelet se faisait toujours sur un fond agréable de musique western. C'était beau et fascinant. Mon père disait: « À cheval pour le chapelet. » Nous, les petits enfants, nous récitions le rosaire au galop, apprenant qu'au Québec les rêves les plus contradictoires sont permis. Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Gilles Carle (1976)
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Portails connexes
Portail:Musique québécoise
Portail:Cinéma
Portail:Cinéma français
Portail:Animation
Portail:Réalisation audiovisuelle
Portail:Québec
Portail:Québec
Musique québécoise Cinéma Cinéma français Animation Réalisation audiovisuelle Québec Politique québécoise
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif

Autres portails.

Avertissement