Léon Vaudoyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaudoyer.
Léon Vaudoyer
Image illustrative de l'article Léon Vaudoyer
Présentation
Naissance
Paris
Décès (à 68 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Mouvement(s) Historicisme
Activité(s) Inspecteur général des édifices diocésains
Formation École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Antoine Vaudoyer
Œuvre
Réalisations Cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille
Distinctions Grand prix de Rome (1826)
Membre de l'Institut (1868)
Entourage familial
Père Antoine Vaudoyer
Famille Alfred Vaudoyer (fils)

Léon Vaudoyer, né le à Paris où il est mort le , est un architecte et historien de l'architecture français.

Influencé par les idées de Saint-Simon et d’Auguste Comte, Léon Vaudoyer, fils d’Antoine Vaudoyer, fut l’un des pères de l’architecture historiciste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Monument à Léon Vaudoyer (1906), cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille.

Élève de l'École des beaux-arts, dans l'atelier de son père Antoine Vaudoyer, Léon Vaudoyer obtient le grand prix de Rome en 1826 et le premier prix au concours pour la construction de l’hôtel de ville d’Avignon en 1838. Il séjourne à la villa Médicis de 1826 à 1832.

Il réalise en 1828 le Monument à Nicolas Poussin pour la basilique San Lorenzo in Lucina de Rome, qui lui a été commandé par Chateaubriand.

En 1833, Vaudoyer ouvre son atelier pour former des élèves d’architecture à l’École des beaux-arts de Paris. Il est nommé premier inspecteur des travaux du palais du Conseil d'État et de la Cour des comptes la même année.

Il participe à l'Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud de 1834 à 1836.

Il est nommé architecte du Conservatoire national des arts et métiers en 1838 et à la Commission des arts et édifices religieux en 1848.

En 1853 il est inspecteur général des édifices diocésains avec Léonce Reynaud et Eugène Viollet-le-Duc.

Il est élu à l'Académie des beaux-arts au fauteuil no 1 de la section architecture en 1868 en remplacement de Louis-Hippolyte Lebas. Il fut le professeur de Juste Lisch.

Marié en 1860 à Mary Ann Bulkley (mère de William Bouwens van der Boijen), puis en 1869 à Marie-Joséphine-Clémence Mira (remarié à l'avocat Henri Singer), Léon Vaudoyer est le père de l'architecte Alfred Vaudoyer et le grand-père de l'écrivain Jean-Louis Vaudoyer, de l'Académie française.

La rue Léon-Vaudoyer, dans le 7e arrondissement de Paris, est nommé en son honneur.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Théodore Ballu, Notice sur M. Léon Vaudoyer, Firmin Didot Frères, Paris, 1873
  • Barry Bergdoll, Daphné Doublet, Antoinette Le Normand-Romain et Marie-Laure Crosnier Leconte, Les Vaudoyer : une dynastie d’architectes, Réunion des musées nationaux, Paris, 1991, (ISBN 2711824861)
  • (en) Barry Bergdoll, Léon Vaudoyer : historicism in the age of industry, New-York ; Cambridge, Architectural History Foundation ; MIT Press, 1994, (ISBN 0262023806)
  • (en) David Van Zanten, Designing Paris : the architecture of Duban, Labrouste, Duc, and Vaudoyer, MIT Press, Cambridge, 1987, (ISBN 0262220318)

Liens externes[modifier | modifier le code]