Société des artistes français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SAF.

Société des artistes français

Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Art
Zone d’influence Monde
Fondation
Fondation 1881
Identité
Président Martine Delaleuf
Vice-présidents Yvonne CLERGERIE et Martyne MAILLARD
Trésorier Nelson GUERRA
Site web [1]

La Société des artistes français est une association loi de 1901 instaurée en 1881 par Jules Ferry, notamment pour gérer le Salon des artistes français, une exposition annuelle succédant au Salon de l’Académie des beaux-arts, héritière de l'Académie royale de peinture et de sculpture.

Le 27 décembre 1880, Jules Ferry demande aux artistes admis une fois au Salon de constituer la Société des artistes français, héritière du Salon créé en 1663 par Colbert. En 1881, la Société des artistes français reçoit la mission d’organiser en lieu et place de l’État, l’exposition annuelle des Beaux-Arts. En 1883, le Palais de l’Industrie est mis à disposition des artistes pour 1 franc symbolique. Le Président de la République assistera au vernissage.

Construction du Grand Palais par et pour les artistes français[modifier | modifier le code]

Un concours d’idées est ouvert le 9 août 1894. Son but est de concevoir un bâtiment mieux adapté à l’art que ne l’est le Palais de l’Industrie : « Projet du concours… Arrêté du ministre du commerce… Tout l’édifice s’y résume en un palais des Arts destiné à des expositions de sculpture et de peinture… » Les projets retenus sont ceux d’architectes sociétaires des Artistes français qui font appel à des sculpteurs et à des peintres également sociétaires des Artistes français. On peut donc affirmer que ce sont les artistes eux-mêmes qui ont conçu et réalisé le Grand-Palais pour abriter leurs expositions. En 1898 est commencée la construction du Grand-Palais. Inauguré en 1900 à l’occasion de l’Exposition universelle, deux années auront suffi pour le construire. Afin qu'il ne soit pas détourné de sa destination, on grave sur son fronton : « Monument consacré par la République à la Gloire de l'Art Français », inscription encore visible au-dessus de l'entrée du Palais de la découverte.

Extrait du Journal officiel du 6 mai 1901 :

« Le Président de la République [...] Décrète : Art. 1er.- Le Grand-Palais des Champs-Élysées sera désormais affecté exclusivement aux divers services du ministère de l’instruction publique et des Beaux-Arts (Direction des Beaux-Arts). [...] Fait à Paris, le 30 avril 1901. — Émile Loubet »

Extraits du discours de Raymond Poincaré prononcé au Palais de l’Industrie en 1893[modifier | modifier le code]

« [...] Jules Ferry avait voulu, messieurs, que vous fussiez libres et que le Gouvernement n’étendit pas sur vous l’apparence même de son autorité. Mais, pas plus que vous, il n’avait admis que la neutralité de l’État pût dégénérer en indifférence. Il n’entendait pas que l’administration s’avisât de vous régenter, de vous surveiller ou de vous contrôler ; il considérait, en revanche, qu’elle ne devait rien épargner pour vous aider et pour contribuer, d’accord avec vous, au développement de l’art français. (Applaudissements.) Tels sont les sentiments dans lesquels ont persévéré tous ses successeurs et dont est également pénétré, messieurs, le ministre actuel. »

Extraits du discours de Raymond Poincaré au Palais de l’Industrie en 1895[modifier | modifier le code]

À l’occasion de la remise des prix du Salon des artistes français, le 1er juillet 1895, au Palais de l’Industrie, Raymond Poincaré, ministre de l’instruction publique, des beaux-arts et des cultes, fait allusion au futur Grand-Palais (discours publié le 2 juillet 1895 au Journal Officiel) :

« [...] J’ai cru d’ailleurs comprendre, à certains passages un peu mélancoliques du discours de M. Detaille, que si « magnifique » et si « digne de l’art français » qu’il soit, le palais nouveau que vous donnera l’Exposition Universelle de 1900 ne remplacera peut-être complètement celui-ci, ni pour vos yeux, ni pour vos cœurs. [...] Soyez tranquilles messieurs : quoi qu’il advienne, le Gouvernement ne vous marchandera pas son hospitalité ; et si pittoresque que soit le Pont-Neuf, nous ne vous condamnerons pas à y reprendre une coutume qui, en 1663 déjà, devenait incommode et qui, au début du vingtième siècle, ne laisserait pas de paraître un peu surannée... Fermer ou suspendre vos expositions, ce serait un peu, pardonnez-moi la comparaison, comme si l’on s’avisait, sous le régime parlementaire, d’interdire l’accès de la tribune. L’État, messieurs, est impartial et éclectique. Il ne donne pas de conseils, il ne propage pas de théories. [...] La tâche de l’État n’est donc pas de favoriser des genres, de donner des directions, d’immobiliser la vie dans le cadre des leçons artificielles. [...] Mais, pas plus que vous, Jules Ferry n’avait admis que la neutralité de l’État pût dégénérer en indifférence. Il n’entendait pas que l’administration s’avisât de vous régenter, de vous surveiller ou de vous contrôler; il considérait, en revanche, qu’elle ne devait rien épargner pour vous aider et pour contribuer, d’accord avec vous, au développement de l’art français. (Applaudissements.) Tels sont les sentiments dans lesquels ont persévéré tous ses successeurs et dont est également pénétré, messieurs, le ministre actuel. »

Présidents de l’association depuis 1881[modifier | modifier le code]

Composition du bureau en janvier 2013[modifier | modifier le code]

  • Présidente : Martine Delaleuf
  • Vice-Présidents : M.Geyman, Martyne Maillard
  • Adjoints à la Présidence : Maguy Bourzeix, Christine Oberthur
  • Responsable Communication Multimédia : Felix Domecq
  • Secrétaire-Rapporteur : Martyne Maillard
  • Trésorier : Nelson Guerra
  • Archivistes : Simon Bohbot
Présidents de section
  • Peinture : Alain Bazard
  • Sculpture : Jean-Pierre Gendis
  • Gravure : Claude Tournon
  • Photographie : Felix Domecq
  • Architecture : Martine Delaleuf
Secrétaires de section
  • Peinture : Jacqueline Desfray
  • Sculpture : Stéphane Santi
  • Photographie :Yves Rameaux

Lien externe[modifier | modifier le code]