Jean-Louis Pascal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Louis Pascal
Présentation
Naissance 4 juin 1837
Paris
Décès 17 mai 1920 (à 82 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activité(s) Architecte de la Bibliothèque nationale de France
Chef d'atelier à l'ENSBA
Formation École des beaux-arts, atelier Gilbert-Questel
Ses élèves Henri-Paul Nénot, Henri Sauvage, Paul Philippe Cret
Œuvre
Distinctions Prix de Rome (1866)
Académie des beaux-arts (1890)
Commandeur de la Légion d'honneur

Jean-Louis Pascal est un architecte français, né à Paris le 4 juin 1837 et mort à Paris le 17 mai 1920. Grand Prix de Rome, il a mené une carrière d'architecte officiel et d'enseignant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de restaurateur de la Rue Montorgueil à Paris, il entre à l'École nationale supérieure des beaux-arts en 1855 au sein de l'atelier d'Émile-Jacques Gilbert puis à partir de 1859 de son successeur Charles-Auguste Questel. Après 5 tentatives en tant que logiste, il remporte le grand prix de Rome en 1866 pour un projet d'hôtel pour banquier (il a été 2 fois second grand prix en 1859 et 1864)[1]. En parallèle, il est inspecteur des travaux de l'Opéra auprès de Charles Garnier, ainsi qu'une médaille au Salon la même année[1]. Il est pensionnaire à la Villa Médicis du début de l'année 1867 à la fin de l'année 1870. Ses envois de Rome comprennent des relevés de Pompéi et du stade du Palatin.

De retour en France, il est mobilisé pour la Guerre de 1870. La guerre terminée, il collabore avec Hector-Martin Lefuel sur le chantier de restauration du Louvre. En 1872, il succède à son ancien maître Charles-Auguste Questel à la tête de son atelier à l'École des beaux-arts. Il y forme des architectes comme : Henri-Paul Nénot, Henri Sauvage, Henry Jacques Le Même, Charles Mewès, Joseph Carré, Paul Philippe Cret, Marius Toudoire, Alexandre Émile Auburtin, Jacques Alleman, Charles Siclis, Charles Heubès ainsi qu'un certain nombre d'étrangers et notamment britanniques et américains venus en France pour se former à l'architecture. Il obtient ainsi la médaille d'or en 1914 des American Institute of Architects et Royal Institute of British Architects. Il reçoit également une médaille de première classe à l'exposition universelle de 1878[1]

Il est nommé architecte de la Bibliothèque nationale de France en 1875 à la mort d'Henri Labrouste (1875-1912). Il assume par ailleurs les fonctions d'architecte diocésain de Valence à partir de 1875 et d'Avignon à partir de 1888[1]. Il est élu en 1890 au fauteuil no 2 de l'Académie des beaux-arts. Il est fait officier d'académie en 1866 et commandeur de la Légion d'honneur en 1903 (chevalier 1880, officier 1889)[1].

Il est membre du jury de l'exposition universelle de 1900[1].

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Salle ovale du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France
Faculté de médecine et de pharmacie place de la Victoire à Bordeaux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Bazire, Jean-Louis Pascal architecte. Sous la dir. de Jean-Michel Leniaud. Thèse soutenue : École pratique des hautes études, 2009
  • Anne-Richard Bazire, "Jean-Louis Pascal et la création de la salle des périodiques de la Bibliothèque nationale (1883-1936)", Livraison d'histoire d'architecture, no 1, 2001, p. 105-125 [lire en ligne]
  • Anne-Richard Bazire, "La faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux par Jean-Louis Pascal (1876-1888 et 1902-1922)", Livraison d'histoire d'architecture, no 13, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Jean-Michel Leniaud (dir.), « Jean-Michel Pascal », Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle, École des chartes
  2. Notice du bâtiment sur la base Mérimée
  3. Article du 13 mars 2009 de la Tribune de l'Art sur le projet de destruction du grand escalier de la BNF
  4. Notice du bâtiment dans la base Mérimée