Théodosie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théodosie (homonymie).
Théodosie
Феодосія
Феодосия
Blason de Théodosie   Феодосія  Феодосия
Héraldique
Drapeau de Théodosie   Феодосія  Феодосия
Drapeau
Image illustrative de l'article Théodosie
Administration
Pays Ukraine Ukraine
Drapeau de la Russie Russie
Maire Dmitri Chtchepetkov
Code postal 98100 — 98175
Démographie
Population 69 461 hab. (2013)
Densité 2 031 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ N 35° 22′ E / 45.033, 35.367 ()45° 02′ Nord 35° 22′ Est / 45.033, 35.367 ()  
Altitude 50 m
Superficie 3 420 ha = 34,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Crimée

Voir sur la carte Crimée administrative
City locator 14.svg
Théodosie
Феодосія
Феодосия

Théodosie, Féodosie ou Feodossia (en russe : Феодосия, en ukrainien : Феодосія) est une ville de la Crimée, intégrée à la municipalité de Théodosie. Théodosie s'est appelée Caffa lorsqu'elle fut colonie génoise et Kefe à l'époque ottomane. Sa population s'élevait à 69 461 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Théodosie est une ville portuaire de la côte méridionale de la péninsule de Crimée. Elle occupe une position stratégique à proximité du détroit de Kertch, qui relie la mer Noire à la mer d'Azov, mer qui gouverne l'accès au Don et par là à la mer Caspienne via le canal de la Volga. Théodosie se situe à proximité immédiate des contreforts russes du Caucase maritime.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de son histoire, Théodosie a été successivement occupée par les Grecs, les Bulgares, les Génois (sous le nom de Caffa ou Kaffa), les Ottomans (sous le nom de Keve), les Polonais, les Cosaques et enfin les Russes.

Les colonies grecques du nord de la mer Noire.

La fondation de la ville par les Grecs remonte au VIe siècle av. J.-C. et est contemporaine de Chersonèse, ancienne cité proche de Sébastopol. Elle fut intégrée au royaume du Bosphore durant le règne de Leucon Ier. Selon une légende, du temps des Grecs, Théodosie était alimentée en eau potable par un ingénieux système capable de capter la rosée. Ce système aurait été reconstitué avec succès au début du XIXe siècle par le savant Friedrich Zibold, mais son impossibilité concrète a été récemment démontrée par le chercheur français Daniel Beysens[1].

Théodosie fut plus tard une colonie génoise sous le nom de Caffa. Elle devint le centre de la zone d'influence génoise au nord de la mer Noire. Les Génois s'y établirent d'abord en 1281, mais durent partir brièvement en raison de raids tatars, avant de revenir en 1312. En 1346, l'épidémie européenne de peste noire éclata à Caffa. Les Tatars furent les premiers à utiliser la peste comme arme biologique cette même année : durant le siège de Caffa, ils jetèrent les corps de leurs soldats morts de la peste par-dessus les murs de la ville.

La ville devint un centre de commerce important — le port pouvait accueillir pas moins de deux cents navires — et compte, à la fin du XVe siècle, environ 70 000 habitants, génois à 80 %[2], ce qui en fait une ville relativement importante. Une grande partie du commerce en mer Noire passe par Caffa, les Génois essayant à plusieurs reprises de monopoliser ce commerce, avec de considérables succès. En 1475, les Génois durent quitter Caffa ainsi que d'autres colonies et comptoirs du bord de la mer Noire devant l'avancée des Ottomans, perdant ainsi le contrôle de la mer Noire.

En 1622, au cours de l'incursion en mer Noire des Cosaques au service de la Pologne, la ville est mise à sac.

Durant la Seconde Guerre mondiale, après la prise de la ville par les allemands de la 11. Armee, le 3 novembre 1941, la population juive de Théodosie fut appelée à se faire enregistrer par le Sonderkommando 10b de l'Einsatzgruppe D, commandé par Otto Ohlendorf. Le 1er décembre 1941, les Juifs et Krymchaks de la ville furent regroupés dans un ghetto. Trois jours plus tard, le 4 décembre 1941, une grande partie de la population juive, ainsi que des Krymchaks, Tsiganes et « communistes » furent assassinés par le Sonderkommando 10b. Sur les 3 248 Juifs vivant à Théodosie avant l'invasion allemande de l'Union soviétique, 2 000 à 2 500 avaient été tués à la fin de 1941. Le 29 décembre 1941, lors d'une contre-offensive qui échoua par la suite, les fusiliers marins soviétiques s'emparent d'un hôpital de campagne allemand où ils massacrent 160 blessés allemands[3].

Le 27 mai 2006, le cargo américain SS Advantage mouilla l'ancre à Théodosie pour y débarquer du matériel et du personnel technique en prévision de l'exercice Sea Breeze 2006[4]. Le navire bénéficiait pour cela de l'autorisation du président ukrainien Viktor Iouchtchenko, récemment élu à la suite de la Révolution orange. Celui-ci n'avait toujours pas réussi à former un gouvernement. Viktor Iouchtchenko n'avait pas demandé l'autorisation du Parlement pour accueillir ces troupes étrangères sur le sol ukrainien, alors que la constitution ukrainienne exige un vote au Parlement. Les ministères ukrainiens de la Défense et des Affaires étrangères ont néanmoins signalé que le SS Advantage était un navire commercial et qu'une autorisation du Parlement n'était donc pas nécessaire[5]. De nombreux membres du parlement ont néanmoins vivement protesté. La population de Théodosie et les mouvements pro-russes participèrent à des manifestations massives dans le port, afin d'empêcher le débarquement du matériel et du personnel. Finalement, le matériel ne fut débarqué que le 30 mai et le personnel resta à bord. L'exercice Sea Breeze a finalement été annulé.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[6] :

Évolution démographique
1829 1838 1861 1874 1897* 1911
3 700 4 500 8 400 10 600 24 096 38 000
1923* 1926* 1939* 1959* 1970* 1979*
22 663 27 347 45 032 46 327 64 938 76 402
1989* 2001* 2010 2011 2012 2013
83 912 74 669 70 392 70 043 69 786 69 461


Économie[modifier | modifier le code]

Le port de Théodosie était en 2004 le septième port d'Ukraine avec un trafic de 5 334 700 tonnes, mais de seulement 1 365 000 tonnes l'année suivante[7].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Théodosie :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Balard, La Romanie génoise (XIIe-début du XVe siècle), 2 tomes, Rome-Gênes, 1978.
  • Charles Verlinden, L'esclavage dans l'Europe médiévale (t. 2 : Italie, colonies italiennes du Levant, Levant latin, Empire byzantin), Gand, 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Irina Mylymuk et Daniel Beysens, A la poursuite des fontaines aériennes ou Les incroyables aventures de Français en Ukraine, éd. book-e-book.com, « Zététique », 2005, 180 p. (ISBN 915312087[à vérifier : isbn invalide])
  2. Michel Balard, La Romanie génoise, Rome et Gênes, Ecole française de Rome, 1978, 2 vol.
  3. Antony Beevor, Stalingrad, Éditions de Fallois, coll. « Le Livre de poche »,‎ 1998, 605 p. (ISBN 978-2-253-15095-4), p. 94
  4. (en) Ukraine: U.S. Navy Stopover Sparks Anti-NATO Protests - Radio Free Europe / Radio Liberty
  5. (en) RFE/RL Newsline, 06-06-05
  6. (ru) Recensements de 1959, 1970 et 1979 sur www.webgeo.ru(ru) Recensement de 1989 sur demoscope.ru(en) Population Statistics [1](uk) Office des statistiques d'Ukraine : Статистичний збірник « Чисельність наявного населення України на 1 січня 2010 року » [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2010 »]. [2] ; Статистичний збірник « Чисельність наявного населення України на 1 січня 2011 року » [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2011 »]. [3] ; Статистичний збірник « Чисельність наявного населення України на 1 січня 2012 року » [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2012 »] [4]
  7. Statistiques officielles Ministry of Foreign Affairs (Ukraine) (en)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :