Kołobrzeg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kołobrzeg
Blason de Kołobrzeg
Héraldique
Drapeau de Kołobrzeg
Drapeau
Centre-ville
Centre-ville
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Voïvodie Poméranie occidentale
District Powiat de Kołobrzeg
Maire Henryk Bieńkowski
Code postal 78-100 - 78-106
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 94
Immatriculation ZKL
Démographie
Population 46 908 hab. (2013)
Densité 1 827 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 11′ 00″ N 15° 35′ 00″ E / 54.183333, 15.583333 ()54° 11′ 00″ Nord 15° 35′ 00″ Est / 54.183333, 15.583333 ()  
Superficie 2 567 ha = 25,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Kołobrzeg

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Kołobrzeg
Liens
Site web http://www.kolobrzeg.pl

Kołobrzeg [kɔˈwɔbʐɛk] (en allemand : Kolberg ; en cachoube : Kòłobrzeg ; autrefois en français : Colberg) est une ville de la voïvodie de Poméranie occidentale, dans le nord-ouest de la Pologne. Sa population s'élevait à 46 908 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est située sur la côte de la mer Baltique, à l’embouchure de la Parsęta.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville provient de sa position géographique. Il signifie « près de la côte » en polonais et en kachoube. Le nom allemand provient sans doute de la germanisation du nom slave.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a été fondée au IXe siècle, mais les premières traces d’occupation humaine remontent au VIe siècle. Très vite, Kołobrzeg devient un grand port de la mer Baltique et prospère grâce à la production de sel.

Kołobrzeg, comme le reste de la Poméranie, est incorporé dans les territoires polonais par Mieszko Ier en 972. En l’an 1000, suite à la rencontre de Gniezno entre Boleslas Ier le Vaillant et Othon III, la Pologne reçoit le droit d’avoir une organisation de l’Église indépendante de celle du Saint-Empire. Un diocèse, dépendant de l’archidiocèse de Gniezno, est fondé à Kołobrzeg. Le diocèse disparaît en 1013, lorsque les Polonais sont chassés par les Poméraniens qui ne veulent pas se convertir au christianisme.

Un siècle plus tard, Kołobrzeg est repris par la Pologne sous le règne de Boleslas III le Bouche-Torse. Un diocèse est recréé en 1124 par Othon de Bamberg, l’évêque de Brandebourg. À la fin du XIIe siècle, la Poméranie devient un État vassal du Saint-Empire et du Danemark, tout en continuant à faire partie de l’Église polonaise, mais se peuple majoritairement d'Allemands et se nomme Kolberg.

Le 23 mai 1255, la ville reçoit les privilèges urbains (droit de Lübeck) des mains de Warcisław III de Poméranie et continue à attirer des colons allemands qui deviennent majoritaires. En 1361, Kolberg devient membre de la Ligue Hanséatique.

De 1637 à 1721, Kolberg est incorporée à la Suède, puis à la Prusse après la Guerre du nord. En 1761, la ville est prise par les Russes au cours de la guerre de Sept Ans avant de revenir à la Prusse à la fin du conflit.

Lors de l’invasion de la Prusse par Napoléon, les troupes françaises assiègent la ville (en) du 26 avril au . La ville résiste jusqu’à la signature du traité de Tilsit qui consacre la victoire de la France sur la Prusse. Cette bataille est resté une date mémorable dans l'histoire allemande, à cause de la bravoure de ses défenseurs. En 1871, Kolberg, comme le reste de la Prusse, fait partie de l’Empire allemand qui fait son unité le 18 janvier de cette année.

Un peu avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville est choisie par Joseph Goebbels pour le tournage d’un film de propagande nazi (Kolberg), inspiré de la défense héroïque de la ville contre Napoléon en 1807.

En 1944, la ville est transformée en forteresse militaire, la plupart des civils sont expulsés de la ville. Du 4 mars au 18 mars 1945, une terrible bataille (en) oppose les forces allemandes à l'Armée rouge. Une bonne partie des Français de la Division SS Charlemagne meurent durant les combats. Transformée en forteresse militaire par Hitler le 7 mars 1945, la ville est un enjeu de combats entre le 7 et le 18 mars, le commandant résiste pendant 10 jours, le temps d'évacuer les civils et les 60 000 réfugiés qui ont trouvé refuge dans la ville, avant d'évacuer la ville avec ses dernières troupes par la mer le 18[1].

Dès la libération de la ville par les Soviétiques, les Polonais répètent le « mariage entre la Pologne et la mer », cérémonie qui avait été célébrée la première fois en 1920 par le général Józef Haller. La conférence de Potsdam attribue la ville à la Pologne. La population allemande en est expulsée puis remplacée par des Polonais. La reconstruction ne fut entreprise que dans les années 1950 et n'est toujours pas intégralement terminée.

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 1940 : 36 800 habitants
  • 1945 : 3 000 habitants
  • 1950 : 6 800 habitants
  • 1960 : 16 700 habitants
  • 1970 : 26 000 habitants
  • 1975 : 31 800 habitants
  • 1980 : 38 200 habitants
  • 1990 : 45 400 habitants
  • 1995 : 47 000 habitants
  • 2000 : ~50 000 habitants
  • 2006 : 44 932 habitants
  • 2007 : 44 737 habitants

Personnalités nées à Kołobrzeg[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Rue commerçante dans le centre-ville
  • centre historique avec cathédrale gothique et hôtel de ville
  • excursions en bateau sur l'île de Bornholm au Danemark
  • grande plage sableuse, phare, jetée, promenade
  • nombreuses manifestations culturelles musicales et folkloriques
  • station de cure thermale renommée, possédant plus d'une dizaine de sources salines
  • vastes parcs

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Kołobrzeg est jumelée avec : [2]

Climat[modifier | modifier le code]

Températures relevées à Kołobrzeg[3]
Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Moyenne
Température maximale [°C] 1 2 6 8 13 17 19 20 16 11 6 3 11
Température minimale [°C] -1 -1 1 3 7 11 13 13 10 6 2 0 5

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ian Kershaw, La fin, p. 326.
  2. Miasta Partnerskie
  3. (en) « Température à Kołobrzeg »,‎ 24 octobre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ian Kerhaw, La Fin. Allemagne 1944-1945., Paris, Seuil,‎ 2012, 667 p. (ISBN 2-02-080301-4)

Lien externe[modifier | modifier le code]