Staryï Krym

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Staryï Krym
Старий Крим
Blason de Staryï Krym   Старий Крим
Héraldique
Drapeau de Staryï Krym   Старий Крим
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Drapeau de la Russie Russie
Code postal 97345
Démographie
Population 9 512 hab. (2013)
Densité 954 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ N 35° 05′ E / 45.033, 35.083 ()45° 02′ Nord 35° 05′ Est / 45.033, 35.083 ()  
Altitude 300 m
Superficie 997 ha = 9,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Crimée

Voir sur la carte Crimée administrative
City locator 14.svg
Staryï Krym
Старий Крим

Staryï Krym (en ukrainien : Старий Крим; en russe : Старый Крым; en tatar de Crimée : Eski Qırım) est une ville de la Crimée. Sa population s'élevait à 9 512 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Staryï Krym est située à 15 km à l'ouest de Feodossia et à 78 km à l'est de Simferopol.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a une longue histoire. Elle a probablement été fondée dans la première moitié du XIIIe siècle, lorsque la Crimée fut conquise par les Mongols de Batu Khan sur la Principauté de Théodoros. Les Mongols fortifièrent la ville, qui est devenue depuis lors une capitale de la Yourte de Crimée (province de Crimée de la Horde d'or) et le lieu de résidence de l'émir de Crimée. Au cours de cette période, la ville avait deux noms : les habitants turcophones de la Yourte de Crimée la nommaient Qırım (du tatar de Crimée : qırım, « ma colline », ou peut-être du grec : Κιμμέριος rappelant le proche « détroit Cimmérien »), tandis que les chrétiens Arméniens tcherkessogaïs et grecs locaux (regroupés autour du monastère de Sainte-Croix) l'appelaient Sourhkat, à la suite des marchands génois qui la nommaient Solcati (de l'italien : solcata, « sillon », « fossé »). Solkhat est une forme turquifiée du nom italo-gréco-arménien. Le nom turc de la ville, Qırım, a par la suite été donné à toute la péninsule.

Konstantin Bogaïevski, Staryï Krym en 1903.

Aux XVIIIe et XIVe siècles, Qırım était une grande ville prospère, que les Arabes considéraient alors comme la deuxième Bagdad. De cette période subsistent les ruines d'une mosquée et d'une médersa, construites en 1314 par Özbeg Khan. Après le transfert de la capitale du Khanat de Crimée à Bakhtchyssaraï, la ville tomba dans un relatif oubli.

Depuis l'annexion de la Crimée par Catherine II de Russie, en 1783, la ville est connue sous le nom russe Staryï Krym (littéralement « Vielle Crimée », traduction russe du nom donné par les Tatars de Crimée, Eski Qırım).

Le célèbre écrivain russe Alexandre Grine (1880-1932) vécut et mourut à Staryï Krym ; un musée lui est consacré dans la ville.

Staryï Krym abrite un important sanatorium pour cardiaques, qui fut dirigé par un grand cardiologue, Nikolaï Amossov.

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[1] :

Évolution démographique
1805 1926* 1939* 1959* 1970* 1979*
114 4 738 5 141 7 373 8 552 8 891
1989* 2001* 2010 2011 2012 2013
9 196 9 960 9 492 9 446 9 485 9 512


Nationalités[modifier | modifier le code]

La population de Staryï Krym comprenait en 1926 : 40 pour cent de Russes, 25 pour cent de Bulgares, 19 pour cent de Grecs, 5,6 pour cent de Tatars de Crimée, 3,7 pour cent d'Ukrainiens, 1,8 pour cent de Juifs et 1,3 pour cent d'Allemands.

Transports[modifier | modifier le code]

Staryï Krym est traversée par la route P-23 qui la relie à Simféropol (89 km) à l'ouest, et à Feodossia (25 km) à l'est.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :