Strigops kakapo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Strigops habroptila

Kakapo

Description de cette image, également commentée ci-après

Strigops habroptila

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Strigopidae

Sous-famille

Strigopinae
Bonaparte 1849

Genre

Strigops
Gray 1845

Nom binominal

Strigops habroptila
Gray 1845

Statut de conservation UICN

( CR )
CR C2a(i); D :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/75

Le Strigops kakapo[1] (Strigops habroptila), aussi appelé kakapo, perroquet-hibou ou whakapapa, est une espèce de grands perroquets nocturnes endémique à la Nouvelle-Zélande. C'est la seule espèce du genre Strigops et de la sous-famille des Strigopinae. Son nom signifie « perroquet de nuit » en māori. Il possède un plumage marbré jaune-vert, un disque facial constitué de plumes sensorielles ressemblant aux vibrisses, un gros bec gris, de courtes pattes, de grands pieds et des ailes et une queue relativement courtes. Certaines caractéristiques le rendent unique en son genre, c'est le seul perroquet non-volant du monde et le plus lourd, il est nocturne et herbivore, a visiblement un dimorphisme sexuel dans la taille du corps, un faible taux de métabolisme de base, le mâle ne prend aucun soin de sa progéniture et est le seul perroquet à avoir un système de reproduction de type lek polygyne. Il est aussi probablement l'un des oiseaux ayant la plus longue espérance de vie du monde. Son anatomie est caractéristique de l'évolution des oiseaux sur les îles océaniques avec peu de prédateurs et une nourriture en abondance: un physique généralement robuste avec augmentation du rendement thermodynamique au détriment de sa capacité de vol, réduction des muscles des ailes et bréchet atrophié sur le sternum. À l'instar de nombreuses autres espèces d'oiseaux de Nouvelle-Zélande, le kakapo était historiquement important pour les Maoris, peuple indigène de Nouvelle-Zélande, apparaissant dans plusieurs de leurs légendes et de leur folklore. Il a été chassé et utilisé par les Maoris, à la fois pour sa viande comme source de nourriture et pour ses plumes, qui étaient utilisées pour fabriquer des vêtement de grande valeur. Il a également parfois servi d'animal de compagnie.

Le kakapo est en danger critique d'extinction. En février 2012, on recensait seulement 126 individus vivants, dont la plupart ont reçu un nom de la part du personnel employé à sa conservation. En raison de la colonisation polynésienne et européenne et de l'introduction de prédateurs tels que le chat, le rat, le furet, et l'hermine, le kakapo a pratiquement disparu. Les efforts de conservation ont commencé dans les années 1890, sans donner de résultant probant jusqu'à la mise en œuvre du plan de relance du Kakapo dans les années 1980. Depuis avril 2012, les kakapos survivants sont regroupés sur trois îles exemptes de prédateurs, l'île de la Morue, l'île d'Anchor et l'île de la Petite Barrière où ils sont étroitement surveillés. Deux grandes îles du Fiordland, l'île Resolution et l'île Secretary font l'objet de grands travaux de restauration écologique pour préparer l'auto-maintien d'écosystèmes comportant un habitat approprié pour le kakapo.

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Taille du kakapo comparée à celle de l'homme.

Les kakapos sont grands et massifs, les mâles mesurent jusqu’à 60 cm à l’âge adulte et pèsent entre 2 et 4 kg[2]. Leurs pattes vigoureuses leur permettent de parcourir d'importantes distances. À l’inverse des autres oiseaux de sol, le kakapo peut accumuler une grande quantité de graisse corporelle pour stocker de l’énergie ce qui en fait le perroquet plus lourd[3]. Incapables de voler, ils portent des ailes proportionnellement trop courtes pour leur taille et ne possèdent pas l’os prononcé servant de quille (le bréchet du sternum) sur lequel viennent se rattacher les muscles du vol chez les autres oiseaux. Ils utilisent pourtant leurs ailes pour l’équilibre, pour se soutenir, pour planer et ralentir leur chute lorsqu’ils bondissent des arbres[3].

Le plumage présente une grande variabilité entre les individus. Les parties supérieures du kakapo ont des plumes jaunâtres, vert mousse barré ou tacheté de noir ou de brun foncé gris, ce qui leur permet de se fondre dans la végétation. Les individus peuvent avoir des degrés variés de marbrures, de couleur et d'intensité - des spécimens de musée montrent que certains oiseaux avaient la coloration complètement jaune. La poitrine et les flancs sont vert jaunâtre strié de jaune. Leur bas-ventre, leur cou, et leur visage sont jaunâtres, strié de vert pâle et légèrement tacheté de brun-gris. Comme les plumes ne nécessitent pas la solidité et la rigidité requises pour voler, elles sont exceptionnellement douces, ce qui justifie le nom scientifique habroptila. Les kakapos ont un disque facial de fines plumes, qui les fait ressembler à un hibou, d'où le nom de perroquet-hibou que lui donnèrent les premiers colons européens. De délicates moustaches entourent leur bec bleu clair, qu’ils utilisent pour sentir le sol et leur permet de s'orienter, le kakapo se déplaçant tête baissée. La mandibule est la plupart du temps de couleur ivoire, avec une partie supérieure gris-bleu. Les yeux sont brun foncé. Les pieds du kakapo sont grands, couverts d'écailles et sont zygodactyles, ils présentent deux orteils orientés vers l'avant et deux en arrière, comme pour tous les perroquets. Ses griffes prononcées sont particulièrement utiles pour l'escalade. L’extrémité des plumes constituant la queue est le plus souvent abîmée à force d'être constamment traînée sur le sol[3].

La femelle se distingue facilement du mâle. Elle est plus petite et moins brillamment colorée que le mâle. Elle a une tête plus étroite et moins bombée, son bec est plus étroite et proportionnellement plus long, la cire et les narines plus petites, ses jambes et ses pieds gris rose sont plus minces, et sa queue proportionnellement plus longue. Alors que la couleur du plumage n'est pas très différente de celle des mâles, la tonification est plus subtile, moins jaune et contenant moins de marbrures. Elle tend à résister plus et est plus agressive que le mâle lorsqu'elle est manipulée. Une femelle en nidification a également une plaque incubatrice sur la peau nue du ventre[3].

Comme de nombreux perroquets, le kakapo a une variété de cris dont le « boum » et le « tchings » de leurs appels d'accouplement. Il fera souvent « skraark » pour annoncer son emplacement à d'autres oiseaux. Le kakapo a un sens bien développé de l'odorat, qui complète son mode de vie nocturne[4]. Il peut faire la différence entre les odeurs lorsqu'il est en quête de nourriture, un comportement qui n'est rapporté que pour une seule autre espèce de perroquet[4]. L'une de ses caractéristiques les plus frappantes est son odeur agréable et puissante, qui a été décrit comme une odeur de moisi[5]. Compte tenu de l'odorat bien développé du kakapo, ce parfum pourrait être un signal Sémiochimique à caractère social. L'odeur attire souvent les prédateurs du kakapo largement sans défense [6]

Anatomie[modifier | modifier le code]

Squelette de Nestor superbe (Nestor meridionalis) à gauche et de kakapo (Strigops habroptila) à droite

Le squelette du kakapo diffère des autres perroquets par plusieurs caractéristiques associées à son incapacité de voler. Il possède la plus petite taille d'aile relative de tous les perroquets. Les plumes de ses ailes sont plus courtes, plus arrondies, moins asymétriques, et ont moins de barbules distales pour maintenir les plumes ensemble. Le sternum est petit, et a un bréchet faible et vestigial. Comme pour d'autres oiseaux incapables de voler et quelques autres perroquets capables de voler, le furcula n'est pas fusionné, mais se compose d'une paire de clavicules se trouvant en contact avec chacun des os coracoïdes et l'angle entre le coracoïde et le sternum est agrandi. Le kakapo a un bassin plus large que les autres perroquets. Les os proximaux de la jambe et des bras sont disproportionnément long et les éléments distaux sont eu disproportionnément court[7].

La musculature pectorale du kakapo est également modifiée par son incapacité de voler. Le muscle pectoral et les muscles supracoracoidiens sont considérablement réduits. Le muscle propatagialis tendo longus n'a pas d'enflement distinct. Le muscle sternocoracoideus est tendineux. Il a un large muscle cucularis capitis clavicularis qui est associé à un grand jabot[7].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

Un kakapo.
Distribution historique du kakapo.
  •      Aire de distribution maximum depuis 1840
  •      Traces de présence fossile

Il semble que le kakapo, comme beaucoup d'espèces d'oiseaux de Nouvelle-Zélande, a évolué pour occuper une niche écologique normalement remplies par diverses espèces de mammifères, les seuls mammifères non-marins originaires de Nouvelle-Zélande sont trois espèces de petites chauves-souris. Avant l'arrivée de l'homme, on retrouvait le kakapo dans les trois îles principales de la Nouvelle-Zélande. Celui-ci vivait dans une variété d'habitats depuis le niveau de la mer jusque haut dans les montagnes[8], y compris les zones couvertes de Tussack, les fruticées et les zones côtières. Il a également habité les forêts, y compris celles qui sont dominées par les Podocarpaceae (Dacrydium cupressinum, Prumnopitys taxifolia, Dacrycarpus dacrydioides, Podocarpus totara), Nothofagus, Beilschmiedia tawa et Metrosideros umbellata. Dans le Fiordland, les couloirs d'avalanche et les débris d'écroulement avec une végétation en régénération et à forte fructification, comme Pseudopanax arboreus, Aristotelia serrata, Micranthobatus, Coriariaceae, hebe et coprosma, étaient connus en tant que « jardins du kakapo »[9].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Un kakapo se nourrissant

Le bec du kakapo est adapté pour un fin broyage des aliments. Pour cette raison, le kakapo a un gésier relativement petit par rapport à d'autres oiseaux de sa taille. Il est végétarien et se nourrit de plantes indigènes, de graines, de fruits, de pollens et même de l'aubier des arbres. Une étude de 1984 a identifié 25 espèces de plantes servant de nourriture au Kakapo[10]. Il est particulièrement friand du fruit du Dacrydium cupressinum dont se nourrissent exclusivement pendant la saisons où il est abondant. Le kakapo a l’habitude caractéristique de saisir une feuille ou fronde avec une patte et de déchirer les parties nutritives de la plante avec son bec, laissant une boule de fibres indigestes. Ces amas de petites fibres végétales sont un signe distinctif de la présence de l'oiseau[11],[12]. Il semble que le kakapo employe des bactéries dans la partie antérieure de son système digestif qui fermente la matière végétale et l'aide à sa digestion[13].

L'alimentation du kakapo varie selon la saison. Les plantes consommées le plus souvent au cours de l'année comprennent des espèces telles que le Lycopodium ramulosum, le Lycopodium fastigium, la Schizaea fistulosa, le Blechnum minus, le Blechnum procerum, le Cyathodes juniperina, le Dracophyllum longifolium, le Olearia colensoi et la Thelymitra venosa. Le Kakapo laisse des traces de ses activités alimentaires sur des aires d'alimentation au sol allant de 10 × 10 m jusqu'à 50 × 100 m[10].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Parade nuptiale[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Cri d'appel (« Boum ») du Kakapo (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Le kakapo est la seule espèce de perroquet incapable de voler dans le monde[14], et le seul oiseau incapable de voler à avoir recours à un lek pour sa parade nuptiale[15]. Les mâles se rassemblent librement dans une arène et se combattent les uns contre les autres pour attirer les femelles. Les femelles écoutent les mâles lors de la parade[16] et choisissent leur compagnon en fonction de sa qualité. Les femelles ne sont d'aucune façon poursuivies par les mâles. Les mâles et les femelles se rencontre uniquement lors de l'accouplement, le couple ne créant pas de liens durable.

Pendant la période de reproduction, les mâles quittent leur domaine vital pour les sommets et les crêtes où ils établissent leur propre lek. Ces leks peuvent être distante jusqu'à 7 kilomètres du territoire habituel d'un Kakapo et sont en moyenne distante de 50 mètres les unes des autres dans l'arène où se réuni un groupe de mâles. Ces mâles restent dans la région de leur lek tout au long de la saison de reproduction. Au début de la saison, les mâles se battront pour tenter d'obtenir les meilleurs lek. Ils s'affrontent les plumes soulevées, les ailes déployées, becs, griffes ouvertes soulevées et en faisant de forts crissements et grognement. Cette lutte entre mâles peut les blesser et parfois les tuer[17].

Chaque lek est constitué d'une ou plusieurs dépressions en forme de cuvette creusées dans le sol par le mâle, jusqu'à 10 cm de profondeur et assez long pour y placer le corps de l'oiseau qui mesure environ un demi-mètre. Le kakapo est l'un des rares oiseaux dans le monde qui construit lui-même ses leks[15]. Les cuvettes sont souvent créés à côté de parois rocheuses, de berges ou de troncs d'arbres pour aider à réfléchir le son[14]. les cuvettes servent d'amplificateurs pour amplifier le « boum » émit par des mâles en période d'accouplement[15]. Toutes les cuvelles d'un mâle sont reliés entre elles par un réseau de sentiers qui peuvent s'étendre sur 50 m le long d'une crête ou sur 20 m de diamètre autour d'une colline[14]. Les mâles enlèvent méticuleusement les brindilles de leurs cuvettes et des sentiers qui les relient. Une manière pour les chercheurs de vérifier si les cuvettes sont visitées la nuit est de placer quelques brindilles sur la cuvette, si le mâle l'a visité la nuit, il les auras ramassé avec son bec et les aura déposé plus loin.

Pour attirer les femelles, les mâles font des appels, de fort sons à basse fréquence (en dessous de 100 Hz) à partir de leurs cuvette en gonflant un sac thoracique[2],[18]. Ils commencent avec des grognements faibles, qui augmentent en volume lorsque celui-ci gonfle son sac. Après une séquence d'environ 20 forts « boum », le mâle kakapo émet un « tching » métallique et sonore à haute fréquence[19]. Il se tient pendant une courte période en baissant la tête avant de nouveau gonfler sa poitrine et commence une autre séquence de « boum ». Les « boum » peuvent être entendus à au moins 1 Km de distance par nuit calme. Le vent peut transporter le son sur au moins 5 Km[14]. Les mâles émettent leurs « boum » en moyenne de huit heures par nuit, chaque mâle pouvant produire des milliers de « boum » durant ce laps de temps. Cela peut se répéter tous les soirs pendant trois ou quatre mois, période au cours de laquelle le mâle peut perdre la moitié de son poids corporel. Chaque mâle se déplace dans chaque cuvette dans son lek afin que les « boum » soit envoyés dans chaque directions. Ces « boum » sont également connus pour attirer les prédateurs en raison de la grande distance à laquelle ils peuvent se faire entendre.

Les femelles sont attirées par les « boum » des mâles en compétitions. Elles aussi peuvent avoir besoin de marcher plusieurs kilomètres pour rejoindre l'arène depuis leur territoire. Lorsqu'une femelle pénètre dans le lek de l'un des mâles, le mâle effectue une parade dans laquelle il se balance d'un côté à l'autre et qui lui fait faire des cliquement avec son bec[3]. Il tourne le dos à la femelle, déploie ses ailes et marche à reculons vers elle. La durée de la tentative de copulation se situe entre 2 et 14 minutes[3]. Une fois que les oiseaux se sont accouplés, la femelle retourne à son territoire, pond ses œufs et élève les poussins. Le mâle continue d'émettre ses « boum » dans l'espoir d'attirer une autre femelle.

Ponte et élevage des jeunes[modifier | modifier le code]

Illustration de 1852 par Joseph Wolf d'œufs d'apterygiforme (kiwi) en arrière plan, sterninae à gauche, kakapo au centre et râle wéka à droite

La femelle kakapo pond jusqu'à trois œufs par cycle de reproduction[18]. Elle niche sur le sol sous le couvert de plantes ou dans des cavités telles que des troncs d'arbres creux. La femelle couve ses œufs fidèlement, mais est forcée de les abandonner tous les soirs à la recherche de nourriture. Les œufs sont soumis à ce moment à un risque plus élevé de prédation et il arrive également que les embryons à l'intérieur de ceux-ci meurent de froid en l'absence de la mère. Les œufs du kakapo éclosent habituellement dans les 30 jours[20] donnant naissance à des poussins vulnérables recouverts d'un duvet gris. Après l'éclosion des œufs, la femelle nourrit ses poussins pendant trois mois, ensuite ceux-ci restent encore avec leur mère pendant quelques mois[18]. Les jeunes poussins sont tout aussi vulnérables que les œufs et de nombreux jeunes sont la proie des mêmes prédateurs que les adultes. Les poussins quittent le nid à l'âge d'environ 10 à 12 semaines. Ils acquièrent progressivement une plus grande indépendance, leur mère pouvant toujours les nourrir sporadiquement jusqu'à 6 mois. Les jeunes oiseaux se livrent à des jeux de combat où les oiseaux vont souvent tenter d'immobiliser le cou de leur adversaire sous leur menton[21].

Développement des juvéniles[modifier | modifier le code]

illustration de 1888 d'un poussin de kakapo par Walter Lawry Buller

À cause de sa longue espérance de vie moyenne de 95 ans et au maximum à environ 120 ans, le kakapo a tendance à avoir une période d'adolescence avant de commencer à se reproduire[22]. Les mâles ne commencent à émettre ses boums qu'à environ 5 ans[2]. On pensait que les femelles n'atteignaient leur maturité sexuelle qu'à l'âge de 9 ans mais cette idée a été contrecarrée par la période de reproduction de 2008 lorsque deux femelles de 6 ans nommées Apirama et Rakiura ont pondu[23]. Cependant, en général, les femelles ne vont pas à la rencontre des mâles avant 9 ou 11 ans[20].

Influence de l'alimentation sur la reproduction[modifier | modifier le code]

Le kakapo ne se reproduit pas chaque année et possède l'un des plus faibles taux de reproduction chez les oiseaux. L'accouplement a lieu seulement les années où il y a abondance de nourriture en fruit à coque. Le rimu ne produisant des fruits que tous les trois à cinq ans, dans les forêts où le rimu domine comme sur l'Île de la Morue, la reproduction des kakapos est moins fréquente[24].

La femelle kakapo peut modifier le sex-ratio de sa progéniture en fonction de son régime alimentaire. Une femelle qui mange une nourriture riche en protéines engendre plus de mâles, ceux-ci ayant un poids corporel de 3 % à 40 % supérieur à celui des femelles. Les femelles engendreront donc plus de femelles lorsque la concurrence pour les ressources est élevée et à l'inverse plus de mâles lorsque la nourriture est abondante. Une femelle kakapo sera probablement en mesure de produire des œufs, même lorsque les ressources sont rares, tandis qu'un mâle sera plus capable de perpétuer l'espèce quand il y a beaucoup de ressources, en s'accouplant avec plusieurs femelles[25].

La relation entre le sex-ratio de la ponte et le régime alimentaire de la mère a des répercussions sur la conservation, car une population captive maintenue par une alimentation de haute qualité va produire moins de femelles et il y aura donc moins d'individus permettant une reprise de l'espèce[26].

Déplacement[modifier | modifier le code]

Le kakapo est essentiellement nocturne, il dort à l'abri dans les arbres ou sur le sol pendant la journée et se déplace sur son territoire la nuit[10].

Bien que le kakapo ne puisse pas voler, il est un excellent grimpeur et peut monter à la cime des arbres les plus hauts. Il peut également se «parachuter» pour descendre en sautant et déployant ses ailes. De cette façon, il peut se déplacer de quelques mètres à un angle inférieur à 45 degrés[3].

Ayant perdu la capacité de voler, il a développé des pattes fortes. Le déplacement se fait souvent par le biais d'un rapide "pas de course", démarche par laquelle il peut se déplacer sur plusieurs kilomètres[2]. Une femelle a été observée faissant deux allers-retours chaque nuit pendant la nidification de son nid à une source de nourriture à 1 km de distance[27] et le mâle peut se rendre à pied de son domaine vital vers un lieu d'accouplement distant de 5 km au cours de la saison des amours qui s'étend d'octobre à janvier[28].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Le kakapo était une espèce très répandue dans la Nouvelle-Zélande pré-humaine[29]. L'une des raisons est ses adaptations lui permettant d'éviter la prédation par les oiseaux de proie indigènes, qui étaient ses seuls prédateurs dans le passé. Cependant, ces mêmes comportements n'ont été d'aucune utilité pour eux lorsqu'ils ont été confrontés aux mammifères prédateurs qui ont été introduits en Nouvelle-Zélande après l'établissement humain, car ceux-ci chassent de différentes manières. Les oiseaux se comportent très différemment des mammifères, en s'appuyant sur leur puissante vision pour trouver des proies et vont donc en général chasser de jour à l'exception des hiboux[29]. Outre les deux espèces de rapaces indigènes survivant en Nouvelle-Zélande, le faucon de Nouvelle-Zélande et le busard de Gould, il y avait deux autres oiseaux de proie en Nouvelle-Zélande pré-humaine, l'aigle géant de Haast et le busard de Eyles[29]. Ces quatre espèces survolent un territoire à la recherche d'une proie en plein jour et pour éviter ces prédateurs aviaires, les ancêtres des kakapos ont adopté leur plumage camouflé et sont devenus nocturnes. En outre, lorsque le kakapo se sent menacé, il se fige, de sorte que son camouflage est encore plus efficace dans la végétation de la forêt à laquelle son plumage ressemble. Il n'était cependant pas tout à fait en sécurité la nuit lorsque la ninoxe rieuse était active et il semble évident à partir de l'analyse des restes retrouvés dans ses anciens nids des falaises calcaires de Canterbury, sur la côte est de l'île du Sud, que le kakapo faisait partie de ses proies[30].

Les mammifères prédateurs, contrairement aux oiseaux, comptent sur leur sens de l'odorat et leur ouïe pour la recherche de leurs proies et chassent souvent de nuit[29]. Les adaptations du kakapo pour éviter la prédation par les oiseaux sont devenues inutiles contre ses nouveaux ennemis. C'est l'une des raisons de son déclin massif depuis l'introduction des chiens, des chats et des mustélidés. Le moyen traditionnel des humains pour chasser le kakapo est le lâcher de chiens de chasse[31].

Taxinomie et systématique[modifier | modifier le code]

Le Kakapo a été initialement décrit par l'ornithologue anglais George Robert Gray en 1845. Son nom générique est dérivé du grec ancien strix au génitif Strigos «chouette», et ops «visage», tandis que son épithète spécifique provient de habros «doux», et ptilon «plume» [32]. Il a tellement de caractéristiques inhabituelles qu'il a été initialement placé dans sa propre tribu, Strigopini. Des études phylogénétiques récentes ont confirmé la position unique de ce genre, ainsi que la proximité avec le Nestor superbe et Nestor kéa, tous deux appartenant au genre de perroquet Neo-Zélandais Nestor[33],[34],[35].

Ensemble, ils sont désormais considérés comme une famille distincte au sein des perroquets, les Strigopidae[36]. Dans les Strigopidae, le Kakapo est placé dans sa propre tribu, Strigopini. L'ancêtre commun du Kakapo et du genre Nestor a été isolé des autres espèces de perroquets quand la Nouvelle-Zélande s'est détachée du Gondwana, il y a près de 82 millions d'années. Il y a environ 70 millions d'années, le Kakapo divergé du genre Nestor[33],[34],[35]

Arbre phylogénétique de la famille des Strigopidae.


Strigops habroptila – Strigops kakapo




Nestor notabilisNestor kéa ou Kéa




Nestor meridionalisNestor superbe



Nestor productusNestor de Norfolk




Précédemment certains ornithologues ont estimé que le Kakapo pouvait être lié au Pezoporus, perroquets vivant sur le sol et de nuit d'Australie du fait de leur coloration similaire mais cela a été contredit par des études récentes[37],[38] leurs couleurs cryptiques semble plutôt être une adaptation à ses habitudes terrestres qui ont suivi une évolution convergente.

Le nom Kakapo est la translittération de kākāpō qui est dérivé des termes maori: kākā ("perroquet") et ("nuit"). Le terme polynésien kākā et ses variantes ʻāʻā était le terme générique du pacifique sud pour les Psittacidae. Par exemple Kākā, le terme local de la Perruche de Tahiti ou Kakariki de Tahiti (Cyanoramphus zealandicus) aujourd'hui éteinte. Les membres néo-zélandais du genre Cyanoramphus en sont également dérivés. En français, son nom normalisé par la CINFO est Strigops kakapo[39] mais il est aussi communément appelé perroquet-hibou[40] ou whakapapa[40].

Le kakapo et l'homme[modifier | modifier le code]

Colonisation de la Nouvelle-Zélande par les Maoris[modifier | modifier le code]

Les études paléontologiques indiquent qu'avant l'arrivée des Maoris, le kakapo était le troisième oiseau le plus commun de Nouvelle-Zélande[29] et était largement répandu sur les trois îles principales. Le premier facteur de déclin du kakapo est l'arrivée des humains. La tradition maori suggère que l'on trouvait le kakapo dans tout le pays lorsque les premiers Polynésiens sont arrivés en Nouvelle-Zélande il y aurait environ 700 ans[41]. Les subfossiles et les amas de coquilles montrent que l'oiseau était présent sur toute l'île du Nord, l'île du Sud et l'Île Stewart avant et au début de l'occupation de ces îles par les Maoris[42]. Les Maoris ont chassé le kakapo comme nourriture mais également pour leurs peaux et leur plumes, qui servait à confectionner des vêtements[41]. Ils utilisaient les têtes séchées comme ornements sur les oreilles. En raison de son incapacité de voler, de sa odeur forte et de son habitude à s'immobilisé lorsqu'il se sent menacé, le kakapo était une proie facile pour les Maoris et leurs chiens. Les œufs et les poussins ont également été la proie des rat polynésien qui ont été introduits en Nouvelle-Zélande par les Maoris[16]. En outre, les éclaissisements de la végétation par les Maoris ont réduit la zone habitable pour le kakapo. Bien que le kakapo avait déjà disparu dans de nombreuses régions des îles au moment de l'arrivée des Européens[43] dont les monts Tararua et les Aorangi [44], il était encore présent dans la partie centrale de l'île du Nord et dans certaines parties boisées de l'île du Sud[42].

Colonisation de la Nouvelle-Zélande par les Européens[modifier | modifier le code]

Au début des années 1840, les colons européens ont commencé la déforestation de vastes étendues de terres pour l'agriculture et le pâturage, ce qui a eu pour effet de réduire l'habitat Kakapo. Ils ont également introduit des chiens et d'autres mammifères prédateurs, comme le chat domestique, le rats noirs et l'hermine[45]. Les Européens en savaient peu sur le kakapo jusqu'à ce que George Gray du British Museum ne l'ai décrit en 1845 sur base d'une peau. Comme les Maoris l'avaient fait avant eu, les premiers explorateurs européens et leurs chiens se nourrissait du kakapo. Vers la fin du XIXe siècle, le Kakapo est devenu une curiosité bien connue du monde scientifique, et des milliers d'individus ont été capturés ou tués pour alimenter les collections de zoos, de musées ou privées. La plupart des spécimens capturés mouraient en quelques mois. Depuis au moins les années 1870, les collectionneurs savait que la population Kakapo régressait et leur premier souci était de recueillir le plus grand nombre possible de specimens avant que l'oiseau ne disparaisse.

Des milliers de kakapos ont été capturés pour les musées à travers le monde

Dans les années 1880, un grand nombre de mustélidés (hermines, furets et belettes) ont été lachés en Nouvelle-Zélande afin de réduire les populations de lapins[46], mais ils se sont aussi souvent attaqué à de nombreuses espèces indigènes, y compris le Kakapo. Des herbivores, comme les cervidés, ont été introduits et sont entrés en concurrence avec le Kakapo pour la nourriture, et sont la cause de l'extinction de certaines espèces de plantes de prédilection du kakapo. Le Kakapo aurait été encore présents près de l'embouchure de la rivière Whanganui vers 1894, l'une des dernières observations d'un Kakapo dans l'île du Nord étant un oiseau capturé dans les monts Kaimanawa en 1895[44].

Premier effort de protection[modifier | modifier le code]

En 1891, le gouvernement néo-zélandais a déclaré réserve naturelle l'île Resolution dans le Fiordland. En 1894, le gouvernement a nommé le conservationniste Richard Henry gardien de la réserve. Naturaliste passionné, Henry est conscient que les oiseaux indigènes sont en déclin, et commence à capturer et déplacer le kakapo et le kiwi du continent à l'île de la Résolution dépourvue de prédateurs. En six ans, il a déménagé à plus de 200 Kakapo vers l'île de la Résolution. En 1900, cependant, les hermines ont colonisé l'île de la Résolution par la nage et ont éliminé la population de kakapo naissante en 6 ans[47].

En 1903, trois Kakapo ont été déplacés de la réserve naturelle de l'île de la Résolution vers de l'île de la Petite Barrière au nord-est d'Auckland, mais les chats sauvages y étaient présents et les kakapo n'ont jamais été revus. En 1912, trois kakapo ont été transférés dans une autre réserve, l'île de Kapiti, au nord-ouest de Wellington. L'un d'eux a survécu au moins jusqu'en 1936, malgré la présence de chats errants durant une partie de la période considérée[47].

Dans les années 1920, le kakapo était éteint dans l'île du Nord et son aire de répartition et son nombre dans l'île du Sud étaient en baisse[43]. L'un de ses derniers refuges était le relief accidenté de Fiordland. Il a souvent été vu ou entendu dans cette région pendant les années 1930 et même consommés par certain chasseurs ou cantonniers. Dans les années 1940, les observations de kakapo devenaient rares[43].

Expéditions dans le Fiordland[modifier | modifier le code]

Simbad Gully, une vallée dans les montagnes vue avec un fjord en avant plan
Sinbad Gully dans le Fiordland, vu entre les montagnes de l'autre côté du fjord, a été l'un des derniers bastions du kakapo de la partie continentale de la Nouvelle-Zélande[48]

Dans les années 1950, le gouvernement a créé le New Zealand Wildlife Service, ancêtre du New Zealand Department of Conservation. Celui-ci a commencé à organiser des expéditions régulières pour rechercher le kakapo, principalement dans le Fiordland et dans ce qui est actuellement le parc national de Kahurangi dans le nord-ouest de l'île du Sud[3]. Sept expéditions menées dans Fiordland entre 1951 et 1956 ne trouve seulement que quelques signes récents de présence du kakapo. Enfin, en 1958, un Kakapo été capturés et relâchés dans le bassin versant de Milford Sound dans le Fiordland. Six autres kakapo ont été capturés en 1961, l'un a été libéré et les cinq autres ont été transférés dans les volières de la réserve ornitologique de Mount Bruce près Masterton dans l'île du Nord. Quelques mois plus tard, quatre des oiseaux étaient morts et le cinquième est décédé après quatre ans de captivité[3]. Au cours des 12 années qui suivirent, les expéditions menée régulièrement n'ont trouvé que peu de signes de présence du Kakapo, ce qui indiquait que leur nombre continuaient de baisser. Un seul un oiseau fut capturé en 1967 et mourut l'année suivante[49].

Au début des années 1970, on émettait l'hypothèse d'une extinction de l'espèce. À la fin de 1974, les scientifiques localisent plusieurs kakapo mâle et font les premières observations scientifiques de Kakapo durant sa parade nuptiale. Ces observations ont conduit pour la première fois Don Merton à envisager que le Kakapo avait recours à un lek[16]. De 1974 à 1976, 14 Kakapo ont été découverts, mais tous semblaient être des mâles. Un oiseau mâle a été capturé dans la région de Milford Sound en 1975, il a été baptisé "Richard Henry" et transféré à l'île de Maud. Cela a conforté l'idée que l'espèce était en voie d'extinction, car il pouvait ne plus y avoir de femelle en vie. Tous les oiseaux découvert de 1951 à 1976 par le New Zealand Wildlife Service se situaient dans des vallées glaciaires en forme de U bordés de falaises presque verticales et entourée de hautes montagnes, un terrain extrême qui avait ralenti la colonisation par les mammifères herbivores, laissant des îlots de végétation indigène pratiquement intacts. Cependant, même dans ce milieu, les hermines étaient présents et en 1976, le kakapo avait disparu du fond des vallées et seuls quelques mâles survivaient haut sur les parties les plus inaccessibles des falaises[3].

Découverte sur l'île Stewart[modifier | modifier le code]

Avant 1977, aucune expédition avait été menée sur l'île Stewart à la recherche de l'oiseau. En 1977, des observations du kakapo ont été signalés sur l'île Stewart[3]. Une expédition sur l'île trouvé un système de sentier et de cuvettes durant la première journée de recherche. Peu après, elle trouve plusieurs dizaines kakapo. La découverte de l'oiseau sur une zone de 8,000 ha de fruticée modifiée par le feu et de forêt a suscité l'espoir que la population comprenne également des femelles. La population totale était estimée à 100 à 200 oiseaux[50].

Les mustélidés n'ont jamais colonisée l'île Stewart, mais les chats sauvages étaient bien présents. Lors d'une étude, il est apparu que les chats tuait les kakapo avec un taux de prédation de 56% par an[51]. À ce rythme, les oiseaux ne pourraient pas survivre sur l'île et pour cette raison, un contrôle strict des chat a été introduit en 1982, après laquelle aucun kakapo tué par un chat n'a été retrouvés[3] Toutefois, pour assurer la survie des oiseaux restants, les scientifiques ont ensuite décidé que cette population devrait être transféré sur des îles où les prédateurs étaient absent. Cette opération a été réalisée entre 1982 et 1997[52].

Plan de relance du kakapo[modifier | modifier le code]

Carte de Nouvelle-Zélande, en rouge aire de répartition du kakapo
Localisation de Fiordland et de l'île Stewart dernières régions occupées par le kakapo avant le déplacement des individus survivants dans des îles préparées pour sa réintroduction.

En 1989, un plan de relance du kakapo a été élaboré et un groupe de relance du kakapo mis en place pour le mettre en œuvre[53]. Le New Zealand Department of Conservation a remplacé le New Zealand Wildlife Service pour cette tâche. La première action de ce plan était de déménager tous les kakapos restant dans des îles appropriés à leur reproduction. Aucune des îles de Nouvelle-Zélande n'étaient idéales pour introduire le kakapo sans gestion restauratoire de la végétation et éradication des mammifères prédateurs introduits et concurrents. Quatre îles ont finalement été retenues: Maud, île de la Petite Barrière, île de la Morue et île Mana[52] 65 kakapos (43 mâles, 22 femelles) ont été transférés avec succès sur les quatre îles en cinq relocalisation[52] Certaines îles ont dû être réhabilité à plusieurs reprises lorsque le chat sauvage, l'hermine et le râle wéka réapparaissaient. L'île de la Petite Barrière a finalement été considérée comme inadéquate à cause de son relief accidenté, sa forêt dense et la présence continue des rats, et ses oiseaux qui y vivait ont été évacués en 1998[54]. L'île de la petite Barrière et l'île Mana ont été remplacées par deux nouveaux sanctuaires pour le kakapo, l'île Chalky et l'île d'Anchor[3]. La population entière de kakapo de l'île de la Morue a été temporairement déplacé en 1999 à l'île Pearl au sud de l'île Stewart pendant l'opération d'élimination des rats de l'île de la Morue[55]. Tous les kakapos de l'île de Pearl et de l'île Chalky ont été déplacés vers l'île d'Anchor en 2005[56].

Déplacement des kakapo entre 1974 et 1992[52]
Déplacement vers Nombre de kakapo Morts < 6 mois Vivant en novembre 1992
Île de Maud (1974–81) 9 (6♂, 3♀) 3 (2♂, 1♀) 4 (2♂, 2♀)
Île de la Petite Barrière (1982) 22 (13♂, 9♀) 2 (1♂, 1♀) 15–19 (10–12♂, 5–7♀)
Île de la Morue (1987–92) 30 (20♂, 10♀) 0 20–30 (13–20♂, 7–10♀)
Île de Maud (1989–91) 6 (4♂, 2♀) 0 5 (3♂, 2♀)
Île Mana (1992) 2 (2♀) 1 (1♀) 1 (1♀)
Total 65 (43♂, 22♀) 6 (3♂, 3♀) 41–55 (27–36♂, 14–19♀)
Note: ♂ = mâles, ♀ = femelles.

Un élément clé du plan de relance est la supplémentation alimentaire des femelles. Les kakapos ne se reproduisent qu'une fois tous les deux à cinq ans, quand certains type d'espèces végétales sont disponible, principalement Dacrydium cupressinum (rimu), produit des fruits et des graines riche en protéines. Les observations de la relation entre la reproduction intermittente et année de fructification permettent aux biologistes de mieux choisir les aliments de complément appropriés pour augmenter la fréquence de reproduction Kakapo[57]. En 1989, six aliments préférés (pommes, patates douces, amandes, noix du Brésil, graines de tournesol et de noix) ont été fournies ad libitum chaque soir à 12 stations d'alimentation. Mâles et femelles ont mangé les aliments fournis, et les femelles ont niché sur l'île de petite Barrière au cours des étés de 1989-91 pour la première fois depuis 1982, bien que le succès de nidification était faible[58].

Graphe représentant l'évolution de la population de kakapos depuis la découverte d'une population survivante sur l'île Stewart en 1977. Les barres rouges indiquent les années où il y a eu reproduction. Les chiffres avant 1995 sont approximatifs[59],[60],[56].

L'alimentation complémentaire augmente non seulement la fréquence de reproduction Kakapo, mais affecte également le sex-ratio des jeunes kakapos en fonction de l'alimentation des femelles[61]. Ce résultat a ensuite été utilisé pour augmenter le nombre de poussins femelles en manipulant délibérément l'état de la mère[62]. Au cours de l'hiver de 1981, seules les femelles ayant un poids inférieures à 1,5 kg ont reçu une alimentation complémentaire pour éviter d'amélioré leur condition physique, et le sex-ratio des nouveau né en 1982 étaient proches de la parité, ce qui élimine la prédominance des mâles lorsque l'alimentation est distribuée sans restriction.

Voir l’image vierge
Localisation des îles refuges du kakapo en 2013 et îles en cours de préparation pour sa réintroduction.

Bien que le taux de reproduction peut être améliorée par une alimentation complémentaire, la survie des jeunes kakapos est menacée par la présence de rats polynésiens. Sur 21 poussins éclos entre 1981 et 1994, neuf ont été tués par des rats ou sont morts et ont été ensuite mangés par les rats[57]. La protection des nids a été intensifiée depuis 1995 à l'aide de pièges et de poisons. Une petite caméra vidéo et une lumière infrarouge suit le nid en permanence, les rats sont écarté à distance par des petit « bang » et des éclats de lumière. Pour augmenter le taux de réussite de la nidification, un observateur du nid met une petite couverture électrique à commande thermostatique sur les œufs ou les poussins, chaque fois que la femelle quitte le nid pour se nourrir. Après ces mesures, le taux de survie des poussins a augmenté de 29% dans les nids non protégés à 75% dans ceux qui le sont[57].

Pour contrôler en continu la population de kakapo, chaque oiseau a été équipé d'un émetteur radio[57]. Chaque kakapo connu, à l'exception de quelques jeunes poussins, a reçu un nom des fonctionnaires du plan de relance du kakapo. C'est une manière affectueuse pour le personnel travaillant leur protection de se référer aux différents individus et un rappel brutal du peu d'oiseau encore en vie. L'incubation artificielle des œufs et l'élevage des poussins ont souvent été utilisés pour améliorer la condition des œufs et des poussins[63]. En novembre 2005, la population était composée de 41 femelles et 45 mâles, dont quatre oisillons (3 femelles et 1 mâle) éclot en 2005[3]. Le kakapo le plus vieux connu est « Richard Henry » dont l'âge a été estimé à 80 ans au moment de sa mort en décembre 2010[64].

Situation actuelle et perspectives[modifier | modifier le code]

En 2006, le programme de relance du kakapo a présenté un nouveau plan de gestion qui s'étendra de 2006 à 2016[65]. Les principaux objectifs de ce plan sont d'augmenter la population femelle à au moins 60 individus d'ici 2016, augmenter la diversité génétique, maintenir ou rétablir un habitat suffisamment grand pour accueillir l'augmentation prévue de la population kakapo, et de maintenir le soutien et la sensibilisation du public.

Le programme du plan de relance du kakapo a été un succès avec un nombre de kakapos en augmentation. Le taux de survie des adultes et le taux de reproduction ont tous deux été grandement améliorés depuis le lancement du programme. Cependant, l'objectif principal reste d'établir au moins une population sauvage viable et autonome de kakapos comme une composante fonctionnelle de l'écosystème dans un habitat protégé[66]. Afin de relever ce défi, deux grandes îles de Fiordland, l'île Resolution avec 20 860 ha et l'île Secretary avec 8 140 ha, ont été préparées pour la réintroduction du kakapo par des activités de restauration écologique à grande échelle[3].

Au cours de la reproduction estivale de la saison 2008-2009, la population totale de kakapos a dépassé les 100 individus pour la première fois depuis le début de la surveillance[67] et a atteint 126 individus en février 2012[56]. Plus d'une vingtaine des 34 poussins ont dû être élevés à la main en raison d'une pénurie de nourriture sur l'île de la Morue[56].

En 2012, sept kakapos ont été transférés sur l'île de la petite Barrière, dans une tentative d'établir un programme de reproduction[68]. Le kakapo n'était plus présent sur l'île depuis 1998.

Statut de protection[modifier | modifier le code]

Espèce menacée, le kakapo figure sur la liste des espèces de l'Annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)[69] et fait l'objet d'un plan de sauvegarde de la part du Département de conservation néo-zélandais.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Maori[modifier | modifier le code]

Le Kakapo est associée à une riche tradition dans le folklore et les croyances maori. Le cycle de reproduction irrégulier de l'oiseau était associé à la forte fructification de certaines espèces végétale ce qui a conduit les Maoris à penser que l'oiseau avait la capacité de prédire l'avenir. Les observations rapportant que ces oiseaux abandonnaient les baies du Hinau Elaeocarpus dentatus et du Tawa Beilschmiedia tawa en saison dans des bassins d'eau isolées pour les conserver comme une source de nourriture pour l'été à venir étaient utilisé pour étayer cette affirmation. Dans la légende, cette pratique explique l'origine de la coutume de l'immersion maorie l'alimentation dans l'eau dans le même but[70].

La viande de Kakapo avait bon gout et était considéré par les Maoris comme un mets délicat[71], il a donc été chassé pour sa viande quand il était encore largement répandu[72]. Une source indique que sa chair « ressemble à de l'agneau en goût et en texture »[70], bien que les colons européens aient décrit l'oiseau comme ayant une « saveur forte et légèrement astringente »[71].

Au cours de la reproduction, les appels des mâles sur leur aire de parade facilitaient les chasseurs Maoris. Il a aussi été chassé lorsqu'il se nourrissait ou lorsqu'il prennait un bain de poussière par temps sec. L'oiseau était capturé, généralement de nuit, au moyen de collets, de pièges à fosse, ou par des meutes de chiens polynésiens domestiqués qui accompagnait les parties de chasse. Ils utilisent parfois des torches de toutes sortes afin d'éblouir l'oiseau dans l'obscurité, de l'arrêter dans sa course ce qui rendait sa saisie plus facile[70]. Il était cuisiné dans un hāngi ou dans des gourdes d'huile bouillante[72]. La chair de l'oiseau pourrait être préservé dans sa propre graisse et stockés dans des récipients destinés à une consommation ultérieure. Les chasseurs de la tribu Ngāi Tahu préparaient la viande dans des paniers fabriqués à partir de l'écorce interne du tōtara (Podocarpus totara) ou dans des récipient construits à partir de kelp[73]. Des plumes de la queue du kakapo étaient fixées sur les bords de ces récipients comme décoration et moyen d'identifier le contenu[71],[73]. Les Maoris rammassaient également les œufs de l'oiseau, qui sont décrits comme blanchâtre mais pas d'un blanc pur, et environ la même taille qu'un œuf de kereru[70].

En plus de consommer la viande, les Maoris utilisaient la peau et les plumes du kakapo encore attaché ou tissée avec des fibres de lin pour créer des manteaux et des capes[72],[73],[74] chaqu'un d'eux nécessitait jusqu'à 11 000 plumes[75]. Ces très beaux vêtements étaient également très chaud et très appréciées[72],[75]. Les rares exemplaire existant encore aujourd'hui sont considérés comme taonga. Un vieil adage Maori qui dit « Vous avez une cape de kakapo et vous vous plaignez encore du froid » a été utilisé pour décrire quelqu'un qui n'est jamais satisfait[72]. Les plumes de kakapo ont également été utilisés pour décorer le bout des taiaha, mais était retirés avant l'utilisation au combat[71],[73],[75].

Malgré cela, le kakapo était également considéré comme un animal de compagnie affectueux par les Maoris. Cela a été corroboré par les colons européens de la Nouvelle-Zélande du XIXe siècle, parmi eux George Grey, qui a écrit dans une lettre à un associé que son animal de compagnie, un kakapo, avait envers lui et ses amis un comportement « plus proche de celle d'un chien que d'un oiseau »[70].

Média[modifier | modifier le code]

Les efforts de conservation du kakapo ont rendu l'espèce bien connue. Beaucoup de livres et de documentaires décrivant le sort des kakapos ont été produits ces dernières années, dont l'un des premiers fut Two in the Bush réalisé par Gerald Durrell pour le compte de la BBC en 1962[76]. Un documentaire long métrage, The Unnatural History of the Kakapo[77] a remporté deux prix importants au Reel Earth Environmental Film Festival, un festival de films environnementaux qui se tient à Palmerston North en Nouvelle-Zélande. Deux des plus importants documentaires tournés sur le sujet, Kakapo - Night Parrot et To Save the Kakapo ont tous deux été produits par la chaîne néo-zélandaise NHNZ respectivement en 1982 en 1997. L'unité histoire naturelle de la BBC a également présenté le Kakapo, y compris dans une séquence avec David Attenborough dans son émission The Life of Birds. Il était également l'un des animaux en voie de disparition que Douglas Adams et Mark Carwardine ont mis en évidence pour leur série radiophonique et leur livre Last Chance to See. Une version actualisée de la série a été produite pour la BBC, dans lequel Stephen Fry et Mark Carwardine passent en revue les différents animaux et montrent l'état dans lequel ils se trouvent presque 20 ans plus tard. Ils ont pris le temps de filmer le kakapo sur l'île Codfish en janvier 2009[78],[48]. La séquence d'un kakapo nommé Sirocco tentant de s'accoupler avec la tête de Mark Cawardine a été vue par des millions de personnes dans le monde entier, conduisant Sirocco à devenir le « porte-parole » de la conservation de la faune sauvage en 2010 en Nouvelle-Zélande dans le cadre de l'Année internationale de la biodiversité[79]. Le kakapo a été présenté dans l'épisode 5 Splendeurs insolites de la série de documentaire Pacifique Sud diffusé pour la première fois le 13 juin 2009[80]. Il est mentionné brièvement en 1984 vers la fin du dixième épisode de la série The Living Planet (Planète vivante) de David Attenborough[81].

Philatélie[modifier | modifier le code]

De par son originalité et sa rareté, le kakapo est représenté sur plusieurs timbres provenant principalement de Nouvelle-Zélande mais aussi d'autres pays à travers le monde comme le Bénin, la Corée du Nord, la Gambie, les Maldives, la Mongolie, le Nicaragua, Sao Tomé-et-Principe ou les Nations unies[82]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom normalisé décidé par la CINFO complet.
  2. a, b, c et d (en) PJ Higgins, Handbook of Australian, New Zealand and Antarctic Birds., vol. 4: Parrots to Dollarbird, Melbourne, Oxford University Press,‎ 1999 (ISBN 0-19-553071-3)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) Ralph G. Powlesland, Don V. Merton, and John F. Cockrem, « A parrot apart: the natural history of the kakapo (Strigops habroptilus), and the context of its conservation management », Notornis, vol. 53, no 1,‎ 2006, p. 3–26
  4. a et b (en) Julie C. Hagelin, « Observations on the olfactory ability of the Kakapo Strigops habroptilus, the critically endangered parrot of New Zealand », Ibis, vol. 146, no 1,‎ janvier 2004, p. 161-164 (DOI 10.1111/j.1474-919X.2004.00212.x)
  5. (en) « Getting up close & personal with the kakapo », Programme Kakapo Recovery
  6. (en) « Kakapo (Strigops habroptilus) », Wild Magazine
  7. a et b (en) Bradley C. Livezey, « Morphological corollaries and ecological implications of flightlessness in the kakapo (Psittaciformes: Strigops habroptilus) », Journal of Morphology, vol. 213, no 1,‎ juillet 1992, p. 105–145 (DOI 10.1002/jmor.1052130108)
  8. (en) « Facts about kākāpō », Department of Conservation
  9. (en) P. N. Johnson, « Vegetation associated with kakapo (Strigops habroptilus Gray) in Sinbad Gully, Fiordland, New Zealand », New Zealand Journal of Botany, vol. 14,‎ 1975, p. 151–159 (lire en ligne)
  10. a, b et c (en) H.A. Best, « The Foods of Kakapo on Stewart Island as Determined from Their Feeding Sign », New Zealand Journal of Ecology, vol. 7,‎ 1984, p. 71–83 (lire en ligne [PDF])
  11. (en) Gray, R.S., The kakapo (Strigops habroptilus, Gray 1847), its food, feeding and habitat in Fiordland and Maud Island, Palmerston North, Massey University,‎ 1977
  12. (en) I. A. E. Atkinson et D. V. Merton, « Habitat and diet of kakapo (Strigops habroptilus) in the Esperance Valley, Fiordland, New Zealand », Notornis, vol. 53, no 1,‎ 2006, p. 37–54
  13. (en) M. Victoria Lopez-Calleja et F. Bozinovic, « Energetics and nutritional ecology of small herbivorous birds », Revista chilena de historia natural, vol. 73, no 3,‎ 2000, p. 411–420 (DOI 10.4067/S0716-078X2000000300005, lire en ligne)
  14. a, b, c et d (en) Merton, D.V.; Morris, R.D.; Atkinson, I.A.E., « Lek behaviour in a parrot: the Kakapo Strigops habroptilus of New Zealand », Ibis, vol. 126, no 3,‎ 1984, p. 277–283 (DOI 10.1111/j.1474-919X.1984.tb00250.x)
  15. a, b et c (en) Terrence Lindsey et Rod Morris, Collins Field Guide to New Zealand Wildlife, Harper Collins Publishers (New Zealand) limited,‎ 2000
  16. a, b et c (en) D.V. Merton, « Conservation of the kakapo: a progress report. », Proc. Science in Nat. Parks., Wellington, National Parks Authority, no 6,‎ 1976, p. 139–148
  17. (en) M.N. Clout, « Saving the Kakapo: the conservation of the world's most peculiar parrot », Bird Conservation International, vol. 8, no 3,‎ 1998, p. 281–295 (DOI 10.1017/S0959270900001933)
  18. a, b et c (en) J.F. Cockrem, « Reproductive biology and conservation of the endangered kakapo (Strigops habroptilus) in New Zealand », Avian and Poultry Biology Reviews, vol. 13, no 3,‎ 2002, p. 139–144 (DOI 10.3184/147020602783698548)
  19. (en) « Facts about the Kakapo: Breeding », Kakapo Recovery Programme (consulté le 15 mars 2012)
  20. a et b (en) Daryl K. Eason, Graeme P. Elliott, Don V. Merton, Paul W. Jansen, Grant A. Harper et Ron J. Moorhouse, « Breeding biology of kakapo (Strigops habroptilus) on offshore island sanctuaries, 1990–2002 », Notornis, vol. 54, no 1,‎ 2006, p. 27–36 (lire en ligne)
  21. (en) Judy Diamond, « Social play in kakapo (Strigops habroptilus) with comparisons to kea (Nestor notabilis) and kaka (Nestor meridionalis) », Behaviour, vol. 143, no 11,‎ 2006, p. 1397–1423 (DOI 10.1163/156853906778987551)
  22. (en) Erik Hirschfeld, Rare Birds Yearbook 2008, Angleterre, MagDig Media Lmtd,‎ 2007 (ISBN 978-0-9552607-3-5), p. 151
  23. (en)Forest and Bird Magazine, Numéro 328, mai 2008,p. 5
  24. (en) Yvette Cottam, Don V. Merton et Wouter Hendriks, « Nutrient composition of the diet of parent-raised kakapo nestlings », Notornis, vol. 53, no 1,‎ 2006, p. 90–99 (lire en ligne)
  25. (en) Understanding Evolution contributors, « Conserving the Kakapo : Understanding Evolution », University of California, Berkeley,‎ avril 2006 (consulté le 15 mars 2013)
  26. (en) William J. Sutherland, « Conservation biology: Science, sex and the Kakapo », Nature, no 419,‎ 19 septembre 2002, p. 265-266 (DOI 10.1038/419265a)
  27. (en) R.G. Powlesland; B.D. Lloyd; H.A. Best; D.V. Merton, « Breeding Biology of the Kakapo Strigops-Habroptilus on Stewart Island, New Zealand », IBIS, vol. 134, no 4,‎ 1992, p. 361–373 (DOI 10.1111/j.1474-919X.1992.tb08016.x)
  28. (en) H.A. Best and R.G. Powlesland, Kakapo, Dunedin, John McIndoe and New Zealand Wildlife Service,‎ 1985
  29. a, b, c, d et e (en) George Gibbs, Ghosts of Gondwana; The history of life in New Zealand, Craig Potton Publishing,‎ 2007
  30. (en) T.H. Worthy et R.N. Holdaway, The Lost world of the Moa: Prehistoric life in New Zealand, Christchurch, Canterbury University Press,‎ 2002, p. 718
  31. (en) R. Henry, The habits of flightless birds of New Zealand: with notes on other flightless New Zealand birds, Wellington, Government Printer,‎ 1903
  32. (en) Henry George Liddell et Robert Scott, A Greek-English Lexicon (Abridged Edition), Royaume-Uni, Oxford University Press,‎ 1980 (ISBN 0-19-910207-4)
  33. a et b (en) TF Wright, « A Multilocus Molecular Phylogeny of the Parrots (Psittaciformes): Support for a Gondwanan Origin during the Cretaceous », Mol Biol Evol, vol. 25, no 10,‎ 2008, p. 2141-2156 (PMID 18653733, PMCID 2727385, DOI 10.1093/molbev/msn160)
  34. a et b (en) EJ Grant-Mackie, « Evolution of New Zealand Parrots », NZ Science Teacher, vol. 103,‎ 2003
  35. a et b (en) R. S. de Kloet et S. R. de Kloet, « The evolution of the spindlin gene in birds: Sequence analysis of an intron of the spindlin W and Z gene reveals four major divisions of the Psittaciformes », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 36, no 3,‎ 2005, p. 706-721 (PMID 16099384, DOI 10.1016/j.ympev.2005.03.013)
  36. (en) Christidis L, Boles WE, Systematics and Taxonomy of Australian Birds, Canberra, CSIRO Publishing,‎ 2008 (ISBN 978-0-643-06511-6), p. 200
  37. (en) Richard Schodde et Ian J. Mason, Nocturnal Birds of Australia. Illustré par Jeremy Boot.,‎ 1981, 136 p., p. 35-36
  38. (en) « Molecular phylogenetic relationships of the Night Parrot (Geopsittacus occidentalis) and the Ground Parrot (Pezoporus wallicus) », Auk, vol. 111,‎ 1994, p. 833-843
  39. Commission internationale des noms français des oiseaux, « Noms français des oiseaux du Monde » (consulté le 21 mars 2013)
  40. a et b « Espèces menacées: Kakapo », Radio Canada (consulté le 21 mars 2013)
  41. a et b (en) Rob Tipa, « Kakapo in Māori lore », Notornis, vol. 53, no 1,‎ 2006
  42. a et b (en) Barrie Heather et Hugh Robertson, illustré par Derek Onley,, The Field guide to the birds of New Zealand, Viking,‎ 2005
  43. a, b et c (en) G. R. Williams, « The Kakapo (Strigops habroptilus, Gray): a review and reappraisal of a near-extinct species », Notornis, vol. 7, no 2,‎ 1956, p. 29–56 (lire en ligne)
  44. a et b (en) Elsdon Best, Forest Lore of the Maori, vol. 14, Wellington, E.C. Keating, Government Printer,‎ 1977 (1re éd. 1942), 170–5 p. (OCLC 639613989, lire en ligne), « Bird Lore: How Birds Were Taken — Kākāpō (Strigops habroptilus) »
  45. (en) W. J. Sutherland, « Conservation Biology: Science, Sex and the Kakapo », Nature, vol. 419, no 6904,‎ 2002, p. 265–266 (PMID 12239554, DOI 10.1038/419265a)
  46. (en) Murphy, E and Dowding, J., « Ecology of the stoat in Nothofagus forest: home range, habitat use and diet at different stages of the beech mast cycle », New Zealand Journal of Ecology, vol. 19, no 2,‎ 1995, p. 97–109 (lire en ligne [PDF])
  47. a et b (en) S. Hill et J. Hill, Richard Henry of Resolution Island, Dunedin, John McIndoe,‎ 1987
  48. a et b (en)Épisode 'Last Chance to See' de la série Last Chance to See. Diffusé pour la première fois le 2009-10-04 sur la chaîne BBC Two du réseau BBC. Visionner l'épisode en ligne
  49. (en) D. J. Butler, « The habitat, food and feeding ecology of kakapo in Fiordland: a synopsis from the unpublished MSc thesis of Richard Gray », Notornis, vol. 53, no 1,‎ 2006, p. 55-79 (lire en ligne [PDF])
  50. (en) R.G. Powlesland, A. Roberts, B. D. Lloyd et D.V. Merton, « Number, fate and distribution of kakapo (Strigops habroptilus) found on Stewart Island, New Zealand, 1979–92 », New Zealand Journal of Zoology, vol. 22, no 3,‎ 1995, p. 239–248 (DOI 10.1080/03014223.1995.9518039, lire en ligne [PDF])
  51. (en) B.J. Karl et H.A. Best, « Feral cats on Stewart Island: their foods and their effects on kakapo », New Zealand Journal of Zoology, vol. 9,‎ 1982, p. 287–294
  52. a, b, c et d (en) B. D. Lloyd et R. G. Powlesland, « The decline of kakapo Strigops habroptilus and attempts at conservation by translocation », Biological Conservation, vol. 69, no 1,‎ 1994, p. 75–85 (DOI 10.1016/0006-3207(94)90330-1)
  53. (en) R.G. Powlesland, Kakapo recovery plan 1989–1994, Wellington, Department of Conservation,‎ 1989
  54. (en) « Hauturu, or Little Barrier Island », Kakapo Recovery Programme (consulté le 18 mars 2013)
  55. (en) Joanna K. Whitehead, Breeding success of adult female kakapo (Strigops habroptilus) on Codfish Island (Whenua Hou): correlations with foraging home ranges and habitat selection,‎ 2007, PDF (lire en ligne)
  56. a, b, c et d (en) « Updates », Kakapo Recovery Programme (consulté le 18 mars 2013)
  57. a, b, c et d (en) G.P. Elliott, D.V. Merton, P.W. Jansen, « Intensive management of a critically endangered species: the kakapo », Biological Conservation, vol. 99, no 1,‎ 2001, p. 121–133 (DOI 10.1016/S0006-3207(00)00191-9)
  58. (en) R. G. Powlesland and B. D. Lloyd, « Use of supplementary feeding to induce breeding in free-living kakapo Strigops habroptilus in New Zealand », Biological Conservation, vol. 69, no 1,‎ 1994, p. 97–106 (DOI 10.1016/0006-3207(94)90332-8)
  59. (en) Malcom S. Gordon et Soraya S. Bartol, Experimental approaches to conservation biology, University of California Press,‎ 2004, 394 p. (lire en ligne), p. 111
  60. (en) Don Merton, « Kakapo update January 1999 » (consulté le 21 mars 2013)
  61. (en) M.N. Clout, G.P. Elliott et B.C. Robertson, « Effects of supplementary feeding on the offspring sex ratio of kakapo: a dilemma for the conservation of a polygynous parrot », Biological Conservation, vol. 107, no 1,‎ 2002, p. 13–18 (DOI 10.1016/S0006-3207(01)00267-1)
  62. (en) B.C. Robertson, G.P. Elliott, D.K. Eason, M.N. Clout et N.J. Gemmell, « Sex allocation theory aids species conservation », Biology Letters, vol. 2, no 2,‎ 2006, p. 229–231 (PMID 17148369, PMCID 1618899, DOI 10.1098/rsbl.2005.0430, lire en ligne)
  63. (en) Daryl K. Eason et Ron J. Moorhouse, « Hand-rearing kakapo (Strigops habroptilus), 1997–2005 », Notornis, vol. 53, no 1,‎ 2006, p. 116–125 (lire en ligne)
  64. (en) « Richard Henry: Richard Henry was the ‘elder statesman’ of the kakapo population and a lynchpin to the future of the species. », Kakapo Recovery Programme (consulté le 19 mars 2013)
  65. (en) « A Plan for the Future 2006-2016 », Kakapo Recovery Programme (consulté le 19 mars 2013)
  66. (en) Cresswell, M., Kakapo recovery plan 1996–2005. Threatened Species Recovery Plan No. 21., Wellington, Department of Conservation
  67. (en)Erreur de paramétrage du modèle {{Citation épisode}} : les paramètres titre et série sont obligatoires.
  68. (en) « Kakapo relocated to raise chicks », stuff.co.nz (consulté le 19 mars 2013)
  69. « Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction Annexes I, II et III »,‎ 25 septembre 2012 (consulté le 22 mars 2013)
  70. a, b, c, d et e (en) Murdoch Riley, Maori Bird Lore; An introduction, Viking Sevenseas NZ LTD,‎ 2001
  71. a, b, c et d (en) Rob Tipa, « Short note: Kakapo in Māori Lore », Notornis, vol. 53, no 1,‎ 2006, p. 193–194 (lire en ligne [PDF])
  72. a, b, c, d et e (en) Rod Morris, Hal Smith, Wild South: Saving New Zealands endangered birds, New Zealand, Random House,‎ 1995
  73. a, b, c et d (en) « Kakapo then and now; An Iwi Perspective », Web.archive.org,‎ 16 avril 2007 (consulté le 15 janvier 2012)
  74. (en) « Kakapo feather cloak », British Museum (consulté le 20 mars 2013)
  75. a, b et c (en) Andrew Crowe, Which New Zealand Bird?, Penguin,‎ 2001
  76. (en) « Gerald durrell's career », durrellwildlife.org (consulté le 8 aout 2007)
  77. (en) « The Unnatural History of the Kakapo », Elwin.co.nz (consulté le 20 mars 2013)
  78. (en) Hamish McNeilly, « Fry making kakapo doco », Otago Daily Times,‎ 10 janvier 2009 (consulté le 20 mars 2013)
  79. (en) « Prime Minister Appoints 'Spokesbird' for Conservation », Tourism New Zealand,‎ 29 janvier 2010 (consulté le 20 mars 2013)
  80. (en) « Wild Pacific - Strange Evolutions » (consulté le 20 mars 2013)
  81. (en) « The Living Planet [episode 10] » (consulté le 20 mars 2013)
  82. (en) Kjell Scharning, « Theme Birds on Stamps:Kakapo Strigops habroptila » (consulté le 21 mars 2013)