Mt Bruce Wildlife Centre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruce.

40° 43′ 16″ S 175° 38′ 24″ E / -40.7211, 175.6399

Mt Bruce National Wildlife Centre
Les 3 Takahés visibles au Mt Bruce Wildlife Centre, le 15 août 2006

Le Pukaha Mt Bruce Wildlife Centre est un organisme de protection de l'environnement situé à une trentaine de kilomètres au Nord de Masterton, une dizaine au sud de Eketahuna et environ 130 km au Nord de Wellington, la capitale de la Nouvelle-Zélande.

Il faisait partie du "Seventy Mile Bush", qui couvrait la zone allant de Masterton à Woodville avant l'arrivée des Européens en Nouvelle-Zélande sur l'Île du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, le parc comprenait 55 hectares utilisés dans le but de sauvegarder et d'augmenter la population d'espèces menacées, principalement des oiseaux. Les premiers oiseaux sous la tutelle du parc furent les takahés, une espèce pensée éteintes, mais retrouvées dans les années 1950 sur Île du Sud.

En 2001, le parc passa de 55 à 942, incluant la forêt alentours, quasiment vierge. La capacité d'accueil et de réintroduction d'oiseaux fut considérablement augmentée. Plus de 100 km de chemins ont été créés. Des pièges mécaniques et des boites pour déposer du poisons ont été installés afin de maintenir une pression faible de la part des prédateurs, en particulier les rongeurs, mais aussi les opossums

Les missions[modifier | modifier le code]

Conservation[modifier | modifier le code]

Le principal objectif de Mt Bruce Wildlife Centre est de réintroduire les espèces actuellement menacées et de maintenir leur population. Actuellement, cela concerne principalement les oiseaux, mais l'activité s'étendra prochainement aux reptiles, tel le tuatara, une sorte de lézard, ou encore aux chauve-souris. L'objectif final est de recréer un point central pour la reconquête du milieu naturel de la région par les espèces.

Les réintroductions les plus importantes débutèrent en 1996, avec le kaka, proche cousin du kéa. On en trouve actuellement une quarantaine et l'objectif est d'atteindre une population de 600. Les années suivantes, des kiwis ainsi que des kokakos furent relâchés.

Afin d'augmenter les chances de survie des poussins, les œufs des kiwis et des takahés sont incubés artificiellement.

Éducation[modifier | modifier le code]

Tout au long de l'année, des écoles visitent le centre. Quelques-unes d'entre elles sponsorisent un kiwi, dont les élèves vont suivre l'évolution.

Le centre participe au programme LOETC (Learning experiences Outside the Classroom). Le centre permet ainsi de sensibiliser les étudiants aux problèmes environnementaux de la Nouvelle-Zélande.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La deuxième plus grande mission du centre est d'accueillir les touristes et de les sensibiliser à l'environnement et à la protection des espèces menacées. En effet environ 50 000 visiteurs visitent le parc où ils peuvent découvrir des espèces endémiques dans des volières. Des visites guidées journalières sont organisées et permettent au public d'avoir un contact avec les kakas.

Le personnel[modifier | modifier le code]

Il est composé d'une quinzaine de personnes, réparties à la réception, au café et aux travaux concernant les oiseaux (préparation de la nourriture, recherche des nids, suivi des oiseaux, etc.)

De nombreux volontaires, venant des quatre coins du monde, aident les rangers tout au long de l'année.

Liens[modifier | modifier le code]