Sortie extravéhiculaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EVA.
L'astronaute Bruce McCandless lors d'une activité extravéhiculaire
Robert Curbeam et Christer Fuglesang (à droite) lors d'une sortie extravéhiculaire durant la mission STS-116 à bord de la Station spatiale internationale en 2006
L'Américaine Nicole Stott participant à la construction de la Station Spatiale Internationale lors de la mission STS-128 en 2009

Une sortie extravéhiculaire, ou activité extravéhiculaire, abrégée EVA (Extra-Vehicular Activity) est une activité réalisée dans l'espace — à l'extérieur d'un véhicule spatial — par un spationaute vêtu d'une combinaison spatiale.

Cette expression est le plus souvent utilisée pour des activités extravéhiculaires menées en orbite autour de la Terre à proximité d'un véhicule spatial (spacewalk), mais elle se réfère également aux sorties sur la surface lunaire (moonwalk). Ainsi, les sorties extravéhiculaires sont utiles à des fins d'assemblage ou de réparation de navettes spatiales et de stations spatiales ainsi qu'à l'exploration et à la récolte d'échantillons lunaires.

La première sortie extravéhiculaire a été effectuée par le cosmonaute soviétique Alexei Leonov le 18 mars 1965, à partir du vaisseau Voskhod 2. L'Américain Edward White le suivra moins de trois mois plus tard, le 3 juin.

Fonctionnement de la combinaison[modifier | modifier le code]

Article détaillé : combinaison spatiale.

À l'intérieur, la pression gazeuse n'est que 0,3 bar, soit 30 % seulement de la pression de la station ou de la surface terrestre (1 bar). Ceci est indispensable pour que la combinaison reste souple. Il y a une alimentation en dioxygène pur et un système de recyclage du dioxyde de carbone ainsi qu'un système qui régule la température.

Dangers des sorties extravéhiculaires[modifier | modifier le code]

Une sortie extra-véhiculaire est une activité épuisante car l'astronaute doit lutter contre la pression régnant dans sa combinaison pour plier ses membres. Les conditions d'éclairage rendent les travaux difficiles. Selon la période orbitale, par exemple toutes les 30 minutes, l'astronaute plonge dans l'obscurité (côté nuit) et il est alors tributaire des éclairages installés et de ceux qu'il porte pour éclairer sa zone de travail. Enfin les contrastes thermiques entre les zones éclairées et les zones sombres sont très importantes et la combinaison spatiale a parfois des difficultés à réguler la température notamment des extrémités.

Les sorties extravéhiculaires sont dangereuses pour de nombreuses raisons. La première est le risque de perforation de la combinaison spatiale. Celle-ci peut résulter d'une mauvaise manœuvre par exemple avec les outils ou d'une collision avec des débris spatiaux ou des micrométéorites. En effet, ceux-ci se déplacent à une très grande vitesse (jusqu'à 20 kilomètres par seconde) et l'impact d'un débris même très petit peut être fatal. La perforation de la combinaison spatiale entraînerait une dépressurisation, une perte de connaissance au bout de 15 secondes, l'anoxie puis la mort de l'astronaute au bout d'environ une minute. Afin de réduire les risques inhérents à ces sorties, le vaisseau ou la station sont interposés entre la trajectoire la plus probable des débris et les astronautes[1]. La durée des sorties (huit heures au plus) et le nombre de sorties limitées (quelques dizaines par an) limitent toutefois ce risque qui s'élève à 6 % après 2 700 heures d'activités extravéhiculaires d'une équipe de deux personnes[2].

Un autre risque important est les sorties extravéhiculaires non prévues, relativement rares, car elles ne peuvent être préparées et sont réalisées pour tenter de corriger des dysfonctionnements ; le danger de ce type d'intervention entraîne une augmentation de la pression émotionnelle des spationautes, qui peuvent faire des erreurs.

Un autre risque possible est la rupture du câble de liaison avec le véhicule spatial. Le risque est que l'astronaute s'éloigne de la station sans pouvoir revenir, en l'absence de système pour le retenir. Les astronautes américains disposent d'un système de propulsion à l'arrière de leur combinaison, le SAFER (Simplified Aid For EVA Rescue — « safer » signifie aussi « plus sûr » en anglais), qui leur permet de se propulser vers la station (delta‑v : 3 m/s).

Fin 2012, aucun accident catastrophique n'a eu lieu lors d'une sortie extravéhiculaire, et aucun spationaute n'est décédé durant l'une de ces activités. Cependant, la NASA et la DARPA développent des robots spécialisés dans les opérations de maintenance extravéhiculaires, afin de réduire les risques potentiels pour les humains.

Préparation de la sortie[modifier | modifier le code]

L'astronaute Thomas Reiter (à gauche) assiste Jeffrey N. Williams dans le module Quest de la Station spatiale internationale lors de l'Expédition 13 en 2006

Avant la sortie, le matériel et les procédures sont vérifiés et les astronautes doivent respirer durant un certain temps de l'air avec une pression réduite pour purger les organismes de leur diazote et éviter les malaises (mal des caissons) dus à la pression basse régnant dans la combinaison. La durée de cette dernière phase dépend de la pression régnant dans la combinaison : la préparation respiratoire des Russes est plus courte car la pression dans leur combinaison est plus élevée (ce qui les rend plus rigides donc moins aptes aux travaux). [réf. souhaitée] Lorsque l'atmosphère dans le vaisseau est uniquement constituée d'oxygène (vaisseau Apollo ou Gemini), cette phase n'est pas nécessaire.

Sas de décompression[modifier | modifier le code]

Dans l'ISS, la sortie se fait par le module Quest airlock qui permet de diminuer progressivement la pression autour des astronautes. Ils sortent ensuite par une écoutille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Les débris spatiaux compromettent-ils l'utilisation de l'Espace ? - www.mankind-in-space.com, 6 décembre 2009
  2. (en) International Space Station Independent Safety Task Force (IISTF), Final report of the International Space Station Independent Safety Task Force (IISTF),‎ février 2007 (lire en ligne), p. 32-33 [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]