Vol parabolique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Astronautes du Programme Mercury sur un C-131 en vol parabolique, 1959.
Déroulement d'une expérience durant une parabole.
Déroulement d'une expérience durant une parabole.
Les différentes phases d'un vol parabolique.

Le vol parabolique est un moyen de créer une situation de micropesanteur pendant une vingtaine de secondes. C'est un moyen relativement moins coûteux que les autres et permettant l'utilisation de matériel de laboratoire. En outre, il permet d'embarquer les expérimentateurs avec leurs expériences, ce qui est impossible en tour de chute ou dans les stations orbitales par exemple. Les inconvénients sont la faible durée, la qualité (0,01 g d'accélération résiduelle). Pour le vol parabolique, on parle de situation de micropesanteur.

Principe[modifier | modifier le code]

Un objet est soumis à l'impesanteur lorsque l'ensemble des forces gravitationnelles et inertielles auxquelles il est soumis possède une résultante et un moment résultant nuls. Si l'on néglige les forces de frottements, un solide lancé (avec ou sans vitesse initiale) n'est soumis qu'à son poids. Cette situation est aussi appelée chute libre. Dans un référentiel galiléen, cela signifie qu'un objet en chute libre n'est soumis qu'à l'accélération de la pesanteur. Le principe du vol parabolique est de reproduire une trajectoire la plus proche possible de la parabole décrite par un objet lancé à la vitesse de l'avion, afin que les expériences situées à l'intérieur de l'avion soient en état de micropesanteur. Il faut un pilotage fin qui nécessite deux pilotes, l'un agissant sur le tangage (pilotage de l'assiette) tandis que le second maintient l'inclinaison nulle (axe de roulis).

En France, le CNES est responsable de l'organisation de campagnes de vols paraboliques depuis 1989. L'avion utilisé aujourd'hui est un Airbus appelé A300 ZERO-G.

Intérêt[modifier | modifier le code]

La micropesanteur permet de révéler des phénomènes habituellement masqués par la gravité sur Terre. Le vol parabolique est donc utilisé pour des expériences de physique des matériaux, biologie, chimie, astrophysique ou physiologie, grâce aux conséquences immédiates de la micropesanteur, à savoir une absence de :

Elle présente aussi l'amplification des phénomènes de :

Autres moyens[modifier | modifier le code]

D'autres moyens usuels pour simuler ou bénéficier de la micropesanteur peuvent être :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Le site du CADMOS au CNES, responsable des campagnes de vols paraboliques françaises
  • Le site de Novespace, filiale du CNES, exploitant l'AIRBUS ZERO-G