Orlan (combinaison spatiale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combinaison spatiale russe Orlan de sortie extravéhiculaire.
Le cosmonaut Salizhan Sharipov pose avec une combinaison Orlan dans la Station spatiale internationale (ISS).

La combinaison spatiale Orlan (russe : Орлан qui signifie Pygargue) est une famille de combinaisons spatiales semi-rigides conçues et fabriquées par la société russe NPP Zvezda. Elles ont été utilisées pour les sorties extravéhiculaires du programme spatial soviétique, de son successeur le programme spatial russe et par les programmes spatiaux chinois, européen et américain[1],[2],[3].

Conception[modifier | modifier le code]

L'astronaute John Phillips équipé d'une combinaison spatiale Orlan au cours d'une sortie extravéhiculaire.

Il y a eu plusieurs versions de la combinaison spatiale Orlan. Les versions conçues pour l'espace sont les versions Orlan-D, Orlan-DM, Orlan-DMA; les versions Orlan-GN, Orlan-T et Orlan-V sont destinées à l'entraînement et peuvent être utilisées sous l'eau[4],[5]. La dernière version, l'Orlan-MK, a été testée durant une marche dans l'espace en juin 2009[6]. À l'origine la combinaison spatiale Orlan avait une autonomie de deux heures et demie et avait été conçue pour les sorties sur le sol lunaire dans le cadre du programme lunaire habité soviétique. Elle fut abandonnée en faveur d'un modèle ayant une plus grande autonomie. L'Orlan-D bénéficiait d'une autonomie de 3 heures; l'Orlan-M a une autonomie de 9 heures.

La combinaison spatiale Orlan est semi-rigide, c'est-à-dire qu'elle comporte des bras souples mais un casque et un torse rigides[7]. On l'enfile par une ouverture située à l'arrière du torse sous le paquetage porté par le cosmonaute. Cette conception permet de l'enfiler relativement rapidement (environ 5 minutes). La première version de la combinaison était reliée au vaisseau spatial par un cordon ombilical qui fournissait l'énergie et la liaison radio. L'Orlan-DM et toutes les versions ultérieures sont, sur ce plan, complètement autonomes.

Historique[modifier | modifier le code]

La première sortie extravéhiculaire effectuée avec une combinaison spatiale Orlan a eu lieu le 20 décembre 1977 et a été réalisée par un membre de l'équipage de la station spatiale Saliout 6 au cours de la mission Soyouz 26 : la version utilisée par Iouri Romanenko et Georgi Grechko était l'Orlan-D. L'Orlan-DM fut utilisé pour la première fois le 2 aout 1985 par les cosmonautes Vladimir Dzhanibekov et Viktor Savinykh qui faisaient partie de l'équipage de Saliout 7. La version Orlan-M, a été utilisée à bord de la station Mir à partir de 1997 et jusque l'abandon de cette station ; elle est aujourd'hui employée à bord de la Station spatiale internationale. Des combinaisons Orlan ont été utilisées par des astronautes russes, américains, européens et chinois. En Chine la combinaison porte l'appellation Haiying (海鹰) traduction littérale de son nom russe.

Le 3 février 2006 une combinaison spatiale Orlan hors d'usage équipée d'un émetteur radio et baptisée SuitSat-1 est lancée en orbite depuis la Station spatiale internationale pour une expérience scientifique[8],[9],[10].

La version la plus récente est l'Orlan-MK, qui comporte un ordinateur, a été testée pour la première fois en juin 2009 durant une sortie extravéhiculaire de 5 heures dont l'objectif était d'installer un équipement sur la Station spatiale internationale[6]. L'ordinateur placé dans le paquetage arrière surveille les différents paramètres de la combinaison et alerte le cosmonaute en cas de dysfonctionnement. Si la situation le requiert il fournit des instructions qui sont affichées sur un écran LCD situé sur la partie droite de la poitrine du cosmonaute[6].

Versions utilisées pour l'entraînement[modifier | modifier le code]

Les combinaisons spatiales sont utilisées au Centre d'entraînement des Cosmonautes Youri Gagarine de la Cité des étoiles dans la banlieue de Moscou : l'Orlan-GN permet de s'entrainer sous l'eau, l'Orlan-T est utilisée pour s'entrainer à l'utilisation du sas et l'Orlan-V pour l'entrainement durant les vols en microgravité.

Clayton Anderson enfile une combinaison spatiale Orlan-M en passant par l'ouverture arrière.

Références[modifier | modifier le code]

  1. NASA, « NASA Press Briefing », National Aeronautics and Space Administration,‎ 1997 (consulté le 8 mai 2010)
  2. ESA, « ESA astronaut goes underwater to test European Robotic Arm », European Space Agency,‎ 2004 (consulté le 8 mai 2010)
  3. Encyclopedia Astronautica, « Orlan », Encyclopedia Astronautica,‎ 2007 (consulté le 8 mai 2010)
  4. NPP InterCoS, « Zvezda's Museum and Spacesuit Photo Report », NPO International Cooperation in Space,‎ 2007 (consulté le 8 november 2007)
  5. Jonathan McDowell, « The History of Spaceflight Chapter 7.2: Zvezda Orlan spacesuits »,‎ 2000 (consulté le 8 novembre 2007)
  6. a, b et c (en) « ISS astronauts complete spacewalk, test new Russian spacesuits », RIA Novosti,‎ 5 juin 2009 (consulté le 6 octobre 2009)
  7. JSC RD&PE "Zvezda", « Space Suits », JSC RD&PE "Zvezda", Russia (consulté le 8 novembre 2007)
  8. Tariq Malik, « So Long, SuitSat: Astronauts Launch Spacesuit in ISS Spacewalk », Space.com,‎ 2006 (consulté le 8 novembre 2007)
  9. Robert Z. Pearlman for CollectSpace.com, « Orlan Overboard: The Suit Behind the Sat », Space.com,‎ 2006 (consulté en November 8, 2007)
  10. Space Today Online, « Suitsat: An empty spacesuit broadcasting to Earth », Space Today Online,‎ 2006 (consulté en 8 novembre 2007)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]