Programme Shenzhou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shenzhou.
Architecture modulaire de la capsule Shenzhou

Le programme Shenzhou, (Shenzhou veut dire « vaisseau divin » en chinois) est le programme de vol spatial habité de la République populaire de Chine. Les missions du programme utilisent le vaisseau spatial Shenzhou développé avec l'aide de la Russie, et qui présente de grandes similarités avec le vaisseau Soyouz, ainsi que le lanceur Longue Marche 2F qui est tiré depuis le Centre spatial de Jiuquan. Le projet est lancé en 1992 sous le nom de Projet 921-1. Le premier vol d'un taïkonaute a lieu le 15 octobre 2003 (mission Shenzhou 5) après quatre vols sans équipage destinés à qualifier le vaisseau qui se sont déroulés entre 1999 et 2002. Fin 2011, quatre missions habitées Shenzhou ont été lancées depuis le démarrage du programme : elles ont permis de tester des configurations de vol (taille de l'équipage, opérations en vol) de complexité croissante. Dans le cadre de la mission Shenzhou 7, l'astronaute Zhai Zhigang a réalisé la première sortie d'un Chinois dans l'espace le 27 septembre 2008. Et le 16 juin 2012, dans le cadre de la mission Shenzhou 9, Liu Yang devint la première taïkonaute chinoise à aller dans l'espace et réalisa durant ce vol un amarrage manuel à la station spatiale Tiangong 1.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La Chine exprime pour la première fois sa volonté de lancer son programme de Vol spatial habité en 1970 avec le lancement du Projet 714 dont l'objectif est de placer sur orbite le premier astronaute chinois dès 1973. Un rassemblement d'experts est constitué, un institut de recherche dédié à la médecine spatiale est créé et 19 astronautes sont sélectionnés, mais le programme est arrêté peu après par Mao Zedong en raison de manque de fonds et de l'absence d’intérêt politique. Le programme actuel a été lancé le 1er avril 1992 sous le nom de Projet 921-1 et la conception débuta le 1er janvier 1993 sous la direction de Qi Faren et de Wang Yongzhi selon un plan découpé en 3 parties et s'étalant sur deux décennies :

  • La Phase 1, durant laquelle seraient lancés deux vols inhabités puis enfin le premier vol habité chinois en 2002.
  • La Phase 2, commençant en 2007 et composée de plusieurs vols destinés à tester la technologie de rendez-vous et d'amarrage en orbite ainsi que l'opération d'un laboratoire spatial léger.
  • La Phase 3, représentant la mise en orbite d'une station spatiale de 20 tonnes qui devrait avoir lieu durant la période 2010-2015.

En 1994, la Russie a vendu diverses technologies aéronautiques et spatiales au gouvernement chinois et, en 1995, un accord a été signé entre les deux pays pour le transfert de technologie du vaisseau spatial russe Soyouz vers la Chine. Dans cet accord étaient inclus la formation des futurs cosmonautes, la fourniture de capsules Soyouz, les systèmes de support de vie, les systèmes d'amarrage ainsi que les combinaisons spatiales. En 1996, deux taïkonautes chinois, Wu Jie et Li Qinglong commencèrent leur formation au Centre d'entraînement des cosmonautes Youri Gagarine en Russie. Une fois cette formation achevée, les deux hommes retournèrent en Chine et commencèrent à former d'autres astronautes chinois à Pékin et au Centre spatial de Jiuquan. Le matériel et les informations vendus par la Russie conduisirent à des modifications au niveau de la conception initiale du vaisseau, désormais appelé Shenzhou, signifiant littéralement « Vaisseau Divin », ce nom aurait été choisi par le Président de l'époque, Jiang Zemin. De nouvelles installations de lancement furent bâties sur le site de lancement de Jiuquan, en Mongolie-intérieure, et au printemps 1998, une maquette taille réelle du lanceur Longue Marche 2F dédié au lancement de vaisseau Shenzhou fut mise en œuvre pour les tests d'intégration et de capacité[1]. Le premier vol (inhabité) du vaisseau spatial, Shenzhou 1, fut lancé le 19 novembre 1999 et fut suivi d'une série de trois vols inhabités supplémentaires.

Premier chinois dans l'espace[modifier | modifier le code]

Yang Liwei, devenu en 2003 le premier chinois dans l'espace lors du vol Shenzhou 5.

Le cinquième vol, Shenzhou 5, le premier transportant un chinois dans l'espace (Yang Liwei), fut lancé le 15 octobre 2003.

Tout comme les programmes spatiaux similaires d'autres pays, le programme Shenzhou a soulevé des questions quant à savoir si la Chine doit dépenser de l'argent dans un programme spatial habité, en faisant valoir que ces ressources seraient mieux dirigés ailleurs. En effet, deux programmes de vols spatiaux habités antérieurs, l'un au milieu des années 1970 et l'autre dans les années 1980 ont été annulés à cause de leurs coûts importants. En réponse aux détracteurs, un certain nombre de justifications ont été diffusées dans les médias chinois. La première est que le destin à long terme de l'humanité réside dans l'exploration de l'espace, et que la Chine ne doit pas être laissée pour compte. Une autre est que ce programme va catalyser le développement de la science et de la technologie en Chine. Enfin, il a été soutenu que le prestige résultant de cette capacité va augmenter la stature de la Chine dans le monde, d'une manière similaire aux Jeux olympiques de 2008.

Missions suivantes[modifier | modifier le code]

Le 17 octobre 2005, suite au succès du vol habité Shenzhou 6, furent dévoilés le coût du vol, 110 millions d'USD, ainsi que le coût brut du projet 921-1 au cours des 11 dernières années, soit 2,3 milliards de dollars US. Ces valeurs sont plus faibles que le coût des programmes spatiaux similaires dans d'autres pays[2].

Le lanceur[modifier | modifier le code]

Le vaisseau Shenzhou est lancé par une fusée CZ-2F ou Longue Marche 2F depuis le Jiuquan Satellite Launch Center. Il s'agit d'une version modifiée du lanceur Longue Marche 2E par ajout de systèmes de sécurité augmentant les chances de survie de l'équipage en cas de panne et quelques renforts structurels. La fusée mesure 62 mètres de haut et pèse 477 tonnes. Elle peut placer 8,5 tonnes sur une orbite basse de 500 km.

Le vaisseau spatial[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Shenzhou (vaisseau spatial).

Le vaisseau Shenzhou développé pour le programme spatial chinois est au niveau de sa structure très proche du vaisseau russe Soyouz. Comme celui-ci il peut transporter trois passagers et comporte trois modules (module de service, de descente et orbital). Par rapport à Soyouz, le vaisseau Shenzhou est légèrement plus grand et le module orbital dans la version utilisée pour les premiers vols est équipé de panneaux solaires de 12 m2, ce qui le rend autonome. Les modules orbitaux des missions sans équipage Shenzhou 3 et Shenzhou 4 ont pu ainsi effectuer des vols de six mois de façon autonome, c'est-à-dire après que le module de service et le module de descente ont été largués.

Liste des véhicules Shenzhou[modifier | modifier le code]

La combinaison spatiale Haiying portée par Yang Liwei en exposition.

Les lignes bleues correspondent aux missions habitées.

Nom de la mission Insigne Date de lancement Description
Shenzhou 1 19 novembre 1999 Vol de test non habité.
Shenzhou 2 9 janvier 2001 Vol de test avec animaux à bord.
Shenzhou 3 25 mars 2002 Vol de test avec un mannequin.
Shenzhou 4 30 décembre 2002 Vol de test avec un mannequin et plusieurs expériences scientifiques.
Shenzhou 5 Shenzhou 5 insignia.PNG 15 octobre 2003 Premier vol d'un taïkonaute.
Shenzhou 6 Shenzhou 6 Logo.svg 12 octobre 2005 Deux taïkonautes ont pris place pour une mission de 5 jours.
Shenzhou 7 Shenzhou 7 mission patch.png 25 septembre 2008 Initialement prévue courant 2007, la mission a été repoussée d'un an, le temps de réaliser des combinaisons spatiales adaptées pour la sortie extravéhiculaire qui a été réalisée le 27 septembre.
Shenzhou 8 31 octobre 2011 Vol de test sans équipage. Test du rendez-vous spatial et de l'amarrage avec la station Tiangong 1.
Shenzhou 9 Shenzhou 9 mission patch.png 16 juin 2012 Vol avec trois taïkonautes dont la première femme taïkonaute chinoise (Liu Yang). Test du rendez-vous spatial automatique et manuel et amarrage avec la station Tiangong 1. Premier amarrage avec équipage pour la Chine.
Shenzhou 10 Shenzhou 10 mission patch.png 11 juin 2013 Vol avec trois taïkonautes dont la seconde femme taïkonaute chinoise (Wang Yaping). Rendez-vous spatial et amarrage avec la station Tiangong 1. Deuxième amarrage avec équipage pour la Chine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) [PDF]Futron Corporation, « China and the Second Space Age »,‎ 2003 (consulté le 28 septembre 2012)
  2. (en) « Successful Manned Space Mission Triggers Booming Aerospace Economy », sur http://www.spacedaily.com,‎ 2005 (consulté le 28 septembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Coué, Shenzhou : les Chinois dans l'Espace, éditions L'Esprit du Temps, 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]