Challenger (navette spatiale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

OV-099

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Challenger.

Challenger
OV-099

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Challenger au lancement, lors de la mission STS-7.

Caractéristiques
Organisation NASA
Date de construction 3 novembre 1980[1]
Date de fin du programme 28 janvier 1986
Durées
Nombre de vols 10
Challenger lors de la mission STS-8.
Challenger en route vers son pas de tir.

Challenger ou OV-099 (Orbital Vehicle-099) était une navette spatiale américaine originellement conçue à des fins de test (STA-099).

Elle porte le nom du bateau qui mesura le fond marin le plus profond du globe (la fosse des Mariannes, à 10 983 m sous la surface de l'eau).

Challenger s'est désintégrée le 28 janvier 1986[2], au cours du décollage, après seulement 73 secondes de vol alors qu'elle évoluait à 3 200 km/h. Les sept membres de l'équipage périrent. Il s'agit de :

Missions[modifier | modifier le code]

STS signifie Space Transportation System ou système de transport spatial. C'est le terme officiel pour désigner les missions.

Au total, Challenger a accompli 9 missions pendant lesquelles elle a passé 62,41 jours dans l'espace et parcouru 41 527 416 km. Elle a déployé 10 satellites au total.

# Date Désignation Notes Durée du vol Commandant Patch
1 4 avril 1983 STS-6 Déploiement d'un satellite de communication. Première sortie dans l'espace depuis une navette. 5 jours Paul J. Weitz Sts-6-patch.png
2 18 juin 1983 STS-7 Sally Ride première Américaine dans l'espace. 2 satellites de communication déployés. 6 jours, 2 heures Robert Crippen STS-7 patch.svg
3 30 août 1983 STS-8 Premier lancement et atterrissage de nuit. Déploiement d'un satellite 6 jours, 1 heure Richard H. Truly STS-8 patch.png
4 3 février 1984 STS-41-B Première sortie dans l'espace sans attache. Echec de la mise en orbite de 2 satellites (Palapa B2, Westar 6) 7 jours, 23 heures Vance Brand Sts-41-b-patch.png
5 6 avril 1984 STS-41-C Mise en orbite du module LDEF. Réparation de Solar Max 6 jours, 23 heures Robert Crippen STS-41-C patch.png
6 5 octobre 1984 STS-41-G Première sortie d'une femme (Kathryn Sullivan). Marc Garneau premier canadien dans l'espace. 8 jours, 5 heures Robert Crippen STS-41-G patch.png
7 29 avril 1985 STS-51-B Spacelab-3 7 jours Robert F. Overmyer Sts-51-b-patch.png
8 29 juillet 1985 STS-51-F Spacelab-2 7 jours 22 heures C. Gordon Fullerton Sts-51-f-patch.png
9 30 octobre 1985 STS-61-A Spacelab D-1 7 jours Henry W. Hartsfield, Jr STS-61-a-patch.png
10 28 janvier 1986 STS-51-L Perte de la navette au décollage. 87 secondes[3] Francis "Dick" Scobee STS-51-L.svg

L'accident de Challenger[modifier | modifier le code]

L'accident a été provoqué par la rupture de l'un des joints toriques d'un des deux propulseurs à poudre accolés au réservoir principal d'hydrogène. Il avait souffert de conditions climatiques particulièrement froides au cours de la nuit précédant le tir. Les joints en question, développés par la compagnie américaine Morton Thiokol, située au nord des États-Unis, n'avaient pas été testés en conditions de grand froid. Les concepteurs considéraient que le lieu de tir, la Floride, bénéficiait d'un climat toujours ensoleillé. Le fait est qu'un phénomène météorologique touchant assez fréquemment la Floride avait fait descendre la température bien en dessous de 0 °C au cours de la nuit précédant le tir.

Les ingénieurs de Morton Thiokol avaient néanmoins de sérieux doutes sur la capacité de résistance du joint au froid, à cause notamment d'incidents remarqués au cours de certains vols précédents. Mais le joint n'ayant pas été formellement testé puisque la question du froid ne s'était même pas posée, ils furent incapables de prouver la faiblesse de cette pièce au directeur de tir.

L'enquête révèlera également que les ingénieurs de sécurité de la NASA estimaient les probabilités d'accident de l'ensemble du dispositif à environ 1 % alors que les directeurs de tirs, prenant la décision finale, tablaient des probabilités mille fois inférieures. Dans ces deux contextes, l'information concernant la solidité du joint ne prenait pas la même ampleur. Les directeurs de tirs décidèrent donc de passer outre et d'effectuer le tir.

La rupture progressive du joint sur le propulseur d'appoint solide (SRB) de droite laissa passer une flamme dirigée vers des éléments structuraux du réservoir de carburant principal. Vers 72 secondes, la structure du réservoir principal et des propulseurs d'appoints commence à lâcher et se désintègre vers T+73,124 s. L'orbiteur, encore intact, pivote de son orientation optimale pour résister aux forces aérodynamiques intenses et se déchire immédiatement en morceaux (87s).

Challenger n'a pas été détruite par une explosion. Après la désintégration due aux forces aérodynamiques, le combustible qui se trouvait dans l'orbiteur et le réservoir principal brûle en quelques secondes, créant une boule de feu massive.

L'habitacle, toujours largement intact, est retombé vers l'océan.

Il a été prouvé que des astronautes ont survécu au choc initial (une bouteille d'oxygène de secours ayant été activée), mais on ignore s'ils sont décédés durant la chute qui dura deux minutes au sein d'une cabine dépressurisée ou lors de l'impact avec l'océan.

Sept astéroïdes ont été baptisés en hommage aux membres de l'équipage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://science.ksc.nasa.gov/shuttle/resources/orbiters/challenger.html
  2. http://www.ina.fr/video/CAB86002535/accident-challenger-video.html Journal télévisé d'Antenne 2 du 28 janvier 1986 (Archive INA)
  3. Accident de la navette spatiale Challenger

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]