Silent Hill (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Silent Hill.

Silent Hill

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

logo du film

Réalisation Christophe Gans
Scénario Roger Avary
Acteurs principaux
Sociétés de production Davis-Films
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la France France
Genre Horreur
Sortie 2006
Durée 127 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Silent Hill est un film d'horreur franco-canadien de Christophe Gans, sorti en 2006.

Il s'agit d'une adaptation du jeu vidéo du même titre. La distribution principale réunit Radha Mitchell, Laurie Holden, Sean Bean et Deborah Kara Unger. Une suite, Silent Hill: Revelation 3D, réalisée par Michael J. Bassett et reprenant une partie du casting du premier volet, est sortie au cinéma en 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Malgré les protestations de son mari (Sean Bean), Rose (Radha Mitchell) conduit sa fille Sharon (Jodelle Ferland), victime de crises de somnambulisme aiguës au cours desquelles elle se retrouve en danger, dans une ville abandonnée du nom de Silent Hill en Virginie-Occidentale qui semble irrésistiblement attirer l'enfant. Alors qu'elles pénètrent dans cet univers lugubre, Sharon disparaît. Rose poursuit ce qu'elle croit être la silhouette de sa fille, mais se rend vite compte que ce lieu étrange ne ressemble à rien de ce qu'elle connaît. Avec l'aide de Cybil (Laurie Holden), une motarde de la police également égarée sur les lieux, Rose va se lancer dans une quête éperdue pour retrouver sa fille, et percer le secret terrifiant de Silent Hill.

Résumé[modifier | modifier le code]

Sharon, une petite fille adoptée de 10 ans, parle durant ses crises de somnambulisme d'un endroit nommé Silent Hill (qui se trouve du reste en Virginie-Occidentale de même que l'orphelinat où Sharon fut adoptée). Après avoir découvert qu'il s'agit d'une ville fantôme, sa mère, Rose, décide contre l'avis de son mari Christopher, d'emmener sa fille à Silent Hill dans l'espoir de comprendre ce dont elle souffre et de la soigner. Rose, Sharon ainsi que Cybil Bennett, une motarde de la police qui les avait suivies par suspicion, se retrouvent toutes trois, après un accident de voiture causé par l'apparition sur la route d'une petite fille, dans la ville fantôme de Silent Hill. Là, des forces obscures ouvrent et ferment les portes de trois mondes parallèles : la ville réelle de Silent Hill, condamnée, la ville fantôme sous les cendres et enfin le lieu infernal plongé dans les ténèbres.

Après avoir repris connaissance, Rose découvre que sa fille Sharon n’est plus là. Elle suit une enfant qu’elle prend pour elle et bascule dans une dimension de cauchemar après avoir entendu une sirène. Elle y rencontre une certaine Dahlia qui a perdu son enfant, Alessa, puis retourne à la voiture où elle trouve un dessin de Sharon montrant une école, école dans laquelle Rose croit que sa fille peut se trouver. Mais l'agent Cybil Bennett retrouve Rose et, la soupçonnant d'avoir fait du mal à son enfant, la menotte. Isolées dans Silent Hill, Rose et Cybil sont attaquées par une créature. Rose s’enfuit et va à l’école dans laquelle elle trouve, dans la bouche d'un mort, Colin, la clé d’un hôtel dans lequel la chambre 111 fut le témoin d’évènements atroces. Elle est poursuivie par des créatures monstrueuses mais est sauvée par l'arrivée de Cybil.

Pendant ce temps, Christopher reçoit un message du portable de Rose et apprend qu'elles ont disparu. L’officier Gucci, chargé de l'enquête, l'aide à trouver des documents sur l'origine de l'abandon de la ville (dévastée par un incendie minier) et surtout une photo d'Alessa, qui ressemble énormément à Sharon. Christopher se trouve à l'école en même temps que Rose mais ils sont incapables de se voir, bien qu'éprouvant des sensations de la présence de l'autre, car ils sont dans deux mondes parallèles. Christopher s'introduit ensuite dans l'orphelinat où Sharon et Alessa ont grandi afin de découvrir leurs origines mais il est arrêté par l'officier Gucci, qui le somme de ne pas pousser plus loin ses investigations et de rentrer chez lui.

Rose et Cybil vont à l'hôtel et y rencontrent Anna. Rose voit pour la première fois Alessa et comprend que c’est elle qui leur a fait avoir un accident et conduites jusqu’ici. À nouveau, la dimension de cauchemar revient et Rose, Cybil et Anna se réfugient dans l’église ainsi que les autres habitants de Silent Hill, qui sont tous des fanatiques religieux. Anna se fait tuer par une créature à tête pyramidale, et Rose rencontre la responsable de ces fanatiques, Christabella, qui est en fait la sœur de Dahlia et qui dit à Rose que sa fille se trouve sûrement dans l’antre du démon, antre qui doit certainement être le sous-sol de l’hôpital. Christabella, voyant que Sharon est le sosie d’Alessa, tente de capturer les deux femmes, mais Cybil pousse Rose dans l'ascenseur de l'hôtel et reste pour affronter les hommes de Christabella. Tandis que Cybil succombe face à leurs poursuivants, Rose s’enfonce dans le sous-sol de l’hôpital et, une fois dedans, apprend la vérité de la bouche d'Alessa.

Trente ans plus tôt, Alessa, persécutée comme sorcière par les habitants fanatiques de Silent Hill car née de père inconnu, a été violée par Colin, le concierge de l'école. Christabella qui entretient la peur de l’apocalypse, décida avec sa secte de laver Alessa du péché, ce qui eut lieu dans la chambre 111. Mais le feu employé lors du rituel purificateur se répandit et brûla Alessa qui, se retrouvant dans un état atroce, fut soignée à l’hôpital (c’est pourquoi l’antre du « démon » se trouve dans cet hôpital). Sa haine engendra Dark Alessa (qui dit à Rose avoir plusieurs noms mais être actuellement le côté sombre d'Alessa), qui est à l'origine du monde de cauchemar dans lequel elle a enfermé les habitants de Silent Hill pour les punir (Sharon représentant quant à elle ce qui reste de bonté d'Alessa ; pour cette raison elle avait été amenée plusieurs années plus tôt par Dark Alessa dans un orphelinat à l'extérieur de Silent Hill, afin de ne pas être mêlée aux violents désirs de revanche d'Alessa).

Dark Alessa souhaite venger Alessa mais elle ne peut pénétrer dans l’église où se réfugient les fanatiques au son de la sirène quand apparaissent les ténèbres, en raison de leur foi qui les protège. Dark Alessa apprend à Rose que Christabella veut faire aussi brûler Sharon. Cette dernière s’est réfugiée chez Dahlia mais est retrouvée par Christabella. Rose pénètre dans l’église après avoir fusionné avec Dark Alessa, mais trop tard pour sauver Cybil Bennett, qui est brûlée vive. Alors que Sharon est sur le point de subir le même sort, Rose dit toute la vérité aux fanatiques et se fait poignarder par Christabella. Son sang se répand par terre, libérant du même coup les ténèbres, sous forme de tentacules de fil de fer barbelé. Ces dernières tuent toute l’assemblée des fanatiques et la vengeance pour laquelle Alessa avait besoin de Rose est accomplie. Rose est guérie par les ténèbres et libère Sharon, qui regarde Dark Alessa alors que sa mère lui dit de fermer les yeux. Sharon et sa mère rentrent chez elles en voiture, mais après être arrivées dans leur maison, Rose et Sharon restent malgré tout « coincées » dans la dimension cauchemardesque de Silent Hill, leur maison étant remplie de brume. Et Christopher, lui aussi dans la maison, est incapable de voir sa femme et sa fille, et inversement.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source voxographie : Version française (V. F.) sur AlloDoublage[2]

Production[modifier | modifier le code]

Le film est réalisé par Christophe Gans, le réalisateur du Pacte des loups, qui, pour obtenir les droits d'adaptation du jeu, a envoyé à Konami une vidéo expliquant son projet d'adaptation et combien les jeux étaient importants pour lui. Durant le tournage, le film prit le nom de code de Centralia, qui est le nom d'une ville minière de Pennsylvanie qui a connu un incendie de mine et qui est désormais inaccessible à cause des émanations toxiques qu'il y a encore, tout comme à Silent Hill. Cette idée est venue de Roger Avary, le scénariste, à qui son père avait raconté l'histoire de Centralia et qui a décidé de la replacer à l'occasion du film[3]. Le tournage s'est déroulé du 25 avril au 22 juillet 2005 dans divers lieux de l'Ontario (notamment Brantford, Hamilton, et l'Alma College de St. Thomas), au Canada, et dans les studios d'Oshawa et de Toronto.

La trame de l'histoire s'inspire principalement du scénario du premier Silent Hill, sorti initialement sur PlayStation. L'esthétique provient de Silent Hill 2 et les plans de caméra sont souvent empruntés à Silent Hill 4: The Room. Dans la saga des Silent Hill sur PlayStation, le premier volet suit un homme veuf du nom de Harry Mason et sa fille Cheryl Mason/Alessa Gillespie. Dans le film, il s'agit d'une femme mariée au nom de Rose Da Silva et de sa fille Sharon Da Silva/Alessa Gillespie. Et tous les autres personnages restent les mêmes tels qu'Alessa Gillespie, Cybil Bennett, etc. Nous pouvons aussi rapprocher Claudia Wolf, de Silent Hill 3, du personnage de Christabella, pour sa folie religieuse et ses pulsions meurtrières. Le nom Christabella apparaît par ailleurs dans deux comics Silent Hill : Dying Inside (2004) et Dead-Alive (2006). Pour maintenir l'ambiance des jeux, Gans a obtenu la collaboration d'Akira Yamaoka, compositeur de la musique des jeux, et jouait au jeu sur le plateau de tournage afin de montrer à son équipe les angles de caméra et les mouvements qu'il désirait[4]. La quasi-totalité de la musique du film consiste en morceaux musicaux créés par Yamaoka pour les jeux et réarrangés par Jeff Danna.

Laurie Holden, connue pour son rôle dans la série X-Files, a été choisie pour le rôle de Cybil Bennett après que Gans eut vu sa prestation dans le film The Majestic. Le réalisateur lui a donné un rôle totalement différent afin qu'elle puisse montrer une autre facette de ses talents d'actrice[5]. La comédienne jouera par la suite dans le film The Mist, adaptation de la nouvelle Brume de Stephen King qui inspira en partie Silent Hill.

Gans a engagé la jeune actrice Jodelle Ferland après l'avoir vu dans la série Kingdom Hospital et dans un screen test de Tideland[3]. Le rôle de Sean Bean, qui ne devait être présent qu'au début et à la fin du film dans le scénario originel, a été développé en raison de la pression des studios, qui désiraient un rôle masculin plus présent dans l'histoire[6]. Pour préparer son rôle de fanatique religieuse, Alice Krige a lu un livre sur l'Inquisition espagnole[5].

Pour des raisons budgétaires, certaines scènes prévues dans le scénario ont dû être modifiées. Ainsi, la rencontre de Cybil et Rose avec Anna a été simplifiée, de même que la scène du massacre de l'église, où devaient intervenir à l'origine six créatures à têtes pyramidales portant chacun une arme différente. La scène modifiée avec les fils barbelés a été inspirée à Gans par Urotsukidoji[6]. 619 plans d'effets spéciaux ont été réalisés pour le film, les principaux concernant la brume et les cendres qui recouvrent la ville, le passage dans la dimension des ténèbres, la scène des fils barbelés dans l'église et la corruption répandue par les créatures à têtes pyramidales[7].

Pour expliquer la relation entre la ville et Alessa, Gans commente : « C'est une ville piégée dans une dimension cauchemardesque, et [Alessa] lui inflige ce que ses habitants ont fait à son corps. C'est, selon moi, la signification des ténèbres. L'apparence de la ville est corrompue de la même façon que la chair d'Alessa a été blessée. C'est intéressant parce que la ville reflète la psychologie fracturée d'Alessa, des dimensions différentes, différents doubles de la même personne »[8]. Au sujet des créatures du film, Gans explique : « Ces monstres sont damnés dans le sens poétique du terme, ils sont un peu semblables aux fantômes japonais, c'est-à-dire des résidus de sentiments oubliés aussi puissants que la haine ou la culpabilité »[3]. Le réalisateur ajoute : « Les monstres du jeu ne sont pas vraiment des monstres mais plutôt des parodies d'êtres humains. Les vrais monstres sont les habitants de la ville, les fanatiques qui ont torturé Alessa »[8]. Lors de la réalisation du film, Christophe Gans aurait reçu de nombreuses menaces de mort de la part de fans du jeu, ceux-ci ne voulant pas voir leur monde favori trahi par un long métrage qui n'aurait pas été conforme à l'esprit du jeu vidéo[9].

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a rapporté 97 607 453 $ au box-office mondial (soit environ deux fois son budget), dont 46 982 632 $ aux États-Unis et au Canada[1]. Il a réalisé 810 068 entrées en France, 115 025 au Québec, 106 020 en Belgique et 31 366 en Suisse[10].

Box-office mondial par pays du film Silent Hill (par ordre décroissant)[11]
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau des États-Unis États-Unis 46 982 632 $ Drapeau de la République de Chine Taïwan 909 554 $ Drapeau de la Turquie Turquie 405 327 $
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 6 734 879 $ Drapeau de la Grèce Grèce 834 739 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 386 216 $
Drapeau de la France France 5 813 657 $ Drapeau de Hong Kong Hong Kong 813 228 $ Drapeau du Danemark Danemark 381 434 $
Drapeau de l'Espagne Espagne 4 403 940 $ Drapeau de la Belgique Belgique 805 224 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 367 647 $
Drapeau de la Russie Russie 3 540 000 $ Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 731 369 $ Drapeau du Venezuela Venezuela 356 218 $
Drapeau de l'Italie Italie 3 530 412 $ Drapeau du Brésil Brésil 641 958 $ Drapeau du Pérou Pérou 298 011 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 3 224 851 $ Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 638 344 $ Drapeau de la République tchèque République tchèque 296 745 $
Drapeau du Mexique Mexique 3 094 590 $ Drapeau de la Pologne Pologne 603 030 $ Drapeau de la Colombie Colombie 283 752 $
Drapeau du Japon Japon 2 462 398 $ Drapeau des Philippines Philippines 557 599 $ Drapeau du Chili Chili 278 467 $
Drapeau de l'Australie Australie 1 496 627 $ Drapeau de la Suisse Suisse 492 546 $ Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 257 000 $

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a été mal accueilli par la critique, recueillant 29 % de critiques favorables, avec un score moyen de 4,5/10 et sur la base de 89 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[12]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 30/100, sur la base de 20 critiques collectées[13].

En France, les critiques ont été assez mitigées, le film obtenant sur Allociné une moyenne de 2,9/5 sur 22 critiques presse[14]. Du côté des critiques positives, Le Parisien estime que « Gans atteint une épouvante racée, raffinée » en « noyant sa ville fantôme dans un malaise diffus, en la peuplant de créatures aussi superbes esthétiquement » ; pour Les Inrockuptibles, il s'agit d'un « tableau subtil et malaisant, fruit de l'union enfin directement féconde entre le cinéma et le jeu vidéo » ; Libération juge que c'est le « meilleur film » de Gans, et « en tout cas le plus personnel et le plus ambitieux esthétiquement » ; Mad Movies évoque un film « aussi exigeant dans son fond qu'élégant dans sa forme » ; et Ouest-France une « incroyable sophistication des effets spéciaux » qui « vient répondre aux exigences d'une mise en scène particulièrement aboutie et efficace »[14].

Parmi les avis plus contrastés, Le Monde évoque un film « magistral sur le plan visuel mais décevant sur celui de la narration » ; pour L'Écran fantastique, c'est « un échec en tant que film d'épouvante. Mais c'est aussi une réussite formelle indéniable » ; Première estime que « la partie surréaliste, une représentation de l'enfer sur terre, est plus excitante que la partie rationnelle qui dénonce les excès du fanatisme religieux »[14].

Du côté des critiques négatives, Antoine Thirion, des Cahiers du cinéma, ne sait pas « si le film est trop simple ou trop copieux » et est « souvent navré par un tel gâchis d'images » ; pour Le Figaroscope, il s'agit d'« un exercice assez vain pour un film sans style » ; Le Journal du dimanche estime que Gans « oublie l'essentiel : faire peur » ; Positif évoque un film ennuyeux « faute de scénario et de personnages attachants » ; et pour Télérama, « Gans n'accouche que d'une fable horrifique boursouflée »[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  2. En France, le film est interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles.
  3. En Belgique, le film est interdit aux moins de 16 ans lors de sa sortie en salles.
  4. Au Québec, la projection du film est déconseillée aux mineurs de moins de 13 ans.
  5. Au Japon, les mineurs de moins de 12 ans doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Silent Hill », Box Office Mojo (consulté le 30 avril 2011)
  2. « Fiche de doublage V. F. du film » sur AlloDoublage, consulté le 31 octobre 2012
  3. a, b et c Ilan Ferry, « Master Class Silent Hill », sur ecranlarge.com (consulté le 30 avril 2011)
  4. (en) Brandon Sheffield, « Heaven's Night: An Interview With Akira Yamaoka », sur gamasutra.com (consulté le 30 avril 2011)
  5. a et b (en) « Silent Hill - Production Notes », sur sonypictures.com (consulté le 30 avril 2011)
  6. a et b Kevin Prin, « Interview Christophe Gans (Silent Hill) », sur excessif.com (consulté le 30 avril 2011)
  7. (en) Alain Bielik, « Silent Hill: Nothing Quiet About These Horrifying VFX », Animation World Network (consulté le 30 avril 2011)
  8. a et b (en) Shane Bettenhausen, « Silent Hill Movie Interview: The Director's Cut », sur 1up.com (consulté le 30 avril 2011)
  9. « L'interview de la semaine - Christophe Gans », Arte (consulté le 30 avril 2011)
  10. « Silent Hill », Base de données Lumière (consulté le 30 avril 2011)
  11. (en) « Silent Hill Foreign », Box-Office Mojo (consulté le 30 avril 2011)
  12. (en) « Silent Hill », sur Rotten Tomatoes (consulté le 30 avril 2011)
  13. (en) « Silent Hill », sur Metacritic (consulté le 30 avril 2011)
  14. a, b, c et d « Silent Hill - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 30 avril 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :