Urotsukidoji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Urotsukidōji

超神伝説うろつき童子
(Chōjin densetsu Urotsukidōji)
Genre Horreur, thriller, paranormal, hentai
Manga
Auteur Toshio Maeda (en)
Éditeur Drapeau du Japon Wani Magazine
Drapeau de la France BD érogène
Prépublication Drapeau du Japon Manga Erotopia
Sortie initiale 1986 – 1990
Volumes 6
OAV japonais
Réalisateur
Studio d’animation West Cape Productions/Team Mu
Compositeur
1re diffusion 21 janvier 1987 – 28 décembre 1996
Épisodes 13
OAV japonais : Urotsukidōji: THE UROTSUKI
Réalisateur
Studio d’animation West Cape Productions/Team Mu
Compositeur
1re diffusion 3 mai 2002 – 15 novembre 2002
Épisodes 3

Urotsukidōji (超神伝説うろつき童子, Chōjin densetsu Urotsukidōji?, littéralement Urotsukidōji, la légende du Chōjin) est un manga hentai de Toshio Maeda. Il a été prépublié dans le magazine Manga Erotopia de l'éditeur Wani Magazine et a été compilé en un total de six volumes. La version française a été éditée par BD érogène.

Il a été adapté en six séries d'OAV entre 1987 et 2002.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Amanojaku est un être mi-homme mi-bête qui a été banni sur la Terre à la suite de méfaits impliquant l'Ancien et sa fille Mimi. L'Ancien envoie Amanojaku sur Terre rechercher le Chōjin (lit. l'être suprême), le dieu invincible de la dimension des démons qui se cache dans le corps d'un humain.

Un groupe de démons reptiliens veulent trouver le Chōjin et utiliser ses pouvoir sur l'ordre de la Reines des Démons. Guidés par Suikakujū, le rival de l'Ancien, ils montent une série de complots pour essayer de capturer le Chōjin (la plupart finissant très mal).

Amanojaku cherche à protéger le Chōjin, mais l'arrivée de son ami lubrique Kuroko et de sa sœur nymphomane Megumi compliquent singulièrement les choses.

Production[modifier | modifier le code]

Le manga Urotsukidōji a été créé en 1986 par Toshio Maeda (en)]. Ce fut une rupture avec ses précédents travaux car il proposait un mix d'érotisme, d'humour et de fantastique. La série fut éditée dans Wani Magazine, un magazine de prépublication de manga pour adultes (appelés seinen au Japon) qui proposait principalement des histoires fantastiques. Maeda avait été choisi pour son style extrêmement détaillé et réaliste, ainsi que pour sa capacité à proposer des scénarios complexes, contrairement à la plupart des auteurs de bande-dessinées érotiques de l'époque.

Bien que le manga fût considéré comme culte plus tard, c'est la version animée qui rendit le titre célèbre. Réalisée par Hideki Takayama, ce dernier prit de grandes libertés avec l'histoire originale d'Urotsukidōji en y mixant des éléments d'horreur, de violence ainsi que des scènes sadiques de viols qui n'étaient pas présentes dans l'œuvre originale. Toshio Maeda reconnut lui-même dans un numéro de Playboy Japan qu'il trouvait que l'anime était répugnant, sadique, cruel et pourtant brillant. Il dit aussi admirer la version de Takayama.

L'anime est célèbre pour avoir été le premier à proposer du shokushu (viol par des monstres avec des tentacules) alors même que seule la première OAV ne contient qu'une scène de ce genre. Le manga original n'en contenait pas mais Maeda publia quelques années plus tard la série Yōjū kyōshitsu sur ce thème.

Dans une interview dans laquelle Hideki Takayama fût questionné sur la violence et le sadisme de l'histoire, il répondit : « Rien ne provoque une réponse aussi forte chez l'être humain que le sexe ou la violence. La fusion des deux est donc très puissante. ».

De nos jours Urotsukidōji aussi bien que ses suites est un anime très célèbre, non seulement au Japon mais aussi dans le reste du monde. Il serait le dessin animé pour adultes le plus reconnu au monde[1].

Anime[modifier | modifier le code]

La première série comporte quatre grands chapitres totalisant treize épisodes. Une reprise du premier chapitre en trois épisodes est aussi sorti en 2002 au Japon.

Une légende connue de tous les êtres - sauf des humains - raconte que tous les 3 000 ans le monde des humains (ningenkai) est uni avec le monde des démons (makai) et des homme-animaux (jūjinkai) par la renaissance de l'être suprême, le Chōjin, le dieu des dieux. La saga suit Amanojaku (un homme-animal) dans sa quête pour trouver le vrai Chōjin parmi les humains et s'assurer l'arrivée de ce monde meilleur. Cependant ses croyances sont ébranlées lorsqu'il rencontre de nombreux démons recherchant le Chōjin afin de le détruire et d'empêcher la fusion des trois mondes.

Chōjin densetsu Urotsukidōji (1987-1989)[modifier | modifier le code]

  1. (21 janvier 1987)
  2. (21 mars 1988)
  3. (10 avril 1989)

Ces trois épisodes ont d'abord été connus en occident dans la version remontée pour former un long-métrage nommé en France La légende du Démon. Cette version eut certaines de ses scènes les plus extrêmes raccourcies au Japon, puis de nouveau censurées en occident. Quelques scènes ont été rajoutées et d'autres nettoyées pour faire le lien entre les épisodes.

Depuis il existe des éditions DVD en zone 1 (USA, épuisée) et en zone 2 (France) proposant à la fois le long-métrage et les épisodes d'origines non coupés et en version originale sous-titrée.

Shin Chōjin densetsu Urotsukidōji: Mataiden (1990-1991)[modifier | modifier le code]

  1. (1er décembre 1990)
  2. (10 avril 1991)

De la même manière que pour le premier chapitre, ces deux épisodes ont été regroupés dans un seul film remonté et censuré en occident. En France ce long-métrage est connu sous le titre L'enfant errant.

Chōjin densetsu Urotsukidōji: Mirai hen (1992-1993)[modifier | modifier le code]

  1. (1er octobre 1992)
  2. (21 janvier 1993)
  3. (21 mai 1993)
  4. (21 août 1993)

Édités en France sous le nom Le retour du Démon.

Chōjin densetsu Urotsukidôji: Hōrō hen (1993-1995)[modifier | modifier le code]

  1. (21 décembre 1993)
  2. (21 mars 1994)
  3. (20 mai 1995)

Édités en France sous le nom Apocalypse.

Chōjin densetsu Urotsukidōji: Kanketsu hen (1996)[modifier | modifier le code]

  1. (28 décembre 1996)

Urotsukidōji: THE UROTSUKI (2002)[modifier | modifier le code]

  1. THE UROTSUKI : Partie 1 (3 mai 2002)
  2. THE UROTSUKI : Partie 2 (9 août 2002)
  3. THE UROTSUKI : Partie 3 (15 novembre 2002)

Cette nouvelle série est basée sur le manga Shin Urotsukidōji de Toshio Maeda mais contient des scènes beaucoup plus violentes et explicites.

Il s'agit d'un remake de La légende du Démon. Le scénario est pratiquement identique au tout premier épisode mais se concentre plus sur les personnages et l'histoire en général[2].

Commentaire[modifier | modifier le code]

Urotsukidōji se distingue de la production pornographique animée japonaise classique par le budget alloué et le soin technique apporté à l'œuvre, du moins en ce qui concerne les deux premiers chapitres. Les scènes de sexe, bien que violentes, sont beaucoup moins fréquentes que dans les productions de type hentai et font partie intégrante du scénario, ce qui en fait un anime difficile à classer dans cette catégorie.

Notes[modifier | modifier le code]

  • L'anime étant classé « pour adulte » au Japon, la majorité du staff n'est pas créditée (ou alors sous pseudonyme) et aucun produit dérivé n'a jamais été édité.
  • Dans la version japonaise, Amanojaku est joué par Tomohiro Nishimura (en) et Münchhausen II par Demon Kogure.
  • Aux États-Unis l'anime fut classé « interdit aux moins de 18 ans » (NC-17) alors qu'en France seule une indication « pour public averti » figure sur les éditions vidéo. Malgré cet avertissement dans les années 1990 l'édition VHS était fréquemment présente dans les rayons de dessins animés pour enfants en grande surface autant que dans magasins spécialisés (FNAC, Virgin).

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Erotic Anime Movie Guide (Helen McCarthy et Jonathan Clements), éd. Titan (Londres), 1998, ISBN 1 85286 946 1
  2. (en) « New Overfiend Series coming out in Japan », sur Anime News Network

Lien externe[modifier | modifier le code]