Seille (Saône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

46° 31′ 11″ N 4° 56′ 28″ E / 46.51972, 4.94111 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seille.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Seille (affluent de la Moselle) ni Seille (Vaucluse).
la Seille
La Seille à l'entrée de Nevy-sur-Seille dans le Jura.
La Seille à l'entrée de Nevy-sur-Seille dans le Jura.
le cours de la Seille
le cours de la Seille
Caractéristiques
Longueur 100 km [1]
Bassin 2 620 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 30,8 m3/s (Louhans)
Organisme gestionnaire EPTB Saône-Doubs[2]
Régime pluvial
Cours
Source au fond de la reculée de Ladoye-sur-Seille
· Localisation Ladoye-sur-Seille
· Altitude 380 m
· Coordonnées 46° 45′ 53″ N 5° 41′ 32″ E / 46.764722, 5.692222 (Source - la Seille)  
Confluence la Saône
· Localisation La Truchère
· Altitude 170 m
· Coordonnées 46° 31′ 11″ N 4° 56′ 27″ E / 46.519722, 4.940833 (Confluence - la Seille)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Sâne Vive, Solnan
· Rive droite Brenne
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Jura, Saône-et-Loire
Régions traversées Bourgogne, Franche-Comté
Principales villes Nevy-sur-Seille, Voiteur, Arlay, Bletterans, Louhans

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Seille est une rivière française qui coule dans les départements du Jura et de Saône-et-Loire. Née dans le Jura, elle est un affluent de la Saône (rive gauche), rejoignant celle-ci sur le territoire de la commune de La Truchère, en Saône-et-Loire.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière prend sa source au fond de la reculée de Ladoye-sur-Seille puis traverse le vignoble jurassien en arrosant Nevy-sur-Seille, Voiteur, Arlay avant d'atteindre la plaine agricole de Bletterans puis Louhans et la Bresse, en Saône-et-Loire, pour rejoindre enfin la Saône à La Truchère, à quelques kilomètres au sud de Tournus. Quelques kilomètres avant son embouchure (Basse Seille), elle forme un réseau d'étangs, de dunes et de tourbières de 3 047 hectares, abritant un grand nombre d'oiseaux migrateurs, dont des espèces menacées et des espèces végétales rares.

La Seille, longue de 100 km[1], est dans sa partie supérieure une tranquille rivière à truites qui déborde parfois de son lit au printemps. Son cours inférieur, soumis lui aussi à des crues importantes, est navigable sur 39 kilomètres de Louhans à la Truchère ; on peut alors y rencontrer des silures qui colonisent la rivière depuis les années soixante et qui atteignent parfois une taille impressionnante. La rivière est réputée avoir offert les premières captures de gros silures en France, dans les années 80 (record : 2,20 m de long et 66 kg !).

Le bassin versant de la Seille est de 2 620 km² et concerne quelque 600 km de cours d’eau qui coulent dans trois départements : le Jura, la Saône-et-Loire et l’Ain, et de ce fait concerne trois régions. Un contrat de rivière du bassin de la Seille porté par le Syndicat mixte Saône et Doubs a été mis en œuvre depuis 2002 avec l'aide financière des conseils régionaux et généraux, de l’Agence de l’eau et de l’État. Ce syndicat est désoramis intégré dans l'EPTB Saône-Doubs[2]. Il se préoccupe de la qualité de l'eau mais aussi des inondations de lieux habités lors des crues qui concernent plus de trente communes, les trois secteurs les plus touchés étant l’agglomération louhannaise, Bletterans et Voiteur.

Affluents et sous-affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Seille à Nevy-sur-Seille

La Seille est une rivière assez régulière, à l'instar de ses voisines de la région. Son débit a été observé sur 18 ans (entre 1993 et 2012), à Louhans, ville du département de Saône-et-Loire située à près de 40 kilomètres de son confluent avec la Saône [3]. La surface étudiée est de 1 816 km2, soit 69,3 % de la totalité du bassin versant de la rivière qui en compte 2 620.

Le module de la rivière à Louhans est de 30,80 m3/s.

La Seille présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées. Les hautes eaux d'automne-hiver se prolongent au début du printemps et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 36 à 50 m3/s, de novembre à avril inclus (avec deux maxima : en novembre et en janvier). À partir du mois de mai, le débit baisse rapidement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juin à septembre, entraînant une baisse du débit mensuel moyen atteignant 13,3 m3/s au mois d'août. Mais ces moyennes ne sont que des moyennes et cachent des fluctuations plus prononcées sur de courtes périodes ou selon les années. Ainsi, le module ou débit interannuel moyen a évolué entre 27,22 m3/s en 2004 et 39,92 en 1995.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Louhans
(Données calculées sur 18 ans)

Source : http://www.rdbrmc.com/hydroreel2/station.php?codestation=60

Les crues de la Seille peuvent être très importantes, surtout compte tenu de la taille assez étendue du bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 340 et 470 m3. Le QIX 10 vaut 560 m3/s, tandis que le QIX 20 se monte à 650 m3/s. Le QIX 50, quant à lui, n'a pas été calculé, étant donnée la durée d'observation insuffisante.

Le débit instantané maximal enregistré à Louhans a été de 632 m3/s le 25 octobre 1999, tandis que la valeur journalière maximale était de 526 m3/s le même jour.

La Seille est une rivière fort abondante. La lame d'eau écoulée dans cette partie (principale) de son bassin versant est de 535 millimètres annuellement, ce qui est nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres), et aussi à la moyenne du bassin de la Saône (501 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint de ce fait le chiffre fort robuste de 17,0 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

La Seille navigable[modifier | modifier le code]

L'écluse de la Truchère
La jonction canal de la Seille / Saône

Navigable sur 39 km depuis Louhans jusqu'à la Saône à La Truchère, la Seille est une très agréable rivière, idéale pour des croisières fluviales. Elle est large, son courant est faible, et la sinuosité de son parcours ainsi que la beauté de ses paysages rendent sa navigation très agréable. En outre, elle arrose Cuisery, village du livre.

On doit la canalisation de la Seille à Émiland Gauthey à la fin du XVIIIe siècle. Quatre écluses de 30 m sur 6 ponctuent alors son cours. À la fin du XIXe siècle, la première, à la Truchère, est seule portée au gabarit Freycinet. La Seille ne connait plus aucune navigation marchande et est entièrement dévolue à la plaisance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - Rivière la Seille (U34-0400) » (consulté en 25 février 2013)
  2. a et b « ETPB Saône-Doubs », sur www.eptb-saone-doubs.f (consulté le 30 avril 2013)
  3. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Seille à Louhans (option "Tous mois" (U3464010) » (consulté en 23 février 2013)