Sornay (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sornay.
Sornay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Louhans
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Bresse
Maire Christian Clerc
Code postal 71500
Code commune 71528
Démographie
Gentilé Sornaysiens
Population
municipale
1 979 hab. (2011)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 39″ N 5° 10′ 47″ E / 46.6275, 5.17972222222 ()46° 37′ 39″ Nord 5° 10′ 47″ Est / 46.6275, 5.17972222222 ()  
Altitude Min. 174 m – Max. 200 m
Superficie 18,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sornay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sornay
Liens
Site web http://www.sornay71.fr/

Sornay est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Commune de Sornay est située à proximité immédiate de Louhans, plein cœur de la Bresse louhannaise, et couvre une superficie de 1812 Hectares.

Elle est coupée par deux grands axes de communication :

Elle est arrosée par deux rivières :

  • La Seille classée 2e Catégorie - Domaine Public.
  • La Sâne Morte, classée 2e Catégorie - Domaine Privé.

Toutes les deux sont issues du Jura. Elles subissent les chutes d’eau des plateaux jurassiens, avec des conséquences souvent très graves pour les exploitations agricoles du Val de Seille en aval de Louhans.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Branges Rose des vents
Savigny-sur-Seille N Louhans
O    Sornay    E
S
Bantanges La Chapelle-Naude

Histoire[modifier | modifier le code]

La Commune de Sornay, dont les premières traces écrites remontent au XIIe siècle était certainement située sur une voie romaine de faible importance et une église y était déjà mentionnée (l’actuelle est récente, puisque rebâtie en 1980).

Le Seigneur des lieux en était le Sire de Sainte-Croix. Mentionné en 1155 sous la forme : Ecclesia de Saonay (dictionnaire topographique de S. et L. de Rigault) et en 1183 : Ecclesia de Saornaco qui laisserait deviner un nom de personne gallo-romain Sorinus, composé avec le suffixe de propriété -acum. Homonymie avec Sornac.

Le nom de Sornay apparaît en 1225. En 1490, 62 feux sont recensés (environ 340 personnes).

L’histoire de la Commune sera celle d’une Communauté agricole, sans événement marquant, très dépendante de Louhans. C’est pourquoi aucun site ou Monument Historique ou Archéologique n’est recensé dans la Commune.
La commune a été absorbée par Louhans en 1973, puis en a été détachée en 1979.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 1995 Henri Massot n/a  
mars 1995   Jean Méthy n/a  Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 979 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 195 1 251 1 253 1 357 1 439 1 421 1 500 1 573 1 567
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 309 1 586 1 561 1 586 1 644 1 650 1 606 1 566 1 563
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 557 1 569 1 612 1 501 1 498 1 471 1 426 1 446 1 415
1962 1968 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
1 424 1 368 1 529 1 631 1 660 1 812 1 855 1 961 1 979
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.
  • Le monument le plus connu est le château de Granod. Ce château est un manoir du XVIIIe siècle.
  • Le Temple Protestant : (situé route du temple) édifié en 1839 par la Société Evangélique de Genève.

Sports[modifier | modifier le code]

Le lieu le plus populaire reste le terrain de football, où l'équipe première, l'« AS Sornay » (A), se trouve en Division d'Honneur en 2012-2013.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011