Renard des savanes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Renard des savanes
ou Petit loup

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Cerdocyon thous

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Carnivora
Sous-ordre Caniformia
Famille Canidae
Genre Cerdocyon

Nom binominal

Cerdocyon thous
(Linnaeus, 1766)

Répartition géographique

alt=Description de l'image Crab-eating Fox area.png.


Statut de conservation UICN

( LC)
LC : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 11/06/92

Le Renard des savanes (Cerdocyon thous), encore appelé Renard crabier[1], chien des bois[2], ou Petit loup, est l'unique espèce encore vivante du genre Cerdocyon. Il vit en Amérique du Sud (Argentine, Venezuela, Paraguay, Uruguay).

Habitat[modifier | modifier le code]

Il occupe la plupart des habitats y compris marais, savane, cerrado, caatinga, habitat de transition chaco-cerrado-caatinga, terrains buissonneux, bois, forêts sèches semi-decidues, forêt-galerie, forêt atlantique, forêt ombrophile mixte, savane isolée au sein de la forêt amazonienne de basse altitude, et forêt de montagne. Il a été vu jusqu'à 3 000 m d'altitude. Il s'adapte bien à la déforestation, au développements agricoles et d'horticulture (canne à sucre, eucalyptus, melon, ananas, etc), et aux habitats en phase de régénération. Dans les régions de chaco aride en Bolivie, Paraguay et Argentine, il se confine aux lisières de forêt ; les espaces plus ouverts y sont occupés par le renard d'Aszara ou renard de pampas[2].

Les habitats végétalisés sont généralement utilisés en proportion de l'abondance, variant avec le statut social et la saison climatique. Dans les savanes inondées de façon saisonnière (voir Pantanal, Radio-tagged foxes in seasonally flooded savannas of Marajó, Brazil, predominated in wooded savanna (34 %) and regeneration scrub (31 %) ; les sananes en plaines de basse altitude sont évitées, donnant la préférence aux zones de savane boisée, en particulier par les individus adultes matures et en particulier en saison humide. De même dans le llanos central du Venezuela, il migre vers des terres plus hautes en réponse aux inondations saisonnières, bien qu'il se tienne généralement dans la savane de palmiers ouverte (pour environ les 2/3 de la population) et dans les habitats couverts (shrub, bois, forêt décidue. Dans Minas Gerais (Brésil) ils marquent une préférence pour des terrains situés entre les pâtures d'animaux domestiques et la forêt galerie ("vereidas") ; on en voit aussi dans les plantations d'eucalyptus et autres terres agricoles (8 %)[2].

Conservation[modifier | modifier le code]

Menaces sur l'espèce[modifier | modifier le code]

La principale menace est celle d'infection pathogène en provenance de chiens domestiques. En bordure du parc national de Serra da Canastra au Brésil par exemple, des renards crabiers cherchent de la nourriture sur les amas de détritus humains en compagnie de chiens domestiques non-vaccinés[2].

L'espèce n'a pas de valeur commerciale directe en tant que porteur de fourrure, car cette dernière est courte et rêche. Cependant des fourrures sont parfois vendues sous la fausse appellation de 'renard gris' en Argentine ; et sous la fausse appellation de 'renard des pampas' (renard d'Aszara) en Uruguay. La vente commerciale illégale est peu développée, en conséquence probable du bas prix des fourrures ; au Paraguay aucune fourrure illégale de cet animal n'a été confisquée entre 1995 et 2000[2].

Mesures de conservation[modifier | modifier le code]

Il vit dans un grand nombre d'aires non-protégées et protégées au sein de son aire de répartition. En Argentine l'espèce n'était pas considérée "en danger" selon la résolution 144 de la Directive sur la Flore et la Faune Nationales de 1983. Son exploitation et usage commercial étaient interdits en 1987. Il n'y a pas de législation protective spécifique pour cette espèce dans aucun pays ; on note que la chasse d'animaux sauvages est officiellement interdite dans la plupart des pays de son habitat[2].

De façon générale, en date de février 2011 il n'y a pas de législation régulatoire pour cette espèce en tant que peste ; mais il est peu aimé en tant que prédateur de volailles et d'agneaux, ce qui amène de la chasse illégale et la vente subséquente des peaux. Dans certains pays le contrôle de leur nombre est limité par des quotas spécifiques (sans primes officielles attachée à leur destruction) ; mais ce système est souvent ignoré, abusé ou non-enforcé. En Uruguay aucun permis de chasse n'a été délivré depuis 1989, sur la base de ce que le nombre d'attaques d'agneaux par les renards crabiers est négligible[2].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon MSW :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annexes au Journal officiel des Communautés européennes du 18 décembre 2000. Lire en ligne.
  2. a, b, c, d, e, f et g Cerdocyon thous sur la liste rouge de l'IUCN.
  3. Cerdocyon thous soudanicus dans Mammal Species of the World.

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :