Chinchilla à queue courte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chinchilla chinchilla, Chinchilla brevicaudata

Chinchilla chinchilla

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Chinchilla à queue courte dans les Andes

Classification selon MSW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Rodentia
Sous-ordre Hystricomorpha
Infra-ordre Hystricognathi
Famille Chinchillidae
Genre Chinchilla

Nom binominal

Chinchilla chinchilla
(Lichtenstein, 1829)[1]

Synonymes

  • Chinchilla brevicaudata Waterhouse, 1848
  • Chinchilla brevicauda Waterhouse, 1848

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2cd :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 04/02/77

Le Chinchilla à queue courte (Chinchilla chinchilla, syn. Chinchilla brevicaudata) est un rongeur nocturne de la famille des chinchillidés de taille moyenne, vivant peut-être encore dans la Cordillère des Andes. Chassée de manière intensive pour sa fourrure au XIXe siècle, l'espèce, tout comme le Chinchilla à longue queue, est considérée comme éteinte à l'état sauvage dans les années 1960, mais quelques individus survivent peut-être dans des zones inaccessibles. Le Chinchilla à queue courte est actuellement déclaré en danger critique d'extinction.

Description de l'espèce[modifier | modifier le code]

Un chinchilla gris tenu le ventre en l'air
L'un des derniers Ch.brevicaudatasauvages observés au Chili. Verso
Croquis de montagne avec étagement de la végétation. Vers le bas C. Lanigera dans les rochers broussailleux, beaucoup plus haut C. brevicaudata, juste sous les neiges éternelles
L’habitat des chinchillas sauvages dans les Andes selon les espèces.

Habitat : Pérou, Bolivie, Argentine, Chili, dans les très hautes Andes[2].

Taille : corps de 30 à 38 cm et queue de 10 cm.

Caractéristiques: Caviomorphe, c’est-à-dire aspect proche du cochon d'Inde mais avec en plus une queue épaisse et touffue composée de 20 vertèbres[3]. Fourrure grise, dense, pouvant tirer sur le brun, oreilles plus petites, corps plus massif, queue plus courte que celle de l'espèce Chinchilla lanigera.

Comme tous les chinchillas, l'espèce est parfaitement adaptée à la vie des déserts rocheux et à l'altitude. protégé par une épaisse fourrure, le Chinchilla à queue courte vit cependant a des altitudes élevées, entre 3 500 et 4 500 m alors que le Chinchilla a longue queue vit entre 400 et 1 500 m d'altitude.

Pour plus de détails voir :

Article principal : Chinchilla.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'épaisse fourrure qui lui permet de résister au froid des Andes a malheureusement causé sa perte, les chinchilleros le chassant en priorité pour revendre sa peau. Le prélèvement d'individus c'est intensifié au XIXe siècle mais, malgré les signaux d'alarme donnés dans les années 1890 et les tentatives de régulation à partir de 1898, ce n'est que lorsque ce chinchilla sauvage est devenue introuvable, vers 1900, que le trafic des peaux sauvages s'est ralenti[2].

Pour plus de détails voir :

Article principal : Chinchilla.

Survie de l'espèce[modifier | modifier le code]

Paysage volcanique autour
du volcan Llullaillaco
Carte montrant l'ancienne répartition de l'espèce en Amérique du Sud

L'habitat naturel du Chinchilla brevicaudata est la Cordillère des Andes. Officiellement, le dernier animal sauvage a été vu en 1953[4],[2].

Cette espèce de chinchilla pourrait toutefois survivre dans les régions inaccessibles à la limite des frontières Argentine, Chilienne et Bolivienne. En 1970, on aurait vu le Chinchilla brevicaudata au nord du Chili dans le Parc national Lauca.

En 2000 a été créée en Argentine la Reserva Provincial Altoandina de la Chinchilla, Lagunas de Vilama. Le chinchilla brevicaudata pourrait encore y vivre.

En 2000 l'espèce est déclarée "critically endangered" par L'UICN.

En 2001, selon l'organisation Save the wild chinchillas, onze chinchillas à queue courte ont été découverts et capturés pour être mis en observation provisoire. L'un est mort, trois mâles seraient destinés à rester définitivement captifs pour l'intérêt génétique de l'élevage domestique[5],[6]

En 2012, la présence de chinchillas à queue courte est attestée par des photos et diverses traces dans la région d'Atacama, au Chili. Plus exactement dans le parc national de Nevado Tres Cruces où leur présence n'avait pas été signalée durant les 50 années précédentes. Les animaux vivent sur des pentes ou des affleurements rocheux présentant des cavités propices à leur survie[7].

Élevage conservatoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à présent l'élevage conservatoire a été un échec (Jiménez, 2006).

Classification[modifier | modifier le code]

L'espèce a quasiment disparu avant que son nom scientifique ne fasse l'unanimité[2].

Le nom scientifique généralement admis au début du XXIe siècle est Chinchilla chinchilla (Lichtenstein, 1829) [8],[1], qui remplace Chinchilla brevicaudata Waterhouse, 1848[9]. En 2003 Valladares et Spotorno ont déposé une demande auprès de la Commission internationale de nomenclature zoologique pour remplacer ce nom par Eriomys chinchilla Lichtenstein, 1830 qui correspond mieux d'après eux aux études récentes en phylogénétique[10].

Les synonymes sont nombreux : Chinchilla brevicaudata Waterhouse, 1848; Eriomys chinchilla Lichtenstein, 1830; Chinchilla boliviana; Eriomys brevicaudata; Chinchilla intermedia (1939); Chinchilla brevicaudata (major) (1879); Chinchilla major (Trouessart, 1896); Lagostomus laniger (1831)[11].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Mammal Species of the World (21 mars 2013)[8] :

  • sous-espèce Chinchilla chinchilla boliviana (Andes du sud de la Bolivie et nord-est de l'Argentine)
  • sous-espèce Chinchilla chinchilla chinchilla (Andes du sud du Pérou et nord du Chili)

Le Chinchilla royal est parfois cité comme étant une sous-espèce géante disparue, dont seul un spécimen empaillé est visible au Muséum Senckenberg à Francfort-sur-le-Main[12],[13], mais un expert a déterminé qu'il ne s'agissait que d'un spécimen de Chinchilla à longue queue[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b ITIS, consulté le 21 mars 2013
  2. a, b, c et d (en) Jaime E. Jiménez, The extirpation and current status of wild Chinchillas, Departement of Wildlife Écology and Conservation, University of Florida, Gainesville, Florida USA. 1995. Lire le document pdf
  3. (es)J. Grau, La chinchilla, su grianza en todos los climas, 3e édition. El Ateneo, Buenos Aires. 1986.
  4. (en)W. Rudolph, 1955. Lincancabur : montains of the Atacamno Geogr. Rev. , 45, 151-7.
  5. (en) Origins and wild chinchillas today dans chincare.com
  6. (en) Save the wild chinchillas, organisation américaine à but non lucratif créée dans le but de préserver les chinchillas sauvages et leur habitat.
  7. Valladares F, Pablo et al. New record of Chinchilla chinchilla (Rodentia, Chinchillidae) from the Atacama Region, Chile: Implications for conservation. Mastozool. neotrop. 2012, vol.19, n.1, pp. 173-178. (ISSN 0327-9383). Consulté en février 2013.
  8. a et b Mammal Species of the World, consulté le 21 mars 2013
  9. Référence ITIS : Chinchilla brevicaudata Waterhouse, 1848 (fr) (+ version anglaise (en))
  10. A.E. Spotorno, C.A. Zuleta, J.P. Valladares, A.L. Deane et J.E. Jiménez, “Chinchilla laniger”. Publié par l’American Society of Mammologists dans “Mammalian Species” n° 758, pp. 1-9, 3 ill., 15 déc 2004. Lire le document PDF (en)
  11. [1] CITES (es)
  12. (de) Photo partielle de l'animal naturalisé sur Chinchilla Arten
  13. Biologie du chinchilla sur chinchillapassion.com
  14. (de) Gibt es noch das Königs-Chinchilla?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

taxonomie[modifier | modifier le code]

Autres sites[modifier | modifier le code]