Paul Keres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Kérès

Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Keres

Naissance 7 janvier 1916
Narva, Estonie
Décès 5 juin 1975 (à 59 ans)
Helsinki, Finlande
Nationalité Drapeau de l'Estonie Estonie
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique
Profession Joueur d'échecs

Paul Kérès (7 janvier 1916 à Narva, Estonie5 juin 1975 à Helsinki, Finlande) est un joueur d'échecs estonien puis soviétique après l'occupation de l'Estonie par l'URSS en 1940. Il fut l'un des plus grands joueurs d'échecs de la fin des années 1930 au milieu des années 1960.

Kérès a remporté le très fort tournoi AVRO de 1938, devançant les meilleurs joueurs des années 1930 : Fine, Botvinnik (futur champion du monde), Euwe (ancien champion du monde), Reshevsky, Alekhine (champion du monde de l’époque), Capablanca (aussi ancien champion du monde) et Flohr. Il a terminé troisième du championnat du monde d'échecs disputé en 1948 et quatre fois deuxième du tournoi des candidats au championnat du monde de 1953 à 1962, n'étant devancé à chaque fois que par les futurs champions du monde : Vassily Smyslov (en 1953 et 1956), Mikhaïl Tal[1] (en 1959) et Tigran Petrossian (en 1962). Il remporta trois fois le championnat d'URSS en 1947, 1950 et 1951.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Kérès apprit à jouer aux échecs à l'âge de 5 ans (en 1921). Il fit des études de mathématiques à l'Université de Tartu, mais consacra sa vie aux échecs. Il devint grand maître lors de la création du titre en 1950. Il était aussi un excellent joueur de tennis. Dans sa jeunesse, il fut vice-champion d'Estonie. Kérès décéda en 1975 d'un infarctus à l'aéroport d'Helsinki, alors qu'il revenait en vainqueur du tournoi de Vancouver et était en transit pour retourner en URSS.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts (1929 à 1936)[modifier | modifier le code]

Un timbre-poste soviétique de 1991 à l'effigie de Paul Kérès

Kérès fit ses premiers pas en 1929, à l'âge de 13 ans, au championnat de la ville de Pärnu où il occupa la deuxième place. Il remporta le championnat d'Estonie junior en 1930, 1932 et 1933, puis, en 1933 et 1934, il participa aux demi-finales du championnat d'Estonie. À partir de 1935, après avoir remporté ex aequo le championnat d'Estonie avec Friedmemann, il rencontra en match d'autres joueurs estoniens plus expérimentés que lui. Ainsi il domina Friedemann (+2 -1) en match de départage et Feliks Kibbermann (+3 -1). Ceci lui valut de jouer au premier échiquier de l'Estonie lors de l'Olympiade de Varsovie en 1935 (il finit cinquième). La même année, il termina premier à Tartu et deuxième des tournois internationaux de Tallinn et Helsinki. 1936 fut une année de rodage pendant laquelle il finit premier à Tallinn, 1er-2e à Bad Nauheim (ex æquo avec Alekhine), 8e-9e à Dresde (derrière alekhine) et 3e-4e à Zandvoort (derrière Fine).

Premiers succès (1937 à 1939)[modifier | modifier le code]

Ce fut en 1937 que Kérès entra véritablement dans l'élite mondiale. Il remporta les tournois de Tallinn, Margate (1er-2e avec Fine), Ostende (1er-3e avec Fine et Grob), Prague, Vienne, et Semmering. Seuls résultats en demi-teinte : Kemeri (4e-5e) et Pärnu (2e-4e).

En 1938, après les tournois d'Hastings où il termina 2e-3e derrière Reshevsky et Noordwijk où il occupa la 2e place derrière Eliskases, il remporta, à 22 ans, un triomphe au tournoi AVRO disputé dans différentes villes des Pays-Bas en finissant 1er ex æquo avec Reuben Fine et en devançant Botvinnik et trois champions du monde Jose Raul Capablanca, Euwe et Alekhine.

Article détaillé : Tournoi AVRO.

Après ce succès, il fut considéré comme le légitime successeur d'Alekhine, le champion du monde en titre, qui était alors âgé de 46 ans.

En 1939, après un revers au tournoi d'entraînement de Leningrad - Moscou où il finit 12e-13e, il se rattrapa à Margate (1er) et au tournoi de Buenos Aires (1er-2e avec Najdorf).

Activités pendant la guerre (1940 - 1945)[modifier | modifier le code]

Gedeon Barcza contre Paul Kérès (d) à Oberhausen en 1961.

Au début de 1940, Kérès gagna un match contre l'ancien champion du monde Max Euwe (+6 -5 =3) et ce fut à ce moment que l'URSS annexa l'Estonie.

À partir de cette année, Kérès fit partie des meilleurs joueurs soviétiques et participa aux championnats d'URSS. Il finit ainsi 4e du XIIe championnat d'URSS de 1940 (+9 -4 =6) et 2e du match-tournoi pour le titre de champion absolu de l'URSS de 1941 (+6 -4 =10)

Cependant, lorsque l'Allemagne attaqua l'URSS et occupa l'Estonie en 1941, Kérès choisit de jouer dans les tournois organisés dans des pays occupés par l'armée allemande et en Espagne franquiste. Ainsi il participa aux tournois suivants : en 1942 : Salzbourg, Munich et Tallinn où se disputait le championnat d'Estonie qu'il remporta ; en 1943 : Prague, Poznań, Salzbourg, Madrid et à nouveau Tallinn où il conserva son titre de champion d'Estonie.

À la fin de la guerre, Kérès fut capturé par l'Armée rouge, ramené en URSS et temporairement détenu en captivité. Pourtant, il fut rapidement autorisé à rejouer, mais pas à se rendre à l'étranger. À partir de là, il redevint citoyen soviétique et joua pour son nouveau pays. Pendant trente ans, il connut une formidable seconde carrière bien qu'il n'accédât jamais au titre suprême. Son activité durant la Seconde Guerre mondiale explique, peut-être en partie, ses déboires.

Championnats d'URSS (1940 à 1973)[modifier | modifier le code]

Kérès a participé à treize finales du championnat d'URSS. Après l'annexion de l'Estonie par l'URSS, il participa pour la première fois en 1940 et finit quatrième, puis l'année suivante il termina deuxième du championnat d'URSS absolu, disputé juste avant l'invasion de l'URSS, en juin 1941. De retour en URSS en 1944, Kérès ne fut pas autorisé à participer à la finale de 1945. Par la suite, il remporta trois fois le titre : en 1947, à Léningrad (+10 -1 =8), en 1950, à Moscou (+8 -2 =7) et en 1951, à Moscou (+9 -2 =6), devant Geller, Petrossian, Smyslov, Averbakh, Bronstein et Botvinnik.

En 1955, il battit Botvinnik lors de sa dernière partie dans un championnat d'URSS, le privant d'une septième première place. En 1957, il finit 2e-3e, derrière Mikhaïl Tal. Il fut sixième en décembre 1965, et ne participa plus jusqu'en 1973, à Moscou, où il finit douzième.

Match-tournoi de 1948 pour le titre de champion du monde[modifier | modifier le code]

Le champion du monde Alexandre Alekhine étant décédé en 1946, le titre était vacant et la Fédération internationale des échecs organisa à La Haye et Moscou un match-tournoi où les cinq meilleurs joueurs mondiaux du moment étaient invités et se rencontrèrent en matchs individuels de cinq parties.

Kérès termina à la 3e-4e place, ex aequo avec Samuel Reshevsky, après avoir battu Vasili Smyslov (+2 -1 =2) et Max Euwe (+4 =1) et perdu contre Mikhail Botvinnik (+1 -4) et Samuel Reshevsky (+1 -2 =2).

Beaucoup d'experts pensent qu'après la guerre les autorités soviétiques, souhaitant un Russe de pure souche comme champion du monde, firent pression sur lui[2]. Quand on demanda à Keres pourquoi il n'avait jamais été champion du monde, il répondit : « Je n'ai pas été chanceux, comme mon pays. »[réf. nécessaire]

Tournois interzonaux et tournois des candidats (1950-1973)[modifier | modifier le code]

1950-1956[modifier | modifier le code]

En 1950, Keres disputa le premier tournoi des candidats de Budapest. Il y termina 4e (+3 -2 =13)

Sa victoire au XIXe Championnat d'URSS de 1951 le qualifia pour le cycle des candidats suivant et il participa au deuxième tournoi des candidats de Zurich 1953 qui allait déterminer l'adversaire qui défierait Mikhail Botvinnik. Smyslov s'imposa et Keres finit 2e-4e (+8 -4 =16).

On le retrouva au tournoi interzonal de Göteborg de 1955 où sa deuxième place (+9 -2 =9) lui permit de participer au troisième tournoi des candidats d'Amsterdam de 1956. Il y fut à nouveau devancé par Smyslov et finit deuxième (+3 -1 =14).

1959-1962[modifier | modifier le code]

Paul Keres en 1961

Ce classement lui assura sa participation au match-tournoi des candidats de 1959 qui eut lieu en Yougoslavie à Bled, Zagreb et Belgrade. Il affronta chaque joueur quatre fois et il battit Mikhail Tal (+3 -1), Svetozar Gligorić (+2 =2), Fridrik Olafsson (+3 -1) et Pal Benko (+4), annula contre Vasili Smyslov (+1 -1 =2) et Bobby Fischer (+2 -2) et perdit contre Tigran Petrossian (-1 =3). Cette fois encore il occupa la 2e place et dut laisser Tal affronter Botvinnik.

En 1962 à Curaçao, au tournoi des candidats suivant, il termina à l'éternelle 2e place ex aequo avec Efim Geller après avoir battu Viktor Kortchnoï (+1 =3), Pal Benko (+3 -1) et Miroslav Filip (+2 =2) et annulé contre Tigran Petrossian (=4), Efim Geller (=4) et Bobby Fischer (+1 -1 =2). Tal, souffrant, s'était retiré après 21 parties. Cette fois, ce fut Petrossian qui s'en alla affronter Botvinnik. Afin de déterminer qui était le deuxième et lui assurer une place au tournoi des candidats du cycle suivant, Keres et Geller se rencontrèrent dans un match que Keres gagna (+2 -1 =5).

1965-1973[modifier | modifier le code]

À partir du cycle des candidats de 1964-1965, les tournois des candidats furent remplacés par des matchs à élimination directe. En 1965, à 49 ans, il fut éliminé dès les quarts de finale par Boris Spassky (+2 -4 =4).

Absent des cycles 1966 - 1969 et 1969 - 1972, il revint en 1973 au tournoi interzonal de Petropolis où il termina 12e-13e (+3 -4 =10).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Paul Keres en 1969

Source principale : Paul Keres : The Quest for Perfection, batsford, 1997.

Principales victoires dans les tournois internationaux[modifier | modifier le code]

  • 1936 : Bad Nauheim (ex æquo avec Alekhine), devant Bogoljubov et Vidmar,
  • 1937 :
  • 1938 : tournoi AVRO (tournoi à deux tours, ex æquo avec Fine), devant Botvinnik, Alekhine, Reshevsky, Euwe, Capablanca et Flohr,
  • 1939 : Margate, devant Capablanca, Flohr, Thomas et Najdorf
  • 1943 : Salzbourg (tournoi à deux tours, ex æquo avec Alekhine), 3 points d'avance sur Schmidt, Bogoljubov et Foltys,
  • 1950 : Szczawno-Zdrój, devant Barcza, Szabo, Taïmanov, Geller, Bondarevski, Averbakh et Simaguine,
  • 1952 : Budapest, devant Geller, Botvinnik, Smyslov, Stahlberg, Szabo, Petrossian, Pilnik, O'Kelly, Benko, Barcza, Golombek
  • 1955 : Hastings, (ex æquo avec Smyslov), devant Pachman, Szabo, Unzicker, Alexander et Donner,
  • 1957 :
    • Mar del Plata, devant Najdorf, Kotov, Panno, Lombardy
    • Santiago, devant Kotov,
  • 1958 : Hastings, devant Gligoric et Filip,
  • 1961 : Zurich, devant Petrossian et Gligoric,
  • 1963 : Los Angeles (tournoi à deux tours, ex æquo avec Petrossian), devant Najdorf, Olafsson, Reshevsky, Gligoric, Panno et Benko
  • 1964 : Bewerwijk, devant Portisch, Ivkov, Larsen,
  • 1968 : Bamberg, 2 points d'avance sur Petrossian, Schmid, Unzicker, Ivkov, Westerinen
  • 1970 : Budapest, devant Szabo, Ivkov, Souétine et Portisch
  • 1971 : Tallinn (ex æquo avec Tal), devant Bronstein, Stein, A. Zaïtsev et Smejkal,
  • 1975 : Tallinn, devant Spassky, Olafsson, Bronstein et Hort.

1929-1939 : champion d'Estonie, vainqueur du tournoi AVRO[modifier | modifier le code]

En 1939, après sa victoire au tournoi AVRO 1938, Kéres termina seulement 12e-13e, ex æquo avec Smyslov, du tournoi d'entrainement disputé à Léningrad et Moscou : 8 / 17 (+3 –4 =10), tournoi remporté par Flohr (12 / 17) devant Reshevsky (10,5).

Année Vainqueur ou ex æquo Deuxième à huitième
1929 Championnat de Pärnu (2e après Wirkus) : 13,5 / 18 (+13 -4 =1)
1930 Championnat d'Estonie junior (Tallinn) : 8 / 9 (+7 =2) 1931–1935 : tournois par correspondance
1932 Championnat d'Estonie junior (Tartu) : 9 / 9
1933 Championnat d'Estonie junior (Pärnu) : 11,5 / 12 Tallinn (3e-4e) : 5 / 7 (+5 -2 =0)
(tournoi de sélection au championnat d'Estonie 1934)
1934 1934-1935 :
Championnat d'Estonie (Tallinn) : 6,5 / 9 (+6 -2 =1)
Match de départage contre Friedermann (+2 –1 =0)
Tartu : 23 / 24 (+22 =2)
(Tallinn) Match contre Kibbermann (+3 –1 =0)
Rakvere (2e) : 7 / 9 (+6 -1 =2)
(tournoi de sélection au championnat d'Estonie 1935)
1935 Tallinn (2e derrière P. Schmidt) : 5,5 / 8 (+5 -2 =1)
Olympiade de Varsovie (5e) : 12,5 / 19 (+11 -5 =3)
Helsinki (2e derrière Frydman) : 6,5 / 8 (+6 -1 =1)
1936 Tallinn  : 9 / 10 (+8 =2)
Bad Nauheim  : 6,5 / 9 (+4 =5) (ex æquo avec Alekhine)
Munich[3] : 15,5 / 20 (+12 -1 =7)
(Pärnu) Match contre Schmidt (+3 –3 =1)
1936-1937 : Tallinn (entraînement) : 7,5 / 9 (+6 =3)
Dresde (8e-9e) : 3,5 / 9 (2 -4 =3)
(victoire de Alekhine devant Engels, Maroczy et Stahlberg)
Zandvoort (3e-4e) : 6,5 / 11 (+5 -3 =3)
(tournoi remporté par Fine devant Euwe et Tartakover)
1937 Margate : 7,5 / 9 (+6 =3) (ex æquo avec Fine)
Ostende : 6 / 9 (+5 -2 =2) (ex æquo avec Fine et Grob)
Prague : 10 / 11 (+9 =2)
Vienne : 4,5 / 6 (+4 -1 =1)
Semmering-Baden : 9 / 14 (+6 -2 =6)
Kemeri (4e-5e) : 11,5 / 17 (+8 -2 =7)
(victoire de Petrovs, Reshevsky et Flohr devant Alekhine)
Pärnu (2e-4e) : 4,5 / 7 (+3 -1 =3)
(tournoi remporté par Schmidt devant Stahlberg et Flohr)
Olympiade de Stockholm (2e) : 11 / 15 (+9 -2 =4)
(médaille d'or remportée par Flohr : 12,5 / 16)
1938 (Göteborg) Match contre Ståhlberg (+2 –2 =4)

Tournoi AVRO (Pays-Bas) (1er-2e) : 8,5 / 14 (+3 =11)
(ex æquo avec Fine)
1937-1938 : tournoi d'Hastings (2e-3e) : 6,5 / 9 (+4 =5)
(tournoi remporté par Reshevsky devant Alexander)

Noordwijk (2e derrière Eliskases) : 6,5 / 9 (+4 =5)
1939 Margate : 7,5 / 9 (+6 =3)
Buenos Aires : 8,5 / 11 (+7 -1 =3) (ex æquo avec Najdorf)
Olympiade de Buenos Aires (5e) : 14,5 / 19 (+12 -2 =5)
(médaille d'or remportée par Capablanca)

1940-1948 : champion d'URSS et troisième du championnat du monde[modifier | modifier le code]

En 1945, Kéres fut écarté de la sélection soviétique qui disputait le match radio contre les États-Unis. En 1946, il ne fut pas envoyé au tournoi de Groningue, remporté par Botvinnik devant Euwe, Smyslov et Najdorf.

Année Vainqueur Deuxième à sixième
1940 1939-1940 : match contre Max Euwe : 7,5–6,5 (+6 -5 =3)
(Pays-Bas)
Championnat d'URSS (Moscou) (4e) : 12 / 19 (+6 -4 =9)
(victoire de Bondarevski et Lilienthal devant Smyslov)
1941 Championnat absolu d'URSS (2e) : 11 / 20 (+6 -4 =10)
(Moscou, tournoi remporté par Botvinnik)
1942 Championnat d'Estonie (Tallinn) : 15 / 15 Salzbourg (2e) : 6 / 10 (+4 -2 =2)
et Munich (2e) : 7,5 / 11 (+6 -2 =3)
(tournois remportés par Alekhine : 8 / 10 et 8,5 / 11)
1943 Championnat d'Estonie (Tallinn) : 8 / 11 (+6 -1 =4)
Poznań (entrainement) : 5 / 5
Salzbourg : 7,5 / 10 (+5 =5) (ex æquo avec Alekhine)
Madrid : 13 / 14 (+12 =2)
Madrid (tournoi éclair) : 20,5 / 26 (devant Sämisch et Alekhine)
Prague (2e) : 14,5 / 19 (+11 -1 =7)
(tournoi remporté par Alekhine : 17 / 19)
1944 Match contre Ekström (Stockholm) (+4 -0 =2)
1944-1945 : Riga (tournoi balte) : 10,5 / 11
Championnat open de Suède[4] (2e) : 4,5 / 7 (+4 -2 =1)
(Lidköping, tournoi remporté par Stig Lundholm)
1945 Championnat open d'Estonie (Tallinn) : 13 / 15 (+11 =4)
1946 Championnat open de Géorgie (hors-concours)
(Tbilissi) : 18 / 19 (+17 =2)
Match radio URSS—Angleterre contre Klein : 1,5–0,5
Match URSS—États-Unis (3e échiquier) contre Fine : 1,5–0,5
1947 Championnat d'URSS (Léningrad) : 14 / 19 (+10 -1 =8)
Pärnu (entrainement) : 9,5 / 13 (+7 -1 =5)
Moscou (mémorial Tchigorine ) (6e-7e) : 9 / 15 (+6 -3 =6)
(victoire de Botvinnik devant Ragozine, Boleslavski et Smyslov)
1948 Championnat du monde[5] (3e-4e) : 10,5 / 20 (+8 -7 =5)
(victoire de Botvinnik devant Smyslov et Reshevsky)
Championnat d'URSS (Moscou) (6e-9e) : 9,5 / 18 (+5 -4 =9)
(victoire de Bronstein et Kotov devant Fourman et Flohr)

1949-1957 : deuxième du tournoi des candidats, devancé par Bronstein et Smyslov[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur Deuxième à dixième
1949 Championnat d'URSS (Moscou) (8e) : 11 / 19 (7 -4 =8)
(victoire de Bronstein et Smyslov devant Geller et Taïmanov)
1950 Szczawno-Zdrój : 14,5 / 19 (+11 -1 =7)
Championnat d'URSS (Moscou) : 11,5 / 17 (+8 -2 =7)
Tournoi des candidats (Budapest) (4e) : 9,5 / 18 (+3 -2 =13)
(victoire de Bronstein et Boleslavski devant Smyslov)
1951 Championnat d'URSS (Moscou) : 12 / 17 (+9 -2 =6)
1952 Budapest (mémorial Maroczy) : 12,5 / 17 (+10 -2 =5) Gagra-Voronovo (entrainement) (3e-6e) : 3,5 / 7 (+2 -2 =3)
Olympiade (Helsinki, 10e au 1er échiquier) : 6,5 / 12 (+8 =5)
Championnat d'URSS (10e-11e) (Moscou) : 9,5 / 19 (+5 -5 =9)
(victoire de Botvinnik au départage devant Taïmanov et Geller)
1953 Championnat open d'Estonie (Tartu) : 18 / 19 (+17 =2) Gagra (entrainement) (8e) : 4 / 9 (+2 -3 =4)
Tournoi des candidats (Zurich) (2e-4e) : 16 / 28 (+8 -4 =16)
(victoire de Smyslov devant Bronstein et Reshevsky)
1954 Olympiade (Amsterdam, 4e échiquier) : 13,5 / 14 (+13 =1)
1955 1954-1955 : tournoi d'Hastings : 7 / 9 (+6 -1 =2)
(ex æquo avec Smyslov)

Pärnu : 10 / 11 (+9 =2)
Championnat d'URSS (Moscou) (7e-8e) : 11 / 19 (+7 -4 =8)
(tournoi remporté après départage par Geller devant smyslov)
Tournoi interzonal (2e) : 13,5 / 20 (+9 -2 =9)
(Göteborg, tournoi remporté par Bronstein)
1956 Match contre Unzicker : 6-2 (+4 –0 =4)

Olympiade de Moscou (3e échiquier) : 9,5 / 12 (+7 =5)
Tournoi des candidats (2e) : 10 / 18 (+3 -1 =14)
(Amsterdam, tournoi remporté par Smyslov)
Mémorial Alekhine (Moscou) (7e-8e) : 8,5 / 15 (+4 -2 =9)
(tournoi remporté par Botvinnik et Smyslov)
1957 Mar del Plata : 15 / 17 (+13 =4)
Santiago : 6 / 7 (+5 =2)
1957-1958 : tournoi d'Hastings  : 7,5 / 9 (+7 -1 =1)
Championnat d'URSS (2e-3e) : 13,5 / 21 (+8 -2 =11)
(Moscou, tournoi remporté par Tal devant Bronstein)

1958-1966 : deuxième du tournoi des candidats, éliminé par Tal, Petrossian et Spassky[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur Deuxième à huitième
1958 Olympiade de Munich (3e échiquier) : 9,5 / 12 (+7 =5)
1959 Spartakiade d'URSS (demi-finale et finale B)
(Moscou) : 6,5 / 8 (+5 =3)
Championnat d'URSS (7e-8e) : 10,5 / 19 (+5 -3 =11)
(Tbilissi, victoire de Petrossian devant Tal et Spassky)
Tournoi de Zurich (3e-4e) : 10,5 / 15 (+7 -1 =7)
(victoire de Tal devant Gligoric et Fischer)
Tournoi des candidats (2e) : 22,5 / 28 (+15 -6 =7)
(Yougoslavie, tournoi remporté par Tal)
1960 Parnu[6] : 12 / 15 (+9 =6)
Olympiade de Leipzig (3e échiquier) : 10,5 / 13 (+8 =5)
Stockholm (3e) : 6,5 / 9 (+5 -1 =3)
(tournoi remporté par Kotov et Johansson[7] : 7 / 9)
1961 Zurich : 9 / 11 (+7 =4) Bled (3e-5e) : 12,5 / 19 (+7 -1 =11)
(victoire de Tal devant Fischer, Gligoric et Petrossian)
Championnat d'URSS (Bakou, 8e-11e) : 11 / 20 (+4 -2 =14)
(novembre 1961, victoire de Spassky devant Polougaïevski)
1962 Match de départage contre Geller : 4,5−3,5 (+2 -1 =5) Tournoi des candidats (2e) : 17 / 27 (+9 -2 =16)
(Curaçao, tournoi remporté par Petrossian)
Olympiade de Varna (3e au 4e échiquier) : 9,5 / 13 (+6 =7)
1963 Coupe Piatigorsky (Los Angeles) (1er-2e)
(ex æquo avec Petrossian) : 8,5 / 14 (+6 -3 =5)
Moscou (6e-7e) : 8,5 / 15 (+5 -3 =7)
(mémorial Alekhine remporté par Smyslov devant Tal)
1964 Beverwijk : 11,5 / 15 (+8 =7) (ex æquo avec Iivo Neï)
Buenos Aires  : 12,5 / 17 (+9 -1 =7)
(ex æquo avec Petrossian)
Olympiade de Tel Aviv (4e échiquier) : 10 / 12 (+9 -1 =2)
1965 1964-1965 : tournoi d'Hastings  : 8 / 9 (+7 =2)
Marianske Lazne  : 11 / 15 (+7 =8) (ex æquo avec Hort)
Championnat d'URSS par équipes[8],[9] : 5 / 7 (+3 =4)
Match des candidats contre Spassky[10] : 4−6 (+2 -4 =4)
Championnat d'URSS (Tallinn) (6e) : 11 / 19 (+4 -1 =14)
(victoire de Stein devant Polougaïevski et Taïmanov)
1966 Match Estonie-Finlande : 2-0

1967-1975 : dernières années[modifier | modifier le code]

Keres ne participa pas aux tournois interzonaux de 1967 et 1970. En 1973, il termina 12e-13e du tournoi interzonal de Petropolis : 8 / 17 (+3 -4 =10) et 9e-12e du championnat d'URSS à Moscou : 8 / 17 (+1 -2 =14), championnat remporté par Spassky.

Année Vainqueur Deuxième à neuvième
1967 1966-1967 : Stockholm : 8 / 9 (+7 =2)


Moscou (9e-12e) : 8,5 / 17 (+2 -2 =13)
(victoire de par Stein devant Smyslov, Gipslis, Bobotsov et Tal)
Winnipeg (3e-4e) : 5,5 / 9 (+2 =7)
(tournoi remporté par Larsen et Darga devant Spassky)
1968 Bamberg : 12 / 15 (+9 =6, devant Petrossian) Riga (coupe d'URSS des clubs) (3e-5e) : 6,5 / 11 (+2 =9)
1969 Match Estonie-Finlande : 1,5 / 2 (+1 -0 =1) Tournoi de Wijk aan Zee (3e-4e) : 10 / 15 (+5 =10)
(victoire de Botvinnik et Geller devant Portisch)
Tallinn (2e-3e) : 9 / 13 (+5 =8) (victoire de Stein devant Nei)
Luhacovice (2e derrière Kortchnoï) : 10,5 / 15 (+7 -1 =7)
1970 Match URSS-Reste du monde contre Ivkov
(Belgrade, 10e échiquier) : 3−1 (+2 -0 =2)
Budapest : 10 / 15 (+5 =10)
Championnat d'Europe par équipes : 5 / 5
(Kapfenberg, 8e échiquier)
Match Estonie-Bulgarie : 1−1 (+0 -0 =2)
1971 Tallinn  : 11,5 / 15 (+8 =7) (ex æquo avec Tal) Parnu (2e-3e) : 9,5 / 13 (+7 -1 =5) (victoire de Stein devant Tal)
Amsterdam (2e-4e) : 9 / 15 (+4 -1 =10)
(tournoi remporté par Smyslov devant Browne et Portisch)
1972 Olympiade d'URSS (1er échiquier)
(Moscou) : 5 / 7 (+3 =4)
Sarajevo (3e-5e) : 9,5 / 15 (+4 =11)
(tournoi remporté par Szabo devant Petrossian, Jansa et Hort)
San Antonio (5e) : 9,5 / 15 (+6 -2 =7)
(victoire de Karpov, Petrossian et Portisch devant Gligoric)
1973 Tallinn (3e-6e) : 9 / 15 (+6 -3 =6)
(victoire de Tal devant Polougaïevski, Bronstein et Spassky)
Dortmund[11] (6e-7e) : 8,5 / 15 (+3 -1 =11)
(tournoi remporté par Hecht, Spassky et Andersson)
1974 Tournoi par équipes (Togliatti) : 4 / 5 (+3 =2)
1975 Tallinn : 10,5 / 15 (+6 =9)
Open de Vancouver : 8,5 / 10 (+7 =3)
Match Estonie-Léningrad contre Kortchnoï : 0,5−1,5 (+0 -1 =1)

Olympiades[modifier | modifier le code]

Avant la Deuxième Guerre mondiale, Keres participa à trois Olympiades au premier échiquier de l'Estonie.

  • 1935 (Varsovie) : 12,5 / 19 (+11 -5 =3) – Cinquième place individuelle
  • 1937 (Stockholm) : 11 / 15 (+9 -2 =4) - Médaille d'argent individuelle
  • 1939 (Buenos Aires) : 14,5 / 19 (+12 -2 =5). L'Estonie remporta la médaille de bronze par équipes en 1939 et Keres termina à la cinquième place individuelle.

Keres représenta l'URSS à sept reprises et dès la première participation de l'URSS à cette compétition (en 1952). L'URSS remporta chaque fois la médaille d'or par équipes.

De 1954 à 1962, soit pendant cinq olympiades, Keres resta invaincu avec le score de 41 victoires et 23 parties nulles.

  • 1952 (Helsinki) : 1er échiquier, 6,5 / 12 (+3 -2 =7)
  • 1954 (Amsterdam) : 4e échiquier, 13,5 / 14 (+13 =1) - Médaille d'or individuelle
  • 1956 (Moscou) : 3e échiquier, 9,5 / 12 (+7 =5) - Médaille d'or individuelle
  • 1958 (Munich) : 3e échiquier, 9,5 / 10 (+7 =5) - Médaille d'or individuelle
  • 1960 (Leipzig) : 3e échiquier, 10,5 / 13 (+8 =5) - Médaille d'or individuelle
  • 1962 (Varna) : 4e échiquier, 9,5 / 13 (+6 =7) - Médaille de bronze
  • 1964 (Tel Aviv) : 4e échiquier : 10 / 12 (+9 -1 =2) - Médaille d'or individuelle

Autres compétitions internationales par équipes[modifier | modifier le code]

Championnat d'Europe par équipes

Keres ne joua que trois fois pour l'URSS qui remporta la première place.

  • 1957 Vienne - 2e échiquier (+1 =4) - Médaille d'or
  • 1961 Oberhausen - 3 e échiquier (+4 =4) - Médaille d'or
  • 1970 Kapfenberg - 8e échiquier (+5) - Médaille d'or
Match URSS contre le Reste du monde

En 1970 à Belgrade, Keres joua au 10e échiquier et domina Borislav Ivkov (+2 =2).

Timbre et billet[modifier | modifier le code]

Le billet de 5 couronnes estoniennes.

Le billet de 5 couronnes de l'Estonie est à son effigie[12].

Deux parties[modifier | modifier le code]

Paul Keres - Mikhail Botvinnik, XXIIe championnat d'URSS, Moscou, 1955

Keres inflige ici au champion du monde une des plus cinglantes défaites de sa carrière et le prive d'un septième titre de champion d'URSS.

1. e4 e6 2. d4 d5 3. Cd2 Cc6 4. c3 e5 5. exd5 Dxd5 6. Cgf3 Fg4 7. Fc4 Fxf3 8. Db3 Ca5 9. Da4+ Dd7 10. Fxf7+ Rd8 11. Dxd7+ Rxd7 12. Cxf3 exd4 13. Cxd4 c5 14. Cf3 Re7 15. Fd5 Cf6 16. Fg5 h6 17. Fxf6+ Rxf6 18. 0-0-0 Fd6 19. g3 The8 20. Cd2 Ff8 21. Ce4+ Rf5 22. f3 Tad8 23. h4 Cc6 24. h5 Fe7 25. The1 Ce5 26. Cf2 g5 27. hxg6 1 - 0

Paul Keres - Mikhaïl Tal, Tournoi des candidats, Bled, 1959[13] :

1. c4 Cf6 2. Cc3 g6 3. g3 Fg7 4. Fg2 O-O 5. f4 c5 6. Cf3 d5 7. cxd5 Cxd5 8. O-O Cc7 9. b3 Cc6 10. Fb2 Tb8 11. Ca4 Fxb2 12. Cxb2 b6 13. Cc4 Fb7 14. e3 Cd5 15. a3 e6 16. Dc2 De7 17. g4 b5 18. Cce5 Cxe5 19. fxe5 Tbc8 20. a4 b4 21. Tf2 a5 22. h4 Dc7 23. Db2 c4 24. bxc4 Dxc4 25. Cd4 Fa8 26. Ff1 Dc5 27. Cb3 Dc7 28. Fa6 Cxe3 ?! (Tb8 est plus prudent) 29. Tc1 (si Fxc8 ? Dc6 menace de mat, et si 30. Th2 Cxg4 31. Cxa5 Db6+ 32 d4 Txc8) De7 30. dxe3 Dxh4 31. Rf1 Dh3+ 32. Re2 Dxg4+ 33. Rd2 Tfd8+ 34. Cd4 Dg3 35. Tf4 Txc1 36. Dxc1 Dg2+ 37. Fe2 Dd5 38. Dc7 Td7 39. Dc4 Rg7 40. Dxd5 Fxd5 41. Fb5 Tc7 42. e4 Fa8 43. Re3 Tc3+ 44. Fd3 b3 45. Tf1 Tc5 46. Cxb3 Txe5 47. Tc1 Th5 48. Tc7 Rf6 49. Cc5 Re5 50. Cd7+ Rd6 51. Ta7 e5 52. Txa8 Rxd7 53. Txa5 Th3+ 54. Rd2 Th2+ 55. Rc3 h5 56. Ta7+ Rc6 57. Txf7 g5 58. a5 g4 59. a6 Ta2 60. Fc4 Ta1 61. Tf1 Txf1 62. Fxf1 h4 63. Fe2 g3 64. Ff1 1-0

Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
Case blanche a8 vide Case noire b8 vide Case blanche c8 vide Case noire d8 vide Case blanche e8 vide Case noire f8 vide Case blanche g8 vide Case noire h8 vide
Case noire a7 vide Case blanche b7 vide Case noire c7 vide Case blanche d7 vide Case noire e7 vide Pion noir sur case blanche f7 Roi noir sur case noire g7 Case blanche h7 vide
Case blanche a6 vide Case noire b6 vide Case blanche c6 vide Case noire d6 vide Case blanche e6 vide Case noire f6 vide Case blanche g6 vide Pion noir sur case noire h6
Case noire a5 vide Case blanche b5 vide Case noire c5 vide Reine blanche sur case blanche d5 Case noire e5 vide Case blanche f5 vide Pion noir sur case noire g5 Case blanche h5 vide
Case blanche a4 vide Case noire b4 vide Case blanche c4 vide Cavalier blanc sur case noire d4 Case blanche e4 vide Case noire f4 vide Roi blanc sur case blanche g4 Case noire h4 vide
Pion blanc sur case noire a3 Case blanche b3 vide Case noire c3 vide Cavalier noir sur case blanche d3 Case noire e3 vide Case blanche f3 vide Pion blanc sur case noire g3 Case blanche h3 vide
Case blanche a2 vide Case noire b2 vide Case blanche c2 vide Case noire d2 vide Case blanche e2 vide Case noire f2 vide Case blanche g2 vide Pion blanc sur case noire h2
Case noire a1 vide Case blanche b1 vide Case noire c1 vide Case blanche d1 vide Case noire e1 vide Reine noire sur case blanche f1 Case noire g1 vide Case blanche h1 vide
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
Tal - Keres, Yougoslavie, 1959

Une fin de partie[modifier | modifier le code]

Mikhaïl Tal - Paul Keres, Tournoi des candidats, Yougoslavie, 1959

Au lieu de 1...h5+ 2. Rxg5 (2.Rxh5?? Dh3+ 3. Rxg5 f6 mat) 2...Df6+ 3. Rxh5 Ce5 4. Dd6 et les Blancs gagnent, Keres joua: 1...Cf2+ et il suivit: 2. Rf5 Dd3+ 3. Re5 Cg4+ 4. Dd6 Dxa3+ 5. Rc7 De7+ 6. Rb8 Ce3 7. Db5 De4 8. Db2 Rg6 9. Db6+ f6 10. Ce6 Cc4 11. Da6 Ce5 12. Cc7 Dc2 13. Dd6 Dxh2 14. Cd5 Df2 15. Rb7 Dxg3 16. Dxf6+ Rh5 17. De6 Cg4 18. Ce7 Df3+ 19. Rc8 Rh4 20. Cf5+ Rh3 21. Rd8 h5 22. Dg6 Ce5 23. De6 Cg4 24. Dg6 Ce5 25. De6 Dd3+ 26. Cd4+ Cg4 27. Dd5 Cf2 28. Rc8 h4 29. De5 De4 30. Df6 Df4 31. Cf5 Ce4 32. De6 Dg4 0-1.

Publications[modifier | modifier le code]

Paul Keres est l'auteur de :

Livres traduits en français
  • Paul Keres, Iivo Neï : 4x25, Mes parties favorites de Fischer, Spassky, Kortchnoï et Larsen, éditions Chessy, 2004
Traduction d'un livre paru en estonien en 1975.
  • Finales d'échecs pratiques, éd. Grasset-Europe Échecs, 1992
Livre sur le milieu de partie
  • (en) Paul Keres et Alexandre Kotov, The Art of the Middle Game, éd. Dover
Parties commentées
  • (en) Grandmaster of Chess: The Early Games of Paul Keres, traduit et édité par Golombek, éd. Herbert Jenkins, 1964
  • (en) Grandmaster of Chess - The Middle Years of Paul Keres, traduit et édité par Golombek, éd. Herbert Jenkins, 1966
  • (en) Grandmaster of Chess - The Later Years of Paul Keres, traduit et édité par Golombek, éd. Arco, 1969

Les commentaires de Keres ont été repris et complétés par John Nunn, avec des traductions nouvelles de Graham Burgess, dans :

  • (en) The Road to the Top (1929-1950), éd. Batsford, 1996 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) The Quest for Perfection (1950-1975), éd. Batsford, 1997 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Références[modifier | modifier le code]

  1. qui le battit du fait d'une plus grande régularité, car en individuel, Kérès domina Tal
  2. Kingston a écrit un article en deux parties en 1998 : (en) The Keres-Botvinnik Case: A Survey of the Evidence - Part I et (en) Part II et un autre article en 2001, (en) The Keres-Botvinnik Case Revisited: A Further Survey of the Evidence. Après la publication, Youri Averbakh déclara dans une interview que Joseph Staline n'a pas donné d'ordre à Kérès de perdre contre Botvinnik, que Smyslov était le candidat favori du pouvoir, que Keres était soumis à une pression psychologique importante en raison des invasions multiples de son pays et de son traitement pas les officiels jusqu'à fin 1946, et qu'il était moins résistant psychologiquement que ses rivaux (en) Yuri Averbakh: An Interview with History - Part 1 et Part II
  3. Olympiade non officielle
  4. (hors-concours)
  5. La Haye / Moscou
  6. Championnat des républiques baltes et de Géorgie, juin-juillet 1960, RUSbase Parnu 1960
  7. Nicolas Giffard, Guide des Échecs, 1993, p. 1439.
  8. RUSbase Moscou 1965
  9. Paul Keres et John Nunn, The Quest for Perfection, p. 270
  10. Quart de finale des candidats
  11. Championnat open de RFA
  12. (en) site de la banque d'Estonie
  13. Keres-Tal Bled 1959 sur ChessGames.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Erich Carl Paul Keres, Ausgewählte Partien 1959–1974 und der Versuch einer Biographie, Beyer Verlag, 1983
  • Fred Reinfeld,
    • (en) Keres' Best games of chess, 1931-1940, éd. G. Bell and sons ltd, 1941, préface de Paul Keres
    • (en) Keres Best Games of Chess, 1931-1948, éd. Dover, 1960,
  • (en) Egon Varnusz, Paul Keres best games, Cadogan Chess, 1987

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :