David Bronstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David Ionovitch Bronstein

Description de cette image, également commentée ci-après

David Bronstein en 1968

Nom de naissance Давид Ионович Бронштейн
Naissance 19 février 1924
Bila Tserkva, RSS d'Ukraine, URSS
Décès 5 décembre 2006
Minsk, Biélorussie
Nationalité Drapeau de l'URSS Union soviétique
Profession Joueur d’échecs
Distinctions
Grand maître international (1950)
Vice-champion du monde d'échecs 1951-1953
Champion d'URSS 1948 et 1949

David Ionovitch Bronstein (en cyrillique avec accentuation Дави´д Ио´нович Бронште´йн) (né le 19 février 1924 à Bila Tserkva, RSS d'Ukraine, URSS - décédé le 5 décembre 2006 à Minsk, Biélorussie) est un joueur d'échecs soviétique qui a annulé un match de championnat du monde, en 1951, contre Mikhaïl Botvinnik. Grand maître international, il est renommé également pour les livres d'échecs qu'il a écrits dont L'art du combat aux échecs (le tournoi de Zurich 1953) et (en)200 open games.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

David Bronstein naquit dans une famille juive en Ukraine. Son père était responsable d'une minoterie et sa mère médecin.

Son père, Johonon fut arrêté le 31 décembre 1937 et emprisonné pendant plusieurs années au goulag pour avoir défendu des paysans contre des officiels corrompus[1]. Condamné à des travaux forcés, il fut libéré en 1944, avec cependant un bannissement de la ville de Moscou. Longtemps après sa mort, les autorités admirent par écrit que son internement n'avait pas de base légale. Il est cependant possible que son homonymie avec Léon Trotski, dont le véritable nom de famille était aussi Bronstein et qui était comme lui originaire d'Ukraine, ait été la source de tous ses ennuis.

Débuts aux échecs[modifier | modifier le code]

Le grand-père de Bronstein lui apprit à jouer aux échecs quand il avait six ans. Pendant sa jeunesse, à Kiev, il bénéficia de l'entraînement du maître international réputé Aleksandr Konstantinopolski.

Il termina deuxième du championnat de Kiev à l'âge de 15 ans (en 1939), et obtint le titre de maître soviétique à 16 ans (en 1940), pour sa deuxième place au championnat d'Ukraine de 1940, derrière Isaac Boleslavski. Ce dernier devint un ami proche et un partenaire aux échecs. Bien plus tard, en 1984, il en épousa sa fille, Tatiana.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Bronstein s'apprêtait à entrer à l'Université de Kiev pour y étudier les mathématiques, quand l'extension à l'est de la Seconde Guerre mondiale en 1941 interrompit ses projets. Il reprit cependant ses études à l'Institut Polytechnique de Léningrad après la guerre. Jugé inapte au service militaire en raison de sa mauvaise vue, Bronstein occupa des emplois subalternes pendant la guerre, comme la reconstruction d'immeubles détruits par des bombardements.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Du fait de son soutien à son ami Viktor Kortchnoï, lors du match des candidats de 1974 contre Anatoli Karpov et dans les années suivantes[2],[3], Bronstein fut banni des tournois à l'étranger par les autorités soviétiques dans les années 1975-1985. L'interdiction ne fut levée qu'avec la Perestroïka, en 1986 pour les tournois dans les pays de l'Est, et en 1989 pour les tournois en Occident[4].

Dans les dernières années de sa vie, Bronstein a continué à jouer aux échecs à un haut niveau. Ceci grâce à de nombreuses parties en simultanée, mais aussi par son attitude chaleureuse, et des récits épiques de ses propres aventures échiquéennes.

Carrière[modifier | modifier le code]

Champion de Moscou[modifier | modifier le code]

Bronstein fut champion de Moscou à six reprises :

  • seul vainqueur en 1946 (devant Simaguine, Alatortsev, Kotov et Smyslov),
  • en 1953 : deux points devant Lilienthal et Simaguine
  • en 1957 : deux points devant Vassioukov et Averbakh ;
  • en 1961 : vainqueur du départage contre Viktor Koupreïtchik ;
  • en 1968, covainqueur ex æquo avec Tigran Petrossian ;
  • en 1982, covainqueur ex æquo avec Rachkovski.

En 1947, il termina premier ex æquo avec Simaguine et Ravinski, mais termina deuxième du départage.

Champion d'URSS (1948 et 1949)[modifier | modifier le code]

En 1944, Bronstein participa pour la première fois au championnat d'échecs d'URSS dont il occupa une des dernières places (+4 -7 =5) après avoir cependant battu le futur vainqueur Mikhaïl Botvinnik. L'année suivante, il termina 3e (+7 -4 =6).

À partir de 1944, il réalisa une énorme progression puisque, quatre ans plus tard, il conquit le titre à deux reprises :

  • en 1948, à Moscou : +7 -1 =10, premier ex æquo avec Alexandre Kotov
  • en 1949, à Moscou : +8 -1 =10, premier ex æquo avec Vassili Smyslov et devant les meilleurs joueurs soviétiques, à l'exception de Mikhaïl Botvinnik.

David Bronstein participa à 20 finales du championnat d'URSS de 1944 à 1975 dont 6 finales consécutives de 1957 à décembre 1961.

Grand maître international (1950)[modifier | modifier le code]

Bronstein a obtenu le titre de grand maître international lors de la création du titre en 1950. À 26 ans, il était le plus jeune grand maître parmi les 27 joueurs qui reçurent le titre.

Tournois interzonaux, tournois des candidats et championnat du monde[modifier | modifier le code]

1948-1950 : vainqueur du cycle des canddats[modifier | modifier le code]

La progression de Bronstein au championnat d'URSS lui permit de se faire connaître en dehors des frontières de l'URSS. Il obtint son premier succès en 1948 lors du tournoi interzonal de Saltsjöbaden, grâce auquel il se qualifia pour le Tournoi des candidats suivant. Il finit en effet à la première place (+8 =11), laissant le second László Szabó à un point. En 1950 au tournoi des candidats de Budapest, il termina premier ex aequo (+8 -2 =8) avec son ami Isaac Boleslavski. Ils durent ensuite se départager dans un match en 12 parties qui s'acheva sur une égalité (+2 -2 =8 pour chacun des joueurs). Ce fut dans la prolongation que Bronstein l'emporta (+1 =1) et qu'il acquit le droit de défier le champion du monde Mikhaïl Botvinnik.

Match pour le championnat du monde (1951)[modifier | modifier le code]

En 1951 à Moscou, Bronstein rencontra Mikhaïl Botvinnik dans un match en 24 parties. Après un début de rencontre équilibré, Botvinnik atteint tout de même le milieu du match avec un avantage d'un point qu'il conserva jusqu'à la 20e partie. Puis Bronstein gagna les deux parties suivantes et prit l'avantage. Au cours de la 23e et avant-dernière partie, il commit une grosse faute dans une position nulle et perdit, permettant ainsi à Botvinnik de revenir à sa hauteur. Il ne resta plus au champion du monde qu'à assurer dans la dernière partie pour conserver son titre (+5 -5 =14) selon la règle de la FIDE qui prévoyait cette issue en cas d'égalité finale.

Bronstein est considéré comme l'un des plus forts joueurs à n'avoir jamais été champion du monde, au même titre que Paul Keres, Viktor Kortchnoï ou Bent Larsen. Il n'eut plus jamais l'opportunité de prendre sa revanche par la suite. Botvinnik et lui ne s'appréciaient guère et l'on a souvent insinué que Bronstein avait subi des pressions. La réponse de Bronstein a d'ailleurs toujours été assez évasive à ce sujet[5].

1953 : deuxième du tournoi des candidats[modifier | modifier le code]

En qualité de finaliste du championnat du monde, Bronstein n'eut pas besoin de participer au tournoi interzonal de Stockholm en 1952 et fut directement qualifié pour leTournoi des candidats de Zurich 1953. En 1953 à Zurich, il termina à la 2e-3e place (+6 -2 =20) et laissa Vassili Smyslov tenter de détrôner Mikhaïl Botvinnik. En 1956, il publia le livre du tournoi.

1955-1956 : vainqueur de l'interzonal[modifier | modifier le code]

En 1955, il joua dans le tournoi interzonal de Göteborg où il termina 1er (+10 =10) avec 1½ point d'avance sur Paul Keres. Il accéda ainsi au tournoi des candidats d'Amsterdam de 1956. En 1956 à Amsterdam, il ne put faire mieux que partager la 3e-7e place (+4 -3 =11).

1958 à 1964 : sixième de l'interzonal d'Amsterdam[modifier | modifier le code]

Bronstein en 1963

À Portorož en 1958, Bronstein perdit contre le maître international philippin Rodolfo Cardoso et finit à la 7e-11e place du tournoi interzonal avec 11,5 points sur 20 (+4 -1 =15), à un demi-point du sixième qualifié et ne parvint pas à se qualifier pour le tournoi des candidats de 1959. Sa 12e-13e place du XXVIIIe championnat d'URSS (tournoi zonal) de janvier-février 1961 à Moscou ne l'autorisa pas à prendre part au tournoi interzonal de Stockholm de 1962.

En 1964, Bronstein termina troisième du tournoi zonal de Moscou. Qualifié pour l'interzonal d'Amsterdam en 1964, il occupa la 6e place (+10 -1 =12), qualificative pour la nouvelle formule des matchs des candidats. Mais une règle de la Fédération internationale des échecs (FIDE) précisait que trois représentants seulement d'un même pays pouvaient disputer la phase finale des candidats. Trois Soviétiques, Vassili Smyslov, Boris Spassky et Mikhaïl Tal avaient terminé dans les quatre premières places. Ainsi, Leonid Stein (5e) et Bronstein furent éliminés au profit des deux non-Soviétiques qui les suivaient au classement final.

1966 à 1973 : sixième de l'interzonal de Pétropolis[modifier | modifier le code]

Au XXXIVe championnat d'URSS de 1966-1967 qui était un tournoi zonal, il finit à la 8e-9e place et se vit éliminé de la course au titre, manquant le tournoi interzonal de Sousse en 1967.

En 1969, lors du XXXVIIe championnat d'URSS qui était un tournoi zonal qualificatif pour le tournoi interzonal de Palma de Majorque en 1970, il fut éliminé en demi-finale.

Bronstein n'était pas qualifié pour les tournois interzonaux de 1973, Leningrad ou Petrópolis car il avait terminé 13e-16e ex æquo du championnat d'URSS 1972 à Bakou. Il écrivit au président de la FIDE, Max Euwe pour obtenir de l'aide. Celui-ci le nomma premier remplaçant pour les interzonaux. Bronstein remplaça Leonid Stein qui était brutalement décédé deux semaines avant l'ouverture du tournoi interzonal de Pétropolis. Bien qu'insuffisamment préparé, Bronstein termina néanmoins à la 6e place (+7 -3 =7) et fut éliminé.

Tournois internationaux remportés en dehors de l'URSS[modifier | modifier le code]

Bronstein en 1968

Bronstein joua dans de nombreux tournois internationaux disputés à l'étranger et, en plus des tournois interzonaux de 1948 et 1955, et du tournoi des candidats de Budapest 1950, il remporta la première place dans les tournois suivants :

Palmarès[modifier | modifier le code]

Source : L'apprenti sorcier.

1938 à 1947 : champion de Moscou[modifier | modifier le code]

En 1944, lors du tournoi de Bakou, Bronstein se qualifia pour la finale du XIIIe championnat d'URSS. Lors de sa première finale, à Moscou, il finit quinzième.

Année Vainqueur Deuxième à huitième
1938 (Kiev) Finale du championnat inter-écoles
Match Kiev - Minsk juniors à Minsk : 2-0
Kiev (championnat des moins de 18 ans)
Kiev (tournoi 1re cat. adultes et juniors) : 8,5 / 10 (+7 =3)
Match Kiev - Moscou (juniors) : 0-2
1939 Championnat de Kiev par équipes : 7,5 / 9
Kiev (1er-3e de la demi-finale du championnat adultes[6])
Tbilissi-Erevan (champ. scolaire par équipes) : 5,5 / 6
Championnat de Kiev adultes[7] (2e-4e) : 10 / 14
Championnat d'Ukraine adultes (7e-9e) : 7,5 / 15 (+6 -6 =3)
(Dniepropetrovsk, victoire de Boleslavski devant Poliak)
1940 Championnat scolaire de Kiev

Zaporijia (champ. d'Ukraine par équipes juniors) : 4,5 / 5
Championnat de Kiev adultes (3e) : 7,5 / 12
Championnat d'Ukraine adultes (2e) : 11,5 / 17 (+7 -1 =9)
(Kiev, tournoi remporté par Boleslavski)
1941 Kiev (champ. du palais des pionniers) : 10 / 11 (+9 =2) Rostov sur le Don (tournoi interrompu) : 3 / 5 (+2 -1 =2)
(demi-finale du 13e championnat d'URSS 1941)
1942 Championnat d'Ordjonikidze : 13 / 13
1943 Bakou[8] (3e-4e) : 4 / 8 (+2 -2 =4) (tournoi remporté par Flohr)
1944 Bakou (4e) : 6 / 11 (+5 -4 =2) (victoire de Lilienthal)
(demi-finale du 13e championnat d'URSS 1944)
Kiev[9] (5e-6e) : 6 / 11 (+4 -3 =4) (victoire de Sokolski et Flohr)
1945 Moscou : 11 / 15 (+9 -2 =4)
(demi-finale du 14e championnat d'URSS 1945)
Demi-finale du championnat de Moscou : 14 / 15 (+13 =2)
Championnat d'URSS (3e) : 10 / 17 (+7 -4 =6)
(Moscou, tournoi remporté par Botvinnik devant Boleslavski)
1946 Championnat de Moscou : 11,5 / 15 (+10 -2 =3)
Match Prague - Moscou : 4,5 / 6 (+4 –1 =1)
Match Moscou - Prague : 6-0
Léningrad : 11,5 / 18 (+7 -2 =9) (ex æquo avec Doubinine)
(demi-finale du 15e championnat d'URSS 1947)
1947 Championnat de Moscou (1er-3e) : 9 / 14 (+7 -3 =4)
(ex æquo avec Simaguine et Ravinski)
(2e du tournoi de départage derrière Simaguine)
Championnat d'URSS (6e) : 11 / 19 (+5 -2 =12)
(Léningrad, tournoi remporté par Keres devant Boleslavski)
Championnat open de Lithuanie (2e-3e) : 11 / 13 (+10 -1 =2)
(Vilnius, tournoi remporté par Mikenas devant Saïguine)
Parnu[10],[11] (4e-6e) : 8 / 13 (+5 -2 =6)
(tournoi remporté par Keres devant Kotov et Lilienthal)
Léningrad (3e-4e) : 11,5 / 18 (+7 -2 =9)
(demi-finale du 16e championnat d'URSS 1948)
(tournoi remporté par Aronine devant Taïmanov)

1948 à 1957 : champion d'URSS et vice-champion du monde[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur ou ex æquo Deuxième à septième
1948 Tournoi interzonal (Saltsjöbaden) : 13,5 / 19 (+8 =11)
Championnat d'URSS (ex æquo avec Kotov)
(Moscou) : 12,5 / 19 (+7 −1 =11)
1949 Championnat d'URSS (ex æquo avec Smyslov)
(Moscou) : 13 / 19 (+8 −1 =10)
1950 Tournoi des candidats[12] (Budapest)
(ex æquo avec Boleslavski) : 12 / 18 (+8 −2 =8)
Match de départage contre Boleslavski : 7,5–6,5 (+3 −2 =9)
1951 Championnat du monde contre Botvinnik[13]
(Moscou) : 12–12 (+5 −5 =14)
Championnat d'URSS par équipes (Tbilissi)
(ex æquo avec Boleslavski) : 3,5 / 5 (+2 =3)
Championnat d'URSS (6e-8e) : 9,5 / 17 (+6 −4 =7)
(Moscou, victoire de Keres devant Petrossian et Geller)
1952 Liverpool[14] : 6,5 / 7 (ex æquo avec Taïmanov)
Tournois d'entrainement pour l'olympiade :
Moscou (+3 −1 =3) et Gagra-Voronovo (+3 −1 =4)
Olympiade de Helsinki (3e échiquier) : 8 / 10 (+7 −1 =2)
Championnat d'URSS par équipes (2e-3e) : 5,5 / 9
(Odessa, victoire de Tolouch devant Fourman)
Championnat d'URSS (7e-9e) : 10,5 / 19 (+5 −3 =11)
(Moscou, victoire de Botvinnik devant Taïmanov et Geller)
1953 Championnat de Moscou : 12,5 / 15 (+11 −1 =3)
Match contre Fourman : 3–1 (+2 −0 =2)
Tournoi des candidats (2e-4e) : 16 / 28 (+6 −2 =20)
(Zurich, victoire de Smyslov devant Keres et Reshevsky)
1954 1953-1954 : Tournoi d'Hastings (1er-2e) : 6,5 / 9 (+5 −1 =3)
(ex æquo avec Alexander)
Belgrade[15] : 13,5 / 19 (+8 =11)
Olympiade d'Amsterdam
(2e au 3e échiquier) : 10,5 / 14 (+7 =7)
1955 Tournoi interzonal de Göteborg : 15 / 20 (+10 =10)
1956 Olympiade de Moscou (4e échiquier) : 11 / 13 (+9 =4) Tournoi des candidats (3e-7e) : 9,5 / 18 (+4 −3 =11)
(Amsterdam, tournoi remporté par Smyslov devant Keres)
Mémorial Alekhine (Moscou) (5e) : 9,5 / 15 (+5 −1 =9)
(tournoi remporté par Smyslov et Botvinnik)
1957 Championnat de Moscou : 10,5 / 12 (+10 −1 =1)
Gotha (tournoi international) : 11 / 15 (+8 −1 =6)
Championnat d'URSS (2e-3e) : 13,5 / 21 (+8 −3 =9)
(Moscou, tournoi remporté par Tal devant Kéres)

1958 à 1967 : champion de Moscou, éliminé dans les tournois interzonaux[modifier | modifier le code]

En février 1957 et 1958, Bronstein finit deuxième puis troisième derrière Tal du championnat d'URSS. Les années suivantes, en février 1959, 1960 et 1961, il ne termina que 12e-13e, à chaque fois sur le score de 9 points sur 19, du championnat d'URSS et manqua la qualification pour le tournoi interzonal de 1962 lors du XXVIIIe championnat de 1961 qui était un tournoi zonal.

Année Vainqueur Deuxième à huitième
1958 Olympiade de Munich : 9,5 / 12 (+7 =5)
(médaille d'or au 4e échiquier)
Championnat d'URSS[16] (Riga) (3e) : 11,5 / 18 (+7 -2 =9) (victoire de Tal devant Petrossian)
Portorož (Interzonal) (7e-11e) : 11,5 / 20 (+4 -1 =15) (victoire de Tal devant Gligoric)
1959 Moscou (Mémorial Alekhine[17]) : 7 / 11 (+3 =8)
(ex æquo avec Smyslov et Spasski)
Championnat de Moscou (3e) : 10 / 15 (+6 -1 =8)
(tournoi remporté par Simaguine : 12 / 15 devant Liberzon)
1960 Moscou : 8 / 9 (+7 =2)
(championnat des clubs Dynamo)
Odessa[18] (2e derrière Averbakh) : 11 / 17 (+7 -2 =8)
Mar del Plata (3e) : 11,5 / 15 (+8 =7) (victoire de Spassky et Fischer)
1961 Vilnius : 12,5 / 13
(championnat des membres du club Dynamo)
Championnat de Moscou  : 12,5 / 17 (+9 -3 =5)
Départage contre Chamkovitch : 3,5–2,5 (+2 -1 =3)
Moscou[19] (5e-7e) : 6 / 11 (+2 -1 =8) (victoire de Smyslov et Vassioukov devant Olafsson)
Budapest (mémorial Maroczy, 2e-3e) : 9,5 / 15 (+4 =11) (victoire de Kortchnoï devant Filip)
XXIXe Championnat d'URSS[20] (novembre 1961) (3e)  : 12,5 / 20 (+6 -1 =13)
(Bakou, tournoi remporté par Spasski devant Polougaïevski)
1962 Lvov (match URSS - Yougoslavie) : 4,5 / 6 (+3 =3)
Match Léningrad - Moscou (2e échiquier)
(Léningrad) Match contre Kortchnoï : 1,5–0,5
Tartu (3e) : 7 / 11 (+3 =8) (tournoi[21] remporté par Neï devant Osnos)
Moscou[19] (3e-6e) : 9 / 15 (+5 -2 =8) (tournoi remporté par Averbakh et Vassioukov)
1963 Tournoi de Beverwijk (2e après Donner) : 11,5 / 17 (+7 -1 =9)
Miskolc (2e après Tal) : 10,5 / 15 (+6 =9)
Alma Ata[22] (2e-3e) : 10,5 / 15 (+6 =9) (victoire de Gipslis devant Baguirov)
Championnat d'URSS (4e-6e) : 11,5 / 19 (+7 -3 =9) (Léningrad, victoire de Stein)
1964 Match Moscou - Léningrad contre Kortchnoï : 1-0
(par téléphone)
(Moscou) Tournoi zonal (2e-3e) : 6,5 / 12 (+2 -1 =9) (victoire de Spassky devant Stein)
(Amsterdam) Interzonal (6e) : 16 / 23 (+10 -1 =12) (victoire de Larsen, Smyslov, Spassky, Tal)
Belgrade[23] (7e-8e) : 9,5 / 17 (+4 -2 =11) (victoire de Spassky devant Kortchnoï)
1965 1964-1965 : Championnat d'URSS (Kiev, 2e après Kortchnoï) : 13 / 19 (+10 -3 =6)
Sotchi (championnat du club Dynamo) (5e) : 7 / 12 (+4 -2 =6) (victoire de Boïarnov)
Zagreb[24] (6e) : 11,5 / 19 (+5 -1 =13) (victoire de Ivkov et Uhlmann devant Petrossian)
1966 Szombathely[25] : 11,5 / 15 (+9 -1 =5)
(ex æquo avec Uhlmann)
(Moscou) Match d'entraînement contre Tal : 1,5 – 2,5 (+0 −1 =3)
1966-1967 : Championnat d'URSS (8e-9e) : 10,5 / 20 (+5 -4 =11)
(Tbilissi, tournoi zonal remporté par Stein devant Geller et Kortchnoï)
1967 Spartakiade (Moscou) : 6 / 8 (+4 =4)
(médaille d'or au 4e échiquier de Moscou)
Moscou[26] (3e-4e) : 7 / 11 (+4 -1 =6) (victoire de Polougaïevski et Smyslov devant I. Zaïtsev)
Moscou[27] (6e-8e) : 9,5 / 17 (+3 -1 =13) (tournoi international remporté par Stein)
Krems (4e) : 8 / 13 (+5 -2 =6) (tournoi international remporté par Unzicker)

1968 à 1980[modifier | modifier le code]

En 1972, Bronstein termina 13e-16e avec 9,5 points sur 21 (+5 –7 =9) du championnat d'URSS 1972 à Bakou. Il participa pour la dernière fois à la division supérieure du championnat d'URSS en 1975 et finit 9e-10e à Erevan avec 7,5 points sur 15 (+4 –4 =7).

Année Vainqueur Deuxième à huitième
1968 Championnat de Moscou : 10,5 / 15 (+7 -1 =7)
(1er-2e, ex æquo avec Petrossian)
Berlin Est[28] : 10,5 / 14 (+7 =7) (ex æquo avec Uhlmann)
Amsterdam (tournoi IBM) (2e derrière Kavalek) : 10 / 15 (+5 =10)
Kislovodsk (5e-6e) : 8 / 14 (+3 -1 =10) (tournoi du club central)
(victoire de Geller devant Vassioukov et Gourguenidze)
1969 Moscou[29] (3e-6e) : 7,5 / 13 (+4 -2 =7) (victoire de Jouravliov)
Kiev[30] (6e) : 10 / 13 (+5 -2 =10) (victoire de Stein)
1970 Dniepropetrovsk (coupe d'URSS) : 15 / 21 (+10 -1 =10)
(Léningrad) Match d' entraînement
contre Kortchnoï : 4–2 (+3 –1 =2)
(Moscou) Match amical contre Uitumen : +1 =1
Vinkovci (2e-4e) : 10 / 15 (+5 =10)
(victoire de Bent Larsen devant Hort et Gligoric)
1971 Sarajevo (1er-3e) : 9 / 15 (+3 =12)
(ex æquo avec Matulovic et Bobotsov)
Tallinn (3e) : 11 / 15 (+7 =8) (victoire de Tal et Kérès)
Pärnu[31] (4e) : 8,5 / 13 (+4 =9) (victoire de Stein)
Rostov-sur-le-Don[32] (2e après Tal) : 4 / 6
Championnat d'URSS (7e-8e) (Léningrad) : 11,5 / 21 (+7 -5 =9)
(Moscou) Mémorial Alekhine (8e-10e) : 9 / 17 (+4 -3 =10)
1972 Las Palmas (4e) : 10 / 15 (+5 =10) (tournoi remporté par Portisch)
Moscou (6e) : 21 / 30 (+17 -5 =8) (tournoi[33] remporté par Tal)
1973 Tallinn (3e-6e) : 9 / 15 (+4 -1 =10) (victoire de Tal devant Polougaïevski)
Petropolis (interzonal) (6e) : 10,5 / 17 (+7 -3 =7) (victoire de Mecking)
Championnat de première division d'URSS (6e) : 9,5 / 17 (+6 -4 =7)
(Tbilissi, victoire de Vaganian et Dzintzichachvili)
1974 Open de San José[34] : 5 / 5 Reykjavik (3e-4e) : 10,5 / 14 (+7 =7) (victoire de Smyslov)
1975 Londres[35] (semi-rapide) : 8 / 9 (+7 =2)

1975-1976 : Hastings (1er-3e) : 10 / 15 (+6 -1 =8)
(ex æquo avec Hort et Uhlmann)
Teeside[36] (3e-5e) : 8 / 14 (+4 -2 =8) (victoire de Geller devant Smyslov)
Kichinev[37] (2e-3e derrière Gulko) : 10 / 17 (+5 -2 =10)
Tallinn (4e-5e) : 9 / 15 (+4 -1 =10)
(victoire de Kéres devant Olafsson, Spassky et Hort)
1976 Londres (semi-rapide) : 8 / 9 (ex æquo avec Taïmanov)
Sandomierz : 8 / 11 (+5 =6)
Iwonicz Zdroj : 8,5 / 11
Cleveland (3e)
(mémorial Alexander remporté par Geller devant Timman)
1977 Budapest[38] : 11 / 16 (+6 =10) Tallinn[39] (4e-6e) : 9 / 15 (+4 -1 =10) (victoire de Tal devant Romanichine)
1978 Tallinn (semi-rapide) : 14,5 / 18 (+12 -1 =5)
Jurmala : 10 / 15 (+6 -1 =8)
Championnat open de Moscou (3e-5e derrière Vassioukov) : 9 / 15
Kirovakan (5e-9e) : 8 / 15 (+3 -2 =10) (victoire de Vaganian)
1979 Tallinn[39] (4e) : 10 / 16 (+6 -2 =8) (tournoi remporté par Petrossian)
Vrsac[40] (5e-7e) : 8,5 / 14 (+5 -2 =7) (victoire de Rajkovic et Stean)
1980 Tallinn[41] (7e-11e) : 7,5 / 15 (+4 -4 =7) (victoire de Tchekhov)

1981 à 1996[modifier | modifier le code]

De 1977 à 1988, Bronstein ne put disputer aucun tournoi en dehors de l'URSS ou des pays de l'est à l'exception d'une simultanée contre des ordinateurs disputée à Rotterdam en 1983 (+11 -2 =3).

Année Vainqueur Deuxième à huitième
1981 Erevan (Vétérans) (1er-2e) (+9 -1 =3)
(ex æquo avec Bannik)
Tallinn[39] (2e-3e) : 9,5 / 15 (+5 -1 =9) (victoire de Gipslis devant Tal)
Riga semi-rapide (15') (2e derrière Smits)
Championnat open de Moscou (7e-9e) : 9 / 17 (+4 -3 =10)
1982 Championnat de Moscou (1er-2e)
(ex æquo avec Rachkovski) : 11,5 / 17 (+6 =11)
Moscou[42] (3e) (tournoi semi-rapide 45' remporté par Psakhis)
Iaroslavl[43] (8e) : 9 / 16 (+7 -5 =4)
1983 Tallinn[39] (semi-rapide) : 6 / 9
1984 Tallinn (semi-rapide) : 6,5 / 9 (+5 -1 =3)
1987 Pančevo (2e-4e derrière Rodriguez) : 7,5 / 9
1988 Open de Hongrie (Budapest) : 7,5 / 11 (+5 -1 =5)
1989 Downham[44] (rapide) : 6 / 6 (+6 =0)
Open de Manchester[45] : 4,5 / 5 (ex æquo avec Bell)
Londres[46] (2e-4e derrière Barua) : 5,5 / 9 (+4 -2 =3)
Harkany (4e-6e) ; Open de Budapest : 6,5 / 7
1990 Tästrup (3e) : 5 / 9 (+3 -2 =4) ; Gausdal (5e-13e) : 6 / 9
La Haye[47] (6e-7e) : 4 / 6 ; Rome (8e-19e) : 6 / 9
1991 Malmö (semi-rapide) : 5,5 / 7 Bruxelles semi-rapide (2e-4e derrière M. Gourevitch) : 8,5 / 11
Swamsea (3e-5e) : 4 / 5 ; Bussum (5e-11e) : 5 / 7
Open d'Utrecht (4e-9e) : 4,5 / 6 (+4 -1 =1) ; La Haye[47] (8e-11e) : 4 / 6
1992 La Haye[47] : 6 / 6 (+6 =0) Écosse (tournoi d'East Tilbridge) (2e-4e) : 4 / 5 (+3 =2)
1993 La Haye[47]  : 5,5 / 6 (ex æquo avec Nunn)
Bruxelles[48] rapide : 9,5 / 11
(ex æquo avec M. Gourevitch)
Open de Las Vegas[49] (5e-7e) : 5,5 / 6
Long Beach[50] (5e-11e) : 6 / 8
1994 Sotra[51] : 5 / 6 (+5 -1 =0) La Haye[47] (3e-4e) : 5 / 6 (+5 –1) ; Oslo (8e-14e) : 5,5 / 9 (+4 –2 =3)
Amsterdam[52] (6e-7e) : 6 / 7 (+2 –2 =5)
Open de Gausdal[53] (4e-6e) : 6,5 / 9 ; Maidstone[54] (5e-8e) : 5 / 8
1995 1994-1995 : open d'Hastings (1e-3e) : 7 / 9
(ex æquo avec Conquest et Cherbakov)
Manchester (2e-3e) : 4 / 5 (+3 =2) ; Bruxelles[55] (4e-9e) : 6,5 / 9
Bruxelles semi-rapide (4e-8e) ; Wrexham[56] (5e-7e) : 4,5 / 9
1996 1995-1996 : Hastings Challengers (5e-13e) : 7,5 / 11
(victoire de Hebden)

Olympiades d'échecs[modifier | modifier le code]

Bronstein joua pour l'URSS dès la première apparition de ce pays dans cette épreuve (en 1952). Au total, il participa à quatre éditions à l'issue desquelles l'URSS remporta la médaille d'or.

  • 1952 - Helsinki : 3e échiquier (+7 -1 =2) - Médaille d'or
  • 1954 - Amsterdam : 3e échiquier (+7 =7) - Médaille d'argent
  • 1956 - Moscou : 4e échiquier (+9 =4) - Médaille d'or
  • 1958 - Munich : 4e échiquier (+7 =5) - Médaille d'or

Autres compétitions par équipes[modifier | modifier le code]

Les années 1940 et 1950 étaient riches de matchs amicaux entre villes ou pays. Bronstein participa ainsi aux matchs :

Championnats d'Europe par équipes : Bronstein participa aussi à deux éditions de cette compétition qui virent la victoire de l'URSS.

  • 1957 - Vienne : 3e échiquier (+3 =3) - Médaille d'or
  • 1965 - Hambourg : 5e échiquier (+2 -1 =6)
Match URSS contre le Reste du monde (1970)

Lors du premier match URSS - Reste du monde à Belgrade en 1970, Bronstein se trouvait en deuxième position sur la liste des remplaçants, mais il n'eut pas l'occasion de jouer.

Tournois et championnats Blitz[modifier | modifier le code]

Bronstein a remporté le championnat du Soir de Moscou en 1948 (8'), en 1952 (5') et en 1953 (5'), après départage, devant Petrossian, Averbakh et Smyslov. Les tournois présentés dans le tableau étaient à la cadence de 5 minutes par joueur.

Année Seul vainqueur Deuxième à sixième
1949 Moscou[57] : 14,5 / 17
1953 Moscou (championnat 5')
Championnat de Moscou
1956 Championnat du Soir de Moscou (3e-4e)
(victoire de Petrossian devant Averbakh et Stein)
1957 Championnat de Moscou (4e)
(tournoi remporté par Tal devant Petrossian)
1960 Moscou (championnat 5') (5e-6e)
(tournoi remporté par Soloviev)
1963 Championnat de Moscou
(après départage contre Vassioukov)
1965 Zagreb (tournoi international)
1967 Championnat du Soir de Moscou (3e)
(victoire de Chepukaitis devant Vassioukov)
1969 Moscou (championnat 5')
1970 Herceg Novi (5e)
(victoire de Fischer devant Tal et Kortchnoï)
1971 Léningrad (3e)
(tournoi remporté par Tal devant Kortchnoï)
1972[58] Moscou[59] (3e)
(victoire de Moïseev devant Polougaïevski)
Moscou (2e-3e)
1975 Tallinn (tournoi international, devant Tal)
1978 Jurmala (tournoi international, devant Tal)
1994 Reykjavik

Publications[modifier | modifier le code]

David Bronstein est l'auteur de nombreux ouvrages et articles. Son livre L'art du combat aux échecs (Tournoi des candidats de Zurich 1953) est un des plus cités dans le monde échiquéen. De nos jours encore, il constitue toujours une référence pour les joueurs d'échecs. Dans chacun de ses livres, Bronstein met l'accent sur les idées derrière les coups joués, plutôt que d'inonder le lecteur de nombreuses variantes.

Son travail théorique a transformé la défense est-indienne qui est passée d'ouverture considérée comme douteuse, avant la Seconde Guerre mondiale, à une défense solide, pleine de possibilités de contre-jeu. Sa maîtrise de cette ouverture est illustrée dans Bronstein on the King's Indian, paru en 1999. Mais les contributions de Bronstein à la théorie des ouvertures ne s'arrêtent pas là, puisqu'une variante de la défense scandinave (dont il était un ardent partisan) porte son nom : 1.e4 d5 2.exd5 Dxd5 3.Cc3 Dd6. De plus, à l'instar de Boris Spassky, il n'hésitait pas à jouer le gambit du roi, une ouverture risquée, contre des joueurs de premier plan. Son ouvrage 200 open Games a été un des livres de chevet de Garry Kasparov dans sa jeunesse[60].

Livres traduits en français
Livres en anglais
  • (en) Two Hundred Open Games, Batsford, 1973 ; MacMillan (New York), 1974 ; Dover, 1991 ;
  • (en) Chess in the eighties, Macmillan, 1982 ;
  • (en) The Modern Chess Self Tutor, Everyman Chess, 1995 ;
  • avec Ken Neat : (en) Bronstein on the King's Indian, Everyman Chess, 1999 ;
  • (en) Secret Notes, éd. Olms, 2004.

Exemple de partie[modifier | modifier le code]

Voici une de ses victoires avec les Noirs au championnat du monde d'échecs à Moscou en 1951 contre Mikhaïl Botvinnik[61] :

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.e3 O-O 5.Fd3 c5 6.Cf3 b6 7.O-O Fb7 8.Ca4 cxd4 9.a3 Fe7 10.exd4 Dc7 11.b4 Cg4 12.g3 f5 13.Cc3 a6 14.Te1 Cc6 15.Ff1 Cd8 16.Ff4 Fd6 17.Fxd6 Dxd6 18.Fg2 Cf7 19.c5 Dc7 20.Tc1 Tae8 21.Ca4 b5 22.Cc3 f4 23.d5 fxg3 24.fxg3 exd5 25.Dd4 Cf6 26.Ch4 Te5 27.Txe5 Dxe5 28.Dxe5 Cxe5 29.Cf5 Cc4 30.Td1 Rh8 31.Te1 Cxa3 32.Cd6 Fc6 33.Ta1 Cc2 34.Txa6 d4 35.Ccxb5 Fxg2 36.Rxg2 Cg4 37.Cf5 d3 38.Td6 Txf5 39.Txd7 Cce3+ 0-1

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La source fondamentale en français est :

  • Bronstein, Fürstenberg, L'apprenti sorcier, paru en 2000 aux éditions Jean-Louis Marchand.
  • Nicolas Giffard, Le Guide des Échecs, éd. Robert Laffont, 1993
  • François Le Lionnais, Dictionnaire des échecs, éd. PUF, 1967
Livres en anglais
  • (en) Sunnucks, The Encyclopaedia of Chess, 1970
  • (en) Kazic, International Championship Chess, 1974
  • (en) Hooper et Whyld, The Oxford Companion to Chess, 1984
  • (en) Whyld, (Guinness) Chess; The Records, 1986
Livre en russe
  • Boris Veinstein, L'improvisation dans l'art des échecs, Fizikoultoura i sport, 1976.

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • (en) Irving Chernev, Twelve Great Chess Players and Their Best Games, Dover, August 1995 (ISBN 0486286746)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Furstenberg
  2. En 1976, Bronstein refusa de signer une lettre ouverte des maîtres soviétiques condamnant la défection de Kortchnoi, tout comme Mikhaïl Botvinnik et Boris Spassky : Grand Master David Bronstein et Bronstein: I played Chess for my dad's Jailers :

    « Life was normal until 1976, when I did not sign the Party letter denouncing the “renegade” Korchnoi. (Botvinnik and Spassky also declined to sign. Korchnoi had defected to the West. -- Anthony Saidy) For 13 years, I was barred from playing in the West. [Soviet chess tsar] Baturinsky would say to me, “There’s an invitation for you, but important people are angry with you,” pointing to heaven. In 1974, I had quietly helped Korchnoi against Karpov, and they did not like that either. In 1981, I was invited to Iceland to lecture. [Soviet Federation president] Krogius asked me if I had helped Korchnoi during the 1974 match. I said “Yes.” One day before leaving for Iceland my passport was revoked. »

  3. Boris Goulko ne signa pas non plus la lettre (Viktor Kortchnoï, Chess is my life, p. 98 : « The signatures of 31 grandmasters appeared below the letter. There were four who did not sign it : Botvinnik, Bronstein, Gulko and Spassky »).
  4. Tatiana Boleslavskaya et Tom Furstenberg in David Bronstein : L'apprenti sorcier, pages 26 et 280-281
  5. L'apprenti sorcier, pages 16-17
  6. En terminant 1er-3e de la demi-finale, Bronstein réalisait sa première norme de candidat maître.
  7. Deuxième norme de candidat maître
  8. Tournoi exhibition, double ronde
  9. Championnat de la société bolchévique
  10. Tournoi exhibition disputé avec toute l'équipe d'URSS
  11. RUSbase Parnu 1947
  12. Vainqueur du match de départage contre Boleslavski
  13. Botvinnik conserve son titre de champion du monde
  14. Championnat du monde universitaire
  15. Tournoi du dixième anniversaire de la libération de Belgrade
  16. Tournoi zonal
  17. tournoi du club central de Moscou.
  18. Demi-finale du championnat d'URSS, remportée par Averbakh
  19. a et b Tournoi du club central de Moscou
  20. Finale de novembre 1961 à Bakou remportée par Spasski
  21. Tartu, tournoi estonien de maîtres.
  22. Demi-finale du championnat d'URSS 1963
  23. Tournoi de la libération
  24. Tournoi pour la paix
  25. Mémorial Asztalos
  26. Tournoi de maîtres organisé par la ville de Moscou pour le jubilé
  27. Tournoi du cinquantième anniversaire de la révolution disputé en mai 1967
  28. Tournoi du centième anniversaire de Emanuel Lasker
  29. Championnat des clubs Dynamo
  30. Demi-finale du championnat d'URSS 1969
  31. Tournoi du 75e anniversaire du club de Pärnu
  32. Championnat d'URSS par équipes, groupe 2, premier échiquier
  33. Moscou, tournoi du palais des pionniers.
  34. Championnat open d'Amérique centrale
  35. Tournoi Batsford remporté devant Timman et Geller
  36. Mémorial Alexander remporté par Geller
  37. Championnat de première division d'URSS
  38. 3e tournoi Tungsram remporté devant Sax et Gipslis
  39. a, b, c et d Mémorial Keres
  40. Mémorial Kostic.
  41. Demi-finale du championnat d'URSS 1980-1981 remportée par Tchekhov.
  42. Tournoi du 60e anniversaire de l'URSS, 45' par partie, remporté par Psakhis
  43. Demi-finale du championnat d'URSS remportée par Razouvaev et Loukhine.
  44. Tournoi rapide Epstein
  45. Championnat open d'automne, ex æquo avec Bell
  46. Tournoi NatWest remporté par Azmaïparachvili
  47. a, b, c, d et e Tournoi international AEGON Hommes-Ordinateurs
  48. Tournoi ABN-AMRO rapide, ex æquo avec Mikhaïl Gourevitch.
  49. Tournoi national open
  50. Tournoi du Memorial Day
  51. Coupe Bronstein
  52. Mémorial Donner
  53. Championnat open de Norvège
  54. Mémorial Véra Menchik
  55. Deuxième tournoi Belgacom remporté par M. Gourevitch
  56. Deuxième tournoi Owens-Corning (+1 -1 =7)
  57. tournoi pour le 70e anniversaire de Staline
  58. En 1972, Bronstein termina 9e du premier championnat d'URSS de Blitz remporté par Karpov.
  59. Tournoi du nouvel an
  60. Préface de Secret Notes : « Mais mon premier livre fut 200 open games. J'étais encore très jeune quand il parut, et mon père me le lut d'abord et je le lus moi-même ensuite. Un livre étonnant ! Écrit dans une langue très vivante, descriptive et riche. Cette manière étonnamment démocratique d'associer le lecteur est également ce qui distingue les autres livres de David Ionovitch. »
  61. Botvinnik-Bronstein Moscou 1951

Liens externes[modifier | modifier le code]