Osamu Tezuka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Osamu Tezuka

手塚 治

Naissance 3 novembre 1928
Toyonaka, Japon
Décès 9 février 1989 (à 60 ans)
Tokyo, Japon
Nationalité Japonaise
Profession Mangaka
Scénariste
Réalisateur
Dessinateur
Producteur de cinéma
Langue d’écriture Japonais
Distinctions

Œuvres principales

Première œuvre 
Le Journal de Mâ-chan
Œuvres principales 

Le Roi Léo
Astro, le petit robot
Bouddha
Black Jack
L'Histoire des 3 Adolf
Phénix, l'oiseau de feu

Signature de Osamu Tezuka

Osamu Tezuka (手塚 治, Tezuka Osamu?), né le 3 novembre 1928 à Toyonaka, dans la préfecture d'Ōsaka, et mort le 9 février 1989 à Tokyo, est un mangaka et un animateur, character designer, producteur et scénariste d'anime, travaillant sous le pseudonyme homophone 治虫, dont la lecture osamu mushi rappelle le nom japonais d'un insecte : osamushi (筬虫)[1].

« Les visiteurs étrangers ont souvent du mal à comprendre pourquoi les Japonais lisent autant de mangas. Une explication de la popularité de ces bandes dessinées japonaises dans notre pays est que le Japon eut Tezuka Osamu, là où d’autres nations n’eurent aucun équivalent. Sans le docteur Tezuka, l’explosion de la bande dessinée dans le Japon d’après-guerre eut été inconcevable. »

— Asahi Shinbun, 10 février 1989.

Sacré au Japon « Dieu du manga », Osamu Tezuka demeure un grand auteur apprécié du public[2], un homme ayant influencé de manière décisive la destinée de l'art de l'animation, de l'industrie du manga et de la culture populaire[3].

Au cours de sa carrière, il va adapter, réinventer et rendre hommage à des mythes cinématographiques et littéraires aussi divers que Pinocchio, Blanche Neige, Faust, les chroniques futuristes de Isaac Asimov ou encore Crime et Châtiment de Dostoïevski.

Son œuvre adopte souvent des allures de méditation sur la nature et la destinée humaine. L’auteur y exprime le souci constant de véhiculer de mille façons différentes un message sous-tendu par quatre caractéristiques majeures : le respect de l'environnement naturel, le respect de la vie et de toutes les créatures vivantes, un profond scepticisme envers la science et la civilisation, et un solide engagement pour la paix et contre la guerre.

Sa force de création est colossale : plus de 170 000 pages dessinées au cours de sa carrière. Il a signé environ 700 œuvres et réalisé environ 70 séries animées, téléfilms animés, longs et courts-métrages d'animation[4]. Plus de 120 millions de mangas ont été vendus depuis sa disparition en 1989.

Il fonde les studios Mushi Production puis Tezuka Production. Les premières séries animées réalisées à un rythme soutenu y sont expérimentées et mises en images. De même, y sont conçues successivement la première série animée japonaise avec une diffusion hebdomadaire, Astro Boy en 1963, et la première série en couleurs, Le Roi Léo en 1965.

Le prix Tezuka récompense deux fois par an depuis 1971 les talents d'un mangaka pour une œuvre dont le scénario est particulièrement intéressant. Le Prix culturel Osamu Tezuka désigne une récompense remise annuellement au Japon depuis 1997 à un mangaka par le journal japonais Asahi Shimbun.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un artiste précoce[modifier | modifier le code]

Osamu Tezuka est né le 3 novembre 1928 à Toyonaka, dans la préfecture d'Ōsaka. Chose rare pour l'époque, son père possédait un projecteur de films. Les œuvres de Charlie Chaplin et de Disney ont fait très tôt partie de la culture cinématographique du garçon. Très jeune, il est marqué par la vision des dessins animés de Walt Disney et il voue une affection toute particulière au film Bambi. L'influence de Disney apparaît dans le style graphique de Tezuka, rond, généreux et franc, et dans les grands yeux enfantins et très expressifs de ses héros, caractéristique qui sera reprise ensuite par de nombreux dessinateurs japonais[5],[6].

La famille de Tezuka s'établit dans la ville de Takarazuka alors que ce dernier est âgé de quatre ans. L’environnement naturel cette région a sans doute joué une grande influence sur la passion de Tezuka pour la nature. Sa fascination pour les insectes est née là-bas, alors qu’enfant, il parcourt les alentours[7].

Sa mère l’introduit très jeune à la vie artistique très riche de la ville, réputée pour son théâtre et sa revue. La Takarazuka Revue est un mouvement moderne de théâtre. En opposition au théâtre traditionnel japonais joué exclusivement par des hommes, occupant tous les rôles, même ceux des personnages féminins, la revue de Takarazuka ne fait jouer que des femmes.

Enfant, il ne cesse de dessiner et gagne l'admiration de ses camarades de classe en reproduisant leurs héros de mangas préférés. Il publie très jeune ses premiers mangas en 1946, et décroche à l'âge de 17 ans une place de rédacteur dans le Shôkokumin Shinbun, où il publiera sa première bande dessinée professionnelle, Le Journal de Mâ-chan, dans l'édition d'Ôsaka[8].

Une soif d'indépendance et d'innovation[modifier | modifier le code]

Médecine, Manga et cinéma[modifier | modifier le code]

En parallèle à sa profession de dessinateur, il suit des études de médecine à l'Université d'Ōsaka. On retrouve des traces de cette formation dans son œuvre, particulièrement dans son manga Black Jack (1973), mettant en scène un chirurgien à gages, qui exerce dans l'illégalité. Le personnage du scientifique est une figure que l'on rencontre couramment dans son œuvre.

Dans un Japon détruit par la guerre, Tezuka rencontre le succès dès 1947, grâce à un manga appelé La Nouvelle Île au trésor qu'il réalise en collaboration avec Shichima Sakai. Ce titre se vend à ce moment à plus de 400 000 exemplaires[9]. Il mène alors une vie partagée entre la création artistique pour des magazines et ses études. Il travaillera aussi ensuite en tant que critique de cinéma. Il rencontre à cette époque le jeune Yoshihiro Tatsumi qu'il conseille, et qui deviendra plus tard le créateur du gekiga, démarche que Tezuka désapprouvera[10].

En 1952, Osamu Tezuka donne naissance à un héros qui marquera des générations de japonais : Astro Boy (Tetsuwan Atom). Un petit robot, créé le 7 avril 2003 dans un monde futuriste, ayant l'apparence d'un jeune garçon. Détenteur de grand pouvoirs, sérieux malgré son apparence et fondamentalement bon, ce personnage est un défenseur de la paix et influencera de nombreux artistes et scientifiques, comme le témoigne Tatsuya Matsui, designer du robot enfant Posy :

« À la fin de la guerre, en 1945, le Japon était ruiné. Les enfants n'avaient rien à manger. En 1952, ils ont découvert Astro Boy et les mangas de Osamu Tezuka. Astro Boy a alors apporté au pays une dose d'espoir et d'énergie impensable. Les ­enfants se sont remis à rêver. Astro Boy a influencé de nombreux futurs concepteurs de robots. Moi le premier[11] ! »

Le style de Tezuka rencontre un franc succès en raison des éléments nouveaux qu'il introduit dans ses planches de mangas. Il adopte en effet un découpage cinématographique et un style précurseurs, se jouant des cases de bande dessinée avec beaucoup d'intelligence et de malice. Il est de ce fait présenté comme le père du manga moderne, mais sa contribution à l'art nippon ne s'arrête pas à ce domaine[12].

La Villa Tokiwa[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, pour les besoins de son travail de mangaka, l'auteur s'entoure d'une équipe de dessinateurs pour l'assister dans ses travaux. En 1953, il s'installe pour travailler à Tokyo sur la recommandation d'un éditeur, dans une petite maison de bois appelée Tokiwasō (la villa Tokiwa) où il travaille avec son équipe. Tokiwasō « s'apparente à une sorte d'atelier de la Renaissance, où le maître donne les directives pendant que les « apprentis » font les décors, les trames et le travail de documentation »[13]. Cette bâtisse deviendra célèbre pour avoir abrité depuis une succession d'artistes.

Mushi Productions et Tezuka Productions[modifier | modifier le code]

En 1962, il fonde ses propres studios d'anime, Mushi Production. Ils lui donnent l'indépendance nécessaire pour mener ses recherches sur les techniques de l'animation. Des courts métrages expérimentaux seront ainsi réalisés, tel que les Tableaux d'une exposition en 1966, Le Saut (Jumping) en 1984[14] ou encore La Légende de la forêt en 1987, qui se veut un hommage musical et visuel au cinéma de Disney et un clin d'œil rendu à la fin de sa vie sur l'évolution des techniques du cinéma d'animation[15].

Le succès rencontré par les œuvres permettront au studio d'employer de jeunes talents, comme Osamu Dezaki ou encore Hayashi Shigeyuki, célèbre sous le pseudonyme Rintarō, qui intègre le studio en 1962. Ce dernier a supervisé l'animation de plusieurs séries originellement publiées en mangas : Princesse Saphir, Le Roi Léo, Astro Boy, et se rappelle le challenge technique et narratif que représentait leur conception :

« On insistait constamment sur la rapidité. Chaque histoire devait fonctionner sans temps mort. Pour y parvenir, il nous fallait surmonter de nombreuses contraintes. A la télévision, l'écran est si petit que les plans d'ensemble ne fonctionnent quasiment pas. Il faut donc enchaîner les gros plans rapides pour que le résultat ait un impact. De plus, les épisodes sont sans cesse interrompus par des publicités, elles mêmes montées très « cut ». Il est donc nécessaire de fonctionner au diapason[16]. »

La force d'innovation de Tezuka lui permet de concevoir la réalisation d'épisodes de séries animées à un rythme hebdomadaire ; un concept et surtout une technicité qui sont très vite adoptés par les plus grands studios et sont à l'origine des séries animées actuelles. Tezuka est ainsi à l'origine de la première série animée japonaise diffusée hebdomadairement, Astro Boy, en 1963, qui narre les aventures animées du robot aux allures de garçon qu'il avait créé en bande-dessinée. Il est aussi l'instigateur de la première série japonaise en couleurs, Le Roi Léo en 1965, adaptation animée d'une autre de ses œuvres phares.

Les studios Mushi font faillite en 1973 et renaissent en 1980 sous un nouveau nom : l'actuel Tezuka Production.

La disparition du maître, la vie d'une œuvre et d'un studio[modifier | modifier le code]

Musée consacré à Osamu Tezuka situé dans la ville de Takarazuka.

Affaibli par le cancer, son matériel de dessin ne le quitte pas, même dans sa chambre d'hôpital et il poursuit les projets qu'il a entamés (une biographie de Beethoven en manga, l'adaptation animée de la Bible) jusqu'à sa mort en 1989, à laquelle des funérailles nationales sont organisées en son honneur.

Le studio Tezuka Production gère désormais le patrimoine du maître et veille à adapter régulièrement ses œuvres sur écran avec le concours de nouvelles générations d'animateurs. C'est ainsi que Black Jack a connu de toutes nouvelles aventures en version animée par Dezaki sous la forme de thrillers médicaux. Son manga Metropolis, inspiré des images qu'il avait vues du film homonyme de Fritz Lang, a été adapté en long métrage d'animation en 2001 par Rintarō, l'un de ses disciples, formé dans ses studios.

En 2003, des événements ont été organisés par le studio autour de la figure d'Astro Boy, dont la date de conception imaginée par Tezuka est le 3 avril 2003. Les studios Tezuka Productions ont autorisé le mangaka Naoki Urasawa (Prix Tezuka) à laisser libre cours à ses talents de dessinateurs et de concepteurs de thrillers pour rendre hommage au petit robot dans une aventure particulièrement périlleuse. Le manga est intitulé Pluto, en référence au dieu romain des enfers Pluton. Le scénario est fondé sur une histoire de Tezuka qui avait particulièrement plu à Urasawa quand il était enfant.

En 2009, un remake de la série de 1989 du Roi Léo a été produit à l'occasion du 50e anniversaire de Fuji TV. Il réunit des artistes de renom : Gorō Taniguchi pour la réalisation, un scénario de l'écrivain Osamu Suzuki, et au nombre des characters designers le peintre Yoshitaka Amano[17].

Un musée consacré à l'œuvre Tezuka a été créé à Takarazuka, la ville où il a passé son enfance. Ce musée a été inauguré en avril 1994. La vie de l'auteur est retracée le long d'un parcours, dans une salle pleine de grandes capsules transparentes et futuristes abritant les données de l'exposition[18]. À l'extérieur, le public découvre un Walk of Fame des empreintes des différents personnages de Tezuka imprimées dans le béton.

La gare de Kyoto lui rend également hommage : outre un mini-cinéma et un mini-musée, on y trouve un magasin de produits dérivés de ses créations. Plus symboliquement, ses héros les plus familiers apparaissent en haut des panneaux indicateurs, et une horloge à l'image du Phénix rappelle que la vie d'un homme sur Terre est bien courte et qu'il ne tient qu'à lui d'accomplir de grandes choses.

Tezuka hors du Japon : Les États-Unis et l'Europe[modifier | modifier le code]

Défenseurs et détracteurs américains[modifier | modifier le code]

Tezuka, bien qu'auteur reconnu au Japon, n'était que très peu connu à l'étranger. Il rencontra pourtant Walt Disney, qu'il admirait énormément, en 1964 à l'occasion de la Foire internationale de New York[19],[20].

Fred Ladd (Fred Laderman, né en 1927), scénariste et producteur de films américains est connu comme étant l’un des premiers professionnels de l’audiovisuel à introduire les productions animées japonaises aux États-Unis. En 1963, la chaîne de télévision NBC Enterprises a acquis les droits de la série japonaise Astro, Tetsuwan Atomu, et a consulté alors Fred Ladd pour élaborer son développement commercial[21],[22].

Dès les années 1960, la société Disney a vu Tezuka et son œuvre comme une menace envers son industrie, et a imposé un chantage aux réseaux (« networks ») de diffusion télévisée : si ces derniers ne renonçaient pas à diffuser Le Roi Léo (qui connaissait un certain succès aux États-Unis) et Astro Boy, Disney ne leur permettrait plus de diffuser ses propres productions[23].

Pendant des années, les œuvres de Tezuka et les productions japonaises en général, animées ou non, ont subi un véritable blackout aux États-Unis. Il a fallu l'intervention d'une importante base de « fans » — notamment dans le domaine de la bande dessinée —, le délitement de l'autorité de Disney (qui, ayant ses propres chaînes de télévision et réservant à ses dernières la plus grande part de sa production, n'avait plus grand chose à offrir) et la multiplication exponentielle du nombre de chaînes de télé pour que les séries japonaises apparaissent à nouveau sur le petit écran américain, au début des années 1990.

Les États-Unis demeurent cependant réceptifs à l'œuvre de Tezuka puisqu'en 1980 le International Film Festival de Las Vegas décernait alors son prix d'animation à Hi no Tori 2772 et le Comic-Con International de San Diego attribuait à Tezuka un Inkpot Award.

1960 - 1994 : De Kimba à Simba[modifier | modifier le code]

Au Japon, le manga Le Roi Léo est publié de 1950 à 1954 puis adapté en série animée dès 1965, ce qui en fait la première série animée en couleurs du Japon. Une version doublée en anglais est conçue un an après[24]. Le lionceau blanc a perdu son nom d'origine, Léo, pour être baptisé « Kimba » dans la version américaine. Cette série, Kimba the White Lion, rencontra un fort succès sur le sol américain.

En 1994, les studios Disney connaissent le plus grand succès de leur histoire avec Le Roi lion, dans lequel le lionceau porte le nom de Simba. Si le scénario de Disney ne fait pas figurer l'intervention de l'homme, les similitudes avec l'œuvre de Tezuka sont nombreuses, tant sur le plan du scénario, des personnages, que du découpage de certaines scènes phares. Les studios Disney nient cependant la référence à Tezuka ; ils indiquent que les ressemblances ne sont que pures coïncidences[25] et déclarent même ne pas connaître l'auteur. La société de production gérant les droits des œuvres de Tezuka ne porta pas plainte devant les tribunaux internationaux, jugeant que le mangaka, grand admirateur des œuvres de Walt Disney qui l'avaient inspiré à de nombreuses reprises, aurait été flatté que le studio américain s'inspire à son tour de l'une de ses œuvres[26],[Note 1].

Les réticences européennes[modifier | modifier le code]

En France, au Canada, en Espagne ou en Italie, les séries japonaises ont commencé à connaître un certain succès dès la fin des années 1970. Les séries Astro, le petit robot, Princesse Saphir et Le Roi Léo seront diffusées à la télévision française dans les années 80. Cette dernière a d'ailleurs été traduite en anglais et en espagnol dès 1966, témoignant la volonté d'exporter l'œuvre à travers le monde.

De 1978 à 1981, Le Cri qui tue est l'un des premiers magazines de bande dessinée à traduire et publier en France des mangas d'auteurs célèbres, dont le manga Ignis de Tezuka. Le créateur de la revue, un jeune japonais du nom d'Atoss Takemoto, désirait faire découvrir à l'Europe la bande dessinée japonaise. Il prévoit dès les années 80 l'avenir du manga en France: « Mon vœu le plus cher est de mettre les œuvres sous une forme telle que je pourrais, alors, abaisser le prix de vente au niveau du livre de poche. »[27]. Sa revue a publié des mangas aux styles très différents. Le Cri qui tue est « le magazine qui a permis à ma génération de prendre contact avec la BD japonaise. On y trouvait aussi Tezuka et surtout Tatsumi, c'est-à-dire à la fois des auteurs pour enfants et des auteurs très durs »[28].

Ces publications, dans des magazines dédiées à la bande dessinée au sens large (européenne ou japonaise) que sont Le Cri qui tue ou les Humanoïdes Associés, ont marqué leurs lecteurs de l'époque mais n'ont pas remporté le succès escompté. Les titres japonais ont été abandonnés et ne retrouveront les grâces du public qu'avec des auteurs plus modernes, des œuvres au marketing abouti, à une époque où le Japon sera considéré par la majorité des Français comme un modèle de réussite économique.

C'est le domaine de la bande dessinée qui, en Europe, a résisté le plus longtemps à l'arrivée des productions japonaises. Des bandes dessinées adaptées de séries étaient diffusées en France : les cases étaient réalisées sur place, issues du découpage des scènes de dessins animés japonais, illustrant un scénario réduit au minimum, sans rapport avec les œuvres originales. Pour cette raison, la bande dessinée japonaise a mis énormément de temps à faire savoir son existence en Europe, tandis que les dessins animés étaient eux très largement diffusés, jusqu'à la fin des années 1980, période à laquelle ils ont à nouveau disparu des écrans, sous la pression de personnalités politiques comme Ségolène Royal[29] qui accusaient ces dessins animés de plusieurs maux (moralité douteuse, manque de qualités artistiques, violence, etc).

C'est dans un contexte d'ignorance vis-à-vis du dessin animé et de la bande dessinée japonais qu'Osamu Tezuka s'est présenté à la 9e édition du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, en 1982, pour projeter son film Hi no Tori 2772, dans une « indifférence totale »[30]. À cette occasion, il se lie cependant d'amitié avec Moebius qui sera un des premiers « passeurs » du manga en France. Cependant, les critiques les plus avancés étaient déjà au fait de l'importance de Tezuka dans le patrimoine mondial de la bande dessinée[31].

C'est bien après la disparition de Tezuka que le festival d'Angoulême propose Ayako pour le « prix patrimoine » lors de sa 31e édition, en 2004, puis, pour la même récompense, Prince Norman lors de la 33e édition deux ans plus tard, sans succès dans les deux cas.

Les mangas de Tezuka comptent parmi la première vague de mangas traduits en France, avec notamment les classiques Astro, le petit robot, Le Roi Léo, Black Jack et Bouddha, aux éditions Glénat, Tonkam puis Asuka et Delcourt. Depuis les années 2000, la traduction d'œuvres de Tezuka a fortement augmenté en France et les premières œuvres traduites de Tezuka ont fait l'objet de rééditions.

« Osamu Tezuka m’impressionne pourtant beaucoup et j’ai tendance à penser que, sans tenir compte de sa façon de dessiner et qu’elle ne peut pas plaire à tout le monde, il se pourrait bien qu’il soit l’auteur de BD le plus important de la BD mondiale. Il a tout exploré, tout inventé. C’est un des génies du vingtième siècle (...) On peut facilement se faire de l'argent avec le manga en éditant des auteurs pour adolescents. Publier du Tezuka représente un autre challenge, mais indispensable[32] »

Une œuvre colossale et humaniste[modifier | modifier le code]

Tezuka a écrit au cours de sa vie de très nombreuses œuvres (plus de 700 œuvres originales) qu'il est impossible d'énumérer de manière exhaustive[4].

Touche à tout, scénariste inspiré, sa création est résolument moderne et universelle. Il aborde tous les thèmes : de la fresque historique ou épique à la science-fiction et au fantastique, qui font partie de ses domaines de prédilection. Profondément altruiste, il n'a de cesse de communiquer ses passions (la recherche de la vérité, la philosophie, la science, la littérature) et de transmettre son savoir sous une forme attrayante, ludique et à la portée de tous. Ayant connu les affres de la guerre, l'amour de la vie et la défense de la paix sont une constante de son œuvre. Il exprime lui-même cela : « Ce que j'ai cherché à exprimer dans mes œuvres tient tout entier dans le message suivant : Aimez toutes les créatures ! Aimez tout ce qui est vivant[33] ! »

On peut citer parmi ses œuvres phares :

  • Astro, le petit robot (鉄腕アトム, Tetsuwan Atomu?, Astro Boy) revisite sous une forme réactualisée le thème du Prométhée moderne en abordant le sujet de l’intelligence artificielle et donne naissance à un super-héros japonais, le pendant des grandes figures héroïques de Marvel.
  • Le Roi Léo (ジャングル大帝, Janguru Taitei?) pose les questions de la place de l'individu dans la société et mène déjà une réflexion sur l'impact de l’homme sur l’environnement, sur le thème de la responsabilité également.
  • Princesse Saphir (リボンの騎士, Ribon no Kishi?, littéralement « Le Chevalier au Ruban ») préfigure les héroïnes les plus intrépides de l’animation japonaise. Le style adopté par Tezuka et l'intrigue jouant sur l'ambivalence sexuelle du personnage joue un rôle précurseur dans l'histoire du courant dit shōjo.
  • Black Jack (ブラック・ジャック, Burakku.Jyakku?), le médecin de génie, cynique, taciturne et solitaire soulève à chaque nouveau cas la question de la valeur de la vie, de l’éthique, et inspirera bien des années plus tard un autre personnage hors normes, Dr House (dans un épisode, ce dernier révèle que son désir de devenir médecin vient de sa rencontre avec un médecin « paria » japonais). Black Jack prend vie en 1973 alors que Tezuka voit avec désarroi la faillite de son studio Mushi Production.

Tezuka aborde aussi les thèmes religieux et philosophiques, aussi bien sous des formes courtes (le manga Le Cratère ou les recueils d'histoires courtes Histoires pour tous par exemple) qu'à travers de grandes fresques épiques ou historiques : Phénix, l'oiseau de feu relate notamment l’arrivée en terre japonaise du bouddhisme, œuvre en plusieurs opus qui accompagnera l'auteur tout au long de sa vie, de 1967 à sa mort, pour rester inachevée. Il dépeindra plus tard la vie de Siddhartha Gautama dans Bouddha.

Vers la fin de sa vie, alors qu'il est frappé par la maladie, il adopte dans ses mangas un style plus sombre, destiné à un public plus âgé ; L'histoire des 3 Adolf, par exemple, à travers les vies croisées de trois personnages partageant le même prénom, porte un regard éclairé sur les préjugés, les engagements idéologiques et militaires des hommes durant la Seconde Guerre mondiale. Ayako est à la fois une fiction politique et un drame présentant les errances et les tiraillements de la société japonaise d'après guerre.

Le style Tezuka[modifier | modifier le code]

Un style précurseur[modifier | modifier le code]

Le style de dessin de Tezuka est reconnaissable à son trait clair, généreux, son style très expressif, un découpage cinématographique, vif et rythmé. Son trait presque « caricatural », qui paraît parfois aux lecteurs non avertis un peu « simple » n'en est pas moins technique et parfaitement maîtrisé. Très expressifs, les dessins servent parfaitement et avant tout le discours de l'auteur.

L'humour trouve toujours sa place dans ses œuvres, même les plus sérieuses. Par un détail, un jeu de mots ou une « pitrerie », l'auteur apporte de la légèreté aux scènes les plus graves, ou se moque de ses personnages. L'auteur pratique également l'auto-dérision et se met souvent en scène.

L’organisation des planches de Tezuka est précise, chaque trait a une fonction précise, chaque ligne a un sens. Quand l’auteur brise une case, ce n’est pas le fruit du hasard. Parfois les planches foisonnent de détails, de petites blagues, les décors ne sont pas oubliés. L’auteur se révèle très doué pour retranscrire les expressions des personnages, l'explosion des sentiments humains. Il utilise volontiers le style « SD », abréviation de « Super Deformed » (le personnage se retrouve parodié : représenté sous une taille réduite, avec une grosse tête amusante).

Tezuka offre un style extrêmement riche, volubile, sans cesse renouvelé. Il se joue ainsi des codes de la bande-dessinée, sortant des cases, brisant les lignes, découpant les planches pour mieux servir un message, retranscrire une action, souligner un geste ou une parole. Il innove sans cesse dans la science du découpage des scènes.

Ses scénarios tournent souvent autour de la confrontation, que ce soit l'homme qui lutte contre la nature, la technologie, ses semblables, ou l'inverse. Ces affrontements prennent la forme de problèmes tels que l'impérialisme, la dictature, la destruction de la nature, la colonisation, la guerre, le génocide, la bureaucratie.

Une galerie de personnages récurrents[modifier | modifier le code]

On retrouve certains types de personnages au fil de l'œuvre de Tezuka, symbolisant parfois des qualités ou des défauts humains : le scientifique visionnaire ou dangereux, le vieux sage, le riche patron, l'enfant malicieux, le jeune premier, l'égoïste, etc.

Tezuka a ainsi créé une véritable galerie de personnages récurrents d'une histoire à l'autre, qu'ils soient ré-utilisés de manière totalement originale ou bien apparaissant à la manière d'un caméo de cinéma.

  • Moustache (Higeoyaji?) : Comme son nom l'indique, ce personnage à la mine sympathique porte une moustache. Il est l'un des premiers personnages dessinés par Tezuka à faire plusieurs apparitions. Il revêt souvent la forme d'un enquêteur, d'un aventurier ou d'un instituteur qui démêle l'intrigue et apporte son soutien au héros. Tezuka lui consacre un manga au début de sa carrière. Ce personnage fera ensuite des apparitions dans d'autres œuvres. Dans le manga Astroboy, il joue un instituteur ouvert d'esprit et très porté sur les sciences naturelles. L'une de ses apparitions la plus remarquable se produit dans le manga Le Roi Léo, où il aura pour allié indéfectible le lion blanc.
  • Le professeur Ochanomizu : Reconnaissable à son long nez et ses cheveux blancs et bouclés, il est tantôt un vieux sage, un ermite, un docteur ou un scientifique. Ce personnage fait preuve très souvent de recul et a une conscience aiguë des enjeux de l'intrigue. Des blagues fusent bien souvent sur la longueur de son nez.
  • Acetylene Lamp : Ce personnage, inspiré d'un camarade d'enfance de Tezuka[34], occupe souvent la place du traitre, du gangster ou de l'ennemi, aisément reconnaissable à sa mine patibulaire et à la bougie fixée derrière sa tête qui lui donne son surnom.
  • Gourdsky (Hyotantsugi?) : Cette étrange créature, toute rapiécée, avec une tête en forme de bouillotte et un groin de cochon serait inspirée d'un dessin raté fait par la sœur de l'auteur[35],[36]. Présente dans la majorité des œuvres de Tezuka, elle est souvent inséré en arrière-plan ou à la place du visage d'un personnage contrarié ou secondaire afin de créer un effet comique.
  • L'auteur : Tezuka se met souvent en scène dans ses mangas. Avec sa silhouette facilement identifiable à son éternel béret et à ses grosses lunettes, il ne se donne pas toujours le beau rôle et s'élimine même parfois. Il apparaît pour présenter ses œuvres comme dans le manga Astroboy où il explique la genèse du personnage, des premières planches éditées dans les magazines à l'édition du livre.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Japon

Il remporta le Prix du manga Kōdansha à trois reprises, ceci alors que Black Jack et L'Histoire des 3 Adolf n'étaient pas édité par Kōdansha, chose rare pour ce prix :

États-Unis

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

Par ordre chronologique de publication en français avec, entre parenthèses, la date de publication au Japon.

Adaptations et productions[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Adaptations 
  • 2007-2009 : Astroboy - Le Film 3D, film d'animation américain, réalisé par David Bowers
  • 2007 : Dororo, Film Live

Courts et moyens métrages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Osamu Tezuka, Ma vie manga, Kana, coll. « Seinsei »,‎ 2011
  • Hervé Brient (dir.), Manga 10 000 images N°2 : Osamu Tezuka : dissection d'un mythe, Versailles : Éditions H, 2009, 256 pages.
    • Hervé Brient, « Le Dieu du manga », p. 5-26.
    • Xavier Hébert, Le « style Tezuka » : un modèle de narration visuelle, p. 37-76.
    • Élodie Lepelletier, « Tezuka, revu et corrigé », p. 77-96.
    • Sébastien Kimbergt, « Tezukamasutra : de l'art ou du cochon ? », p. 195-222.
  • Xavier Hébert, « Tezuka Osamu (1928-1989), esprit novateur du manga », Ebisu, no 27,‎ 2001, p. 139-151 (lire en ligne)
  • Helen McCarthy (trad. Jean-Paul Jennequin, préf. Katsuhiro Ōtomo), Osamu Tezuka : Le dieu du manga, Eyrolles,‎ 2009, 271 p. (ISBN 9782212127263)
  • Thierry Méranger, « Tezuka, l'éternel pionnier », Cahiers du cinéma, no 616,‎ octobre 2006, p. 22
  • (en) Natsu Onoda Power, God of comics: Osamu Tezuka and the creation of post-World War II manga, Univ. Press of Mississippi,‎ 2009, 202 p. (ISBN 9781604732214, lire en ligne)
  • (en) Susanne Phillipps, « Characters, Themes, and Narratives Patterns in the Manga of Osamu Tezuka : explorations in the world of manga and anime », dans Mark Wheeler Macwilliams, Japanese visual culture, M.E. Sharpe,‎ 2008, 352 p. (ISBN 9780765616012, lire en ligne)
  • (de) Susanne Phillips, Tezuka Osamu. Figuren, Themen und Erzählstrukturen im Manga-Gesamtwerk. Munich : Iudicum, 2000. (ISBN 3-89-129810-2)
  • (en) Frederik L. Schodt, The Astro Boy Essays: Osamu Tezuka, Mighty Atom, and the Manga/Anime Revolution, Stone Bridge Press,‎ 2007, 215 p. (ISBN 9781933330549, lire en ligne)
  • Tezuka Productions (trad. Marie-Françoise Monthiers), Osamu Tezuka : Biographie, 4 volumes, Casterman, coll. « Écritures », 2004-2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Minoru Ishihara, ami d'enfance de Tezuka (1997), in Osamu Tezuka, Ma vie manga, Kana, coll. « Seinsei »,‎ 2011, p. 50
  2. Helen McCarthy (trad. Jean-Paul Jennequin, préf. Katsuhiro Ōtomo), Osamu Tezuka : Le dieu du manga, Eyrolles,‎ 2009, 271 p. (ISBN 9782212127263), p. 249
  3. Dossier de presse de 8 films de Osamu Tezuka, les Films du Paradoxe.
  4. a et b Helen McCarthy, op. cit., p. 248
  5. Osamu Tezuka, Ma vie manga, Kana, coll. « Seinsei »,‎ 2011, p. 116
  6. Helen McCarthy, op. cit., p. 15
  7. Osamu Tezuka, op. cit., p. 101
  8. Osamu Tezuka, op. cit., p. 186
  9. Ibid, p. 187
  10. Nicolas Trespallé, « TATSUMI, le 8e samouraï », sur http://www.arte.tv,‎ 2005 (consulté le 6 février 2014)
  11. Michel Temman, « Le robot, âme soeur des Japonais », sur http://www.liberation.fr
  12. Xavier Hébert, Le « style Tezuka » : un modèle de narration visuelle, p. 37-76, in Manga 10 000 images N°2 : Osamu Tezuka : dissection d'un mythe, dirigé par Hervé Brient, Versailles : Éditions H, 2009, 256 pages
  13. Beaux Arts - hors-série : Qu'est-ce que le manga ?, TTM Group, Paris, novembre 2008, 154 p. (ISBN 978-2-8427-8660-1) (ISSN 0757-2271)
  14. Le Saut (en anglais Jumping) sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=vmps58jF_F4
  15. « La légende de la forêt – Osamu Tezuka », sur http://krapooarboricole.wordpress.com,‎ 2010 (consulté le 29 novembre 2013)
  16. « Rintaro, l'homme de l'ombre (propos recueillis par Nobuyoshi Nishida, traduction de Izumi Sôma) », HK Orient Extreme Cinéma, no 2,‎ 1997
  17. (en)« Jungle Emperor Leo (special) », sur http://www.animenewsnetwork.com (consulté le 29 novembre 2013)
  18. Helen McCarthy, op. cit., p. 237
  19. Osamu Tezuka, op. cit., p. 188
  20. (en)« Osamu Tezuka - God of Manga », sur http://www.legacy.com,‎ 2010 (consulté le 16 décembre 2013)
  21. (en)« 'Kid from Toledo' still animated after decades of illustrious work », sur http://www.toledoblade.com,‎ 2004 (consulté le 29 novembre 2013)
  22. (en)« Fred Ladd: An Interview », sur http://www.awn.com (consulté le 29 novembre 2013)
  23. Thierry Groensteen, L'Univers des Mangas, Casterman,‎ 1991
  24. (en)Sean Macauley, « Kimba to Simba », sur http://www.thetimes.co.uk,‎ 2005 (consulté le 29 novembre 2013)
  25. (en) Peter Hong, « The Lion King/Kimba controversy », Los Angeles Times,‎ 19 mai 2002, p. L4 (lire en ligne)
  26. (en) Yasue Kuwahara, « Japanese Cluture and Popular Consciousness: Disney's The Lion King vs. Tezuka's Jungle Emperor », The Journal of Popular Culture, vol. 31,‎ 1997, p. 37–48 (lire en ligne)
  27. Julien Bastide, « Atoss TAKEMOTO, l’ambassadeur manga (entretien) », sur http://www.animeland.com,‎ 2002 (consulté le 29 novembre 2013)
  28. Éric Loret, « Gare au loup «Garo» - Entretient avec Jean-Louis Gauthey, le directeur de la maison d'édition Cornélius », sur http://www.liberation.fr (consulté le 29 novembre 2013)
  29. Ségolène Royal, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, Robert Laffont,‎ 1989
  30. Didier Pasamonik, « La revanche d'Osamu Tezuka », sur http://www.actuabd.com,‎ 2004 (consulté le 29 novembre 2013)
  31. Masajiro Kanoh, « BD Japonaise, au commencement était Tezuka », Les Cahiers de la bande dessinée, no 72,‎ novembre-décembre 1986
  32. Interview de Dominique Véret, fondateur des éditions Tonkam, directeur des éditions Delcourt/Akata, par Le Virus Manga, émission radio France Culture, 3 avril 2004
  33. Adeline Fontaine & Raphaël Pennes, préface de Blackjack : Édition Deluxe, t. 0, Asuka,‎ 2007 (ISBN 978-2-84965-227-5), p. 1
  34. (en)« Character: Acetylene Lamp », sur http://tezukaosamu.net
  35. (en)« Character: Hyotantsugi (Gourdski) », sur http://tezukaosamu.net
  36. Interview de Minako Utsu, sœur de Tezuka (1997), in Ma vie manga, Osamu Tezuka, p. 109

Liens externes[modifier | modifier le code]