Médée (Euripide)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Médée (homonymie).
Médée tuant son fils, amphore à figures rouges campanienne, vers 330 av. J.-C., musée du Louvre (K 300)

Médée (en grec ancien Μήδεια / Mếdeia) est une tragédie grecque d’Euripide, produite en 431 av. J.-C. lors des Grandes Dionysies, obtenant le troisième prix[1]. Elle traite de la fin de l'histoire de Jason et de Médée, qui ont tous deux fui vers Corinthe après que Médée a tué Pélias, par amour pour Jason.

Euripide fond en une seule tragédie d'une part l'ample épopée des Argonautes, d'autre part les traditions diverses qui font de Médée une meurtrière. « C'est certainement Euripide qui a imaginé de faire du meurtre des enfants un acte délibéré de Médée, audacieuse innovation, car ailleurs (Folie d'Héraclès, Bacchantes) l'infanticide a toujours l'excuse de l'égarement envoyé par un dieu. […] De tous les poètes grecs, Euripide est le seul qui ait dépassé la misogynie populaire et osé dire atroce la condition des femmes. Celle-ci apparaît dans toute son absurdité dans Médée, partagée entre une sensualité exigeante qui devrait faire d'elle une esclave soumise, et un caractère auquel les vertus patientes sont étrangères. Au moment même où elle vient de les répudier avec mépris, elle dit à sa nourrice: “Je compte sur toi, tu es une femme aussi.” Toute une vie écartelée tient dans ce pathétique appel. »[2]

Résumé de la pièce[modifier | modifier le code]

Au début de la pièce, le pédagogue[3] des enfants de Médée et leur nourrice discutent du remariage de Jason avec la fille du roi Créon, Créuse[4]. Médée paraît et laisse éclater sa colère. Elle cherche une manière de punir son mari. Le roi Créon la chasse alors en exil avec ses enfants, mais, supplié par Médée, il lui accorde cependant un délai d'une journée avant son départ. Médée décide d'employer ce laps de temps à tuer Créon et sa fille Créuse. Jason entre ensuite en scène, ce qui provoque une scène de dispute avec Médée. Après cela, Médée promet au roi Égée, en voyage, de l'aider à avoir des enfants, s'il l'héberge quand elle aura quitté le royaume de Créon. Il accepte, ce qui lève les dernières hésitations de Médée à commettre son crime. Devant Jason, elle confie à ses enfants un diadème et un voile empoisonnés, destinés à tuer la fille de Créon, en disant à Jason qu'il s'agit de présents visant à amadouer la princesse afin que ses enfants échappent à l'exil. Les enfants reviennent, ayant accompli leur mission. Médée, troublée, les fait rappeler plusieurs fois en scène, sachant que le destin est désormais irréversible. Un messager vient annoncer à Médée la mort de la princesse, mais aussi de Créon. Médée tue ses enfants en coulisses. Jason rentre, craignant pour ses fils, mais il est déjà trop tard. Médée, montée sur un char tiré par des dragons, lui refuse de toucher les cadavres de leurs enfants et part pour la terre d'Égée, laissant Jason seul avec sa douleur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de l'Antiquité : Mythologie, littérature, civilisation, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1993 (réimpr. 1998), 1066 p.
  2. Marie Delcourt-Curvers, Tragiques grecs. Euripide, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1962, p. 129 & 131.
  3. Certaines traductions emploient le mot “gouverneur” qui peut prêter à confusion. L'original grec, παιδαγωγός, signifie esclave chargé de conduire les enfants à l'école, précepteur dans le sens moderne.
  4. Le nom de la princesse n'est jamais mentionné dans la pièce.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :