Katsuhiro Ōtomo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ōtomo.

Katsuhiro Ōtomo

大友・克洋

Naissance 15 avril 1954 (60 ans)
Tome, Miyagi, Japon
Nationalité Japonaise
Profession
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Japonais
Éditeur associé

Œuvres principales

Première œuvre 
Jūsei
Autres œuvres 

Katsuhiro Ōtomo (大友・克洋, Ōtomo Katsuhiro?) est un dessinateur de manga, scénariste et réalisateur de films d'animation. Il est né le 14 avril 1954 (60 ans) dans la préfecture de Miyagi, au Japon. Il est notamment l'auteur d'Akira, de son adaptation en anime et de Steamboy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Des débuts classiques[modifier | modifier le code]

Katsuhiro Ōtomo est très vite passionné par le monde de la bande dessinée et du cinéma ; afin de se lancer dans cet univers, il décide de quitter sa province pour gagner la capitale. En 1973, à dix-neuf ans, Ōtomo enchaîne déjà de nombreux travaux pour les éditions Kōdansha, la chaîne de télévision NHK (avec le programme éducatif You) ou encore pour le magazine Action Comics. C'est dans cette dernière revue qu'il publie sa première bande dessinée : une adaptation de Mateo Falcone de Prosper Mérimée, renommée Jūsei (A Gun Report).

Il collabore environ six ans avec Action Comics, y créant une soixantaine d'histoires courtes, dont l'une sera à l'origine de Memories. Le graphisme d'Ōtomo n'est alors pas encore bien établi, même s'il tend de plus en plus vers le photo-réalisme, tandis que le thème de ses récits tend vers la violence ou le futur. Peu célèbre, il est pourtant suivi par un certain nombre d'amateurs qui apprécient ses histoires détachées du canon tezukien du manga[1].

Sa première histoire d'envergure est publiée en 1977. Intitulé Sayonara Nippon, ce manga raconte les aventures d'un karatéka japonais à New York. Fort de cette première approche, Ōtomo décide l'année suivante de récidiver avec Fireball, récit de science fiction qui par de nombreux côtés préfigure Akira mais reste inachevé. La sortie de deux recueils de ses histoires courtes, Short Peace et Highway Star, l'incite à poursuivre dans la bande dessinée. Il produit d'autres séries dans les années 1970, parmi elles on retrouve notamment : Good Weather, Hansel et Gretel, Kibun wa mō sensō et Boogie Woogie Waltz. Mais ce n'est qu'au début des années 1980 qu'Ōtomo perce réellement.

Posant les fondations d'Akira, Dōmu (Rêves d'enfant), publié chez Futabasha en 1983, est un thriller tokyoïte qui marque les esprits par sa mise en page très cinématographique. Cette œuvre est d'ailleurs couronnée par le Grand Prix japonais de la science-fiction. En 1991, Dōmu, traduit par Les Humanoïdes Associés, est parmi les premiers mangas publiés en France.

Akira et le renouveau du manga[modifier | modifier le code]

Akira commence à être publiée dans Young Magazine en décembre 1982. Brassant avec talent des thèmes classiques de la science-fiction, comme la manipulation psychique, la contre-utopie, dans un univers post-apocalyptique parfaitement dressé, Ōtomo, désormais totalement débarrassé de l'héritage de Tezuka[2] qui marquait depuis les années 1950 la production japonaise de bande dessinée, « réinvente la bande dessinée à son propre compte »[1].

Le succès est immédiat : les volumes d'Akira, édité par Kōdansha s'écoulent chacun à au moins 700 000 exemplaires, et son éditeur lui décerne son Prix du manga en 1984, catégorie Général (seinen). Ōtomo, devenu au Japon un « nouveau Dieu » suscitant de nombreux épigones[1], est remarqué dans le monde entier par les professionnels et la critique[3]. En 1988 aux États-Unis et en 1990 en France, Epic Comics et Glénat traduisent Akira, à une époque où le manga était encore presqu'inconnu. C'est le début de l'explosion de la bande dessinée japonaise des années 1990 dans les mondes anglophones et francophones.

Pour soutenir le rythme de parution exigé par ses employeurs, Ōtomo décide de fonder son studio, MASH Room. C'est à partir de cet instant qu'il se mettra au travail de réalisateur.

Le travail dans le cinéma[modifier | modifier le code]

Avant la création de son studio, Ōtomo avait déjà approché le monde de l'animation. En 1983, il participe avec Akira Toriyama (Dragon Ball) et Rumiko Takahashi (Ranma ½) à la réalisation du film Crusher. Toutefois, c'est réellement avec Rintarō, sur Armaggedon, qu'Ōtomo se découvre une passion pour la réalisation. Il enchaîne d'abord des petits projets comme la supervision des OAV de Violence Jack, issus des manga de Go Nagai (Goldorak).

Quelques années plus tard, en 1988, le réalisateur nippon se lance dans l'adaptation cinématographique d'Akira. Cette œuvre d'anticipation est considérée alors comme l'un des meilleurs films d'animation jamais sorti. Pour ce film, Katsuhiro Ōtomo s'entoure de plusieurs personnalités : Rintarō, Kawajiri (Ninja Scroll), Kōji Morimoto (Magnetic Rose) et Kawamori (Macross Plus).

Si après Akira il ne dessine presque plus de bande dessinée, il n'abandonne pas le scénario : en 1991, il scénarise Rōjin Z et Mother Sarah, cette dernière série étant dessinée par Takumi Nagayasu. Ces deux travaux seront publiées par Shunkan Young Magazine (une publication de Kodansha) et Delcourt en 1996 pour la version française. En 1993, il conçoit Zed, une histoire indépendante coréalisée par Tai Okada ; la version française sortira chez Glénat cinq ans plus tard.

Après le film Akira, Ōtomo produit l'une des trois histoires du film à sketches, Memories (cannon fodder). En 1997, il participe à Perfect Blue et Spriggan, aux côtés de Satoshi Kon et Kawasaki. En 2004 sort Steamboy, un projet qu'il mûrissait depuis une dizaine d'années.

Le 20 juillet 2013 sort Short Peace, un film composé d'une introduction et de 4 courts métrages; Koji Morimoto (Animatrix, Memories) a participé à l'introduction, "Combustible" est réalisé par Otomo, "Buki yo Saraba" (“Un adieu aux armes”) par Hajime Katoki (sur un scénario de Otomo), "Tsukumo" par Shuhei Morita (Freedom) et "Gambo" par Hiroaki Ando.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Liste complète : Œuvre de Katsuhiro Ōtomo (ja)

Manga[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, « L'architecte du Chaos », dans Calliope no 1 p. 24-32, Semic, juin 2002.
  • Masajiro Kanoh, « BD Japonaise, au commencement était Tezuka », dans Les Cahiers de la bande dessinée no 72, novembre-décembre 1986.
  • (en+de+fr+ja) Masanao Amano, Manga Design, Cologne, Taschen, coll. « Mi »,‎ 15 mai 2004, 19,6 cm × 24,9 cm, broché, 576 p. (ISBN 978-3-8228-2591-4, présentation en ligne), p. 136-141
    édition multilingue (1 livre + 1 DVD) : allemand (trad. originale Ulrike Roeckelein), anglais (trad. John McDonald & Tamami Sanbommatsu) et français (trad. Marc Combes)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Kanoh (1986)
  2. « On pourrait presque dire qu'il a défini une nouvelle sémiologie visuelle sans aucun rapport, fût-ce de contradiction ou de dépassement, avec les conventions mises au point par Tezuka », Kanoh (1986)
  3. En novembre 1985, Les Cahiers de la bande dessinée', une revue français, lui consacrent un article, puis l'évoquent avec enthousiasme dans un second un an plus tard.