Nord Aviation CT.20

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nord Aviation CT.20 IV / VII
{{#if:
CT.20 restauré par les Ailes Anciennes de Toulouse.
CT.20 restauré par les Ailes Anciennes de Toulouse.

Constructeur Drapeau : France Nord-Aviation
Rôle Drone-cible
Premier vol 1955
Mise en service 1958
Nombre construits 1530
Équipage
Aucun
Motorisation
Moteur Turbomeca Marboré II / Marboré VI
Nombre 1
Type Turboréacteur
Poussée unitaire 400 / 480 kgp
Dimensions
Envergure 5,40 m
Longueur 3,60 m
Surface alaire 3,20 m2
Masses
À vide 491 kg
Maximale 680 kg
Performances
Vitesse maximale 900 / 950 km/h
Plafond 12 000 / 15 000 m

Le Nord Aviation CT.20 est un drone-cible français, téléguidé depuis le sol il était censé servir de cible pour les avions de chasse et les missiles surface-air.

Lors de son lancement, il était monté sur un chariot lui-même monté sur une rampe oblique. Une fois sa mission terminée il redescendait au sol sous un parachute.

Historique[modifier | modifier le code]

Il remplace le CT10 (Nord-Aviation), largement inspiré du V1, entré en service en 1952[1] et devenu rapidement obsolète, et doit simuler les avions de combat à réaction. Pour y parvenir, il est propulsé par un turboréacteur Marboré, du même type que celui de l'avion Fouga CM-170 Magister. Testé à partir de 1955, il entre en service en 1958 et construit jusqu’en 1984 à 1 530 exemplaires de série. Il sera utilisé par l'OTAN sur le polygone de tir NATO Missile Firing Installation (NAMFI) en Crête et la France l'utilise jusqu'aux années 2000[2].

Versions[modifier | modifier le code]

M20[modifier | modifier le code]

Un Robot 08 dans un musée.

La Suède demande la transformation de l’engin-cible en missile antinavire à longue portée. Le développement s'effectue avec l’entreprise Saab-Scania entre 1959 et 1965. Il entre en service en 1967 à 96 exemplaires construit en Suède sous la référence Rb08a (Robot 08a) à bords des deux destroyers de la classe Halland et des batteries d'artillerie côtière de la marine royale suédoise[3].

R20[modifier | modifier le code]

Nord Aviation transforme la cible CT20 en engin de reconnaissance dénommé R20. Il s'agit du tout premier drone qui entra en service en Europe. Les essais commencèrent en 1963, il entre en service en 1966 et 62 exemplaires sont produits pour l’armée de terre française[4]. Le R20 servant entre autres à l'observation d'artillerie en fournissant des informations de ciblage en temps réel pouvant être répercutée sur le véhicule de commandement pour les régiments de missiles nucléaire Pluton[5]. N'ayant pas obtenu les résultats escomptés, le programme est abandonné en 1976.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. 1945-2005 La saga des missiles européens, TTU,‎ 2005 (lire en ligne), p. 18
  2. 1945-2005 La saga des missiles européens, TTU,‎ 2005 (lire en ligne), p. 69
  3. 1945-2005 La saga des missiles européens, TTU,‎ 2005 (lire en ligne), p. 70
  4. 1945-2005 La saga des missiles européens, TTU,‎ 2005 (lire en ligne), p. 71
  5. (en) Duncan Lennox, « Pluton », sur Jane’s Strategic Weapon Systems (Obsolete Systems),‎ 3 octobre 2011