Armement air-sol modulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « AASM » redirige ici. Pour les autres significations, voir AASM (homonymie).
AASM
Image illustrative de l'article Armement air-sol modulaire
Présentation
Fonction Bombe guidée
Constructeur Sagem Défense Sécurité
Caractéristiques
Moteur Propulsion à propergol solide
Masse au lancement 340 kg (version bombe 250 kg)[1]
Longueur 3,10 m (version bombe 250 kg)[1]
Portée 55km à haute altitude
Charge 250kg standard
Guidage inertiel + GPS ; capteur infrarouge ; capteur laser
Plateforme de lancement Mirage 2000, Rafale, Mirage F1 modernisés ASTRAC, Tornado

L’armement air-sol modulaire (AASM, prononcé [2ASM] ou [A2SM]) ou Hammer (pour highly agile modular munition extended range) est une famille de bombes guidées[N 1], actuellement utilisée par les forces armées françaises, à partir de Mirage 2000 et de Rafale.

Il s’agit d’un kit de guidage et d’un kit d’augmentation de portée, conçus et produits par Sagem Défense Sécurité, qui s’adaptent à une bombe classique.

Historique[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, les militaires français souhaitent posséder des armes capables de frapper à longue distance, de façon à ce que le tireur ne soit pas exposé. Ils souhaitent également un guidage qui ne dépend pas des conditions météorologiques, et particulièrement précis, afin d’éviter les « dommages collatéraux ». Deux familles d’armements air-sol seront alors demandés : le AASM et les missiles Apache et SCALP[1].

En 2000, le contrat est notifié à la société Sagem. Les premières livraisons auront lieu en 2007 pour la version INS/GPS, et en 2009 pour la version INS/GPS/infrarouge[2].

Le 14 mai 2008, Sagem signe un accord avec MBDA pour que celui-ci commercialise l’AASM à l’export[3]. En 2011, il est renommé « Hammer » à des fins commerciales. La version INS-GPS devient SBU-38, INS/GPS/laser devient SBU-54 et INS/GPS/infrarouge devient SBU-64[4],[N 2].

En juin 2014, sans nouvelle commande, la production s’arrentera en mars 2016[5].

Description technique[modifier | modifier le code]

Guidage[modifier | modifier le code]

Un AASM et les trois kits de guidage.

Le AASM dispose d’un système de guidage hybride, à la fois GPS et inertiel. Les coordonnées de la cible sont intégrés dans les calculateurs de l’arme qui est ensuite indépendante lors de son vol ( « Tire et oublie »).

Une autre version est complétée par un capteur infrarouge. Celui-ci ne fonctionne que dans la phase terminale et permet de s’affranchir des erreurs de coordonnées par un recalage avant l’impact[6]. Cette version a une précision métrique[7].

Une troisième version « AASM-laser » est guidée avec un désignateur laser ; développée à partir de 2008 dans le cadre d’un plan d’études amonts[8], elle fut testée en juin 2010[9]. Elle permet de détruire des cibles statiques ou mobiles (chars, navires, etc) avec une précision inférieure à un mètre comme cela a été testée avec succès à partir d’un Rafale le 21 avril 2011 malgré un très fort dépointage (90°) et à une portée de plus de 15 kilomètres[10]. La DGA a qualifiée cette version laser en avril 2013[11].

Une version bimode laser et infrarouge serait à l’étude[12].

Charge[modifier | modifier le code]

Le AASM comprend un corps de bombe de 250 kg de type :

Certaines de ces bombes étaient fabriqués par la société des ateliers mécaniques de Pont-sur-Sambre ; la société a cependant arrêté cette activité en 2011, et les français devront importer leurs bombes[14].

Il est possible de réaliser des AASM avec des bombes de 125, 500 et 1000 kg[2].

Propulsion[modifier | modifier le code]

Le système de propulsion est réalisé par la société Roxel (filiale à 50 % de MBDA et à 50 % de Safran)[15].

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

L’Armée de l'air visait à l'origine du programme 4 000 munitions. En début 2013, elle avait programmé l’achat de 764 kits AASM inertie-GPS, 384 kits AASM infrarouge et 1200 AASM laser[16] , mais le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale 2013 prévoit une production total de 1 748 AASM pour les besoins français dont 532 munitions livrés sur la période 2014 à 2019[5].

L’armée française utilise le AASM lors des conflits en Afghanistan, en Libye[7] où durant cette opération, 225 bombes ont été tirés[14] et au Mali[17]. Les militaires préfèrent toutefois utiliser des Paveway en raison de leur moindre coût[18].

Le Maroc a acquis des AASM dans le cadre du programme de rénovation de ses Mirage F1[19].

La force aérienne royale saoudienne aurait commandé des AASM laser dans le cadre de la troisième tranche de modernisation du programme TSP (Tornado Sustainment Programme) négociée par BAE Systems. Des Brimstone (engins assez similaires), des Storm Shadow et des IRIS-T sont commandés dans ce même contrat[20]. Mais l'affaire n'a pas été conclue[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le AASM pourrait également être classé comme un missile air-sol.
  2. La bombe guidée concurrente étant les Paveway GBU-XX ; GBU = guided bomb unit et SBU=smart bomb unit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « AASM, description », sur www.ixarm.com
  2. a et b « AASM, présentation », sur www.ixarm.com
  3. « Safran et MBDA s'épaulent sur les missiles guidés », sur www.usinenouvelle.com,‎ 20 mai 2008
  4. « Call it 'Hammer' », sur http://www.aviationweek.com/aw/blogs/defense,‎ 20 octobre 2011
  5. a, b et c François Julian, « Le temps presse pour l'AASM de Sagem », sur Air et Cosmos,‎ 18 juin 2014 (consulté le 25 aoôut 2014).
  6. « AASM : La nouvelle génération d’armement air-sol de précision », sur www.sagem-ds.com
  7. a et b Guillaume Lecompte-Boinet, « AASM, l’arme fatale française en Libye », sur www.usinenouvelle.com,‎ 23 mars 2011
  8. « PEA DASIGL : Démonstrateur d’Armement air-Sol Inertie GPS Laser », sur www.defense.optronique.net
  9. « Première mondiale : 1er tir d’un démonstrateur d’AASM laser à arrivée verticale », sur defense.gouv.fr/dga
  10. (fr) « Un AASM fait mouche sur une cible lancée à 80 km/h », sur www.meretmarine.com,‎ 3 mai 2011 (consulté le 3 mai 2011)
  11. « La DGA qualifie l’AASM laser », sur defense.gouv.fr/dga
  12. Guillaume Steuer, « Coup au but pour l'AASM laser de Sagem », sur www.air-cosmos.com,‎ 6 juillet 2012
  13. « AASM, fiche technique », sur www.ixarm.com
  14. a et b Tamir Eshel, « France Spent Over 1,000 Bombs and Missiles in the 7 Month Libyan Campaign », sur http://defense-update.com,‎ 12 octobre 2011
  15. « Roxel Group »
  16. « Projet de loi de finances 2013, Mission Défense, Programme Équipement des forces, projet annuel de performances, justification au premier euro », sur performance-publique.budget.gouv.fr
  17. Guillaume Steuer, « Mali : les Rafale en renfort », sur www.air-cosmos.com,‎ 14 janvier 2013
  18. Jean-Marc Tanguy, « Serval (Point n°5) : les Rafale larguent (presque) tout »,‎ 13 janvier 2013
  19. « AASM, pays équipés », sur DGA
  20. Michel Cabirol, « Défense : Safran et MBDA vont armer les avions de combat saoudiens Tornado », sur www.latribune.fr,‎ 14 mai 2013