Melvil Poupaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poupaud.

Melvil Poupaud

Description de cette image, également commentée ci-après

Melvil Poupaud en 2010 à l'avant-première du film L'Autre Monde

Naissance 26 janvier 1973 (41 ans)
Paris, Île-de-France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Acteur
Musicien
Réalisateur
Films notables Conte d'été
Le Temps qui reste
Un conte de Noël
Laurence Anyways

Melvil Poupaud est un acteur, musicien et réalisateur français, né le 26 janvier 1973 à Paris (France).

Biographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Melvil, Matthias, Julien[1] Poupaud est né le 26 janvier 1973 à Paris. Sa mère, Chantal Poupaud[2], attachée de presse de Marguerite Duras, lui fait rencontrer le réalisateur Raoul Ruiz, et permet au jeune Melvil de débuter dans le cinéma, à l'âge de dix ans. Son premier rôle dans La Ville des pirates en 1983 est suivi par d'autres interprétations sous la direction de ce même cinéaste[3], à neuf reprises  : L'Île au trésor et L'Éveillé du pont de l'Alma en 1985, Dans un miroir en 1986, Fado majeur et mineur en 1995, Trois vies et une seule mort en 1996, Généalogies d'un crime en 1997, Le Temps retrouvé en 1999, Combat d'amour en songe en 2000 et Mystères de Lisbonne en 2010. Le réalisateur confie un nouveau rôle à son acteur fétiche dans Les Lignes de Wellington, celui du maréchal André Masséna. Malheureusement Raoul Ruiz disparaît avant le tournage, le 19 août 2011 et c'est sa compagne Valeria Sarmiento qui reprend la réalisation. La complicité entre le metteur en scène et son comédien ne saurait être complète sans mentionner le documentaire Ballet aquatique[4], en 2010. Melvil Poupaud évoque son mentor et soutien, Raoul Ruiz[5] :

« Sans lui, je n'aurais jamais été acteur – ce n’était pas dans ma nature – ni réalisateur. Il m’a transmis le plaisir du jeu. »

Grâce au succès de son personnage, Thomas, au côté de Judith Godrèche dans le film La Fille de 15 ans, de Jacques Doillon en 1989, Melvil Poupaud est nommé au César du meilleur espoir masculin, l'année suivante. C'est en 1992 que le public le remarque réellement dans L'Amant de Jean-Jacques Annaud avec Jane March, dont Melvil est sous le charme[1].

En 1993, Melvil Poupaud joue dans Les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel de Laurence Ferreira Barbosa. Il obtient sa nomination au César du meilleur espoir masculin pour une seconde fois en 1994. Melvil tourne son premier téléfilm avec Benoît Jacquot dans Marianne en 1995. Le cinéma d'auteur lui ouvre ses portes : le voici en héros séduisant et sentimental dans Conte d'été d'Éric Rohmer en 1996, où il obtient le rôle principal. Melvil Poupaud est étudiant en philosophie, ténébreux et mystérieux dans Le Journal du séducteur de Danièle Dubroux. Suivent les collaborations avec Graham Guit dans Le ciel est à nous en 1997 et Les Kidnappeurs en 1998.

Melvil Poupaud et Louise Bourgoin en 2010.

L'artiste prend part en 2002 à Shimkent Hôtel de Charles de Meaux, tourné successivement en Ouzbékistan, Kazakhstan, Tadjikistan et Kirghizstan avec son ami Romain Duris et Caroline Ducey. La particularité de ce film est une réalisation sans équipe technique, avec seulement une assistante et les comédiens. En 2003, le comédien joue dans sa première production américaine, Le Divorce de James Ivory, tournée à Paris avec Kate Hudson et Naomi Watts, puis dans la comédie Les Sentiments de Noémie Lvovsky. En 2004, il retrouve Danièle Dubroux pour le film Éros thérapie.

En 2005, il obtient le rôle de Romain, photographe trentenaire atteint d'un cancer en phase terminale, dans Le Temps qui reste de François Ozon et qui marque un tournant dans sa carrière. Le film sera repris dans plusieurs pays. Melvil Poupaud est membre du jury au Festival du cinéma américain de Deauville. En 2006, il réalise Melvil où il se met lui-même en scène[6]. Son film lui vaut sa troisième nomination pour le prix cinématographique, la Caméra d'or au Festival de Cannes en 2006. Melvil poursuit avec Broken English de Zoe R. Cassavetes, son premier film aux États-Unis, avec Parker Posey, Drea de Matteo, Justin Theroux et Gena Rowlands.

En 2007, il tourne Un homme perdu de Danielle Arbid, film inspiré de la vie du photographe Antoine d'Agata. Il fait deux longs-métrages avec le réalisateur Pascal Thomas, L'Heure zéro et Le crime est notre affaire en 2008. Une année 2008 prolifique pour Melvil Poupaud qui enchaîne trois autres films : Un conte de Noël d'Arnaud Desplechin, Speed Racer des frères Wachowski et The Broken de Sean Ellis. Melvil participe également aux clips : Je t'ai manqué et Résidents de la République, de l'album Bleu pétrole d'Alain Bashung en 2008, quelques mois avant la disparition de l'auteur-compositeur.

En 2009, Melvil Poupaud tourne son premier grand film populaire Lucky Luke de James Huth, où il interprète Jesse James. Dans un genre différent, le voici prestidigitateur avec L'Orpheline avec en plus un bras en moins, de Jacques Richard, au côté de Noémie Merlant. En 2010, il intègre la distribution de L'Autre Monde de Gilles Marchand, dans le rôle du frère sadique de Louise Bourgoin et retrouve François Ozon dans Le Refuge pour un rôle de toxicomane au côté d'Isabelle Carré. Toujours en 2010, Melvil est à sa deuxième fiction télévisée avec Benoît Jacquot dans Les Faux-monnayeurs où il interprète Édouard, d'après le roman d'André Gide. Melvil Poupaud prend part au jury du Festival du film de la Réunion et à celui du Festival international du film de Locarno.

L'acteur passe derrière la caméra dès son plus jeune âge en 1984 et réalise huit courts métrages, sur une décennie. Le comédien écrit son premier livre en 2011, un roman autobiographique, « Quel est Mon noM », aux Éditions Stock[7]. Melvil Poupaud tourne avec le jeune prodige du cinéma québécois Xavier Dolan dans Laurence Anyways en 2012, où il livre sa plus belle performance au côté de l'actrice Suzanne Clément. Melvil se métamorphose en femme, un personnage que le comédien attendait depuis longtemps[8]. Le long-métrage est présenté au Festival de Cannes au mois de mai, dans la catégorie « Un certain Regard ». Melvil Poupaud remporte le prix de la meilleure interprétation au Lisbon & Estoril Film Festival[9], en novembre 2012 et la cinémathèque de Tokyo lui consacre une rétrospective de sa carrière.

Melvil Poupaud sera dans le prochain film de Charles de Meaux, The Lady in the Portrait. Tourné en Chine, il partage avec les lecteurs du site Les Inrockuptibles, photos et textes dans un carnet de voyage virtuel[10]. Il devient le capitaine d'un navire entre Marseille et Gdansk dans Fidelio l'odyssée d’Alice, le premier long métrage de Lucie Borleteau, avec Ariane Labed et Anders Danielsen. Melvil retrouve la réalisatrice libanaise Danielle Arbid, dans Faire connaissance avec la France[11], dont le tournage est programmé à l'automne 2013. D'autres projets sont mentionnés par l'acteur  : le docteur Frankenstein[12] pour le deuxième film de Philippe Parreno.

Musicien[modifier | modifier le code]

Musicalement, Melvil Poupaud crée le groupe fusion Mud avec son frère Yarol Poupaud, guitariste du groupe français Fédération française de funk ou FFF, et le réalisateur Hopi Lebel, bassiste. Deux albums voient le jour : Mud en 1995 et Mud Pack en 1997. Il sort un album solo, intitulé : Un simple appareil en 2002. Un nouveau groupe va naître en 2011, Black minou. C'est avant tout une affaire familiale, organisée autour des trois frères : Yarol l'aîné, Melvil et César Poupaud[13]. Les musiciens sortent leur nouveau EP, au mois de mars 2012.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son milieu favorise sa vocation[14] : un grand-père, Yves Richard, journaliste et passionné de cinéma, sa mère Chantal Poupaud[2] est scénariste, réalisatrice, productrice et son oncle, Jacques Richard, réalisateur[1]. Melvil Poupaud a eu pour assistante maternelle Isabelle Adjani et celui qu'il considère comme son parrain, le critique cinématographique Serge Daney, lui enseigne la magie du 7e art. Melvil Poupaud entretient une relation fusionnelle avec Chiara Mastroianni de 1988 à 1992, avant d'épouser la romancière et scénariste Georgina Tacou. Elle est la fille de Constantin Tacou, directeur des éditions de L'Herne[15] et la filleule d'Éric Rohmer[16]. De cette union est née une fille, Anna-Livia en 2001, mais le couple se sépare après dix ans de vie commune[17].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Année Titre Réalisateur Rôle Notes
1984 La Ville des pirates Raoul Ruiz Malo
1985 L'Île au trésor Raoul Ruiz Jim Hawkins
L'Éveillé du pont de l'Alma Raoul Ruiz Michel
1986 Dans un miroir Raoul Ruiz Acteur
1989 La Fille de 15 ans Jacques Doillon Thomas Nommé au César du meilleur espoir masculin
1992 L'Amant Jean-Jacques Annaud Pedro, le jeune frère
1993 Archipel Pierre Granier-Deferre Michel Rivière
Les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel Laurence Ferreira Barbosa Germain Nommé au César du meilleur espoir masculin
1994 À la belle étoile Antoine Desrosières Mathieu
1995 Élisa Jean Becker Le fils du pharmacien
Fado majeur et mineur Raoul Ruiz Antoine
Les Péchés mortels Patrick Dewolf Louis Bernard
Le Plus Bel Âge... Didier Haudepin Axel
1996 Le Journal du séducteur Danièle Dubroux Grégoire Moreau
Trois vies et une seule mort Raoul Ruiz Martin
Conte d'été Éric Rohmer Gaspard
1997 Généalogies d'un crime Raoul Ruiz René
Le ciel est à nous Graham Guit Lenny
Marianne Benoît Jacquot Valville Téléfilm
1998 Souvenir Michael Shamberg Charles
Les Kidnappeurs Graham Guit Armand Carpentier
1999 Le Temps retrouvé Raoul Ruiz Le prince de Foix
2000 La Racine du cœur Paulo Rocha Vicente Corvo
Combat d'amour en songe Raoul Ruiz Paul / Fils de Mariani / Loup / Le père jeune
La Chambre obscure Marie-Christine Questerbert Bertrand
2001 Reines d'un jour Marion Vernoux Ben
2003 Schimkent Hôtel Charles de Meaux Alex
Le Divorce James Ivory Charles-Henri de Persand
Les Sentiments Noémie Lvovsky François
2004 Éros thérapie Danièle Dubroux Bruno
2005 Le Temps qui reste François Ozon Romain Meilleur comédien au Festival international de Valladolid
2006 Melvil Melvil Poupaud Melvil nommé à la Caméra d'or au Festival de Cannes 2006
2007 Un homme perdu Danielle Arbid Thomas Koré
L'Heure zéro Pascal Thomas Guillaume Neuville
2008 Broken English Zoe R. Cassavetes Julien
Un conte de Noël Arnaud Desplechin Ivan
Speed Racer Les frères Wachowski Commentateur course
Le crime est notre affaire Pascal Thomas Frédéric
The Broken Sean Ellis Stefan Chambers
2009 Lucky Luke James Huth Jesse James
44 Inch Chest Malcolm Venville L'amant français
2010 Le Refuge François Ozon Louis
L'Autre Monde Gilles Marchand Vincent
Mystères de Lisbonne Raoul Ruiz Colonel Ernest Lacroze Diffusé à la télévision sous forme de téléfilm en six épisodes. Diffusion les 19 et 20 mai 2011 sur Arte
2011 La Lisière Géraldine Bajard François
Les Faux-monnayeurs Benoît Jacquot Edouard Téléfilm
L'Orpheline avec en plus un bras en moins Jacques Richard Robinson
2012 Laurence Anyways Xavier Dolan Laurence Alias (Anyways) Meilleure interprétation au Lisbon & Estoril Film Festival,
Nommé au Prix Écrans canadiens du meilleur acteur,
Nommé au Vancouver Film Critics Circle du meilleur acteur.
Les Lignes de Wellington Raoul Ruiz et Valeria Sarmiento Marechal Massena
2014 Tête baissée Kamen Kalev

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

Courts métrages
  • 1984 : Qui es-tu Johnny Mac ?
  • 1985 : Ces jours où les remords font vraiment mal au cœur
  • 1988 : 3 jours...
  • 1994 : Boulevard Mac Donald
  • 1999 : Quelque chose
  • 2001 : Rémi
  • 2003 : Pronobis
  • 2004 : Qui a tué Johnny Mac ?
Long métrage
Clip
  • 2008 : Heartbreak Hotel[19], La Veille

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Vidéographies[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Melvil Poupaud, Quel est Mon noM, Paris, Éditions Stock, coll. « La Bleue »,‎ 7 septembre 2011, 288 p. (ISBN 978-2-23407-030-1)
  2. a et b Chantal Poupaud sur Imdb.
  3. Histoire du cinéma au Ciné club de Caen : Raoul Ruiz (1941-2011)
  4. a et b Documentaire expérimental de Raoul Ruiz. Voir la fiche technique du film sur le site Unifrance Films : Ballet aquatique.
  5. Sophie Grassin, « Melvil Poupaud : mes années Raoul Ruiz », Le Nouvel Observateur,‎ 21 novembre 2012 (lire en ligne)
  6. a et b Informations complémentaires : film Melvil sur Imdb et film Melvil sur Allo Ciné
  7. Karelle Fitoussi, « Melvil Poupaud fait ses contes », Culture Match,‎ 10 octobre 2011 (lire en ligne).
  8. Romain Blondeau, « Melvil Poupaud dans Laurence Anyways : J'attendais ce grand rôle depuis longtemps », Les Inrockuptibles,‎ 19 mai 2012 (lire en ligne)
  9. Site officiel : Lisbon & Estoril Film Festival, édition 2012
  10. Lesinrocks.com, « Le carnet de voyage de Melvil Poupaud. Faux départ pour Beijing », sur lesinrocks.com
  11. Fabien Lemercier, « Faire connaissance avec la France pour Danielle Arbid », sur cineuropa.org
  12. Caroline Vié, « Melvil Poupaud : Il m'aurait sans doute été impossible d'accepter ce rôle quand j'avais 20 ans », 20 minutes.fr,‎ 20 juillet 2012 (lire en ligne)
  13. Quotidien d'information 20 minutes, « Les frères Poupaud et Black Minou retrouvent leur tanière », 20 minutes.fr,‎ 24 mars 2011 (lire en ligne)
  14. Laurent Beauvallet, « Melvil Poupaud, angevin, comédien et musicien ! », Ouest-France,‎ 24 janvier 2011 (lire en ligne).
  15. Melvil Poupaud, Quel est Mon noM, Paris, Éditions Stock, coll. « La Bleue »,‎ 7 septembre 2011, 288 p. (ISBN 978-2-23407-030-1), p. 150
  16. Lire l'article de Nelly Kaprièlian, « Quel est Mon noM? : le roman poétique et gracieux de Melvil Poupaud », Les Inrocks.com,‎ 11 septembre 2011 (lire en ligne)
  17. Lire également l'article de Raphaëlle Leyris, « Le making of de Melvil Poupaud », Le Monde,‎ 6 octobre 2011 (lire en ligne)
  18. 3000 scénarios contre un virus de Virginie Thévenet : segment Bavardages en sida mineur.
  19. Voir le site de First post : Clip La Veille - Heartbreak Hotel
  20. Cinq écrivains se sont associés à cinq cinéastes pour écrire cinq nouvelles et leur adaptation cinématographique, autour d'un personnage, une petite fille du nom de Sacha Lenoir.