Un conte de Noël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Un chant de Noël.

Un conte de Noël
Roubaix !

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maison bourgeoise typique de Roubaix dans laquelle se déroule le film.

Réalisation Arnaud Desplechin
Scénario Arnaud Desplechin
Emmanuel Bourdieu
Acteurs principaux
Sociétés de production Why Not Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Sortie 2008
Durée 150 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un conte de Noël sous-titré Roubaix !, est un film français d'Arnaud Desplechin tourné en 2007, à Roubaix dans le Nord de la France. Le film a été présenté en compétition officielle lors du Festival de Cannes le 16 mai 2008 avant de faire sa sortie généralisée en France le 21 mai 2008.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Abel et Junon Vuillard forment un vieux couple très uni et encore amoureux l'un de l'autre malgré les épreuves de la vie. À la suite d'un malaise de Junon, les médecins lui diagnostiquent un lymphome présentant un très mauvais pronostic qui nécessite au plus vite une greffe de moelle osseuse. Leur premier enfant, Joseph, était mort très jeune à la fin des années 1960 de la même maladie sans qu'aucun traitement n'ait pu alors être entrepris, et ce, malgré la tentative d'avoir un troisième enfant, Henri, mis dans la situation de bébé médicament avant l'heure, permettant de trouver un donneur compatible puisque leur fille Élizabeth ne l'était pas. Après le décès de Joseph à six ans, le couple s'est toutefois retrouvé, réussissant à restaurer un équilibre brisé par la perte de l'aîné, et à faire un dernier enfant, Ivan, le benjamin qui fut un peu fantasque durant l'adolescence. Seule Élizabeth resta inconsolable de la perte de son frère aîné et inconsciemment haineuse vis-à-vis d'Henri qui n'avait pu le sauver.

Arrivé à l'âge adulte, Henri, à la suite de diverses dettes contractées pour la gestion désastreuse de son théâtre, s'était retrouvé cinq ans auparavant jugé pour faillite et escroquerie devant un tribunal de commerce. Totalement insolvable, il risquait la prison, à laquelle il échappa in extremis grâce à Élizabeth qui paya ses dettes en échange d'un bannissement familial d'Henri qui ne doit plus avoir aucun contact avec les autres membres. La famille dans son ensemble accepta le chantage pour éviter la prison à Henri qui devint un paria à la dérive.

Junon et Abel calculent les différentes options pour trouver un donneur et les probabilités de survie en fonction de l'acceptation ou non de cette greffe. Ils se résolvent finalement à ce que chacun des Vuillard fasse un test de compatibilité de moelle pour tenter de sauver Junon dont les chances de rémission demeurent cependant faibles et hasardeuses. Paul, le fils d’Élizabeth et de Claude, un brillant mathématicien lauréat de la médaille Fields, est le seul compatible, mais, tout comme son plus jeune oncle avant lui, présente à l'adolescence de graves troubles du comportements nécessitant un suivi psychiatrique. Henri, le banni, finit lui aussi par faire ce test qui s'avère compatible. Une réunion de famille à Roubaix pour Noël regroupe tous les Vuillard, y compris Henri à la requête de Paul, ce que ne peut refuser Élizabeth en cette circonstance très particulière. Ivan est là, avec les deux jeunes enfants qu'il a eus de Sylvia, ainsi que Simon, le cousin orphelin depuis l'enfance devenu de fait le quatrième Vuillard. La veille de Noël, Henri débarque finalement avec son amie Faunia, apportant avec lui tout le poids des tensions familiales, non-dits, et jalousies larvées.

Distribution[modifier | modifier le code]

Un conte de Noël à l'affiche du Cinéma du Panthéon en juin 2008

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Musique du film et bande originale[modifier | modifier le code]

Un conte de Noëi

Bande originale par Grégoire Hetzel
Sortie juin 2008
Durée 65 minutes
Genre Compilation
Label Naïve Records

Tout comme pour Rois et Reine, Arnaud Desplechin demande à Grégoire Hetzel de composer la musique originale de son film. La bande musicale du film relève principalement du répertoire de la musique classique — contrastant entre musiques aux tonalités légères et carillonantes et des compositions plus sombres et inquiétantes basées sur les sections cordes ou vent —, mais utilise également des titres de Rn'B des années 1970, et un thème basé sur une musique folklorique écossaise.

Sorties nationales et présentations festivalières[modifier | modifier le code]

Le film est diffusé pour la première fois à la télévision, en clair, le 11 septembre 2013 sur Arte en première partie de soirée et réunit 622 000 spectateurs soit 2,8 % de part d'audience selon Médiamétrie[1].

Réception critique et publique[modifier | modifier le code]

Un conte de Noël a réalisé 548 033 entrées en France au cours de son exploitation en salles et un total de 674 406 spectateurs dans l'Union européenne, dont notamment 34 414 entrées en Italie, 22 728 en Espagne, et 13 212 en Suisse[2], ce qui a constitué un très bon succès auprès du public pour un film d'auteur. Les résultats d'exploitation du film aux États-Unis, qui fut projeté initialement sur sept puis trente-six écrans au niveau national (avec un pic fin décembre de 47-48 écrans), durant la période allant de mi-novembre 2008 à fin janvier 2009, sont d'un total de recettes de 1 060 602 $ aux États-Unis mais aussi de 1 898 990 $CAD au Canada[3], ce qui constitue le meilleur succès, à ce jour, du réalisateur sur le continent nord-américain.

Globalement le film obtient dans les agrégateurs de critiques cinématographiques anglophones, 87 % de jugements favorables, avec un score moyen de 7,5/10 sur la base de 114 critiques collectées sur le site Rotten Tomatoes[4]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 84/100, sur la base de 32 critiques collectées[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Arnaud Desplechin recevant l'Étoile d'or du meilleur réalisateur 2009.
Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(e)(s)
2009 César du cinéma Meilleur acteur dans un second rôle Jean-Paul Roussillon
Étoiles d'or du cinéma français Meilleur réalisateur Arnaud Desplechin
Prix des auditeurs du Masque et la Plume Meilleur film français de l'année

Bien que le film n'ait pas reçu de récompense lors du Festival de Cannes 2008Un conte de Noël est le quatrième film du réalisateur en compétition officielle pour la palme d'or —, Catherine Deneuve obtient un prix spécial du 61e Festival de Cannes[6] pour l'ensemble de sa carrière (conjointement avec Clint Eastwood) ; elle remercie alors spécifiquement Arnaud Desplechin[7] et salue ses partenaires dans Un conte de Noël, en particulier Mathieu Amalric et Jean-Paul Roussillon. Ce prix a été perçu par une partie des critiques cinéma comme une sorte de compensation à l'absence du film dans le palmarès final[8],[9],[7].

Sélection et nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(e)(s)
2008 Festival de Cannes Compétition pour la Palme d'or
Chicago Film Critics Association Meilleur film en langue étrangère
2009 César du cinéma Meilleur film
Meilleur réalisateur Arnaud Desplechin
Meilleure photographie Éric Gautier
Meilleur scénario Arnaud Desplechin et Emmanuel Bourdieu
Meilleur montage Laurence Briaud
Meilleur son Jean-Pierre Laforce, Nicolas Cantin, Sylvain Malbrant
Meilleure actrice dans un second rôle Anne Consigny
Meilleur espoir masculin Laurent Capelluto
Prix du cinéma européen Prix d'excellence du meilleur montage Laurence Briaud

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Audiences : TF1 forte, la TNT faible sur le site www.tvmag.com le 12 septembre 2013.
  2. Un conte de Noël sur la base de données Lumière.
  3. (en) Un conte de Noël sur le site IMDb.
  4. (en) Un conte de Noël sur le site Rotten Tomatoes.
  5. (en) Un conte de Noël sur le site Metacritic.
  6. Un conte de Noël sur le site du Festival de Cannes.
  7. a et b James Gray et Arnaud Desplechin, les deux perdants magnifiques par Louis Guichard et Laurent Rigoulet dans Télérama no 3305 du 18 mai 2013.
  8. Sean Penn, le cinéma français te remercie dans Télérama du 25 mai 2008.
  9. Émission Le Masque et la Plume du 25 mai 2008 sur France Inter.

Liens externes[modifier | modifier le code]