Lycée Fénelon (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Fénelon.
Lycée Fénelon (Paris)
Image illustrative de l'article Lycée Fénelon (Paris)
La façade du bâtiment principal du lycée Fénelon.
Généralités
Pays Drapeau de la France France
Académie Paris
Coordonnées 48° 51′ 11″ N 2° 20′ 26″ E / 48.85317, 2.34068748° 51′ 11″ Nord 2° 20′ 26″ Est / 48.85317, 2.340687  
Adresse 2 rue de l'Éperon
75006 Paris
Site internet www.fenelon-paris.fr
Cadre éducatif
Type Établissement public local d'enseignement (EPLE)
Proviseur Jean-Jacques Courtiau
Proviseur-adjoint Caroline Chambol
Matricule 0750660 K
Population scolaire 1 120 élèves en 2009
Formation Lycée général (S, ES et L)
CPGE scientifiques et littéraires
Langues étudiées anglais, allemand, espagnol, italien, chinois, russe
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Point carte.svg

Le lycée Fénelon est un établissement d'enseignement secondaire et supérieur du Quartier latin dans le 6e arrondissement de Paris.

Cette institution, premier lycée de filles parisien, a été fondée en 1892 dans des bâtiments datant du XVIIIe siècle pour préparer ses élèves au concours de l'École normale supérieure. Son nom est celui de Fénelon, archevêque de Cambrai et écrivain français qui avait traité dans ses écrits le sujet de l'éducation des femmes. Il est devenu mixte en 1979 et avant 1972 pour les classes préparatoires. Encore aujourd'hui, le lycée Fénelon a la réputation d'être l'un des meilleurs de la capitale exclusivement au niveau des classes préparatoires, où sont d'ailleurs obtenus de très bons taux d'admission à l'École normale supérieure.

Ce site est desservi par les stations de métro Odéon et Saint-Michel.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, le bâtiment qui abrite aujourd'hui le lycée était un luxueux hôtel particulier, l'hôtel de Villayer, où se réunissaient des savants des lumières. Son dernier propriétaire le vendit à l'État en 1883 qui en fait le premier lycée de jeunes filles de Paris. Dès ses débuts le lycée Fénelon prépare les filles à entrer à l'École normale supérieure de jeunes filles (ENSJF), située à Sèvres jusqu'en 1940, et qui fusionnera avec celle de la rue d'Ulm (pour les garçons) en 1985. Il gagne rapidement une renommée importante par la qualité de l'enseignement prodigué. La mixité est instaurée à Fénelon en 1961[réf. nécessaire]. Aujourd'hui, les effectifs sont composés de plus d'un tiers de garçons et le lycée compte toujours parmi les meilleurs établissements scolaires parisiens pour le lycée et national pour les classes préparatoires.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Le bâtiment principal du lycée Fénelon est situé au 2, rue de l'Éperon. L'annexe du lycée est situé non loin, au 13, rue Suger.

Historiquement, l'annexe, de construction plus récente (début du XXe siècle dans le style Jules Ferry) que le bâtiment principal, est principalement utilisée par les lycéens.

Le bâtiment principal contient une aile de l'ancien hôtel de Villayer datant du XVIIIe siècle avec la majeure partie de l'administration, les salles historiques de l'ancien hôtel particulier, dont certaines sont classées aux monuments historiques, et les laboratoires de travaux pratiques. Les autres ailes encadrant la cour d'honneur sont composées des salles de classes, de salles de sciences et d'informatique ainsi que de la bibliothèque. Historiquement ce sont les élèves des classes préparatoires qui utilisent principalement ce bâtiment.

Les fresques du réfectoire ont été peintes par Albert Dagnaux.

La salle des professeurs, ancien cabinet de la directrice, est inscrite à l'inventaire des Monuments historiques[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Classes[modifier | modifier le code]

Buste de Fénelon dans le parloir
La salle des professeurs

Le lycée Fénelon comporte :

  • des classes de lycée (filières S, L, ES) : 5 classes de seconde générale, 2 classes de filière S en première et terminale, 1 classe de filière L en première et terminale et 2 classes de filière ES en première et terminale.
  • des classes préparatoires de première année : 2 MPSI, 1 PCSI, 1 BCPST, 3 hypokhâgnes.
  • des classes préparatoires de seconde année : 2 MP (dont une MP*), 1 PC*, 1 BCPST, 2 khâgnes classiques et 2 khâgnes modernes. Les classes de khâgne ont une réputation établie de longue date, et des résultats parmi les meilleurs au niveau national aux concours des Écoles normales supérieures.

L'effectif total varie entre 1 100 et 1 200 élèves.

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles les plus convoitées. En 2013, l'Étudiant donnait le classement suivant pour l'année scolaire 2011-2012 :

Classement des CPGE du lycée Fénelon en 2013[2]
Taux d'admission Classement
national
Moyenne
nationale
Khâgne A/L - classique 12,0 % 25e 17,3 %
Khâgne LSH - moderne 27,2 % 13e 17,8 %
MP / MP* 11,1 % 30e 16,1 %
PC* 27,8 % 11e 12,2 %
BCPST 55,3 % 10e 46,9 %

Anciens élèves célèbres[modifier | modifier le code]

Professeurs célèbres[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Il est fait référence, à deux ou trois reprises, au lycée dans l'œuvre autobiographique Enfance de Nathalie Sarraute. L'ouvrage s'achève au moment où la jeune fille entre au collège.
  • Le lycée Fénelon fait partie des sept établissements de France métropolitaine à accueillir l'option musique de la section A/L des Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE)[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00088646 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le classement 2013 des classes prépas () - L'Étudiant, consulté le 20 février 2013
  3. Son passage au lycée Fénelon est évoqué dans l'autobiographie Enfance.
  4. Hector Biancotti rapporte dans Le Monde (9/7/1999) qu'elle « fait ses études au lycée Fénelon, où, à l'entendre, personne ne s'occupe d'elle ».
  5. Christiane Olivier, Odon Vallet et Isabelle Yhuel, La liberté sexuelle, jusqu'où ?, Editions de l'atelier, p. 33
    « Ginette Mathiot était la camarade de la grande philosophe anorexique Simone Weill au lycée Fénelon »
  6. (en) Mario Von der Ruhr, Simone Weil: an apprenticeship in attention, Continuum International Publishing Group, p. 6
    « From 1919 onwards, Simone at last enjoyed a more regular education at the Lycee Fenelon, a junior college for girls, where she already displayed a gift for mathematics and, even more unusually, a serious interest in politics. »
  7. Olivier Cena, « Louise Bourgeois, le tour d'une oeuvre », Telerama,‎ 1er juin 2008 (lire en ligne)
    « La tentation est grande de ne commenter son œuvre qu'à la lumière de sa biographie, d'y retrouver la trace des lieux de l'enfance, de l'appartement du boulevard Saint-Germain au lycée Fénelon, où elle fit ses études. »
  8. (en)Sarah Maza, Violette Nozière : A Story of Murder in 1930s Paris, University of Californi Press (lire en ligne), p. 35-36
  9. (en) Jane Hiddleston, Assia Djebar: Out of Algeria, Liverpool University Press, p. 13
    « After graduating from university in Algiers, Djebar proceeded to the khâgne at the Lycée Fénelon in Paris, and was the first Algerian woman to be admitted to the Ecole normale supérieure at Sèvres in 1955. »
  10. Son passage au lycée Fénelon est évoqué dans Le cœur à rire et à pleurer.
  11. Biographie de Charlotte Casiragi sur Gala.fr
  12. ftp://trf.education.gouv.fr/pub/educnet/musique/neo/04infos/formations/cpge/cpge.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]