Jacob Israël de Haan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir de Haan.
Jacob Israel de Haan habillé en Arabe. Photo prise entre 1919 et 1924 en Palestine

Jacob Israël de Haan ( - ) est un écrivain et journaliste juif hollandais, assassiné à Jérusalem par l`organisation sioniste Haganah en raison de ses activités politiques antisionistes, et ses contacts avec les dirigeants arabes[1]. Il est vénéré comme un martyr par une petite partie extrêmement antisioniste de la communauté juive Haredi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

De Haan est né aux Pays-Bas à Smilde, un village de la province du nord Drenthe, et a grandi à Zaandam. Il a dix-sept frères et sœurs, et reçoit une éducation juive traditionnelle. Son père, Yitzchak HaLevi de Haan, est un pauvre hazzan et Shohet (abatteur rituel). Une de ses sœurs est plus connue sous son nom de femme mariée, Carry van Bruggen, et est devenue un auteur hollandais important.

De Haan travaille comme professeur, et suit des cours de droit entre 1903 et 1909. Il écrit dans des revues socialistes et dans divers autres magazines pendant ces années. Il se lie d'amitié avec Frederik van Eeden et Arnold Aletrino, les auteurs hollandais du mouvement des Tachtigers (créé dans les années 1880).

En 1904, alors qu'il réside à Amsterdam, il écrit son roman très controversé Pijpelijntjes ("Lignes de De Pijp"), qui raconte de façon à peine voilée ses relations homosexuelles avec Aletrino dans le "Pijp" le district ouvrier d'Amsterdam. L'érotisme homosexuel du livre choque en ce début du XXe siècle, de Haan est démis de son poste d'enseignant et chassé des cercles politiques sociaux-démocrates. Aletrino et Johanna van Maarseveen, la fiancée de de Haan, achètent à eux deux la presque totalité de l'édition du livre afin d'essayer d'étouffer le scandale[2]. Pendant un temps, il se réfugie en Belgique, alors plus libérale que le nord calviniste, et trouve un accueil chaleureux auprès du peintre Emile Claus à Astene et de Georges Eekhoud à Bruxelles.

En 1907, il se marie avec van Maarseveen, une doctoresse non juive, mais ce mariage semble n'avoir été que platonique ; ils se séparent en 1919 mais n'ont officiellement jamais divorcé. Un second roman controversé en 1908, Pathologieën ("Pathologies") décrit les peines et les joies de relations sadomasochistes. Georges Eekhoud écrit la préface[3]. Cependant, ce livre passe largement inaperçu, comme le sont ses sketchs en prose. De 1914 à 1921, il publie cinq volumes de poèmes qui lui apportent une certaine consécration. La véritable reconnaissance de son œuvre littéraire et scientifique ne se manifestera que longtemps après sa mort à partir des années 1950 du XXe siècle.

Intérêt pour le judaïsme et départ pour Jérusalem[modifier | modifier le code]

Vers 1910, de Haan développe un intérêt pour le judaïsme, la Terre d'Israël et le sionisme. Ceci semble être dû aux emprisonnements en masse de Juifs, en Russie tsariste, suspectés de bolchevisme, et son action pour obtenir leur libération. Selon des documents historiques, de Haan s'est rendu en Russie, en possession d'une lettre de la reine des Pays-Bas, et aurait été capable de négocier une certaine indulgence pour les Juifs. À son retour, il organise une pétition avec ses amis-auteurs Frederik van Eeden et Henriette Roland Holst demandant au Royaume-Uni et à la France d'exercer une pression sur la Russie qui est alors leur allié. En 1987, cette opération lui valut un hommage dans le magazine de la section néerlandaise d'Amnistie internationale, qui le considère comme un précurseur[4]. Ses efforts pour les Juifs russes durent deux ans, pendant lesquels il prend conscience des malheurs de l'antisémitisme.

Avant son départ pour la Palestine, de Haan est décrit par Ludy Giebels :

« ...En 1919, deux ans après la Déclaration Balfour, ce poète de chants juifs prit la décision logique qui en découlait et émigra en Palestine, " anxieux de travailler à reconstruire la Terre, le Peuple et la Langue", comme de Haan l'indique dans sa demande de passeport à Chaim Weizmann. La même lettre explique sa position avec aplomb. La fausse modestie n'a jamais été son fort. Avec un mélange de doutes que beaucoup d'émigrants sionistes avaient, et la fierté d'une position bien établie, de Haan écrit : "Je ne quitte pas la Hollande pour améliorer ma condition. Ni matériellement, ni intellectuellement, la vie en Palestine pourra être égale à ma vie ici. Je suis un des meilleurs poètes de ma génération, et le seul poète juif important que la Hollande n'ait jamais eu. Il est difficile d'abandonner tout cela... »

« La Palestine où arrive de Haan, en janvier 1919, par un désagréable jour d'hiver orageux, était par-dessus tout un pays complexe. Sans nul doute, le pays se trouvait alors dans les conditions politiques les plus confuses possibles de cette période compliquée politiquement, au moment où la Conférence de Paix de Versailles était sur le point de débuter. On pourrait appeler ceci, un habitat naturel pour cet homme excentrique. C'était la "terre deux fois promise", aux Arabes lors de la Révolte arabe de 1916-1918, que T.E. Lawrence a décrite dans Les Sept Piliers de la sagesse, et aux Juifs (ou plutôt en pratique aux sionistes) par la Déclaration Balfour appelant à la création d'une patrie juive. De Haan débarque là-bas en tant que sioniste ardent, et même fanatique. En effet, le premier rapport secret sioniste le concernant rapporte ses remarques tonitruantes anti-arabes lors d'une réunion[5]... »

Vie en Palestine[modifier | modifier le code]

De Haan devient rapidement de plus en plus engagé religieusement. Il écrit abondamment sur Israël et le sionisme, même avant son installation à Jérusalem en 1919, où il fonde une nouvelle école de droit. Il envoie des articles au Algemeen Handelsblad ("Journal général des affaires"), un des plus importants journaux néerlandais et au De Groene Amsterdammer ("L'Amsterdam vert"), un hebdomadaire libéral.

Tout d'abord, il rejoint le sionisme religieux et le mouvement Mizrahi, mais après sa rencontre avec le rabbin Yosef Chaim Sonnenfeld (1849-1933) chef de la communauté haredi, il devient le porte-parole des Haredim à Jérusalem, et est élu secrétaire politique du conseil de la communauté Harédi, Vaad Ha'ir[6].

Pendant ce temps, il continue à avoir des relations avec des hommes, y compris avec des Arabes de Jérusalem-Est[2]. Des couplets écrits dans son livre de poésies "Kwatrijnen" (= Quatrains), publié en 1924 à Amsterdam après sa mort, fait allusion à son conflit interne :

Qu'attendre à cette heure nocturne
La Ville s'est enfoncée dans le sommeil
Assis près du mur du Temple -
Dieu, ou le garçon marocain?[7]

Au début des années 1920, et en réponse au conflit grandissant avec l'establishment sioniste séculier, les Haredim fondent une branche de l'Agoudat Israel à Jérusalem pour défendre leurs intérêts en Palestine sous mandat britannique. Le chef des Juifs haredim en Palestine, le rabbin Yosef Chaim Sonnenfeld choisit de Haan pour organiser et plaider la cause du mouvement haredi au niveau diplomatique sur un plan d'égalité par rapport aux sionistes séculiers. Quand Lord Northcliffe, un éditeur britannique, décide de visiter la Moyen-Orient, de Haan se rend à Alexandrie en Égypte pour présenter la cause des Haredim de Palestine, avant que celui-ci atteigne la Palestine.

« Il parla de la tyrannie du mouvement sioniste officiel. Les journalistes de l'équipe de Northcliffe, avec jubilation, vont transmettre tout cela à leur bureau. Comme résultat de cette visite, de Haan est nommé correspondant du Daily Express, un journal anglais à un penny, qui se délecte de tous les scandales. Déjà dans les cercles hollandais, il est considéré comme le volksverrader, le traître à son propre peuple, et maintenant ses opinions sont largement diffusées en Grande-Bretagne et au travers de tout l'Empire britannique. Bien que ses messages soient peu nombreux et courts, comparés à ses articles dans le Handelsblad (les nouvelles du Moyen-Orient dans le Daily Express concernaient plutôt les mystères du Tombeau de Toutânkhamon dans la Vallée des Rois en Égypte que la politique complexe en Palestine), les autorités sionistes aussi bien en Palestine qu'à Londres sont de plus en plus préoccupées. Pour eux, il y avait un réel danger de ces rapports critiques provenant d'un Juif qui vivait et travaillait sur place[5]. »

De Haan rencontre aussi un des chefs Hachémites Hussein ben Ali, cherchant la reconnaissance d'un état juif, et l'établissement d'un état officiel palestinien en Jordanie à l'intérieur d'une fédération.

Assassinat[modifier | modifier le code]

Avraham Tehomi, assassin de Jacob Israël de Haan

De Haan est assassiné le 30 juin 1924, et la responsabilité de son assassinat est attribué aux sionistes, alarmés par ses activités politiques et ses contacts avec les états arabes.

En 1985, la publication en hébreu de De Haan: le premier assassinat politique en Palestine, par Shlomo Nakdimon et Shaul Mayzlish[8], réveille un grand intérêt pour son assassinat. Nakdimon et Mayzlish ont été capables de suivre les traces de l'assassin, Avraham Tehomi (1903-1990), alors un homme d'affaires à Hong Kong. Tehomi a été interviewé pour la télévision israélienne par Nakdimon et a dit ouvertement: « J'ai fait ce que la Haganah a décidé de ce qui devait être fait. Et rien n'a été fait sans l'ordre de Yitzhak Ben-Zvi (qui devint plus tard le second président d'Israël 1952-1963)... Je n'ai pas de regret car il (de Haan) voulait détruire notre idée entière du sionisme. » (Nakdimon)

Conséquences et commémorations[modifier | modifier le code]

Le meurtre de de Haan est considéré comme le premier assassinat politique dans la communauté juive en Palestine. Ses activités étaient perçues comme sapant la lutte pour l'établissement d'un état juif, mais son assassinat déclenche une controverse et est même fermement condamné par certains sionistes. Le journaliste du mouvement travailliste Moshe Beilinson écrit alors :

« Le drapeau de notre mouvement ne doit pas être terni. Ni par le sang de l'innocent, ni par le sang du coupable. Autrement, notre mouvement sera mauvais, le sang attire le sang. Le sang prend toujours sa revanche, et si vous marchez une fois dans ce chemin, vous ne savez pas où il vous amènera. »

L'auteur allemand Arnold Zweig publie un livre en 1932 basé sur la vie de de Haan, nommé "De Vriendt kehrt heim" (textuellement : "De Vriendt rentre chez lui", mais avec pour titre en français : "Un meurtre à Jérusalem : L'Affaire de Vriendt"). Le livre "Notzot" de l'écrivain israélien Haim Beer, paru en 1979 et traduit en anglais sous le nom de Feathers, contient aussi un personnage basé sur de Haan.

Dans les milieux haredi, de Haan est considéré comme un martyr, tué par les Juifs séculaires, alors qu'il protégeait la religion juive. Dans les années 1980, la communauté haredi de Jérusalem essaya de changer le nom du Jardin Zupnik pour commémorer de Haan, fermant les yeux sur son homosexualité et ses relations avec de jeunes arabes[9]. Tehomi a toujours nié que l'assassinat de de Haan ait pour origine son homosexualité : « Je n’avais jamais entendu, ni étais au courant de ce fait... en quoi cela concerne-t-il quelqu’un, ce qu’il fait chez lui? ».

Les Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Bien que la renommée de de Haan ait décliné après sa mort, son œuvre a été publiée et réimprimée de façon pratiquement constante. Même sous l'occupation nazie, l'ami de de Haan, David Koker, réussit à publier, un petit livre, avec ses "Brieven uit Jeruzalem" ('Lettres de Jérusalem'). En 1949, un comité est fondé dans le but de publier une édition complète de ses poèmes, ce qui sera fait en 1952. L'Association Jacob Israël de Haan se charge de la publication de ses aphorismes philosophiques et de ses lettres, ainsi que d'un mémoire écrit par sa sœur Mies de Haan. Dans les années 1960, sont publiés deux bibliographies, et après 1970, un réel regain d'intérêt concernant de Haan suscite toute une série de publications. Plusieurs de ses écrits juridiques et sémantiques, ainsi que ses romans et ses premiers écrits en prose, sauvés d'obscurs magazines, sont publiés. Des douzaines d'éditions pour bibliophiles honorent ses poèmes et ses sketchs en prose. Les nombreux articles sur sa vie engendrent d'ardents débats. Un important volume de sa correspondance sur la courte période 1902-1908, publié en 1994, apporte un éclairage nouveau sur sa vie, mais une bibliographie complète reste à réaliser.

Au cours des dernières années, il y a eu aux Pays-Bas des projets, des festivals et des pièces de théâtre commémorant la vie et l'œuvre de Jacob Israël de Haan. Un vers de son poème "Aan een Jongen Visscher" (À un jeune pêcheur) : "Naar vriendschap zulk een mateloos verlangen.." ("Habité d’un démesuré désir d‘amitié"), est ciselé sur les trois côtés du triangle rose de granit que forme le Homomonument à Amsterdam, un des premiers monuments au monde commémorant les déportés homosexuels par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • 1900-1908 - De Haan publie de la poésie dans différents magazines ; ses premiers poèmes n'ont jamais été rassemblés dans un livre.
  • 1914 - Libertijnsche liederen ('Chants libertins')
  • 1915 - Het Joodsche lied. Eerste boek ('Chants juifs, premier livre')
  • 1917 - Liederen ('Chants')
  • 1919 - Een nieuw Carthago (une aptation rimée du roman La nouvelle Carthage de Georges Eekhoud, Carthage est une métaphore d'Anvers).
  • 1921 - Het Joodsche lied. Tweede boek ('Chants juifs, second livre')
  • 1924 - Kwatrijnen ('Quatrains')
  • 1952 - Verzamelde gedichten ('Œuvres complètes') ; poésie complète de 1909 à 1924, en deux volumes, édités par K. Lekkerkerker
  • 1982 - Ik ben een jongen te Zaandam geweest ('J'étais un garçon à Zaandam'), anthologie éditée par Gerrit Komrij

Prose[modifier | modifier le code]

  • 1904 - Pijpelijntjes (dernière édition en 2006)
  • 1904 - Kanalje ('Canaille' ; réédition en 1977)
  • 1907 - Ondergangen ('Perditions' ; réédition en 1984)
  • 1905-1910 - Nerveuze vertellingen ('Contes nerveux', publiés dans différents magazines, rassemblés pour la première fois en 1983)
  • 1907-1910 - Besliste volzinnen ('Sentences arrêtées', aphorismes publiés dans différents magazines, rassemblés pour la première fois en 1954)
  • 1908 - Pathologieën. De ondergang van Johan van Vere de With ('Pathologies. La perdition de Johan van Vere de With' ; dernière édition en 2003)

Droit[modifier | modifier le code]

  • 1916 - Wezen en taak der rechtskundige significa. Discours inaugural
  • 1916 - Rechtskundige significa en hare toepassing op de begrippen: 'aansprakelijk, verantwoordelijk, toerekeningsvatbaar'" (dissertation)
  • 1919 - Rechtskundige significa

Journalisme[modifier | modifier le code]

  • 1913 - In Russische gevangenissen (Dans les prisons russes)
  • De Palestine, de Haan a envoyé de nombreux textes et articles au journal hollandais Algemeen Handelsblad. Ces articles n'ont à ce jour jamais été regroupés pour former un livre, mais forment plusieurs recueils :
  • 1922 - Jeruzalem
  • 1925 - Palestina avec une introduction de Carry van Bruggen
  • 1941 - Brieven uit Jeruzalem ('Lettres de Jérusalem'), éditées par David Koker
  • 1981 - Jacob Israël de Haan - correspondent in Palestina, 1919-1924. Regroupés et édités par Ludy Giebels

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • 1994 - Brieven van en aan Jacob Israël de Haan 1899-1908. Correspondance de et à de Haan, éditée par Rob Delvigne et Leo Ross

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) Archives Rosenthaliana sur Jacob Israel de Haan ; auteur: Marijke T.C.Stapert-Eggen ; éditeur: Bibliothèque de l'Université
  2. a et b (en) Jacob Israel de Haan: sexology, poetry, politics ; auteur: Gert Hekma ; éditeur: University of Queensland, Centre for the History of European Discourses
  3. Georges Eekhoud, in: Pathologieën, de ondergangen van Johan van Vere de With, (1908) ; La Haye, Kruseman's Uitgeversmaatschappij, 1975, pages VII-X
  4. Wordt vervolg magazine d'Amnesty International, Pays-Bas, numéro de mars 1987
  5. a et b (en) On de Haan ; auteur: Ludy Giebels ; éditeur: Exquisite Corpse ; consulté le 2 juillet 2008
  6. (en) Guardian of Jerusalem: The Life and Times of Rabbi Yosef Chaim Sonnenfeld ; auteur: Shlomo Zalman Sonnenfeld ; adapté par: Hillel Danziger ; éditeur: Mesorah Publications ; Brooklyn ; 1983 ; isbn=0-89906-459-0
  7. (en) Pink, white and blue Bienvenue au Congrès mondial des organisations juives des gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels
  8. (he) De Haan: ha-retsah ha-politi ha-rishon be-Erets Yisrael ('De Haan: le premier assassinat politique en Palestine') ; auteur: Shlomo Nakdimon et Shaul Mayzlish ; éditeur: Modan Press ; Tel Aviv ; 1985 ; oclc=21528172
  9. (en) Jacob Israël de Haan, the outsider ; Hans Hafkamp ; journal: Gay News numéro 137 du 14 janvier 2003 ; éditeur: Gay International Press & Foundation G Media ; Amsterdam ; consulté le 8 janvier 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]