Saint Gervais et saint Protais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Gervais.

Saint Gervais et saint Protais martyrs, étaient jumeaux, fils de saint Vital de Ravenne et de la bienheureuse Valérie et vivaient au Ier siècle sous le règne de l'empereur Néron. Ce sont des saints martyrs chrétiens fêtés localement le 19 juin[1] [2].

Leur histoire est connue par la Légende dorée de Jacques de Voragine.

Hagiographie[modifier | modifier le code]

Le martyre de saint Gervais et de saint Protais

Les deux frères, après avoir donné tous leurs biens aux pauvres, rejoignirent saint Nazaire qui vivait dans un oratoire à Embrun en compagnie du jeune Celse.

On les conduisit à l'empereur Néron. Celse les suivait en se lamentant. Les soldats le souffletèrent, saint Nazaire, leur en fit le reproche et fut à son tour frappé et précipité dans la mer d'où il sortit miraculeusement.

Les soldats de Néron emmenèrent Gervais et Protais à Milan. Dans cette ville, survint le général Astase, qui partait faire la guerre aux Marcomans. Pour obtenir la bénédiction des dieux païens afin d'assurer la victoire, il s'empara de Gervais et de Protais afin qu'ils sacrifient aux idoles. Les deux frères refusèrent et Gervais ajouta que les idoles étaient sourdes, et que seul Dieu pouvait lui faire remporter la victoire. Il fut alors fouetté jusqu'à ce qu'il meure.

Ensuite Astase fit venir Protais en lui disant : « Misérable, songe à vivre et ne cours pas, comme ton frère, à une mort violente. » mais Protais refusa à son tour de sacrifier aux idoles, tenant tête au général. Celui-ci le fit alors suspendre au chevalet. Protais lui répondit : « Je ne m’irrite pas contre toi, général, je sais que les yeux de ton coeur sont aveuglés ; bien au contraire, j'ai pitié de toi, car tu ne sais ce que tu fais. ». Alors Astase ordonna de le décapiter.

Un chrétien du nom de Philippe s'empara de leurs deux corps et les fit ensevelir sous une voûte de sa maison. Ensuite, il plaça dans leur cercueil un écrit contenant le récit de leur vie et de leur martyr. Ceci se passait en 57 sous le règne de Néron.

Les visions de saint Ambroise[modifier | modifier le code]

La Vision de saint Ambroise (1657), par Philippe de Champaigne, modello pour une tapisserie.

Pendant longtemps, les corps des deux martyrs restèrent cachés. Mais un jour, saint Ambroise, qui était en prière dans l'église, eut la vision de deux jeunes gens d'une grande beauté, vêtus d'une tunique blanche, qui priaient avec lui, les mains étendues. Saint Ambroise demanda à Dieu que si c'était une illusion, elle ne se reproduise plus, mais que si c'était la réalité, il veuille bien lui offrir cette vision à nouveau.

Peu de temps après, à l'aube, saint Ambroise revit les deux jeunes gens, en compagnie cette fois de saint Paul. C'est l'apôtre qui s'adressa à Ambroise pour lui dire : « Voici ceux qui, suivant mes avis, n'ont désiré rien des choses terrestres ; tu trouveras leurs corps dans le lieu où tu es en ce moment ; à douze pieds de profondeur, tu rencontreras une voûte recouverte de terre, et auprès de leur tête un petit volume contenant le récit de leur naissance et de leur mort. ».

Ambroise convoqua ses frères, et les évêques voisins. Ils creusèrent à l'endroit indiqué, et découvrirent les corps des saints martyrs intacts, d'où il émanait une odeur suave.

Dans la préface de l'office dédié à ces saints, saint Ambroise écrivait : « Voici ceux qui, envolés sous le drapeau du ciel, ont pris les armes victorieuses dont parle l’apôtre : dégagés des liens qui les attachaient au monde, ils vainquirent l’infernal ennemi avec ses vices, pour suivre libres et tranquilles le Seigneur J.-C. Oh ! les heureux frères, qui en s'attachant à la pratique des paroles sacrées, ne purent être souillés par aucune contagion ! Oh ! le glorieux motif pour lequel ils combattirent, ceux que le même sein maternel a mis au monde, reçoivent tous les deux une couronne semblable. ».

Les miracles[modifier | modifier le code]

Église Saint Gervais Saint Protais à Gisors
  • Saint Augustin raconte, dans son livre La Cité de Dieu, qu'un aveugle recouvra à Milan l’usage de la vue auprès des corps des saints martyrs Gervais et Protais, et cela en sa présence, devant l’empereur et une grande foule de peuple.
  • Augustin raconte encore, dans le même ouvrage, qu'un jeune homme qui s'occupait de son cheval près d'une rivière, fut tourmenté par le diable, qui le jeta dans l'eau, comme mort. Toutefois, attiré par les voix qui chantaient dans l'église l'office des saints Gervais et Protais, il réussit à s'y rendre, mais arrivé devant l'autel, il ne put s'en écarter. Il dut subir un exorcisme et le démon le quitta non sans lui avoir arraché un œil. Peu de jour après, l'œil guérit, par l'intercession de saint Gervais et de saint Protais.

Églises dédiées[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Église dédiée à saint Gervais et saint Protais.
Église Saint Gervais Saint Protais à Paris
Statues de saint Gervais et saint Protais de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais de Paris

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :