Vouécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vouécourt
L'église au bord de la Marne
L'église au bord de la Marne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Arrondissement de Chaumont
Canton Canton de Vignory
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Bologne Vignory et Froncles
Maire
Mandat
Christian Desprez
2014-2020
Code postal 52320
Code commune 52547
Démographie
Gentilé Vouécourtois, Vouécourtoises
Population
municipale
216 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 05″ N 5° 08′ 14″ E / 48.2681, 5.137248° 16′ 05″ Nord 5° 08′ 14″ Est / 48.2681, 5.1372  
Superficie 13,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vouécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vouécourt

Vouécourt est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La toponymie de Vouécourt est formée de deux noms : WUE : le gué, d’origine germanique, suivi de CORTEM : le domaine. Vouécourt est donc le domaine du gué, endroit où la rivière, la Marne, est large et peu profonde, donc aisément franchissable à pieds secs en été ou à cheval. Selon les époques, le nom du village prendra différentes orthographes, parmi lesquelles WAECURT, VEECURIA, VEHECORT, WOUECOURT VOECOR. Outre le village, la commune compte également deux écarts qui servirent de maladrerie à savoir: Grandvaux qui était jadis une maison de l’ordre de Saint-Antoine et le Heu qui fut un couvent puis une ferme appartenant à l’hôpital de Chaumont. L’histoire du village est également liée à celle de la forêt du Heu dont le nom est probablement lié à une ancienne pratique de chasse : le « huage », corvée féodale due au seigneur par les habitants contraints de « huer les bêtes Fauves et Noires» traquées par le seigneur. Selon une légende, cette forêt aurait également été donnée aux habitants par Blanche de Castille mère de Saint-Louis, mais le Comté de Champagne auquel appartenait Vouécourt, n’étant revenu à la couronne de France que plus tard, il s’agirait plutôt de Blanche de Navarre, comtesse de Champagne Toujours est-il que ce massif quasi impénétrable n’était exploité que sur ses bordures pour le bois de chauffage et de construction. Il ne prendra une valeur marchande que bien plus tard et suscitera alors diverses convoitises. Ainsi, Gérard, sergent général du bailliage de Chaumont tenta t-il vers 1390 de saisir cette forêt communale, arguant de sa proximité avec la forêt royale du Val de Rognon. Les habitants devront se défendre et prouver que la forêt est à eux. Le 19 août 1397, une sentence rendue par le lieutenant général du bailliage de Chaumont, rend “bois, rivières, lavières aux habitants et à l’église”. L’administration forestière fera plusieurs autres tentatives en 1446 et 1455, auxquelles les habitants opposeront la charte de 1397. En 1537, le seigneur de Boiron, seigneur en partie de Vouécourt, se voit, lui aussi, débouté. Le dernier procès sera intenté en 1829 par les héritiers de la marquise de Béthune, dernière dame de Vignory. Aujourd’hui, la forêt compte 612 hectares. L’aspect actuel du village est dû, pour une grande part, aux modifications du XIXe siècle, époque à laquelle furent entrepris d’importants travaux. Il en est ainsi de la Mairie construite en 1838, de l’horloge de l’Église avec ses cloches extérieures, des ponts et de la Côte Neuve permettant un accès plus facile au plateau. L’aspect général du village s’est également transformé vers 1880 lors de la construction du canal qui le traverse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Marie-Claude Mengue    
mars 2008 mars 2014 Christian Desprez PS  
mars 2014 mars 2020 Christian Desprez PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 216 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
397 388 433 445 440 441 407 417 384
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
332 345 319 378 331 354 289 305 288
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
272 307 302 256 275 309 266 264 322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
282 251 235 178 209 205 228 216 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011