Frank Margerin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frank Margerin

Description de cette image, également commentée ci-après

Frank Margerin au Festival de Solliès-Ville en 2009.

Naissance (62 ans)
Paris, France
Nationalité française
Profession dessinateur et scénariste de bande dessinée
Formation

Frank Margerin est un dessinateur et un scénariste de bande dessinée français né le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Frank Margerin voit le jour le né d'un père artiste peintre et d'une mère portraitiste à Paris. Il passe la majeure partie de son enfance dans une HLM de la Porte d'Asnières. Les premières années de sa vie sont plutôt paisibles, même si le divorce de ses parents à l’âge de trois ans le poussera un peu plus à se réfugier dans le dessin. À l’école, il amuse la galerie en caricaturant ses professeurs dans les marges de ses cahiers. Encouragé par son entourage, le jeune Frank prend peu à peu conscience de ses talents d’artiste.

Après la troisième, sur les conseils d’un ami de son père (lui-même artiste peintre), Margerin s’inscrit tout naturellement a l'École des arts appliqués. Les cours le passionnent et, même si l’ambiance est plutôt légère, il en sortira diplômé quatre ans plus tard. Diplôme de laqueur et dessinateur textile en poche, c’est vers le dessin humoristique que le jeune homme tend à se diriger. Il cohabite alors avec ses camarades des « Zarza » dans un pavillon de banlieue à Châtillon et fait des petits boulots comme moniteur de centre aéré.

Son dossier de dessins sous le bras, Margerin se décide à affronter quelques agences de pub qui trouvent son style assez marrant et l'encouragent à se tourner plutôt vers la BD. En 1978, prenant le relais de Philippe Poncet de la Grave, il dessine quelques vignettes et bandes dessinées pour le chewing-gum Malabar [1]. Ce seront finalement les magazines de charme Lui et Playboy qui publieront ses premières illustrations.

Margerin rejoint Métal Hurlant[modifier | modifier le code]

Un jour, chez Nathan, Margerin croise la route de Bernard Farkas, un des quatre fondateurs de Métal hurlant, qui lui conseillera de rencontrer son rédacteur en chef Jean-Pierre Dionnet. Celui-ci lui propose de faire une BD de quatre pages dans ce magazine alors spécialisé dans la BD de science-fiction et édité par Les Humanoïdes Associés. Margerin aurait préféré Pilote, plus connu à l'époque et qu'il lisait depuis sa petite enfance, mais ne peut se permettre de faire la fine bouche. Il réalise ses premières véritables planches et invente pour la première fois un scénario : ce sera Simon et Léon. Sa participation au magazine durera jusqu’au dernier numéro, courant 1987.

Entre-temps Margerin s’est fait un nom. Il enchaîne les albums et son dessin au trait plein, qui rebutait certains publicitaires à ses débuts, est maintenant à la mode. Ses gros nez sont partout : l’auteur signe des pochettes de disques pour Olivier Lorquin, Nino Ferrer et dessine même la pochette de l’album humanitaire Éthiopie qui cartonne en 1984. Cartes postales, affiche de film (La Smala), publicités et dépliants en tout genre, le dessinateur apparait sur de nombreux supports.

Naissance de Lucien[modifier | modifier le code]

Celui qui avait toujours refusé de créer un héros récurrent se laisse pourtant aller à se focaliser sur Lucien, rocker rebelle à la banane, qui s’impose peu à peu au fil des histoires. D’abord grassouillet avec de grosses rouflaquettes, Lucien le voyou s’affinera physiquement et mentalement au fil des années jusqu’à devenir le personnage central des histoires. Accompagné par ses fidèles amis Ricky (inspiré par Frentzel, un ami de l’auteur) et Gillou (inspiré par son frère), Lucien déserte petit à petit les mobylettes et les flippers pour tenter de s’insérer dans la vie adulte. À ce titre, l'album Lulu s’maque marquera une nouvelle ère pour le personnage dont les aventures s’étalent maintenant sur tout l’album en une seule et même histoire… Challenge relevé pour le dessinateur qui ne se sentait pas d’écrire des scénarios à ses débuts (même s’il reconnaît ne toujours pas vraiment en écrire et plutôt improviser au fur et à mesure qu’il dessine).

Le couronnement à Angoulême[modifier | modifier le code]

En 1993, c’est le grand couronnement au festival d'Angoulême où Frank Margerin est élu président du festival, signe qu'il est désormais une référence reconnue par ses pairs. Il passe six mois à préparer l’évènement, entre les décors, mises en scènes et autres cartons d’invitations, dossiers de presses et jeux créés pour l’occasion.

En 1989, Jingle, petite société française de production de films, propose à l’auteur de créer une série d’animation avec Lucien. Craignant de voir son personnage dénaturé à l’écran, Margerin crée un personnage spécialement pour cette série, Manu. Nez pointu, houppette blonde et Perfecto, Manu est un adolescent turbulent de quatorze ans qui en fait voir de toutes les couleurs à son pote Robert. Les histoires sont plus légères qu’à l’accoutumée, le public visé étant sensiblement plus jeune. Margerin s’implique beaucoup dans ce projet, donne ses instructions et élabore les storyboards depuis Angoulême, le travail d'animation se poursuivant ensuite au Japon et en Chine.

Après la diffusion sur Antenne 2, Margerin publie trois volumes de Manu, épaulé pour les deux premiers par Alteau à l’encrage et sa femme aux couleurs.

En 1998 sort Ricky chez les Ricains, l’album tant attendu de Lucien aux États-Unis. Pour la première fois, Margerin dit s’être beaucoup documenté pour coller au mieux à la réalité (même s’il connaissait un peu cette région du monde car son frère et sa sœur habitent San Francisco).

S’ensuivra Week-end motards en 2002, racontant les péripéties de la bande à Ricky (Lucien étant plus ou moins relégué au second plan le temps de cet album) en partance pour les 24 Heures du Mans. Margerin, grand passionné de moto a collaboré au magazine Virages et a participé à l'album Les Enfants de la moto (éditions Kraken) comme essayeur…

Margerin délaissera quelque temps ses personnages fétiches et créera Momo, livreur au grand cœur plongé dans une réalité bien plus actuelle. Exit le bon vieux rock'n'roll, les mobs et les blousons noirs, Momo est un jeune Maghrébin évoluant dans un univers où l’on roule à scooter et où l’on écoute du rap, mais où les personnages ne sont jamais réellement bien méchants. Trois albums sont publiés chez Albin Michel entre 2002 et 2005.

Transfert chez Fluide Glacial et retour de Lucien[modifier | modifier le code]

L'année 2008 marque la fin de la collaboration entre Margerin et les Humanoïdes associés. L'auteur, qui avait toujours été fidèle à cette maison, se voit transférer chez Fluide glacial, qui avait des vues sur lui depuis des années. Margerin accepte ce transfert, permettant aux Humanoïdes associés de renflouer un peu leur fonds mis à mal par la crise financière.

Pour sa première contribution chez Fluide Glacial Margerin frappe un grand coup en faisant réapparaître Lucien, huit ans après ses dernières aventures. Chose rare en bande-dessinée, le dessinateur a fait vieillir son héros. La banane a blanchi, le ventre a poussé et Lucien s'est rangé dans sa petite vie de famille. Avec deux enfants et une femme folle d'internet, Lucien vend des grattes et donne des cours de guitare à des ados. Il tente, après avoir retrouvé par hasard ses anciens camarades, de remonter leur groupe de rock et de percer dans un show télé. Le nouvel éditeur en profite pour rééditer les premiers albums de Margerin. La saga s'étale alors sur huit tomes (Toujours la Banane étant le neuvième).

Le sort un nouvel album de Margerin, Lucien, père et fils. L'auteur se projette une nouvelle fois dans un Lucien quinquagénaire, proie de ses enfants en pleine crise d'adolescence. En septembre 2011 La bande à Lucien, onzième album de la série, sort chez Fluide Glacial.

Il démarre en 2012, en tant que dessinateur et coloriste, une nouvelle série intitulée Je veux une Harley, sur des scenarii de Marc Cuadrado, chez Fluide Glacial. Le second tome est quand à lui paru le 20 septembre 2013 chez Dargaud.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1983 - Kosmik Komiks (Kosmik) : collectif
  • Ricky
  • 1985 - Un Enfoiré et quelques connards, suivi d'« Un gnon et quelques bosses » (Crapule et Seuil)
  • 1986 - La Bande à Renaud (Delcourt) : collectif
  • 1986 - Félix et le bus (UTP) : dessin
  • 1989 - Y’a plus de jeunesse (Albin Michel) (ISBN 2226035753)

Travaux publicitaires[modifier | modifier le code]

Vignettes du chewing-gum Malabar

  • 1978 - vignettes du chewing-gum Malabar n°35 à 56[2]

Pages de jeux et bandes dessinées pour le chewing-gum Malabar[1] classées par date de parution dans les magazines : Journal de Mickey, Picsou Magazine, Pif Gadget et Fripounet

  • 1978 -
Jeu - Qu'est ce ?.
Jeu - Charabulles Rigobulles.
Jeu - L'ile au trésor.
Jeu - Malabar et la musique.
BD - Malabar contre le savant Gence.
BD - Qui à volé la bulle d'or.
Jeu - Malabar et les chevaux.
Jeu - Les mammifères marins.
BD - Malabar et la sorcière.
BD - Malabar à Indianapolis.
BD - Rapt à Sovkipour.
BD - Malabar et le Fuji-Yama.
BD - Malabar et le yeti.
BD - Malabar et les cannibales.
BD - Malabar et Lucky-Luke.
BD - Fric-Frac.
BD - Malabar et le fantôme.
BD - Malabar contre le docteur Kruel.
  • 1980
BD - Malabar et les baleines.
BD - Vol sur le Bosphore.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]