Daniel Goossens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goossens.

Daniel Goossens

Description de cette image, également commentée ci-après

Daniel Goossens au salon du livre de Paris en 2012.

Naissance 16 mai 1954 (60 ans)
Salon-de-Provence, France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession dessinateur et scénariste de bande dessinée, enseignant.
Autres activités
Distinctions

Daniel Goossens, né le 16 mai 1954 à Salon-de-Provence, est un auteur de bandes dessinées et universitaire français. Pilier du magazine Fluide glacial depuis 1977, il est reconnu pour l'humour absurde, cérébral et froid de ses histoires. Célébré par la critique et par ses pairs, il a obtenu le grand prix de la ville d'Angoulême en 1997. Son succès public est plus limité.

Daniel Goossens est aussi chercheur en intelligence artificielle et enseignant à l'Université de Paris VIII. Il a participé à ce titre à plusieurs missions du Tokyo Institute of Paleontology.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Goossens débute sa carrière dans la revue Pionniers. Après un court passage dans Pilote, il entame en 1977 une collaboration avec le mensuel Fluide glacial pour lequel il crée ses œuvres les plus originales, bien qu'il participe épisodiquement à d'autres revues ((À suivre), Le Petit Psikopat illustré, Rigolo, PLG) et divers collectifs.

Parallèlement à la bande dessinée, et de manière clairement distincte, Daniel Goossens est chercheur en intelligence artificielle à l'Université Paris VIII. Après le baccalauréat, il s'était inscrit à l'université pour y suivre des cours de bande dessinée (Moebius puis Mézières y ont enseigné), et c'est à cette occasion qu'il a découvert l'existence de l'Intelligence artificielle[1].

Il est sacré grand prix de la ville d'Angoulême en 1997.

L'humour de Goossens[modifier | modifier le code]

L'humour des œuvres de Daniel Goossens ne fait pas consensus, c'est un humour singulier, où les situations les plus absurdes sont traitées sur un ton sérieux, dans la lignée des Monty Pythons, qu'il reconnaît comme une de ses références, ou de Pierre Desproges. Mais Goossens est également un héritier de Marcel Gotlib, même si le ton de Goossens est sciemment plus froid. En outre, cet humour fait régulièrement appel à des références culturelles (cinématographiques, littéraires, artistiques, philosophiques, religieuses...), qui sont mélangée de manière irrévérencieuse et absurde. Bien que Goossens ne pratique pas directement le pastiche, une certaine culture générale, et notamment une connaissance de registres de fiction (film de guerre, etc.), est donc souvent nécessaire à la perception de toutes ses subtilités humoristiques.

Reconnaissance professionnelle[modifier | modifier le code]

Si son succès public est limité, Daniel Goossens jouit d'une grande reconnaissance dans le milieu de la bande dessinée, comme en témoigne l'obtention du grand prix d'Angoulême. Ainsi des auteurs comme Manu Larcenet, Marc-Antoine Mathieu, Blutch, Dupuy-Berberian, Guillaume Bouzard, Libon, Boulet Monsieur le chien le reconnaissent comme une influence. Il est également admiré par des auteurs comme Marcel Gotlib, Jean-Pierre Gibrat, Maëster, Kerbaj, Frank Margerin, Ptiluc, Matthieu Bonhomme ou Riff Reb's[2].
À propos de François Boucq, à qui on le compare souvent (généralement en défaveur de Boucq), Goossens explique : « Nous avons été accusés mutuellement de nous copier. Il se trouve que nous avons fait carrière en parallèle, et que s'il y a eu des influences, elles proviennent de notre goût commun pour un certain style de dessin. Rien de plus. »[3].

En dehors du milieu de la bande dessinée, dans l'émission La vraie histoire de... sur M6 consacrée à l'acteur Benoît Poelvoorde (diffusée le 17 juillet 2011) ce dernier amène l'émission au domicile de Daniel Goossens à propos duquel il déclare : « C'est au delà de l'admiration, c'est un homme extraordinaire. ».

Publications[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

Portrait de Goossens.
  • Sept récits courts dans Pilote, Dargaud, 1976-1977.
  • Une centaine de récits courts et gags dans Fluide glacial n°9-356, Audie, 1977-2006.
  • La Science mystérieuse des grands anciens, dans (À suivre) n°9-21, Casterman, 1978-1979.
  • La Vie d'Albert Einstein, dix-neuf histoires courtes dans Fluide glacial n°34-77, Audie, 1979-1982.
  • Trois récits courts, dans (À suivre), Casterman, 1979-1981.
  • « Le Crime était presque parfait à un poil près » (dessin), avec Marcel Gotlib (scénario), dans Fluide glacial n°53-56, Audie, 1980.
  • « L'Homme d'Isabrayka », dans Super Tintin n°14, Éditions du Lombard, 1981.
  • Neuf histoires courtes dans Le Petit Psikopat illustré n°2-10, 1982-1984.
  • Superdupont : « Naissance d’un surhomme » (dessin), avec Marcel Gotlib et Jacques Lob (scénario), dans Fluide glacial spécial Superdupont, Audie, 1982.
  • L'Encyclopédie des bébés, vingt-quatre récits courts dans Fluide glacial n° 110-163, Audie, 1985-1989.
  • Trois histoires courtes dans Psikopat n°1-4, 1985.
  • Route vers l'enfer, six récits courts dans Fluide glacial n°114-119, Audie, 1985-1986.
  • Le Père Noël, trois récits courts dans Fluide glacial n°121-123, 1986.
  • Six histoires courtes dans Rigolo n°1-13, Les Humanoïdes associés, 1983-1984. Reprises dans Gag Mag n°1-5, Glénat, 1988.
  • Georges et Louis racontent, trente-neuf récits courts dans Fluide glacial n°171-382, Audie, 1990-2008.
  • « À la poursuite de Louis Boulanger », dans Lapin n°8, L'Association, 1995.
  • Jésus-Christ, sept récits courts dans Fluide glacial n°399-413, Audie, 2009-2010.

Albums[modifier | modifier le code]

  • Le Messie est revenu, Audie, coll. « Fluide glacial », 1979.
  • La Vie d'Einstein, Audie, coll. « Fluide glacial » :
  1. Enfance, 1980.
  2. Le Révolté, 1983.
  • Ga, Bédérama, 1980.
  • Le Romantisme est absolu, Audie, coll. « Fluide glacial », 1980.
  • « Naissance d'un surhomme » (dessin), avec Jacques Lob et Marcel Gotlib (scénario), dans Superdupont t. 4 : Oui nide iou, Audie, coll. « Fluide glacial », 1983, p. 7-16.
  • L'Esprit, le Corps et la Graine, Audie, coll. « Fluide glacial », 1984.
  • Laisse autant le vent emporter tout, Les Humanoïdes associés, coll. « H Humour Humanoïdes », 1985. Réédition L'Association, coll. « Éperluette », 2003.
  • L'Homme à la valise, Audie, coll. « Fluide glacial », 1986.
  • « La Légende du trésor d'Adam l'aventurier », dans Les Histoires merveilleuses des oncles Paul, Vents d'Ouest, 1986.
  • Route vers l'enfer, Audie, coll. « Fluide glacial », 1986.
  • L'Encyclopédie des bébés, Audie, coll. « Fluide glacial » :
  1. L’Encyclopédie des bébés, 1987.
  2. L’Acquisition du langage, 1988.
  3. Psychanalyse du nourrisson, 1990.
  1. Georges et Louis racontent, 1993.
  2. Introduction à la psychologie de bazar, 1994.
  3. La Fin du monde, 1997.
  4. La Reine des mouches, 2001.
  5. La Planète des moules, 2004.
  6. Panique au bout du fil, 2006.
  • Adieu mélancolie, L'Association, coll. « Éperluette », 1994.
  • Voyage au bout de la lune, Audie, coll. « Fluide glacial », 1999.
  • « On n'est pas pas bœufs » (d'après Pierre Desproges), dans Desproges en BD, Jungle, 2005, p. 89-90.
  • « La Coccinelle du Gévaudan », dans Rubrique abracadabra, Dargaud, 2008, p. 18-19.
  • « Les Moustaches », dans Cicatrices de guerre(s), Éditions de la Gouttière, 2009.
  • Sacré Comique, Audie, coll. « Fluide glacial », 2011.
  • Passions, Audie, coll. « Fluide glacial », 2014, (ISBN 978-2352072980).

Illustration[modifier | modifier le code]

  • Frank, Diacétylmorphine, Futuropolis, coll. « Futuropolice nouvelle », 1984.

Recherche[modifier | modifier le code]

  • CREA : Compréhension, raisonnement et expressions artificiels / Construction de jeux interactifs et interfaces en langage naturel. Avec Vincent Lesbros, in L’imagination informatique de la littérature, actes du colloque de Cerisy, Presses universitaires de Vincennes, 1991.
  • Collaborations (textes mais aussi dessins de couverture et d'illustrations) aux publications des Presses de Vincennes : Art-Info/Mus-Info (1978), Lisp Bulletin (1978) et VLISP (1980)[4].

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Daniel Goossens (int. Christian Marmonnier et Évariste Blanchet), « Entretien avec Daniel Goossens », dans Critix n°5, Bananas BD, hiver 1997-1998, p. 5-20.
  • Vincent Baudoux, « L'Équation de Goossens », dans Humoresques n°10, Vincennes : Presses universitaires de Vincennes, janvier 1999, p. 9-18. (ISBN 2842920511)
  • Évariste Blanchet, « Daniel Goossens téléphile », dans Critix n°5, Bananas BD, hiver 1997-1998, p. 37-40.
  • Évariste Blanchet, « Voyage au bout de la lune », dans Critix n°10, Bananas BD, hiver 1999-2000, p. 40-45.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview, dans Critix #5.
  2. Ces auteurs qui considèrent aussi Goossens comme un génie
  3. Interview de Daniel Goossens par Christian Marmonnier et Évariste Blanchet, dans Critix #5, hiver 1997-1998.
  4. Les contributions de Daniel Goossens au site ArtInfo–MusInfo

Liens externes[modifier | modifier le code]