Rouflaquettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le chanteur américain Elvis Presley portant des rouflaquettes en 1970.

Les rouflaquettes sont des mèches de cheveux descendant sur les joues et les tempes. Elles se différencient des favoris, touffe de barbe laissée sur les joues. Toutefois, dans la seconde moitié du XXe siècle, le terme « rouflaquettes » a peu à peu dévié de sens pour désigner d'épais favoris, tout en étant plus volontiers apparenté à une culture alternative et rock’n’roll.

Origine[modifier | modifier le code]

À l’origine, les rouflaquettes étaient des mèches de cheveux collées sur les tempes, en forme d’accroche-cœur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le maréchal d'Empire Joachim Murat.
L'écrivain britannique Herbert Spencer.

Au début du XVIe siècle en Europe, la barbe du menton est taillée en pointe et les favoris continuent à encadrer le visage.

Relativement rares sous les XVIIe et XVIIIe siècles, les favoris deviennent très populaires en France sous la Révolution française et le Premier Empire, se propageant dans le reste de l'Europe et en Amérique. Ils conservent cette popularité jusqu'à la fin du XIXe siècle, devenant de plus en plus fournis au fil du siècle, avant de céder la place à la moustache.

Les favoris fournis reviennent à la mode dans les années 1970, notamment chez les hippies. Elvis Presley, parmi d’autres, en porte de 1968 à sa mort, devenant, avec sa banane, l’un de ses signes distinctifs. C'est à cette époque que le terme « rouflaquettes » tend à devenir le synonyme familier de « favoris ». Les sportifs britanniques Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012, et Guy Martin en portent également, ainsi que Maxime Médard, joueur du XV de France. Dans les années 1970, le footballeur allemand Paul Breitner était lui aussi connu pour en porter. En Argentine, l'ex-président Carlos Menem arbora des rouflaquettes qu'il coupera quelques années après son élection.

Dans la fiction, Joshamee Gibbs de Pirates des Caraïbes, Hellboy, Wolverine, Le Fauve, Dents-de-sabre et Balthazar Picsou portent également des rouflaquettes[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le style des super-héros », GQ Magazine,‎ 2011 (consulté en 19 août 2011)