Perfecto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Perfecto en cuir.

Le Perfecto est un blouson en cuir de cheval, créé en 1928 par Irving Schott (Schott bros. Inc, États-Unis) pour les motards et associé à l'image du blouson noir.

Origine[modifier | modifier le code]

Le modèle est créé en 1928 aux États-Unis par la firme Schott qui est propriétaire de la marque déposée Perfecto[1]. Le modèle est le fruit d'une commande d'un concessionnaire Harley-Davidson[2] désirant un blouson résistant pour le motard en cas de chute[3]. Il est à l'époque vendu 5,50 $ par ce détaillant[4].

Il possède une coupe spécifique:

  • une fermeture croisée à fermeture à glissière décalée sur le devant, doublant ainsi l'épaisseur de cuir pour mieux protéger le torse;
  • des pressions permettent de rabattre le col pour éviter qu'il ne batte dans le vent;
  • des poignets zippés afin d'être resserrés et éviter les entrées d'air;
  • une ceinture, dans le même cuir que le blouson, assurant un ajustement à la taille et fixée au dos par un empiècement maintenant le blouson sur les reins.

À l'origine, il était fabriqué uniquement en cuir de cheval. Aujourd'hui, le Perfecto existe toujours en cuir de cheval mais l'essentiel de la production est réalisée en taureau (steerhide) et en vachette.

La firme Schott a développé plusieurs variantes du Perfecto dont les plus connues sont le 618 et le 613, ce dernier étant pourvu d'étoiles en métal sur les épaules.

Son nom d'origine espagnole lui vient des cigares cubains Perfecto que fumait Irving Schott[5].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Généralement très résistants[5], les Perfectos ont d'abord été utilisés comme protection par les motards, avant de devenir un des éléments de l'uniforme du rocker (souvent recouvert de badges dans les années 1980) dans les années 1950 et début 1960, sous l'influence d'acteurs comme Marlon Brando (L'Équipée sauvage, 1953)[6], Michael Paré ou encore James Dean. Mais l'un des premiers acteurs à porter un tel blouson en public fut Clark Gable en 1934 avec son Ariel[6]. Symbole du « rebelle » ou de l'« insurgé » dans l'Amérique puritaine des années 1950, il est alors interdit dans de nombreuses écoles américaines et britanniques[5].

Dans les années 1970, avec l'explosion du mouvement punk, le perfecto se répand à nouveau, par l'intermédiaire de groupes comme les Sex Pistols, les Ramones[6] ou encore le turbulent Sid Vicious, souvent modifié à la sauce DIY : ajout de clous, chaînes, badges et peintures à l'effigie de groupes ou porteurs de messages revendicatifs[5]. On le retrouve encore au cinéma dans les années 1980, par exemple dans le film Terminator.

Le Perfecto entre dans l'univers de la mode en 1991, lorsque le photographe Peter Lindbergh réalisé une série de cliché pour Vogue, montrant les mannequins stars de l'époque (Cindy Crawford, Helena Christensen, Linda Evangelista, Claudia Schiffer et Naomi Campbell) avec le blouson. En 2005, le rockeur Pete Doherty et sa compagne Kate Moss participent à un regain de popularité du Perfecto, porté désormais avec un T-shirt et un jean slim, amenant des marques comme Zadig & Voltaire, Caroll ou encore Gérard Darel à l'intégrer à leurs collections. En 2013, le styliste Hedi Slimane le reprend pour la maison de couture YSL[6],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trademark 73218416 déposée en 1979 par Schott Bros. Inc. pour une première utilisation commerciale en 1929
  2. Josh Sims, L'éternel masculin, Icônes de mode et vestiaire idéal, Editions de la Martinière,‎ 2011 (ISBN 978-2-7324-4672-1)
  3. Modes et vêtements.
  4. site institutionnel américain Schott N.Y.C., consulté le 12-12-2012
  5. a, b, c, d et e Tess Lochanski, « Perfect Perfecto », Obsession (supplément du Nouvel Observateur), n°14, novembre 2013, pages 42-44.
  6. a, b, c et d Marta Represa, « Le blouson de motard en 4 dates », L'Express Styles, no 3200,‎ 31 octobre 2012, p. 18 (ISSN 0014-5270, lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]