Marcillac (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 28′ 29″ N 2° 27′ 55″ E / 44.47472, 2.46528 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcillac.
Marcillac
Clairvaux.jpg
Vignoble AOC marcillac à Clairvaux-d'Aveyron
Désignation(s) Marcillac
Appellation(s) principale(s) marcillac[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1990
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) Massif central méridional
Localisation Aveyron
Climat tempéré océanique dégradé avec influence montagnarde et méditerranéenne
Sol pentes de rougier (argiles rouges riches en oxyde de fer), de causse (calcaire) et dans une moindre part de ségala (schiste)
Superficie totale 200 hectares
Superficie plantée 161 hectares
Cépages dominants fer servadou (ou mansoi) N[2]
Vins produits rouges et rosés
Production 8 000 hectolitres
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 55 à 60 hectolitres par hectare[3]

Le marcillac[1] est un vin rouge ou rosé français d'appellation d'origine contrôlée produit dans les vignobles du Sud-Ouest de la France, autour de Marcillac-Vallon dans l'Aveyron.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce vignoble s'est développé sous les auspices de l'abbaye de Conques il y a près de 1 000 ans. D'abord prospère, la production de vin subvenait à la consommation locale. Les vins étaient prisés par la bourgeoisie et le clergé ruthénois dont les représentants avaient installé leur résidence de campagne dans le vignoble. Ils étaient aussi nécessaires pour compléter les besoins énergétiques des mineurs et travailleurs agricoles.

Une crise sanitaire à la fin du XIXe siècle, des gelées au début du XXe siècle et le déclin de la mine eurent raison de la production qui se trouva au plus bas en 1965. C'est alors qu'une poignée de producteurs décidèrent de réagir avant l'extinction complète du vignoble. En 1965, ils postulèrent pour être classé VDQS, sortir de l'anonymat et se motiver. Ils réaménagèrent le vignoble pour mécaniser à minima les travaux en créant des terrasses étroites (des faisses en rouergat). En 1990, ils obtinrent tout naturellement la protection de l'appellation par le biais de l'AOC.

Depuis 1990, le vin produit par les paysans dans ce vignoble est protégé par une appellation d'origine contrôlée. En 2010 l'appellation fêta donc ses 20 ans.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Situé au sud du Massif central, dans le département de l'Aveyron, à 20 km au nord-ouest de Rodez. L'aire de production s'étend sur les communes de Marcillac-Vallon, Balsac, Clairvaux-d'Aveyron, Goutrens, Mouret, Nauviale, Pruines, Salles-la-Source, Saint-Cyprien-sur-Dourdou, Saint-Christophe-Vallon et Valady.

Orographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Il est implanté sur des argiles rouges riches en oxyde de fer, localement appelées « rougiers » et sur des sols calcaires localement appelés « causse ». Les parcelles sont des coteaux pentus et aménagés en terrasses quand la pente est vraiment trop forte. Cet ensemble forme une sorte d'amphithéâtre orienté plein sud, permettant de bonnes maturités.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Climat variable au fil des saisons, les influences semi-continentales en hiver et méditerranéennes en été s'y font ressentir. Cependant, l'ensoleillement annuel se situe à un niveau notable soit environ 2200 H/an[4]. On assiste très souvent à des hivers très rigoureux et à des étés très chauds et ensoleillés, dignes des villes du pourtour méditerranéen.

Température de Rodez, car le vignoble de Marcillac est situé à côté :

Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année
Température mensuelle moyenne minimale (°C) 1 1 3 4 8 12 14 14 11 8 4 2 6,8
Température mensuelle moyenne maximale (°C) 6 7 11 13 17 22 25 25 20 15 9 7 14,8
Précipitations
(hauteur moyenne en mm)
36,2 27,0 23,9 43,8 46,0 34,9 22,9 31,1 50,0 60,1 45,1 37,7 38,2
Source: MSN Météo

Vignoble[modifier | modifier le code]

Vendanges au Vallon-Marcillac et porteurs de raisin en 1907,
au centre, vigneron aveyronnais faisant chabrot

Présentation[modifier | modifier le code]

Le vin est rouge ou rosé. Il représente en 2004, 161 hectares pour 8000 hectolitres de production.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Le cépage principal est le Mansois, nom local du Fer Servadou à 90 %, le reste étant des Cabernets (sauvignon ou franc), du Merlot et du Prunelard.

Méthodes culturales[modifier | modifier le code]

Terroir et vins[modifier | modifier le code]

Ce vin est en général tannique et rustique, il dénote un arôme prédominant de framboise et de cassis.

Vinification[modifier | modifier le code]

C'est l'ensemble des opérations nécessaires à la transformation du moût (nom du jus de raisin) et à l'élaboration du vin. Certaines de ces opérations sont nécessaires, telle la fermentation alcoolique, et d'autres permettent d'affiner le profil du vin, tant au niveau aromatique (olfactif) que gustatif (goûts).

Vinification en rouge[modifier | modifier le code]

La vinification en rouge consiste à faire un pressurage après que la fermentation a commencé. Pendant toute cette phase, le moût est en contact avec les matières solides de la vendange. Celles-ci sont très riches en tanins, matières colorantes, odorantes, minérales et azotées. Ces substances vont alors se dissoudre plus ou moins dans le moût et se retrouver dans le vin[5].

C'est la cuvaison pendant laquelle les sucres se transforment en alcool (fermentation alcoolique) et le jus se voit enrichi par les composants du moût. Plus la macération est longue, plus la coloration du vin sera intense[5]. Se disolvent également les tanins, leur taux sera aussi fonction du temps de la cuvaison. Plus elle sera longue, plus les vins seront aptes à vieillir. Durant cette phase, se produit une forte élévation de la température. Celle-ci est de plus en plus contrôlée par la technique de maîtrise des températures[6].

Vinification en rosé[modifier | modifier le code]

La vinification en rosé se produit par macération, limitée dans le temps, de cépages à pellicule noire avec possible ajout de cépages blancs. Le vin rosé n'a pas de définition légale. Mais ses techniques de vinification sont très strictes et n'autorisent en rien en Europe le mélange de vin rouge et blanc. Deux principes différents sont utilisés :

  • Le premier consiste à extraire par écoulement une partie du jus dès l'encuvage lors de la vinification en rouge ; c'est la saignée. C'est le jus qui s'égoutte sous le poids de la vendange - au maximum entre 20 à 25 % - et qui va macérer durant 3 à 24 heures. Cette méthode produit des vins rosés à la robe soutenue, et la quantité potentielle produite dépend de la concentration recherchée pour le vin rouge produit.
  • Le second principe est le pressurage direct, qui consiste à extraire le jus en plusieurs fois, au cours de la macération, qui dure quelques heures. Les jus successivements extraits sont progressivement plus chargés en tanins provenant des peaux, et peuvent ensuite être assemblés.Une vendange bien mûre pourra colorer le jus et sa vinification se fait en blanc[7].

La maîtrise des températures est une nécessité, un vin rosé a une robe qui s'apparente à celle d'un vin rouge très clair, plus le fruit et la fraîcheur des vins blancs[8].

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

Aligot saucisse

Il s'accommode bien de la cuisine locale, comme la sauvagine (venaison), l'aligot saucisse, les tripoux, les trenèls, les fourmes : bleu des causses, cantal, laguiole ou salers.... Il est également recommandé sur toute viande grillée(Cote de boeuf d'Aubrac, Cote de veau du Ségala, Cotes de porc...)

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Ce vin est essentiellement commercialisé sur le lieu de production (domaines, caves et caveaux) et dans le secteur GMS (grandes et moyennes surfaces).

Les principaux producteurs de l'appellation[modifier | modifier le code]

Vin Producteur
Domaine du Cros Philippe Teulier
Domaine Matha Jean-Luc Matha
Domaine de l'Albinie Alain Falguières
Domaine Laurens Gilbert et Michel Laurens
Domaine des Costes Rouges Claudine et Éric Vinas
Domaine du Mioula
Terres d'Angles
Bernard Angles
Domaine de Ladrech Les Vignerons du Vallon

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Cosson et Catherine Bex, Le vignoble de Marcillac : une oasis de pampres au cœur du pays vert, Millau, Éd. du Beffroi,‎ 1995, 186 p. (ISBN 2-908123-18-5, lien notice BnF?)
  • Jean-Luc Berger, Les filières de la vinification : La vigne et le vin, Paris, Science et vie, coll. « Science et vie. Numéro hors série » (no 155),‎ septembre 1986 (ISSN 0151-0282, lien notice BnF?), p. 72-79
  • Colette Navarre, L'Oenologie, Paris, Tec et doc : J.B. Baillière, coll. « Agriculture d'aujourd'hui »,‎ 1988, XVI-302 p. : ill. ; 24 cm (ISBN 2-85206-431-6, ISSN 0982-2518, lien notice BnF?)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Décret du 23 octobre 2009.
  4. Carte de l'ensoleillement en France
  5. a et b Colette Navarre, op. cit., p. 131.
  6. Colette Navarre, op. cit., p. 132.
  7. Jean-Luc Berger, op. cit., p. 77.
  8. Jean-Luc Berger, op. cit., p. 78.