Céilí (bal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la danse, voir Céilí (danse).

Un céilí (orthographe irlandaise officielle), au pluriel des céilithe, est, selon l’acception actuelle, un bal de danse traditionnelle originaire d’Irlande et d’Écosse, mais qu’on retrouve dans toute la diaspora celtique originaire de ces pays. On rencontre aussi les orthographes ceilidh, céilidh (en anglais) et cèilidh (orthographe écossaise actuelle). Avant l’apparition des discothèques et des night-clubs, des céilithe avaient lieu dans de nombreuses salles publiques dans les villes et les villages, le vendredi ou le samedi soir. Ils sont encore assez courants bien que moins nombreux.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’origine, le mot céilí désignait, dans le nord de l’Irlande, une réunion de voisins dans une maison, en soirée, où l’on discutait et où l’on échangeait les nouvelles[1]. Cette coutume est appelée « kayleeing » dans le comté de Clare et équivaut à ce qu’on nomme « making a cuaird », ailleurs en Irlande. Ce n’étaient pas des réunions de musique et de danse, bien qu’il pouvait y en avoir à l’occasion[2].

On trouvait le même type de réunion en Écosse :

« The 'ceilidh' is a literary entertainment where stories and tales, poems and ballads, are rehearsed and recited, and songs are sung, conundrums are put, proverbs are quoted, and many other literary matters are related and discussed[3] »

« The ceilidh of the Western Hebrides corresponds to the veillée of Lower Brittany […], and to similar story-telling festivals which formerly flourished among all the Celtic peoples[4]. »

Au cours du XXe siècle, le sens de bal, ou de réunion de danse a progressivement remplacé la première signification du terme en Irlande et en Écosse.

Le premier céilí irlandais, dans la nouvelle acception du terme, fut organisé par Connradh na Gaeilge, récemment fondée, non en Irlande mais à Londres, au Bloomsbury Hall, à côté du British Museum, le 30 octobre 1897[1]. Organisé par la branche londonienne, le programme comprenait du step dancing, de la musique, des chansons, des sets et des valses dansés sur des airs irlandais. Le mot céilí était une erreur d’appellation pour ce type de réunion. Il avait pour but de mettre l’emphase sur le caractère social de ce type d’événements[1].

Par la suite, le set dancing ayant été boycotté par les organisations nationalistes irlandaises au début du siècle, car considéré comme d’origine étrangère ou anglaise[1], on assista à l’apparition d’une distinction entre « fior céilí », ou l’on danse des danses de céilí et « céilí » tout court, dans lesquelles on danse généralement uniquement des sets.

Les céilithe irlandais modernes[modifier | modifier le code]

Dans les céilithe irlandais modernes, la danse se présente généralement sous la forme de danses de céilí, de set dancing ou de danse en couple. Il faut distinguer entre les céilithe où l'on danse quasi exclusivement du set dancing et les fior céilí dans lesquels on danse exclusivement des danses de céilí. Les uns comme les autres sont animés par des groupes de musiciens appelés céilí band.

Le mouvement nationaliste irlandais du début du XXe siècle avait décidé de dé-angliciser la société irlandaise, selon l'expression de Douglas Hyde. La ligue Gaélique avait en conséquence organisé la promotion des activités culturelles irlandaises et le boycott des manifestations culturelles d'origine britannique. Sa branche sportive la G.A.A. proscrivait donc à ses membres de participer ou d'assister à des activités sportives telles que la boxe, le rugby à XV… Le set dancing irlandais qui remontait aux quadrilles importés du continent par l'intermédiaire de la Grande-Bretagne au début du XIXe siècle fut considéré comme étranger et banni des manifestations culturelles organisées par le mouvement culturel irlandais alors qu'il était très répandu dans les couches populaires[5],[6]. On ne dansait que les danses de céilí, considérées comme purement irlandaises, dans les céilithe organisés par les associations culturelles et autres. Suite au renouveau du set dancing, le mouvement culturel d'inspiration nationaliste distingua les fior céilí, en irlandais « céilí véritable » où l'on dansait uniquement des danses de céilí, des autres, simplement nommés céilí.

À partir des années 1960 le nombre des fior céilithe a chuté de manière constante, en raison de la concurrence de la culture pop. Les céilithe, par contre, plus libres et populaires, connaissent une popularité croissante depuis les années 1980-1990.

Jusque dans les années 1970 ou 1980, on ne dansait dans les céilithe, ou les house danse, que le set ou les sets locaux et des valses ou des danses en couple. Depuis le renouveau du set dancing, on peut danser, au choix, jusqu'à une quinzaine de sets différents et certains autres de façon moins fréquente. Il y a donc désormais souvent un caller, une personne au micro, qui intervient pour annoncer les figures des danses les moins connues aux danseurs.

En Irlande le premier céilí band aurait été créé en 1926 par Séamus Clandillon, le directeur de programmation de Radio Éireann, dans le but d'avoir de la musique de danse pour ses programmes enregistrés en studio[7]. Cependant un céilí band célèbre, The Tulla Céilí Band, revendique une origine qui remonte aux premières années du siècle.

Les céilithe écossais modernes[modifier | modifier le code]

Les céilithe anglais modernes[modifier | modifier le code]

La danse qu'on pratique dans ce qu'on appelle aujourd'hui English ceilidh, céilí anglais (parfois abrégé en eCeilidh), a beaucoup de choses en commun avec les traditions de danses de sociétés traditionnelles irlandaises et écossaises et peut être considéré comme faisant partie de la contredanse anglaise et est donc apparenté aux contredanses.


Références culturelles[modifier | modifier le code]


Liens[modifier | modifier le code]

  • Set dancing news, le site du journal set dancing news consacré au set dancing irlandais dans le monde
  • Céilí dancing news, un site consacré à la promotion des danses de céilí

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Breandán Breathnach, Folk music and dances of Ireland, Ossian, 1996, p. 47
  2. University of Maine studies , University of Maine, 1971, page 230
  3. Le 'ceilidh' est un divertissement littéraire lors duquel on récite et on raconte en détail des histoires et des légendes, des poèmes et des ballades, où l’on chante des chansons, on pose des devinettes, on cite des proverbes, et où de nombreux autres sujets littéraires sont rapportés et discutés. Alexander Carmichael, Carmina Gadelica, 1900, tome I, p. xxviii.(lire en ligne)
  4. Le ceilidh des îles Hébrides occidentales correspond à la veillée de Basse-Bretagne [...], et à des festivités similaires qui fleurissaient autrefois parmi tous les peuples celtiques. Wentz, W. Y. Evans,The Fairy-faith in Celtic countries, Oxford University Press, 1911, p.32.
  5. They believed that in order to achieve their objectives, they had to get rid of all English influences and so the sets and all their variant forms were banished from the social activities of revivalists in favour of céilí dances
  6. Pat Murphy, Toss the Feather, irish set dancing, Mercier Press, Cork 1995
  7. Éamon de Buitléar, A Life in the Wild, Gill and MacMillan, Dublin, 2004, p. 83
  8. http://www.irishsongs.com/lyrics.php?Action=view&Song_id=374