Liste des comtes de Vermandois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 51′ N 3° 17′ E / 49.85, 3.283 Les comtes antérieurs à Herbert Ier sont mal connus.

Nibelungides[modifier | modifier le code]

Dates Comtes Notes
Vers 876 Thierry Issu de Childebrand, frère de Charles Martel.

Comtes carolingiens de Vermandois (Herbertiens)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Herbertiens.
Dates Comtes[1] Notes
896 - 900/907 Herbert Ier († 900/907) Fils de Pépin et probable petit-fils de Thierry. Son épouse est inconnue, des études récentes pensent qu'elle se prénomme Leutgarde, et qu'elle serait fille du comte de Troyes Adalelme.
900/907 - 943 Herbert II († 943) Fils d'Herbert Ier, il épouse Adèle, fille du roi de France, Robert Ier.
946 - 987 Albert Ier († 987) Fils d'Herbert II, il épouse Gerberge, fille de Gislebert, duc de Lotharingie. Il ne reçoit le Vermandois qu’au moment du partage des terres de son père trois ans après la mort de ce dernier, c’est-à-dire en 946[2].
987 – 993/1002 Herbert III († 993/1002) Fils d'Albert Ier, il épouse Ermengarde, probablement fille du comte Renard (Renaud) de Bar-sur-Seine, et veuve de Milo II Liste des comtes de Tonnerre.
993/1002 - 1015/1021 Albert II († 1015/1021) Fils d'Herbert III, il abdique en 1010 pour se faire moine à l'abbaye d'Homblières. Revenant à la vie laïque il reprend possession de son comté en 1015.
Vers 1021 - 1045 Otton de Vermandois[3] († 1045) Frère d'Albert II, il lui succède une première fois de 1010 à 1015 puis après sa mort vers 1021. Il épouse une certaine Pavia dont on ignore l'origine.
1045 – vers 1080 Herbert IV († vers 1080) Fils d'Otton, il épouse Alix de Valois, sœur du comte Simon de Valois. Ce dernier, désirant se faire moine, lui transmet le comté de Valois en 1077. Il déshérite son fils Eudes, dit l'Insensé, au profit de sa fille Adélaïde.
vers 1080 – 1102 Adélaïde († 1122). Fille cadette d'Herbert IV, elle épouse Hugues Ier le Grand, fils d'Henri Ier, roi de France. Par son mariage, Hugues devient comte de Vermandois et de Valois.

Comtes capétiens de Vermandois[modifier | modifier le code]

Comtes de Vermandois : échiqueté d'or et d'azur
Dates Comtes[4] Notes
vers 1080 – 1102 Hugues Ier le Grand († 1102). Fils d'Henri Ier, roi de France. Il épouse, Adélaïde comtesse de Vermandois et de Valois.
1102 - 1152 Raoul Ier de Vermandois dit le Vaillant ou le Borgne († 1152) Fils d'Hugues Ier le Grand et d'Adélaïde de Vermandois, il épouse Éléonore de Blois, Pétronille d'Aquitaine et Laurette d'Alsace.
1152 - 1167 Raoul II de Vermandois († 1176) Fils de Raoul Ier de Vermandois et de Pétronille d'Aquitaine, il épouse Marguerite d'Alsace, comtesse de Flandre. N'ayant pas de descendance et atteint de la lèpre, il abdique en faveur de sa sœur Élisabeth.
1167 - 1183 Élisabeth de Vermandois († 1183) Fille de Raoul Ier et de Pétronille d'Aquitaine, elle hérite du comté de Vermandois suite à la maladie de son frère Raoul II. En 1159, elle épouse Philippe d'Alsace, comte de Flandre avec lequel elle n'a pas de descendance.
1167 - 1191 Philippe d'Alsace († 1191) Fils du comte de Flandre Thierry d'Alsace, il devient comte de Vermandois par son mariage avec la comtesse Élisabeth. À la mort de cette dernière et bien qu'elle ne lui ait pas donné de descendance, il réussit à garder le Vermandois et le Valois jusqu'au traité de Boves de juillet 1185.
1192 – 1213 Éléonore de Vermandois († 1213) Fille de Raoul Ier de Vermandois et de Laurette d'Alsace, suite à accord en 1192[5] avec le roi Philippe Auguste elle récupère les comtés de Vermandois et de Valois lesquels sont rattachés au royaume de France après sa mort.

Comtes apanagistes[modifier | modifier le code]

Dates Comtes Notes
1669 - 1683 Louis de Bourbon († 1683) Il est le fils légitimé de Louis XIV et de Louise de La Vallière.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le père Anselme, Histoire généalogique de la maison royale de France, 1726.
  • Fouquier-Cholet, Histoire des comtes héréditaires du Vermandois, Saint-Quentin, 1832.
  • Jean Mabillon, Annales ord. Sancti Benedicti. Ticinense. Lucae, 1739.
  • Louis Moréri, Le Grand dictionnaire historique, Paris, 1743-1749

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les comtes carolingiens de Vermandois sur le site Medieval Lands
  2. Alexis-François Artaud de Montor, Encyclopédie des gens du monde : répertoire universel des Sciences, des Arts et des Lettres, 1835, tome 5, p. 358
  3. David Bailie Warden, Nicolas Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates - Biographie d'Otton, Moreau, imprimeur, 1818, volume 17, p. 191
  4. Les comtes capétiens de Vermandois sur le site Medieval Lands
  5. Éléonore de Vermandois sur le site Medieval Lands