Sillery (Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sillery.
Sillery
Le port de Sillery, avec en arrière-plan l'église.
Le port de Sillery, avec en arrière-plan l'église.
Blason de Sillery
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Verzy
Intercommunalité Reims Métropole
Maire
Mandat
Thomas Dubois
2014-2020
Code postal 51500
Code commune 51536
Démographie
Population
municipale
1 637 hab. (2011)
Densité 178 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 56″ N 4° 07′ 59″ E / 49.1988888889, 4.1330555555649° 11′ 56″ Nord 4° 07′ 59″ Est / 49.1988888889, 4.13305555556  
Altitude Min. 83 m – Max. 142 m
Superficie 9,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Sillery

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Sillery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sillery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sillery

Sillery est une commune française, située au sud-est de Reims, dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. Le vin produit sur la commune pourrait être à l'origine du nom du syllabub, un dessert anglais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pont-canal sur la Vesle.

.

Situé dans le bassin parisien, la commune est le lieu de passage de la Vesle qui croise le canal de l'Aisne à la Marne par un pont-canal. Elle se trouve sur la D8 et entourée par l'A4 et l'ancienne RN44, jouxtant l'aérodrome de Prunay.

Communes limitrophes de Sillery
Prunay
Puisieulx Sillery Verzenay vers Beaumont-sur-Vesle
Mailly-Champagne Verzenay

Histoire[modifier | modifier le code]

Grâce à la terminaison "iacum" de SILLERIACUM, employé au XIIe siècle, le nom de la commune a une origine celte. On retrouve aussi dans les archives les noms de SELLERI, SILLERIUM, SILLIRIUS.

Pendant des siècles, les archevêques de Reims furent les maitres des sillerotins. La première famille célèbre fut la famille Cauchon. En 1424, Jean Cauchon épousa Marie de Thuisy dont leur fille épousa Pierre de Brulart en 1544. Ils eurent 10 enfants dont Nicolas Brulart (1544-1624), conseiller au Parlement sous Henri III et marquis de Sillery . Il signe en 1598 pour Henri IV le traité de Vervins.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sillery Blason De gueules à la bande d'or chargée d'une traînée de poudre ondée de sable, côtoyée de cinq barillets du même, deux en chef et trois en pointe.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1983 en cours Jacques Douadi[1] UDF puis MoDem Ancien conseiller régional et
président de la CC Vesle et Coteaux de la Montagne de Reims
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Sillery (Québec), Canada.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la ville se trouve un port fluvial où s'entraîne une équipe de sports en eau vive. La sucrerie, où se trouvent raffinées beaucoup des betteraves de la plaine.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 637 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
470 376 334 390 462 508 511 546 587
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
508 469 462 467 462 482 532 605 611
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
601 643 620 318 471 502 504 512 626
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
736 861 953 1 532 1 520 1 655 1 575 1 564 1 637
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'entrée de la nécropole nationale.

Sillery accueille l'une des dix-neuf nécropoles nationales.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011