Lalla Romano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lalla Romano

Graziella Romano (connue sous son diminutif Lalla Romano) est une écrivain, journaliste et poetesse italienne née le 11 novembre 1906 à Demonte, province de Coni, dans le Piémont et morte le 26 juin 2001 à Milan). Romano est lauréate du prix Strega en 1969 pour Le parole tra noi leggere.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans son récit autobiographique Una giovinezza inventata (1979), elle évoque avec tendresse et admiration la vie de son grand-oncle, le mathématicien Giuseppe Peano[1]. Graziano fait des études supérieures de lettres à l'université de Turin. Mariée en 1932, enseigne dans le secondaire à partir de 1929, à Coni, à Turin puis à Milan. C’est là que Romano fréquentera Anna Banti, Natalia Ginzburg et Elsa Morante[1].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

(En Italie, toutes les œuvres de Lalla Romano ont été publiées à Turin, sauf mention contraire.)

  • Le metamorfosi, 1951 ;
  • Maria, 1953 ; Prix Veillon 1954
  • Tetto murato, 1957 ;
  • Diario di Grecia, Padoue, 1960 ;
  • L'uomo che parlava solo, 1961 ;
  • La penombra che abbiamo attraversato, 1964 ;
  • Le parole tra noi leggere, 1969 ;
  • L'ospite, 1973 ;
  • Una giovinezza inventata, 1979 ;
  • Inseparabile, 1981 ;
  • Nei mari estremi, 1987 ;
  • Un sogno del Nord, 1989.

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Fiore, 1941 ;
  • L'autunno, Milan, 1955 ;
  • Giovane è il tempo, 1974.

Œuvres rassemblées[modifier | modifier le code]

  • Opere complete, romanzi e racconti, Milan, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article Lalla Graziano de l’Encyclopedia Universalis