Alpes maritimes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 13′ 53″ N 7° 10′ 36″ E / 44.23139, 7.17667

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alpes-Maritimes (province romaine) et Alpes-Maritimes.
Les Alpes dans les Alpes Maritimes

Les Alpes maritimes forment l'extrémité sud des Alpes et se partagent entre deux pays : la France et l'Italie.

Elles ont donné leur nom au département français des Alpes-Maritimes appartenant à la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elles s'étendent également sur le département des Alpes-de-Haute-Provence du côté français et, du côté italien, sur la province de Coni qui fait partie de la région du Piémont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Définition cartographique du secteur alpin des Alpes maritimes au contour en noir incluant les massifs du Pelat, du Mercantour-Argentera et des Préalpes de Nice.
Définition cartographique au contour en vert d'après la SOIUSA.
Définition cartographique au contour en vert d'après Raoul Blanchard.

Les Alpes maritimes sont comprises, sur la frontière franco-italienne, entre les cols frontaliers de Larche à l'ouest et de Tende à l'est distants l'un de l'autre de 61 km. Elles sont limitées par les Alpes ligures à l'est, les Alpes cottiennes (au sens large, avec en particulier le massif du Chambeyron au nord et les Alpes de Provence (avec en particulier le massif des Trois-Évêchés et les préalpes de Castellane) à l'ouest. La SOIUSA nomme ce secteur ainsi limité « Alpes maritimes et préalpes de Nice ». En 1956, Raoul Blanchard avait lui intégré les Préalpes de Nice, avec les préalpes de Grasse, au vaste ensemble des « préalpes du Sud »[1]. En revanche, il avait alors intégré aux Alpes maritimes le massif des Trois Évêchés.

Le secteur alpin des Alpes maritimes comprend trois massifs : à l'ouest celui du Pelat (3 050 m) entre Verdon et haute vallée du Var, à l'est de celle-ci celui du Mercantour-Argentera pris au sens large et les Préalpes de Nice qui le prolongent jusqu'à la mer Méditerranée entre les estuaires du Paillon et de la Roya. Ce massif étendu du Mercantour-Argentera comprend donc d'une part la chaîne Côte de l'Âne-Mounier (2 916 m) – incluant le dôme de Barrot entre la haute vallée du Var et la Tinée à l'ouest – et, d'autre part, le massif franco-italien proprement dit du Mercantour-Argentera (3 297 m) à l'est de la vallée de la Tinée.

La SOIUSA divise le secteur des Alpes maritimes proprement dit en cinq sous-secteurs : celui du « Pelat-Grand Coyer » à l'ouest, celui de la « Côte de l'Âne-Mounier » au centre et, à l'est de la vallée de la Tinée, les trois secteurs formant de fait le massif franco-italien du Mercantour-Argentera[2] : « Corborant-Ténibre-Enciastraia » au nord, « Argentera-Pépoiri-Matto » au centre et « Gélas-Grand Capelet » à l'est. La SOIUSA rattache à ce secteur des « Alpes maritimes » celui des Préalpes de Nice pour former le secteur de niveau supérieur « Alpes maritimes et Préalpes de Nice ».

Certains rattachent également aux Alpes maritimes les préalpes de Grasse et, dans ce cas, les Alpes maritimes sont prolongées au sud jusqu'aux villes de Grasse, Nice et Menton.

Les Alpes maritimes sont drainées principalement par l'Ubaye et la Stura di Demonte au nord et, d'ouest en est par le Verdon, le Var, le Cians, la Tinée, la Vésubie, la Bévéra et la Roya.

Le point culminant de ce secteur alpin est la cime sud de l'Argentera (3 297 m) située en territoire italien, suivie au sud-est par la cime du Gélas (3 143 m) située elle sur la frontière franco-italienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raoul Blanchard, Les Alpes occidentales tome V, chapitre III « Les Alpes maritimes », pages 199 et suivantes ; Les Alpes occidentales, tome VII, figure 9 « Les grands ensembles du relief », page 81, Éditions B. Arthaud, Paris, 1956
  2. (it) [PDF] La “Suddivisione orografica internazionale unificata del Sistema Alpino” (SOIUSA), page 4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :