Henri de Lorraine-Harcourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri de Lorraine et Henri d'Harcourt.
Henri de Lorraine
Série de portraits chez Odieuvre, impression 1744
Série de portraits chez Odieuvre, impression 1744

Surnom Cadet la Perle
Naissance 20 mars 1601
Décès 25 juillet 1666 (à 65 ans)
à l'abbaye de Royaumont
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Distinctions Chevalier de l’ordre du Saint-Esprit
Grand écuyer de France
Sénéchal de Bourgogne
Famille Maison de Lorraine

Henri de Lorraine, comte d'Harcourt, d'Armagnac, de Brionne et vicomte de Marsan, dit « Cadet la Perle », né le 20 mars 1601 et mort le 25 juillet 1666 à l'abbaye de Royaumont, est un gentilhomme et militaire français du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Il est le fils cadet de Charles Ier de Guise-Lorraine, duc d'Elbeuf, et de Marguerite de Chabot, comtesse de Charny.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il fait ses premières armes au siège de Prague en novembre 1620 et ses compagnons s'aperçoivent qu'il a l'étoffe d'un grand capitaine et le surnomment « Cadet la Perle », parce qu'il porte une perle à l'oreille.

En France, il combat les Protestants et prend part aux sièges de La Rochelle et de Saint-Jean-d'Angély. Il est fait chevalier de l’ordre du Saint-Esprit en 1633, puis Grand écuyer de France et sénéchal de Bourgogne.

Durant la guerre de Trente Ans, il a combattu en 1637 à la bataille des îles de Lérins, à la bataille de Leucate et dans le Piémont. Il bat devant Quiers une armée espagnole très supérieure en nombre. Après trois mois de siège de Turin, il s'empare de la ville. Il commande en Sardaigne après le débarquement à Oristano, il est nommé en 1645 vice-roi de Catalogne. Pendant la Fronde, il reste fidèle à la régente, mais il finit par se brouiller avec le cardinal Mazarin, et se retire en Alsace.

Son tombeau par Antoine Coysevox est à l'abbaye de Royaumont. Un tombeau commémoratif, par le sculpteur nancéien Nicolas Renard, qui se trouvait au couvent des Feuillants (Paris), a été transporté en l'église Saint-Roch à Paris.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Tombeau d'Henri de Lorraine, comte d'Harcourt, église Saint-Roch, Paris

En février 1639, il épousa Marguerite-Philippe du Cambout (1622 † 1674), avec qui il a :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri-Louis Duclos, Histoire de Royaumont : Sa fondation par Saint-Louis et son influence sur la France, t. 2nd, Paris, Ch. Douniol,‎ 1867, 800 p. (lire en ligne), p. 213-328
  • Georges Poull, La maison ducale de Lorraine, Nancy, Presses Universitaires de Nancy,‎ 1991, 575 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-86480-517-0)