Col d'Aubisque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Col d'Aubisque
Image illustrative de l'article Col d'Aubisque
Vue du sommet du col, vers le versant ouest
Altitude 1 709 m
Massif Pyrénées
Coordonnées 42° 58′ 37″ N 0° 20′ 22″ O / 42.977, -0.339542° 58′ 37″ Nord 0° 20′ 22″ Ouest / 42.977, -0.3395[1]
Pays Drapeau de la France France
Vallée Vallée d'Ossau
(ouest)
Vallée d'Arrens
(est)
Ascension depuis Laruns Argelès-Gazost
Déclivité moy. 7,2 % 4,1 %
Déclivité max. 10 % 8,5 %
Kilométrage 16,6 km 30,1 km
Accès D 918 (ex N 618) D 918 (ex N 618)
Fermeture hivernale novembre-mai

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Col d'Aubisque

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Col d'Aubisque

Le col d'Aubisque est un col de montagne routier des Pyrénées centrales françaises, culminant à 1 709 mètres, à une quarantaine de kilomètres (à vol d'oiseau) au sud-ouest de Tarbes et sud-est de Pau dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Aquitaine. Il est dominé au sud par le pic de Ger (2 613 mètres). Il est situé sur la commune de Béost.

Il est en général fermé à la circulation début décembre et rouvert début mai.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du col viendrait du gascon aubisque qui signifie « fétuque » (Scleropa rigida) et définirait un lieu où poussent les fétuques[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Épaulé par le col du Soulor à l'est, il permet de relier la vallée d'Ossau (Arudy / Laruns / Gourette) à l'ouest et celle du gave de Pau à l'est (Argelès-Gazost) par la route en corniche qui traverse le cirque du Litor, dans la partie supérieure de la vallée de l'Ouzom, la D 918. Par son versant septentrional, il permet de rejoindre, à pied, par une crête large, le Soum de Grum (1 870 m) et la crête d'Andreyt. Par son versant méridional, il est relié aux cols de Casteix et d'Arbaze sous la Géougue deTortes (1 945 m)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La route du col d'Aubisque est une route thermale, construite grâce à l'impératrice Eugénie, femme de Napoléon III, qui souhaite pouvoir relier les Eaux-Bonnes à la vallée d'Argelès et à ses différentes villes thermales qu'elle aide à promouvoir par ses nombreux voyages. Cette route n'est qu'un chemin jusque dans les années 1930, lorsque de nombreux routes et chemins sont intégrés dans le réseau national ; ainsi la route nationale 618 intègre la route thermale allant d’Argelès-sur-Mer à Saint-Jean-de-Luz en passant par le col d'Aubisque[4].

Tourisme[modifier | modifier le code]

On trouve deux restaurants près du col d'Aubisque : les Crêtes blanches entre Gourette et le col, établissement placé dans un virage, et le bar-brasserie 1709, au col[5]. Ils sont ouverts tout l'été ; les Crêtes blanches est ouvert toute l'année.

Le col est un lieu de tourisme estival important, surtout pour les cyclistes amateurs. On y trouve une stèle à la mémoire de Lucien Buysse et des sculptures géantes de vélos aux couleurs du Tour de France (un jaune, un blanc à pois rouges, un vert).

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

De nos jours, c'est un point de départ d'excursions et un centre de sports d'hiver. Il est proche de la station de Gourette.

Course pédestre[modifier | modifier le code]

La montée de l'Aubisque est une course de montagne annuelle se déroulant à la fin du mois d'août avec 18,7 km et 1 204 m de dénivelé depuis Laruns. Elle figurait en 2009 au programme de la coupe de France de courses de montagne. Contrairement aux autres courses de cette catégorie, elle est entièrement bitumée.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Le col d'Aubisque le jour de la montée pédestre.
Les deux derniers kilomètres de la route du col d'Aubisque grimpé depuis le versant ouest et l'hôtel des Crêtes Blanches en bas à gauche.

Le col d'Aubisque fait partie intégrante de la « légende du Tour ». Alors que les organisateurs des premiers tours n'osaient pas aborder la haute montagne, le pas est franchi en 1910 avec la première grande étape pyrénéenne.

Depuis, le Tour de France l'a franchi à 72 reprises, soit plus d'une année sur deux[6],[7]. Le col d'Aubisque a d'ailleurs été systématiquement emprunté par le Tour entre 1910 et 1958. Le col est systématiquement classé Hors catégorie depuis 2002 quel que soit le versant, bien qu'il ait bénéficié de cette classification dès 1980 (mais pas à chaque fois : les versants par le col du Soulor étant plus faciles, l'Aubisque était classé en 1re ou 2e catégorie).

Le col fut le point d'arrivée de la 16e étape du Tour de France 2007 qui a eu lieu le 25 juillet. Le parcours de 218 kilomètres reliait Orthez à Gourette - Col d'Aubisque. Mickael Rasmussen (Rabobank) s'est imposé au sommet du col devant Levi Leipheimer et Alberto Contador (tous deux chez Discovery Channel) avant d'être exclu par sa propre équipe, le soir même de sa victoire. Le col d'Aubisque avait servi une première fois d'arrivée au sommet en 1985.

Courses amateurs[modifier | modifier le code]

De nombreuses courses cyclosportives passent par le col d'Aubisque. Depuis 1993, l'Étape du Tour permet aux amateurs de courir sur le parcours officiel d'une étape du Tour de France : elle est passée par le col d'Aubisque en 2012 sur l'étape Pau - Bagnères de Luchon[8].

Profil de l'ascension[modifier | modifier le code]

L’ascension du col d’Aubisque par le versant ouest débute à Laruns après avoir franchi la rivière du Gave d’Ossau[9]. Dans les quatre premiers kilomètres jusqu’à Eaux-Bonnes (720 m), la pente est proche de 5 % de moyenne. Mais à la sortie des Eaux-Bonnes, on trouve un court passage assez raide entre deux maisons. Et si le kilomètre qui suit est à 4 % de moyenne, il faut passer plus loin, 2 km environ après la station thermale un court passage à 13 %[10] après un pont qui annonce une suite nettement plus difficile. En effet, entre les pare-valanches et Gourette, on trouve des portions à 10 %. Arrivé à Gourette (1 350 m), il reste 4,5 km kilomètres à parcourir sur une route avec des pourcentages proches de 8,5 %. La partie qui sépare Gourette de l’hôtel des Crêtes Blanches est une route en balcon permettant de découvrir la station et le pic de Ger.

Il est également possible de le grimper par le cirque du Litor sur le versant Est après avoir monté préalablement le col du Soulor. Après avoir effectué une courte descente de près de 2,5 km depuis ce col, s'engage une route où il reste 7,5 km environ. Si le début est facile, proche de 3,5 % de pente, les 3,5 ultimes kilomètres sont plus difficiles, avec un pourcentage qui avoisine les 7 %[11].

La légende de Clara la Dame au Châle[modifier | modifier le code]

Pic de Ger et la dame au châle.

Il se dit dans la zone pastorale, et de passage par le col d'Aubisque, qu'une très veille dame, dénommée Clara, fut surprise à plus de deux mille mètres d'altitude par le froid et la neige. Simplement couverte d'un châle épais et marchant d'un bâton, elle fut surprise par un ours également désemparé. De peur elle lui jeta si fort son bâton qu'elle transperça le pic de Ger à près de 2 500 mètres d'altitude. L'ours apeuré pris la poudre d'escampette. Ce moment d'histoire locale, sans doute empreint de réalité non sourcée, est toujours gravé dans la pierre. En effet, sous le sommet du pic de Ger, le trou subsiste toujours et en son contrebas le visage de la dame avec son châle et les lèvres toutes gercées par le froid.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Google Maps
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes, dialectales, Volume 2, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises », 1996 (ISBN 978-2600001335), page 1222
  3. Carte rando éditions no 3 - Béarn parc national des Pyrénées - 1:50 000, IGN
  4. La route thermale des Pyrénées : le thermalisme à travers les cols
  5. Restaurants au col d'Aubisque - Vallée d'Ossau
  6. Voir « un panorama de l'histoire cycliste de ce col », sur http://www.memoire-du-cyclisme.net/ Mémoire du cyclisme
  7. Voir « le col d'Aubisque dans le Tour de France », sur http://ledicodutour.perso.sfr.fr/index.htm Le dico du Tour
  8. Etape du tour amateur : 8000 coureurs à l'assaut de l'Aubisque, La République des Pyrénées, 14 juillet 2012
  9. Philippe Bouvet, Philippe Brunel, « L’Aubisque, le frère siamois », L'Équipe, cols mythiques du Tour de France, mars 2005, p. 122
  10. Le Plan de la montée de l'Aubisque
  11. « Le col d’Aubisque. La chevauchée de Merckx », Le Cycle hors-série « spécial cols », avril 2013, p. 53

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO,‎ 2012, 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 74-77

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]