Neil Stephens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Neil Stephens
Image illustrative de l'article Neil Stephens
Neil Stephens pendant le Tour d'Italie 2005
Informations
Nom Neil Stephens
Date de naissance 1er octobre 1963 (51 ans)
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Équipe professionnelle
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991–1996
1997–1998
Peugeot-Michelin
Santini-Sierre
Ever Ready-Ammaco
Zero Boys
Caja Rural-Paternina
Artiach-Royal
ONCE
Festina-Lotus
Équipe dirigée
2000-2001
2005-2006
2007
2008-2010
01.2012-04.2012
05.2012-
Linda McCartney
Liberty S./Astana-Würth
Southaustralia.com-AIS
Caisse d'Épargne
GreenEDGE
Orica-GreenEDGE
Neil Stephens lors du Tour de France 1993

Neil Stephens (né le 1er octobre 1963 à Canberra) est un coureur cycliste et directeur sportif australien. Professionnel de 1985 à 1998, Neil Stephens a été double champion d'Australie sur route. Il a principalement été employé comme coéquipier, notamment dans l'équipe espagnole ONCE. Il y a participé à la victoire de Laurent Jalabert au Tour d'Espagne 1995.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1987, membre d'une petite équipe professionnelle britannique, il prépare, en Tasmanie, une tentative contre les records d'Australie des 20 km et de l'heure. La réussite est plus grande encore puisqu'il bat les records du monde professionnels des 20 km et de l'heure. Il met 25' 17" 891 pour couvrir les 20 km[1]. Et il parcourt 47,227 km dans l'heure, sur la piste couverte du vélodrome de Launceston[2].

En 1991, il est recruté par l'équipe espagnole ONCE. Il est champion d'Australie cette année-là. En 1992, il participe et termine les trois grands tours, comme l'Italien Guido Bontempi. Seuls 20 coureurs ont réussi cet exploit avant eux, et Stephens est le premier non-Européens à y parvenir[3].

En 1997, il rejoint l'équipe Festina-Lotus et remporte une étape du Tour de France à Colmar devant ses douze compagnons d'échappée[4]. L'année suivante, dans le cadre de l'affaire Festina, il avoue avoir consommé de l'EPO en précisant croire à l'époque qu'il s'agissait de vitamines[5].

Il met fin à sa carrière de coureur et devient en 2000 directeur sportif adjoint de l'équipe Linda McCartney[6]. En 2006, il est recruté au même poste par Liberty Seguros, où il retrouve Manolo Saiz, manager de la ONCE. Après un passage chez SouthAustralia.com en 2007, il a fait partie de l'encadrement de la Caisse d'Épargne durant trois ans.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Par années[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

7 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

5 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Distinction[modifier | modifier le code]

  • Trophée Sir Hubert Opperman en 1987[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Stephens équipier de luxe », article publié dans le quotidien L'Équipe du lundi 27 juillet 1992.
  2. « Les différentes records du monde de l'heure », sur oldsite.uci.ch (consulté le 17 octobre 2010)
  3. (en) « Giro d’Italia & Tour de France & Vuelta a España in one year », sur cvccbike.com (consulté le 17 juillet 2011)
  4. « L’Australien Stephens pour une fois aux antipodes de son rôle d’équipier », L'Humanité, 24 juillet 1997.
  5. (en) 1998 Updates, VeloArchive.
  6. Parcours professionnel de Neil Stephens sur Memoire-du-cyclisme.net
  7. « Sir Hubert Opperman Trophy and 'Oppy Medal' », sur cycling.org.au (consulté le 23 juillet 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :