Castor du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Castor canadensis)
Aller à : navigation, rechercher

Castor canadensis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castor.

Castor canadensis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Castor du Canada

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Rodentia
Sous-ordre Sciuromorpha
Famille Castoridae
Genre Castor

Nom binominal

Castor canadensis
Kuhl, 1820

Statut de conservation UICN

( LC)
LC : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/75

Répartition géographique

alt=Description de l'image American_beaver_map.png.


Le Castor du Canada (Castor canadensis) est un grand rongeur qui vit près des cours d'eau, des lacs et des étangs de l'Amérique du Nord, jusqu'au nord du Mexique (où il est menacé de disparition). C'est l'une des deux espèces vivantes du genre Castor (l'autre étant C. fiber, le castor eurasien). Ses populations ont fortement régressé sous la pression de piégeage/chasse exercée par les trappeurs et il a disparu d'une grande partie de son aire de répartition, malgré les élevages qui ont été tentés pour la production de fourrure, au début du XXe siècle notamment[1].

Il est considéré comme « espèce ingénieur » ayant joué depuis plusieurs millions d'années un rôle majeur (avec les élans et d'autres herbivores autochtones[2]) dans la formation, la morphologie et l'entretien de nombreuses zones humides (tourbières notamment) d'Amérique du Nord[3],[4],[5],[6],[7], et notamment en zone subarctique[8]. Il joue donc aussi un rôle important en termes de cycle de l'eau, de trame bleue et de puits de carbone (les tourbières comptent en effet parmi les milieux terrestres qui stockent le plus de CO2 atmosphériques). Il a fait l'objet de nombreuses réintroductions à la fois pour retrouver une espèce longtemps disparue et de plus en plus pour son intérêt pour la biodiversité[9].

Origine et histoire du castor américain[modifier | modifier le code]

Le castor américain contemporain semble avoir pour ancêtre le castor eurasien qui aurait colonisé l'Amérique du Nord durant le pliocène(Lavrov, 1983)[10]. D'autres espèces, dont un castor géant coexistaient avec lui mais ont disparu, peut être avec l'arrivée de l'Homme.

On ignore combien de castors peuplaient l'Amérique du Nord avant l'apparition de l'Homme et avant l'arrivé des colons européens qui ont failli l'exterminer, les estimations vont de 60 milions à 400 millions[11]. Selon l'explorateur et cartographe David Thompson, qui a arpenté 90 000 km en canot et à pied[12], et cartographié un sixième l'Amérique du Nord[13] et parlé avec de nombreux anciens parmi les peuples autochtones qui avaient connu les castors avant l'arrivée de l'Homme blanc, toute la moitié nord du continent américain était à originellement « possédé par deux races distinctes d'êtres l'Homme et le castor »[11]. Il occupait presque toute l'Amérique du Nord excepté les hautes montagne, les parties sans cours d'eau des déserts et les zones colonisées par les alligators.

Cherie Westbrook, hydrologue et écologue, professeur agrégé à l'Université du Saskatchewan, estime que 85 % du linéaire de tous les cours d'eau des États-Unis (et un pourcentage comparable, mais non quantifiée au Canada) sont des ruisseaux et petit cours d'eau de l'amont des bassins versants assez étroits et peu profonds pour être endigué par des castors ; il y avait selon lui des castors dans presque tous les cours d'eau d'amont d'Amérique du Nord avant la colonisation européenne[11].

Il y a eu une « ruée vers le castors » comme il y a eu une ruée vers l'or (certains coureurs des bois et autres trappeurs lui avaient donné le sobriquet de billet poilu (« hairy banknotes »[11]). Ses peaux recherchées toujours plus loin à l'intérieur des terres (et jusque dans les quelques cours d'eau des déserts de l'Arizona, à partir de Taos au Nouveau-Mexique[14]) ont été massivement importées par des commerçants néerlandais, français et anglais et vendues sur les marchés américains. Ses populations ont ainsi rapidement décliné des années 1500 à 1850[11].

Vers 1820, George Simpson, alors gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson s'en inquiète ; de 1821 à 1850 il impose des moratoires aux piégeurs et des quotas sur certains territoires, tout en interdisant à ses agents d'acheter les peaux de jeunes castors et d'adultes tués en été (dont la fourrure avait moins de valeur)[11]. Ces mesures ont été localement utiles, mais trop limitées géographiquement pour endiguer le recul de l'animal[11]. Aux États-Unis, des trappeurs indépendants capturaient tous les castors qu'ils pouvaient. Finalement, « À l'encontre de ses propres efforts de conservation, Simpson a répondu en expansion agressive de ses opérations à l'ouest des Rocheuses, éliminant délibérément castors de certaines parties de l'Oregon et de Washington avant que ses rivaux puissent y arriver »[11].

L'hiver 1928-1929, après des mois de recherche dans les 25 000 kilomètres carrés autour de Rupert House, les trappeurs ne peuvent ramener plus de quatre peaux de castor.

Il faut attendre que le public, des associations et certains décideurs admettent la nécessité de protéger l'espèce, notamment grâce à immigrant anglais Archibald Belaney anciennement trappeur dans le nord de l'Ontario et du Québec et tombé amoureux de la culture des Premières nations et du castor publie sous le pseudonyme Grey Owl des appels à respecter et protéger l'espèce. En 1928, la Direction des parcs du Dominion fait un film noir et blanc et muet de 13 minutes, intitulé Beaver People, qui montre Grey Owl et ses deux castors apprivoisés Rawhide et Jelly Roll. C'est la première fois qu'un cinéaste professionnel fait un film sur le castors, tourné dans le milieu naturel. En 1929, Grey Owl est salarié par le Parc et accueille les touristes qui veulent découvrir le castor autrefois omniprésent et devenu rare[11].

En 1935, un premier recensement se voulant aussi exhaustif que possible est fait dans le Parc national de Prince Albert ; on y trouve environ 500 castors. Alors que la population de castors se reconstitue, dès les années 1940, les responsables du parc piègent des castors qu'ils jugent en "surplus" et les délocalisent vers d'autres parcs ou propriétés publiques. En 1952, la population avoisine 15 000 individus, nombre que la direction du Parc juge trop élevé (elle ré-autorise les pièges mortels, avant de passer à une gestion plus bienveillante quelques années plus tard)[11].

Depuis de très nombreuses réintroductions ont eu lieu, et l'espèce continue à recoloniser ses anciens territoires, ce qui ne se fait pas toujours sans problèmes, quand ils sont maintenant occupés par l'homme. Cette population pourrait encore être vulnérable (face à une épidémie par exemple) en raison d'une situation que les généticiens nomment goulot d'étranglement génétique. Son socle génétique est cependant plus diversifié que pour le Castor eurasiatique.

Génétique du Castor canadien[modifier | modifier le code]

L'espèce C. fiber a été durant quelque temps confondue avec le C. canadensis[10], mais des caryotypes différents ont été révélés par les analyses génétiques[15]. L'hypothèse explicative est qu'à la suite d'une fusion robertsonienne de 8 paires de chromosomes chez le castor nord-américain, le nombre de ses chromosomes serait passé de 48 (chez C. fiber) à 40 (chez l'espèce moderne de C. canadensis. Cette fusion de chromosomes explique probablement l'absence d'hybrides entre les deux espèces là où elles cohabitent, selon Lahti et Helminen (1974) par exemple[16].

Il y aurait aujourd'hui en Amérique du Nord 24 sous-espèces du castor improprement nommé canadensis puisque une population relictuelle vit encore au Mexique[17]. Cependant ces sous-espèces et leurs sous-populations ont pu être perturbées, mélangées par les nombreuses translocations et opérations de réintroductions faites depuis le début du XXe siècle.

Chez les deux espèces, au nord de leur aire de répartition, des types physiques ou une couleur de poil plus foncée pourraient correspondre à une adaptation à l'environnement paléarctique[18].

Description[modifier | modifier le code]

Son corps massif se termine par une queue aplatie et recouverte d’écailles coriaces et de quelques poils rugueux. La queue d’un castor de grande taille mesure jusqu’à 30 cm de longueur et peut atteindre 18 cm de largeur et 4 cm d’épaisseur. Le castor canadien mesure de 1 à 1,2 m ; c'est le deuxième des plus grands rongeurs d'Amérique après le capybara (que l'on trouve en Amérique du Sud).

Ses incisives, longues, solides et tranchantes grandissent continuellement et sont durcies par une couche d’émail orange foncé qui recouvre leur face extérieure. Ainsi, à mesure que l’animal frotte ses incisives supérieures contre ses incisives inférieures, l'extrémité externe de ces dents conserve le tranchant d'un ciseau neuf.

La fourrure du castor du Canada est composée d'une bourre très fine et de poils plus long et plus durs. Sa couleur est généralement brun foncé, quoique pouvant varier. Le pelage est brillant et imperméable notamment grâce à une sécrétion huileuse produites par le castoréum et deux glandes annales.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Le castor dispose d'un système glandulaire particulier. Outre un amas de petites glandes de type prostatique présents à la base de la vessie chez le mâle, les mâles et femelles disposent d'une grosse glande double (dite castoréum, ou parfois castor, musk gland ou glande prépuciale) débouchant indépendamment l'une de l'autre via dans le cloaque de l'animal et de deux glandes annales débouchant sous la queue de part et d'autre de l'ouverture urogénitale du cloaque[19]. L'appellation de "glande prépuciale est impropre car cette glande existe aussi chez la femelle[19]. La paroi externe du castoréum est formée d'un tissus conjonctif riche en fibres musculaires qui lui donne l'apparence d'un scrotum (ce qui a probablement entretenu la confusion entre cette glande et les testicules, alors que ces derniers sont situés plus haut, derrière la membrane dite « vagina » chez le castor mâle et que ce pseudo-scrotum est aussi présent chez la femelle)[19].

Le même système de glandes existe chez C. fiber[20] mais la couleur des sécrétions (comparée aux couleurs d'une gamme pantone) et leur viscosité sont différentes (assez pour que lors d'une expérience faite en Norvège en 1999, vingt volontaires inexpérimentés aient pu différentier les deux espèces, sans erreur dans 100 % des cas (pour 46 échantillons provenant de 23 mâles et 23 femelles de C. fiber légalement tués ; et 34 mâles et femelles de C. canadensis[20] provenant de plusieurs régions nord-américaines.

Comportement[modifier | modifier le code]

Article principal : Castor (genre).
Castors du Canada en captivité

Le castor du Canada est un rongeur terrestre, semi-aquatique, qui vit à proximité des lacs, mares et cours d'eau douce. Il n'hiberne pas, mais accumule des réserves près de son terrier (ou de sa hutte) et dort plus longtemps en hiver.

C'est un animal territorial (en grande partie nocturne s'il se sent menacé) et à l'odorat développé : il distingue olfactivement un grand nombre de composés odorants[21] qui le renseignent sur le sexe et le rang social (individus dominants ou non-dominants) d'autres castors susceptibles d'entrer sur son territoire, ainsi que sur leur prédisposition sexuelle et probablement des information sur leur état de santé[22]. Des analyses par chromatographie en phase gazeuse ont confirmé que les profils individuels de sécrétion de glandes anales ne changent presque pas dans le temps ou selon la position du castor[22], et que les variations de ce profil sont plus faibles chez un individu qu'entre plusieurs individus[22], ce qui semble faire de cette odeur l'équivalent d'une carte d'identité[22]. Il discrimine aussi les odeurs de ses prédateurs[23]. Il distingue aussi les relations de parenté via les phéromones et odeurs des autres castors[22]. Il dépose ses sécrétions odorantes sur de petits monticules de terre qu'il fabrique ou, plus rarement, sur des éléments du paysage (touffe d'herbacées, roche, sol). La disposition de ces marques ne semblent pas correspondre à une barrière odorante, ni défendre spécifiquement certaines parties de son territoire. Il en produit moins en été et en automne. Il semble que le castor se sente rassuré quand il sent l'odeur de son "clan" familial, et inquiet quand il sent l'odeur d'un castor étranger. Il dépose plus de marques odorantes quand il y a plus d'autres familles de castors dans son environnement proche[24].

Potentiel d'invasivité (hors de son environnement naturel)[modifier | modifier le code]

Sur un territoire dépourvu de « concurrents » et vierge de grands prédateurs, malgré une faible diversité génétique[25], il montre de bonnes capacités de reproduction: environ 100000 individus appartenant à une dizaine de lignées, toutes issues d'une population originale introduite de 25 femelles et 25 mâles) et de colonisation (ex : 736 km de cours d'eau colonisé en 46 ans à partir d'un noyau initial[26]). En Terre de Feu (Argentina) où il a été introduit en 1946 comme source potentielle de fourrure et où il n'a aucun prédateur, il se montre même invasif (densités de 0,2 ± 5,8 colonies/km de rivière en 40 ans[26]). Il semble plus actif de ce point de vue que son cousin européen, dont la moindre performance pourrait être expliquée par le fait qu'il sort à peine d'un goulot d'étranglement génétique[27].

En Europe, là où le castor eurasiatique est confronté à la concurrence de castors canadiens introduits dans la nature ou échappés de parcs, zoos ou élevages de producteurs de fourrure, il est souvent dominé et disparait ou régresse. « La récente découverte de castors nord-américains (Castor canadensis) dans trois pays voisins de la France a soulevé une question importante. Cette espèce peut supplanter C. fiber dans les endroits où les espèces entrent en contact ». Un programme de piégeage et de suivi génétique est en cours dans certains pays pour « éradiquer cette espèce non indigène »[28],[29].

Locomotion[modifier | modifier le code]

Trapu et rondelet, le castor se déplace lentement sur le sol. Ce n'est pas le cas dans l’eau où il est un nageur habile et très gracieux, en plongée comme en surface. Il atteint une vitesse de près de 7 km/h s'il fuit ou est alerté. Il passe facilement 4 à 6 minutes consécutives en apnée et jusqu'à une quinzaine de minutes[30]. Outre l'imperméabilisation du pelage, le castor présente d'autres adaptations au milieu aquatique : ses yeux sont protégés par une membrane qui lui offre la possibilité de voir sous l'eau, une fine couche de graisse sous sa fourrure le protège contre le froid. Sa queue sert de réserve de graisse et d'échangeur thermique en été. Elle lui permet de signaler un danger : il tape sur l'eau pour prévenir les autres membres de la communauté.

Construction de barrages et de retenues d'eau[modifier | modifier le code]

Le Saumon rouge qui a coévolué avec le castor est capable de passer outre ses barrages pour remonter les cours d'eau. Les réserves d'eau de ces barrages serviront ensuite - un certain temps - de nourricerie aux futurs saumons juvéniles, avant qu'ils ne dévalent vers les lacs, les fleuves et la mer.
La retenue, tant qu'elle est entretenue par le castor, est souvent plus riche en truites et saumons, où il y sont plus gros qu'en leur absence[31].

Le castor américain est connu pour construire des barrages naturels sur les cours d'eau au moyen de branches et de troncs de peupliers, de saules, d'érables et de trembles qu'il coupe avec ses incisives, mais aussi de buissons divers[32].
Selon Aeschbacher and Pilleri (1983) qui ont observé des castors canadiens construire en captivité, il travaille habituellement solitairement, sauf en cas d'incident ou accident majeur risquant de mettre en péril le barrage ou le toit de la hutte par exemple ; dans ce cas les castors d'une famille travaillent de concert, mais seulement jusqu'à ce que la réparation soit achevée[33].
Il peut fermer ses lèvres derrière les incisives et ainsi ronger des ramilles sous l’eau. Le castor canadien est capable d’abattre de gros arbres et fait des barrages plus importants et plus hauts que le castor européen (qui est pourtant parfois légèrement plus gros que lui). Le record actuel serait de 850 m, au canada [34]. A partir de l'étang qui s'accumule en amont de son barrage, il peut creuser des tranchées large environ de 1,5 m et profondes jusqu'à 1 mètre [35].

La queue du castor est épaisse, flexible et musclée ; elle l'aide à accomplir diverses tâches, dans l’eau et la terre ferme : elle sert de gouvernail à quatre sens et d'appui sur la terre ferme lorsqu’il s’assoit ou se dresse sur ses pattes postérieures. Elle lui sert aussi à garder l’équilibre et à le supporter lorsqu’il marche sur ses pattes postérieures en transportant dans celles de devant des matériaux de construction, comme de la boue, des pierres ou des branches. Elle sert également à signaler la présence d'un intrus et donner l'alarme en faisant un grand 'splash' dans l'eau, qui peut être entendu à des centaines de mètres[36].

De nombreux castors vivent dans des tanières creusées dans les berges ; d'autres fabriquent des tanières en forme de cône, constituées de petites branches et de boue au milieu de l'eau[32]. Dans les deux cas, la partie habitable est émergée et les sorties immergées. Le barrage sert à éviter que l'habitation du castor soit inondée en cas de crue, ou les sorties exposées à l'air libre et donc aux prédateurs en cas de décrue. Pendant tout l'hiver, il sert également à assurer l'accès sous la glace à la réserve de nourriture. Cette réserve consiste en un amas de branches de peuplier faux-tremble ou autre espèce à l'écorce tendre, plantées dans la boue au fond de l'eau, tout près de la sortie sous-marine de l'abri. L'extrémité de ces branches portant encore des feuilles dépasse à la surface de l'eau et indique, en fin d'été, si la cabane de castor est habitée ou non.[réf. nécessaire]

Toutes les essences européennes et nord-américaines d'arbres ont coévoluées avec le castor. Presque tous les arbres coupés recèpent et produiront des taillis et des racines qui continueront à stabiliser les berges, tout en laissant plus de lumière éclairer la zone du barrage. Alors que les arbres coupés par les castors introduits en Amérique du Sud pour leur fourrure ne recèpent pas. Dans ce dernier cas, loin de son habitat naturel, le castor devient un déprédateur, et a des effets négatifs pour la biodiversité. Il pourrait même devenir invasif. C'est néanmoins une espèce qui sur les petits cours d'eau est très facile à piéger.

Article détaillé : Barrage de castors.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit surtout de l'écorce, et moindrement du bois et des feuilles des arbres qu'il coupe, en choisissant spécifiquement certaines essences[37], qu'il utilise aussi pour la construction de ses barrages là où doit en faire pour conserver un niveau d'eau qui lui convienne[38].

En été, il se nourrit aussi d'herbacées et de plantes aquatiques. En hiver il se nourrit en grande partie des réserves qu'il a accumulées les mois précédents (voir ci-dessous).

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les castors sont des mammifères à reproduction sexuée.
Le mâle et la femelle sont physiquement très semblables, mais présentent un comportement légèrement différent : Chez les adultes, la femelle passe plus de temps à se nourrir en fin de printemps et en été, puis consacre plus de temps à se constituer des réserves alimentaires de la fin de l'été à la fin de l'automne, de même pour le temps passé à consolider la hutte et à construire des cachettes et y stocker des aliments pour la saison froide.
Inversement, les mâles mangent moins et se déplacent plus, dont dans la hutte et pour la consolider (de la fin de printemps au début de l'été). Ensuite, ils circulent moins et mangent plus, tout en consolidant la hutte.
Il semble exister un partage des tâches et celles-ci sont exécutés avec des temporalités différentes. La femelle (adulte) consacre plus de temps à s'occuper directement des petits, alors que les mâles passent du temps à les protéger et à approvisionner la famille en nourriture, à défendre le territoire de la famille et à construire et entretenir les infrastructures[39].

La maturation du jeune castor passe par trois phases distinctes[40] :

  1. les 4-5 premières semaines, les nouveau-nés restent dans la hutte ou le terrier. Leur maturation physique est rapide (développement de la locomotion, sevrage, apprentissage des soins à la fourrure et de certains comportements sociaux...)[40] ;
  2. au printemps suivant, les jeunes sortent de la hutte. Ils développent en jouant leur capacité d'apnée et explorent la partie aquatique de leur environnement proche, tout en perfectionnant leur habileté à nager, saisir des objets, etc. Aucun nouveaux comportements n'apparait durant cette phase[40] ;
  3. de nouveaux comportements apparaissent (dont de construction et de cueillette), préparant la dispersion des jeunes vers l'âge de 2 ans[40].

Ces trois phases sont également observéees en captivité. Elles sont proches de celles observées chez d'autres rongeurs hystricomorphes à faible taux de développement[40].

Intérêt hydraulique et écologique des barrages[modifier | modifier le code]

Les barrages de castors modifient fortement l'environnement physique, biochimique et écologique du réservoir d'eau qu'ils créent[41],[42].

Alors que le Castor régressait rapidement en Amérique du Nord, Chateaubriand s'en inquiétait et évoquait leur utilité hydraulique dans "voyages en Amérique" en 1829 que leurs « Ces républiques (groupes de castors) comptoient autrefois cent et cent cinquante citoyens ; quelques unes étoaient encore plus populeuses. On voyoit auprès de Québec un étang formé par des castors, qui suffisoit à l'usage d'un moulin à scie. Les réservoirs de ces amphibies étoient souvent utiles, en fournissant de l'eau aux pirogues qui remontoient les rivières pendant l'été. Des castors faisoient ainsi pour des sauvages, dans la nouvelle France, ce qu'un esprit ingénieux, un grand roi et un grand ministre ont fait dans l'ancienne pour des hommes policés »[43].

Selon les études aujourd'hui disponibles, les castors et leurs barrages sont aussi globalement très favorables à la biodiversité grâce aux vastes zones humides qu’ils créent et entretiennent en amont de leurs barrages, par exemple

  • le coléoptère Brychius hungerfordi, devenu rare en Amérique du Nord, est presque toujours associé à la zone aval des barrages de castors, et la disparition des barrages situés en amont des populations de ces coléoptères est considérée comme une menace importante pour eux[44].
  • les étangs créés par les castors permettent une succession de macrophytes et des ceintures nouvelles de macrophytes et de tourbières qui n'existeraient pas sans eux. Des chercheurs ont étudié les succession de macrophytes dans 36 étangs à castor du Minnesota, âgés de 4 à 40 ans, en zone de tourbière afin qu'ils soient bien isolés des autres masses d'eau, et « moins susceptibles au délavage ». Ils ont constaté que « la richesse et la diversité en espèces augmente de façon linéaire dans les étangs au cours des quatre premières décades. L'âge de l'étang et le produit de la dimension de l'étang par le nombre d'étangs voisins dans un rayon de 250m explique 64 %[45] de la variation dans la richesse ». Concernant la composition floristique elle s'explique le mieux par les modes de dispersion des graines (apportées par le vent, les oiseaux ou d'autres animaux qui viennent profiter de ce nouveau point d'eau ou de la flore, faune ou fonge ou des microorganisme qu'il abrite. Dans la zone étudiée, les étangs âgé de 11 à 40 ans présentaient la plus forte diversité en macrophytes, tant pour les espèces à feuilles flottantes que submergées. Ensuite, quand l'étang est plus ancien les nymphéas (plante consommée par les castors) se montrent plus densément présent, avec plusieurs espèces de Potamogeton. Cette étude a permis de mettre au point un « modèle de prédiction pour la succession des macrophytes dans les étangs à castors » qui pourra faciliter l'étude des processus écologiques liés aux macrophytes favorisés par les castors qui se montrent donc espèce facilitatrice autant qu'espèce-ingénieur[46].
  • Dans les cours d’eau où les castors font des barrages (ils n’en font pas au travers des grandes rivières ou des grands fleuves), les accumulations de sédiments et feuilles mortes situés dans les quelques dizaines de mètres en amont du barrage défavorisent ou font dans cette zone disparaître certaines populations de moules d’eau douce Margaritifera hembeli (« Louisiane pearlshell » pour les anglophones) (US Fish and Wildlife Service, 1993), mais les nouvelles zones en eau sont d'une productivité biologique importante et la zone de fuite du barrage continue a abriter (mais en moins grand nombre) les espèces plus caractéristiques des courants rapides.
  • Il a été suggéré que les grands barrages du castor canadien sont aussi des obstacles partiels à la migration d’espèces de poissons qui sont hôtes de ces moules[47], mais on a des preuves archéopaléontologiues que ces espèces ont coexisté depuis des millions d'années (y compris depuis 10 000 ans durant l'holocène où les mulettes, les salmonidés et les castors ont coexisté en Amérique du Nord.

Adaptation au froid[modifier | modifier le code]

En zone boréale où le castor doit subir des hiver bien plus rigoureux qu'en Californie par exemple[48], le castor bénéficie de plusieurs adaptations lui permettant de supporter un important gradient thermique[49] répondre à un besoin énergétique plus grand[50] et de mieux résister aux grands froids de l'hiver[51] (allongement de son rythme circadien en hiver[52], fourrure épaisse, thermorégulation[53],[54], avec capacité à créer un microclimat plus favorable dans sa hutte[55], un métabolisme adaptatif[56], et l'accumulation de graisse durant l'été[57] des réserves de graisse et des provision qui lui permettent de survivre durant la saison hivernale, notamment en zone froide[58]. Ses besoins énergétiques hivernaux et sa consommation réelle de nourriture ont été longtemps méconnus. Ils ont pu être expérimentalement évalués au début des années 1990 au Canada dans un microhabitat artificiel simulant des conditions hivernales : dans ce contexte, un castor moyen passait 140,5 minutes (cumulées) dans l'eau (soit 10 % environ de chaque période de 24 h) ; il consommait chaque jour un peu plus d'un demi kilo (0,52 kg/jour) de matériel ligneux, lui apportant environ 6547 kJ/jour. Le besoin énergétique métabolique hivernal a été évalué à 2,87 W/kg, soit seulement 1,7 fois le taux de base connu pour l'espèce C. canadensis. Le métabolisme d'un castor consomme 3800 kJ/jour, sans lien avec la durée cumulée d'immersion quotidienne ni avec le nombre de sorties sous l'eau. Selon ce que l'on sait de l'apport énergétique et de la digestibilité[59] des aliments provisionnés par cet animal pour l'hiver, ces réserves ne semblent pas pouvoir suffire à tous ses besoins hivernaux en énergie[60]. L'accumulation d'eau permise par ses barrages[61] joue aussi un certain rôle de tampon et d'inertie thermiques[62].

Habitat[modifier | modifier le code]

Ces rongeurs vivent dans des cours d'eau à eaux lentes ou moyennement rapides, ou dans des plans d'eau naturels ou créés par leurs barrages. Ils semblent préférer les cours d'eau à courant faible et assez profonds pour qu'ils puissent y installer en sécurité leur terrier ou une hutte. Mais en présence d'un petit cours d'eau à débit suffisant, le castor américain peut construire d'importants barrages et créer ou recréer ses propres zones humides. Ces habitats n'existeraient pas sans lui, et ils profitent à de nombreuses autre espèces. Pour ces raisons, le castor américain classé parmi les « espèces ingénieur » , « clé » et « facilitatrices ». Il est réputé plus actif dans cette activités de création de nouveaux milieux que son cousin européen.

Répartition et densité de populations[modifier | modifier le code]

Un castor canadien dans un décor artificiel (Zoo de Washington)
Ce sont des castors qui par leur barrage ont ici entretenu l'habitat de l'Orignal ; seul grand herbivore capable de brouter, tête sous l'eau (Parc national de Grand Teton). Les clairières humides et ensoleillées créées par les castors sont également propices à une haute strate herbacée appréciée des grands herbivores. Castor et élan limitent ici conjointement l'eutrophisation et les risques de sécheresse, d'incendie de forêt et d'inondation en aval.
Le Castor est une « espèce facilitatrice »

Son aire naturelle de répartition couvre presque toute l'Amérique du Nord, s'étendant de la zone péri-arctique (Canada et Alaska) au Mexique en passant par les États-Unis. Il a beaucoup régressé après l'arrivée des colons européens et avait au début du XXe siècle disparu d'une grande partie de son aire potentielle de répartition. Quelques noyaux de populations se sont établis en Europe dont certains se sont éteints et d'autres sont en croissance (voir ci dessous)

L'animal peut être discret. C'est en hiver qu'on en repère le mieux les traces au sol, et en avion là où il construit des barrages[63]. Au Québec, l’inventaire aérien fait sur 45 000 km2 de 1989 à 1994 au sud du 50° parallèle (hors territoires des réserves à castor et ne faisant pas l’objet d’exploitation par le piégeage) a conclu à une densité moyenne de 2,3 colonies par 10 km2 (variant de 1 à 7 colonies par 10km2 selon les sites survolés). Ce bilan a valeur d’état initial pour évaluer l’impact des politiques publiques sur le piégeage et les variations temporelles de populations de castors[64]

Introductions hors de son aire naturelle de répartition[modifier | modifier le code]

Le castor canadien ne devrait pas être présent en Europe ni en France, mais plusieurs populations sont en Europe du Nord ou de l'est issues d'animaux introduits ou échappés d'élevages.

Quelques individus ont été introduits en Finlande[65] et ont formé des populations qui se sont localement bien développés (en repoussant le Castor européen C. fiber.

En France, une petite population d'une vingtaine d'individus (tous issus d'au moins trois individus échappés d'un parc de vision) s'était installée entre 1975 et 1977 près de Saint-Fargeau dans l'Yonne[66], sur le réservoir du Bourdon. Étant donné la proximité de ce réservoir avec la Loire concernée par une population avérée de Castors européens et par des projets de réintroduction, afin de limiter les risques d'interactions négatives avec l'espèce autochtone (certains craignaient une pollution génétique mais ces deux espèces, bien que physiquement très proches semblent pas être interfécondes), les 24 membres de cette colonie ont été capturés en 2 ans (1984-1985) et aucun autre C. canadensis n'a récemment été observé en France [67].

Réintroduction ou confortement de population dans son aire de répartition[modifier | modifier le code]

Après avoir fortement régressé au Canada et aux États-Unis, il a fait l'objet de nombreuses translocation et réintroductions, pour que l'on puisse continuer à exploiter sa fourrure et son castoréum ou pour des raisons plus écologiques, voire pour lutter contre les inondations :

À la fin des années 1940, on a même testé à assez grande échelle (de la fin des années 1940 au début des années 1950 et avec succès) des ‘parachutages de castors’ pour lutter contre les inondations dans l'Idaho, afin qu'il restaure ses petits barrages dans les petits cours d’eau forestiers. L’administration de l'Etat a permis à Elmo W. Heter basé à McCall (Idaho) (de la direction Pêche et chasse de l’état de l’Idaho, soit "Fish and Game Dept.") d’expérimenter cette méthode originale de réintroduction ou de translocation dans des zones très boisées et éloignées des routes[68].

Auparavant, les castors étaient capturés dans cet objectif. Ils l'étaient dans des zones habitées ou cultivées où ils posaient problèmes, puis acheminés par cheval ou mule vers camion, qui les amenait le plus près possible de la zone de relâcher, jusqu’où un nouveau voyage à dos de cheval ou mule devait être fait en pleine forêt. Ce processus de transport était long, fastidieux et très stressant pour l’animal, notamment sur les pistes poussiéreuses et quand il faisait chaud (en été le castor a alors besoin d’être constamment rafraichi). Une part importante des castors mourraient en chemin[68].
L’idée est venue de les transporter plus rapidement « sur zone » par avion et des les parachuter précisément là où ils seraient les plus utile pour juguler les crues qui faisaient déborder les cours d’eau plus en aval des sous-bassin versant concernés, mais aussi mais aussi avec un objectif de conservation des sols[68]. Elmo W. Heter qui travaillait aussi à protéger et améliorer les ressources halieutiques piscicoles semblait aussi avoir compris qu’on améliorerait au passage l’état des habitats des poissons et du gibier, deux ressources importantes pour les populations humaines éparpillées dans ces régions[68].
Différentes tailles de parachutes et plusieurs types de caisses ont été préalablement testés, lestés de manière à avoir le poids d’un ou deux castors. Le résultat le plus satisfaisant a été obtenu avec un petit parachute en rayonne de 24 pieds (provenant de surplus militaires acquis auprès du « Forest service » ) apportant au sol deux castors[68]. Des cages en osier tressé ont été testée par Heter et son équipe, permettant un atterrissage souple et pouvant ensuite être rongées par les castor, mais les castors les rongaient trop rapidement et facilement pour que ce moyen convienne. Ce sont finalement des boites épaisses en bois qui ont été choisies[68].

Les animaux sélectionnés pour être parachutés (à partir d’une altitude de 500 à 600 pieds) étaient tant que possible des castors signalés par des riverains de cours d’eau comme leur posant des problèmes dans une zone habitée ou cultivée. Chaque castor était piégés par le « Gardien-trappeur régional» (Regional Caretaker-Trapper) » qui était tenu de fournir à cette fin 10 % du nombre total des castors qu’il piégeait chaque année ; ces castors étaient ainsi « relocalisés » par petits groupes (3 femelles + 1 mâle en général, ou 2 mâle + 2 femelles) vers des zones où l’administration souhaitait faire jouer les fonctions régulatrices de leurs barrages[68].
EW Hetter constaté que les jeunes castors parachutés en juillet ou en aout étaient les plus prompts à fonder une famille et à créer ou restaurer des barrages freinant et retenant l’eau ; relâchés plus tôt ils avaient tendance à migrer plus en amont ou en aval avant de s’installer. Les sites de parachutage étaient choisis par les « Conservation Officers » du Département « Pêche et chasse » de l’état de l’Idaho en fonction des besoins jugés prioritaires pour la lutte contre les inondations en aval[68].

A titre d’exemple ; durant l'une des premières opérations, à l'automne 1948 ce sont 76 jeunes castors qui ont été déposés dans les forêts de l’Idaho, avec un seul échec (un des castors a réussi à ouvrir sa boite avant qu’elle n’ait touché le sol ; les caisses de bois percées de trous d’aération étaient conçues pour s’ouvrir dès leur arrivée au sol ont été améliorées à la suite de cet accident)[68]. Selon les observations rapportées par le responsable de l’expérimentation, à la fin de 1949 toutes les réimplantations ont été couronnées de succès. Chaque groupe de castors avait déjà construit un ou des barrages, des huttes et fait des provisions alimentaires, et ils semblaient tous prêts à fonder une famille[68]. Par la suite leur population s’est probablement stabilisée en fonction des ressources et de la prédation (lynx, cougar…). En termes de coût, cette méthode s’est avérée bien moins coûteuse que le transport par le sol au travers de la forêt. Pour chaque quatre castors parachutés il en coutait 2 dollars (de l’époque) pour les boites, $ 16.00 pour le parachute et $ 12 pour les frais de vol/carburant soit $ 30,00 par parachutage[68]. Les jeunes castors ainsi parachutés peuvent construire leur premier petit barrage en quelques mois et ainsi commencer à réguler le flux de l’eau dans des zones souvent quasi- inaccessible aux engins et aux travaux publics.

Cette méthode a été décrite en avril 1959 dans un article scientifique dans la revue « The Journal of Wildlife Management » (p 143-147) par le fonctionnaire et biologiste qui l'a mise en œuvre[68] et par un court article de la revue américaine Mechanix Illustrated[69]

Maladie et potentiel zoonotique[modifier | modifier le code]

Malgré des conditions de vie très rudes et peut être en raison de son mode de vie et de sa nourriture (les écorces contiennent de nombreuses molécules permettant à l’arbre de se défendre contre la plupart des infections) il semble assez peu vulnérable à de nombreux parasites et microbes transportés par les rongeurs terrestres ou leurs carnivores prédateurs. Il semble par exemple épargné par les Cryptosporidium spp (dans une étude ayant porté sur les fèces de 481 mammifères à fourrure capturés dans le Maryland dont 87 castors (les autres étant des renards, rats musqués, loutres et ratons-laveur), seuls 8 % étaient infectés par au moins une espèce de Cryptosporidium spp. Mais aucun des 87 castors américains de l'étude[70].

Diverses études ont recherché d’autres microbes potentiellement zoonotiques chez les castors américains ou européens. Ex : Une étude a recherché durant 3 ans chez 62 castors du Massachusetts 3 groupes de parasites (Microsporidia sp, Cryptosporidium spp et Giardia sp.) : 6,4 % de ces castors se sont avérés porteurs de Protistes parasites (tous ces porteurs étaient jeunes ou subadultes) ; aucun ne portait de microsporidies, 4 portaient des Giardia spp et deux des Cryptosporidium spp (découverts pour la 1ère fois à cette occasion chez des castors américains)[70]  ; Chez son cousin eurasiatique une étude avait en 2004 trouvé deux sujets infectés par des Cryptosporidium (sur 19 examinés)[71].

Dans les années 1940 (avant la diffusion des stations d'épuration des eaux usées), la population de castors du nord de l'Ontario a presque disparu à cause du piégeage et d'une épidémie de tularémie (maladie zoonotique également transmissible à l'Homme)[72]

État des populations, pressions, menaces[modifier | modifier le code]

Parmi les prédateurs naturel du castor, on trouve d'autres mammifères que l'Homme, tels que le coyote, le loup gris, le lynx, la loutre et le renard roux.

Ses dynamiques de population varient selon la richesse du milieu (y compris en prédateurs) et la pression de piégeage ou des activités humaines[73], avec des modes de gestion ou de pression sur l'espèces qui ont pu beaucoup varier dans le temps pour un même territoire[74]. En général là où il est réintroduit, la population croit lentement durant 10-15 ans, puis rapidement, puis décline et se stabilise sur le long terme[75].

Il est parfois considéré comme « nuisible » en raison des arbres qu'il endommage ou coupe et surtout à cause des barrages qu'il construit et qui peuvent localement provoquer des inondations. Sous l'égide de l'USDA et d'autorités locales, des programmes de mesures visant à concilier les activités humaines et celles du castor ont été mis en place aux Etats Unis où vivent selon l'USDA[76] 6 à 12 millions de castors et environ 317 millions d'habitants[77] Lorsque ces derniers sont endommagés, s'il dispose de branches et de terre, le castor les répare efficacement, mais on sait maintenant contrôler le niveau de l'eau des barrages par des siphons silencieux (un courant de fuite et le bruit de l'eau qui coule sont deux stimuli déclenchant les travaux de surélévation ou de consolidation du barrage, mais uniquement si le castor l'associe à une situation « anormale » selon Hartman (1975)[78]).

Le castor était chassé par les Amérindiens (qui utilisaient ses dents pour fabriquer des hameçons), mais selon Chateaubriand la peau du castor, « fine sans être chaude » n'était pas considérée comme ayant de la valeur par les amérindiens[79], et selon ce même auteur « la chair des castors ne vaut rien, de quelque manière qu'on l'apprête ; les sauvages la conservent cependant : après l'avoir fait boucaner à la fumée, ils la mangent lorsque les vivres viennent à leur manquer ». Mais il y a deux siècles, les iroquois considéraient la chasse au Castor, dont les peaux étaient vendues aux blancs certes comme « la plus fatigante car pratiquée en hiver dans la neige et la glace », mais aussi comme « la plus lucrative »[80]. Pourchassé par les trappeurs partout où les hommes étaient présents, le castor a failli disparaître au XIXe siècle à cause de la traite des fourrures pratiquée en Amérique du Nord, notamment par des colons qui venaient alimenter le marché européen qui avait largement surexploité ses populations de castor européen. Sa fourrure était utilisée pour confectionner des vêtements et des toques. Les coureurs des bois en consommaient aussi parfois la chair.

Aujourd'hui, on estime la population des castors à 10 ou 15 millions en Amérique du Nord, mais (bien que moins que son cousin européen) il a néanmoins subi un Goulot d'étranglement génétique, qu'on peut maintenant mieux évaluer[81] et "gérer" (en termes de biologie de la conservation grâce aux progrès de la biologie moléculaire (microsatellite loci[82],[83], métabarcoding, etc.).

Le castor est parfois involontairement tué ou empoisonné à la place d'autres animaux tels que le rat musqué.

Le castor canadien a été introduit en 1946, sur la Terre de Feu en Argentine, ce qui a engendré d'importants déséquilibres dans l'écosystème local. Présent dans le parc national Tierra del Fuego, il est sujet à controverse.

Gestion des populations[modifier | modifier le code]

D'après les données scientifiques disponibles pour les populations gérées (par le piégeage en général, et parfois par stérilisation) et non gérées[84] de castor, cette espèce est territoriale et adaptable, et elle stabilise sa population une fois que les territoires lui convenant sont colonisés (avec en général une zone-tampon d'environ 1 km entre chaque colonie, maintenue par le marquage olfactif du castor lui-même).

Selon les écologues Müller-Schwarze & Schulte (1999) « les castors sont adaptables et ont besoin de peu de gestion par les humains ; cette gestion et le contrôle du nombre de castor découle des conflits castor-humains, et ne sont pas justifiés par les besoins des castors eux-mêmes » [84].

De nombreuses solutions techniques ont été développées et testées au Canada pour gérer les effets de la présence du castor (bois coupé, barrages, obturation de ponceau etc.) là où ces effets gênent les activités humaines. Ces solutions ont été réunies dans un guide technique par le ministère en charge de l'environnement [85].

Symbole du Canada[modifier | modifier le code]

Un symbole associé à l'histoire du développement du pays[modifier | modifier le code]

Épreuve de 5 cents en laiton du Canada représentant un castor

Le castor a une valeur économique et symbolique très importante au Canada parce qu'il est associé à l'histoire du développement du pays, en particulier au commerce des fourrures à l'époque coloniale (à cette époque les peaux de castor canadien se vendaient très cher en Europe où le castor européen avait été pourchassé jusqu'à la limite de l'extinction)[86] La Compagnie de la Baie d'Hudson a ainsi fondé sa prospérité sur la trappe du castor.

Cet animal, reconnu comme patient et travailleur, figure sur plusieurs timbres et pièces de monnaie. Il a été confirmé comme emblème officiel du Canada le 24 mars 1975, lorsqu'une « loi portant reconnaissance du castor (castor canadensis) comme symbole de la souveraineté du Canada » reçut la sanction royale. Aujourd'hui, grâce aux techniques de préservation de la faune, le castor, le plus gros rongeur du Canada, survit et prospère à nouveau dans une grande partie du pays[87].

Mascotte officielle des Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Le castor a été choisi comme mascotte officielle des Jeux olympiques de Montréal en 1976. Baptisée « Amik », qui signifie « castor » en algonquin, la mascotte est ceinturée d'une bande rouge arborant l'emblème officiel et symbolisant le ruban auquel est attachée la médaille remise aux vainqueurs[88].

Autres apparitions comme symbole[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bailey V (1922) Beaver habits, beaver control, and possibilities in beaver farming (No. 1078). US Dept. of Agriculture.
  2. Kay CE (1994) The impact of native ungulates and beaver on riparian communities in the Intermountain West. Natural Resources and Environmental Issues, 1(1), 6.
  3. Naiman R., Johnston C. & Kelley J., (1988) Alteration of North American Streams by Beaver, Biscay, 38 (II):753 - 762 (PDF, 10 pages)
  4. Coleman R & Dahm C (1990) Stream geomorphology : effects on periphyton standing crop and primary production, J. N. Am. Benthol. Sot., 9 : 293 - 302
  5. Hammerson G.A (1994), Beaver (Castor canadensis ) Ecosystem Alterations, Management and Monitoring Natural Areas Journal , 14 : 44 - 57
  6. Gurnella.M.(1998), The hydrogeomorphological effects of beaver dam-building activity, Progressin Physical Geography,22 (2):167-189 (PDF, 24 p)
  7. Aslan A. & Blum M. D. (1999), Contrasting styles of Holocene avulsion, Texas Gulf Coastal Plain. In : N.D. Smith et J.J. Rogers (eds.), Fluvial Sedimentology VI, International Association of Sedimentologists Special Publication , 28 : 193 - 209
  8. Woo M.K. & Waddington J.M. (1990),Effects of beaver dams on subarctic wetland hydrology, Arctic , 43 : 223 - 230 (PDF, 8 pages)
  9. MacDonald, D.W., Tattersall, F.H., Brown, E.D. and Balharry, D. (1995) Reintroducing the European beaver to Britain ; nostalgic meddling or restoring biodiversity ? Mammal Review 25, 161-200 (résumé)
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées EspIngenieur2005.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Backhouse F (2002) Rethinking the beaver ; Has there ever been a national symbol more loathed or misunderstood? Has there ever been a more important time for the beaver to flourish? (2 pages) ; Canadian geographic
  12. Rupert P Un long voyage de 90 000 kilomètres, qui a commencé par un simple pas en avant: voici la vie extraordinaire de David Thompson, le plus grand géographe d’Amérique du Nord., Parks Canada
  13. Litalien, R., Palomino, J. F., & Vaugeois, D. (2007) La mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amérique du nord, 1492-1814.
  14. Sheridan TE (2012 ) Arizona: A History, Revised Edition ; University of Arizona Press, 1er févier 2012 (voir p52/488)
  15. Lavrov, L.S. & Orlov, V.N. (1973) Karyotypes and taxonomy of modern beavers (Castor, Castoridae, Mammalia). Zoologische Zhurnal , 52 , 734–742.
  16. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées LahtiHelminen1974.
  17. Mellink E a Luévano J (1998) Status of beavers (Castor canadensis) in Valle de Mexicali, México. Bulletin of Southern California Academy of Sciences 97(3): 115–120
  18. Lavrov L. S. 1974. Morphological types of Palaearctic beavers ofCastor genus and some aspects of their taxonomy. [In: First International Theriological Congress, Moscow, 1974. Transactions, Vol. 1]. Nauka, Moscow: 344.
  19. a, b et c Svendsen GE (1978), Castor and anal glands of the beaver (Castor canadensis). Journal of mammalogy, 59(3), 618-620. extrait (1ère pages)
  20. a et b Rosell, F., & Sun, L. (1999). Use of anal gland secretion to distinguish the two beaver species Castor canadensis and C. fiber.
  21. Muller-Schwarze, D., Morehouse, L., Corradi, R., Zhao, C. H., & Silverstein, R. M. (1986). Odor images: responses of beaver to castoreum fractions. In Chemical Signals in Vertebrates 4 (pp. 561-570). Springer US (résumé).
  22. a, b, c, d et e Sun, L., & Müller‐Schwarze, D. (1998). Anal gland secretion codes for relatedness in the beaver, Castor canadensis. Ethology, 104(11), 917-927 (résumé)
  23. Engelhart A & Müller-Schwarze D (1995), Responses of beaver (Castor canadensis Kuhl) to predator chemicals. Journal of Chemical Ecology, 21(9), 1349-1364.
  24. Svendsen GE (1980) Patterns of scent-mounding in a population of beaver (Castor canadensis). Journal of chemical ecology, 6(1), 133-148 (résumé et extrait)
  25. Lizarralde, M. S., Bailliet, G., Poljak, S., Fasanella, M., & Giulivi, C. (2008). Assessing genetic variation and population structure of invasive North American beaver (Castor canadensis Kuhl, 1820) in Tierra del Fuego (Argentina). Biological Invasions, 10(5), 673-683.
  26. a et b Lizarralde, M.S. (1993), Current status of the introduced beaver ( Castor-canadensis ) population in Tierra-del-Fuego, Argentina. Ambio 22, 351±58
  27. Saveljev, A. & Milishnikov, A. (2002) Biological and genetic peculiarities of cross-composed and aboriginal beaver populations in Russia Acta Zoologica Lituanica, 12, 397–402
  28. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées recoveryStatus2012.
  29. Parker, H., Nummi, P., Hartman, G., & Rosell, F. (2012) Invasive North American beaver Castor canadensis in Eurasia: a review of potential consequences and a strategy for eradication. Wildlife Biology, 18(4), 354-365.
  30. Castor canadensis American Beaver
  31. L. Lafontaine & C. Caroff (1999) http://www.reseau-loutres.org/docsliste/castimpact.pdf version française de Collen, P. (1997). Review of the potential impacts of re-introducing Eurasian beaver Castor fiber L. on the ecology and movement of native fishes, and the likely implications for current angling practices in Scotland. Scottish Natural Heritage Review , 86 : 1-53 ; traduction/adaptation : L. Lafontaine & C. Caroff - © G.M.B. 1999. Voir chap 4 http://www.reseau-loutres.org/docsliste/castimpact.pdf L. 4 : Impact de l'activité du castor sur les biocénoses aquatiques (synthèse bibliographique) in Lafontaine, L. et coll., 2000. Dispersion des populations de castors Castor fiber galliae réintroduits dans les Monts d'Arrée (Finistère).
  32. a et b James Kavanagh (1994) Nature of California p28 Waterford Press. ISBN 0-9640225-9-1
  33. Aeschbacher A. and Pilleri G. (1983) Observations on the building behaviour of the Canadian beaver (Castor canadensis) in captivity. [In: Investigation on beavers. G. Pilleri, ed.]. Brain Anatomy Institute, Berne, 1: 83 - 98
  34. Photo aérienne mappée Barrage de castor considéré comme le plus long du monde, avec Google Earth
  35. Service canadien de la faune (1987) Le castor. Ministère des Approvisionnements et Service Canada édition, Ottawa, Environnement Canada, 6 p. (Collection La faune de l'arrière-pays) (Table GIR)
  36. Les ruses du castor (NatureAndDiscovery), voir à la 23ème minute du film
  37. Busher, P. 1996. “Food caching behavior of beaver (Castor canadensis): Selection and use of woody species.” American Midland Naturalist 135: 343-348
  38. Barnes, D. M. and A. Mallik (1996). Use of woody plants in construction of beaver dams in northern Ontario ; Canadian Journal of Zoology 74: 1781-1786.
  39. Buech, R (1995) Sex differences in behavior of beavers living in near-boreal lake habitat ; Canadian Journal of Zoology 73: 2133-2143 (résumé).
  40. a, b, c, d et e Françoise Patenaude (1984) The Ontogeny of Behavior of Free-living Beavers (Castor canadensis) ; Blackwell Verlag GmbH Issue Zeitschrift für Tierpsychologie Zeitschrift für Tierpsychologie ; Vol.66, n°1, pages 33–44, January-December 1984 DOI:10.1111/j.1439-0310.1984.tb01353.x (résumé))
  41. Naiman, R.J., Pinnay, G., Johnston, C.A. & Pastor, J. (1994) Beaver influences on the long-term biogeochemical characteristics of boreal forest drainage networks. Ecology, 75, 905–921.
  42. Naiman, R.J., Elliott, S.R., Helfield, J.M. & O’Keefe, T.C. (2000) Biophysical interactions and the structure and dynamics of riverine ecosystems: the importance of biotic feedbacks. Hydrobiologia, 410, 79–86.
  43. François-René Chateaubriand (vicomte de) (1829), Voyages en Amérique, en Italie, etc. Lefèvre ; 464 pages (Voir p 105-106)
  44. U.S. Fish and Wildlife Service (1994) Endangered and threatened wildlife and plants; determination of endangered status for Hungerford’s crawling water beetle (Brychius hungerfordi). Federal Register, 59, 10580-10584
  45. (p = 0,001)
  46. Ray, A. M., Rebertus, A. J., & Ray, H. L. (2001). Macrophyte succession in Minnesota beaver ponds. Canadian Journal of Botany, 79(4), 487-499 (résumé)
  47. Johnson, P.D. & Brown, K.M. (1998) Intraspecific life history variation in the threatened Louisiana pearlshell mussel, Margaritifera hembeli. Freshwater Biology, 40, 317–329.
  48. Aleksiuk, M., and Cowan, I.McT. 1969. The winter metabolic depression in Arctic beavers (Castor canadensis Kuhl) with comparisons to California beavers. Can. J. Zool. 47: 965 -979.
  49. Smith, D.W., Peterson, R.O., Drummer, T.D., and Sheputis, D.S. (1991) Over-winter activity and body temperature patterns in northern beavers. Can. J. Zool. 69: 2178-2182.
  50. Novakowski, N.S. 1967. The winter bioenergetics of a beaver population in northern latitudes. Can. J. Zool. 45: 1107 - 11 17
  51. Buech, R.R. 1987. Environmental relations and adaptive strategies of beavers (Castor canadensis) in a near-boreal region. Ph. D. thesis, University of Minnesota, Minneapoli
  52. Claude L. Potvin, Jacques Bovet (1975), Annual cycle of patterns of activity rhythms in beaver colonies (Castor canadensis)  ; ournal of comparative physiology 1975, Volume 98, Issue 3, pp 243-256 (résumé)
  53. Coles, R.W. 1967. Thermoregulation of the beaver. Ph. D. thesis, Harvard University, Cambridge, Mass
  54. MacArthur, R. A., and Dyck, A. P. 1990. Aquatic thermoregulation of captive and free-ranging beavers (Castor canadensis). Can. J. Zool. 68: 2409-2416
  55. Dyck, A.P., and MacArthur, R.A. 1993. Seasonal variation in the microclimate and gas composition of beaver lodges in a boreal environment. J. Mammal. 74: 180 - 188
  56. MacArthur, R. A. 1989. Energy metabolism and thermoregulation of beaver (Castor canadensis). Can. J. Zool . 67: 65 1 - 657
  57. Belovsky, G.E. 1984. Summer diet optimization by beaver. Am. Midl. Nat. 111: 209-222
  58. Aleksiuk, M. (1970). The seasonal food regime of arctic beavers. Ecology, 264-270 (résumé)).
  59. Schwartz, C.C., Regelin, W.L., and Franzmann, A.W. (1988), Estimates of digestibility of birch, willow, and aspen mixtures in moose. J. Wildl. Manage. 52: 33-37
  60. Dyck, A. P., & MacArthur, R. A. (1993). Daily energy requirements of beaver (Castor canadensis) in a simulated winter microhabitat. Canadian journal of zoology, 71(10), 2131-2135.
  61. Naiman, R.J., Melillo, J.M., and Hobbie, J.E. (1986), Ecosystem alteration of boreal forest streams by beaver (Castor canadensis) ; Ecology, 67: 1254 - 1269.
  62. Lowry, M.M. (1993), Groundwater elevations and temperature adjacent to a beaver pond in central Oregon. thèse de l'Université de l'Oregon, PDF, 134 pages
  63. Payne NF (1981) Accuracy of aerial censusing for beaver colonies in Newfoundland. The Journal of Wildlife Management, 1014-1016 (résumé)
  64. Lafond, R., Leblanc, Y., Pilon, C., & Société de la faune et des parcs du Québec. Direction du développement de la faune. (2003). Bilan du plan d'inventaire aérien des colonies de castors au Québec(1989-1994). [Québec]: Société de la faune et des parcs du Québec, Direction du développement de la faune, PDF, 81 p
  65. Castor canadensis sur le site de l'UICN (en)
  66. Jean-Louis Senotier, Pierre Cabard, Roger Dupuis, Jean-Pierre Jolivet, Denis Miege, « Recensement de la population de Castor d’Europe (Castor d’Europe (Castor fiber L.) de la Loire et de ses affluents en région Centre », Recherches Naturalistes en Région Centre, no 2,‎ 2000, p. 33-43 (ISSN 1287-3748, lire en ligne)
  67. selon Jean-Pierre Quéré, Henri Le Louarn in "Les rongeurs de France: Faunistique et biologie" et selon l'ONCFS
  68. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Elmo W. Heter  : transplanting beavers by airplane and parachute- (http://www.jstor.org/stable/3796322 ) The Journal of Wildlife Management. » Vol 14 n°2, avril 1959 p 143-147
  69. d’aout 1950 intitulé « Airborne Beavers Fight Floods » Des castors aérotransportés combattent les inondations Mechanix Illustrated
  70. a et b Fayer R., Santín M., Trout JM, DeStefano S, Koenen K & Kaur . (2006), “Prevalence of Microsporidia, Cryptosporidium spp., and Giardia spp. in beavers (Castor canadensis) in Massachusetts”. Journal of Zoo and Wildlife Medicine, 37(4), 492-497
  71. Zhou, L., R. Fayer, J. M. Trout, U. M. Ryan, F. W. Schaeffer, and L. Xiao (2004), Genotypes of Cryptosporidium species infecting fur-bearing mammals differ from those of species infecting humans. Appl. Environ. Microbiol. 70: 7574–7577.
  72. Beaver, Ontario Fur Managers Federation.
  73. Bloomquist CK (2007), Demographic characteristics and spatial organization ofunexploited beavers in southern Illinois M.S.thesis, Southern Illinois University,Carbondale
  74. Carillo CD, Bergman DL, Taylor JD, Viehover P et Disney M (2009) An overview of historical beaver management in Arizona. Proceedings of the Wildlife Dama ge Management Conference 13:234–242.
  75. Peter E. Busher & Paul J. Lyons (1999) Long-Term Population Dynamics of The North American Beaver Castor Canadensis on Quabbin Reservation, Massachusetts, and Sagehen Creek, California ; in "Beaver Protection, Management, and Utilization in Europe and North America" 1999, voi rpp 147-160 (résumé)
  76. "Beavers are the largest rodents in North America, and their population is estimated to be between 6 and 12 million animals", Animal and Plant Health Inspection Service ; United States Department of Agriculture
  77. (en) http://www.census.gov/main/www/popclock.html Current Population Clock]- U.S. Census Bureau, évaluation mise à jour chaque minute
  78. Hartman AM (1975) Analysis of conditions leading to the regulation of water flow by a beaver. Psychol. Rec. 25: 427 - 431
  79. François-René Chateaubriand (vicomte de) (1829), Voyages en Amérique, en Italie, etc Lefèvre, 464 pages ( voirp 105)
  80. Sane AM (1801) "Tableau historique, topographique et moral, des peuples des 4 parties du monde.(etc.)" (Vol. 2). Buisson. Voir pages 410,
  81. Cornuet JM et Luikart G (1996), Description and power analysis of two tests for detecting recent population bottlenecks from allele frequency data. Genetics 144:2001–2014
  82. Crawford J, Liu, Z, Nelson, Nielsen C & Bloomquist C (2008), Isolation and characterization of microsatellite loci in the beaver (Castor canadensis). Molecular Ecol ogy Resources 8:616–618 (résumé)
  83. Pelz-Serrano K, Munguia-Vega A, Piaggio AJ, Neubaum M, Munclinger P, Pártl A, Van Riper III C & Culver M (2009), Development of nine new microsatellite loci for the American beaver, Castor canadensis (Rodentia: Castoridae), and cross-species amplification in the European beaver, Castor fiber. Culver M. Mol Ecol Resour. 2009 Mar; 9(2):551-4. Epub 2009 Jan 31.
  84. a et b Müller-Schwarze D& Schulte BA (1999) Behavioral and ecological characteristics of a “climax” population of beaver (Castor canadensis). In "Beaver protection, management, and utilization in Europe and North America" (pp. 161-177). Springer US (résumé)
  85. Guide de gestion de la déprédation du castor
  86. Brève histoire du Canada
  87. À propos du Castor canadien
  88. Le castor, représenté sur les rubans des jeux olympiques de Montréal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Buech RR (1985) Methodologiesfor observing beavers (Castor canadensis) during theactivity period. In: BrookesRP (ed) Nocturnal Mammals. Pennsylvania StateUniversity, Pennsylvania, pp 29–34
  • (en) Gallant, D., C.H. Bérubé, E. Tremblay, & L. Vasseur, « An extensive study of the foraging ecology of beavers (Castor canadensis) in relation to habitat quality », 2004, in Canadian Journal of Zoology, [lire en ligne].
  • (en) Kim Long, Beavers: A Wildlife Handbook, Boulder, Johnson Books,‎ 2000 (ISBN 978-1-55566-251-6, OCLC 43657168, LCCN 00035234), p. 37
  • (en) Hood GA, Bayley SE (2008) The effects of high ungulate densities on foraging choices by beaver (Castor canadensis) in the mixedwood boreal forest. Can J Zool 86:484–496. doi:10.1139/Z08-029
  • (en) Hood GA, Bayley SE (2009) A comparison of riparian plant community response to herbivory by beavers (Castor canadensis) and ungulates in Canada’s boreal mixed-wood forest. For Ecol Manag 259:1979–1989. doi:10.1016/j.foreco.2009.07.052
  • (en) Johnston CA & Naiman RJ (1987) Boundary dynamics at the aquatic-terrestrial interface: the influence of beaver and geomorphology. Landscape Ecology, 1(1), 47-57.
  • (en) King SL, Keeland BD. & Moore JL (1998), Beaver lodge distribution and damage assessments in a forested wetland ecosystem in the southern United States ; Forest Ecology and Management 108: 1-7 NA(2119)
  • (en) McDowell DM, Naiman RJ (1986) Structure and function of a benthic invertebrate stream community as influenced by beaver (Castor canadensis). Oecologia 68:481–489. doi:10.1007/BF00378759
  • (en) Müller-Schwarze D& Schulte BA (1999) Behavioral and ecological characteristics of a “climax” population of beaver (Castor canadensis). In Beaver protection, management, and utilization in Europe and North America (pp. 161–177). Springer US (résumé).
  • (en) Rosell F, Bozsér O, Collen P, Parker H (2005) Ecological impact of beavers Castor fiber and Castor canadensis and their ability to modify ecosystems. Mamm Rev 35:248–276. doi:10.1111/ j.1365-2907.2005.00067.x
  • (en) Russell KR, Moorman CE, Edwards JK, Metts BS, Guynn DC (1999) Amphibian and reptile communities associated with beaver (Castor canadensis) ponds and unimpounded streams in the piedmont of South Carolina. J Freshw Ecol 14:149–158
  • (en) Stevens CE, Paszkowski CA, Lee Foote A (2007) Beaver (Castor canadensis) as a surrogate species for conserving anuran amphibians on boreal streams in Alberta, Canada. Biol Conserv 134:1–13. doi:10.1016/j.biocon.2006.07.017
  • (en) Golden Doug (2006) When the Beaver Was the King ; Infinity Publishing, 100 pp (avec Google book)

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]