Brignais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brignais
Brignais : vue du pont vieux
Brignais : vue du pont vieux
Blason de Brignais
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Arrondissement de Lyon
Canton Canton de Saint-Genis-Laval
Intercommunalité ccvg
Maire
Mandat
Paul Minssieux
2008 - 2014
Code postal 69530
Code commune 69027
Démographie
Gentilé Brignairots
Population
municipale
11 377 hab. (2011)
Densité 1 098 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 29″ N 4° 45′ 18″ E / 45.674722, 4.755 ()45° 40′ 29″ Nord 4° 45′ 18″ Est / 45.674722, 4.755 ()  
Altitude 300 m (min. : 203 m) (max. : 331 m)
Superficie 10,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Brignais

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Brignais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brignais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brignais

Brignais est une commune française située dans le département du Rhône et la région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Brignairots (et Brignairotes)

Géographie[modifier | modifier le code]

Brignais se situe à 15 km au sud-ouest de Lyon, entre communes urbanisées et villages ruraux, mais aussi entre la vallée du Rhône et les plateaux des Monts du Lyonnais. Elle est traversée par une rivière, le Garon.

La ville est accessible en train grâce aux lignes de l'Ouest Lyonnais, en bus avec les lignes 101, 105 et 125 (zone extérieure à la Communauté urbaine de Lyon).

Brignais est membre de la CCVG (Communauté de Communes de la Vallée du Garon) qui regroupe également les communes de Chaponost, Millery, Montagny et Vourles. Parmi les principaux projets en cours de la CCVG :

  • développement de la zone d'activités de Sacuny
  • protection et mise en valeur de la vallée du Barray
  • amélioration et entretien des voiries intercommunales
  • promotion du patrimoine bâti

Le secteur de Brignais compte actuellement environ 5 000 emplois.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut desservie par les omnibus de la Compagnie Lyonnaise d'Omnibus, Voitures et voies ferrées (CLO) puis les tramways de l'OTL dès 1856 jusqu'aux années 1930

Durant la guerre de Cent Ans, Brignais est le théâtre de la bataille de Brignais en l'an 1362 entre l’ost royal de Jean II le Bon et les grandes compagnies mercenaires désœuvrées, qui battent les chevaliers.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1977 Pierre Minssieux    
1977 2006 Michel Thiers UDF  
2006   Paul Minssieux DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 377 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 050 965 1 133 1 602 1 679 1 766 1 823 1 888 1 904
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 941 2 162 2 126 2 143 2 076 2 015 2 379 1 967 1 992
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 924 1 916 1 977 1 945 2 033 2 175 2 002 2 040 2 587
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 041 3 922 6 790 9 564 10 036 11 207 11 658 11 377 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Brignais dispose de différents établissements scolaires :

  • Jean-Moulin, (enseignement publique, primaire)
  • Jacques-Cartier, (enseignement publique, primaire)
  • Claudius-Fournion, (enseignement publique, primaire)
  • Saint-Clair. (enseignement privé, primaire)
  • Collège Jean-Zay, (enseignement publique, secondaire)
  • Lycée professionnel Gustave-Eiffel. (enseignement publique, secondaire)

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les novembres, chaque année, le festival de la bulle d'or, un festival de BD s'installe à Brignais pendant une semaine.Vous pouvez y croisez des auteurs de BD célèbres, ou découvrir de nouvelles BD.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Brignais est jumelée avec[réf. souhaitée] :

  • Hirshberg (Allemagne) depuis 1986 ;
  • Ponsacco (Italie) depuis 2003.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le complexe Pierre-Minssieux constitue le cœur des installations sportives brignairotes. Il comprend trois terrains de football (un officiel en herbe, un en matériau stabilisé et un autre en herbe non officiel), un gymnase (une salle de sport de balle, un dojo, une salle de gymnastique), une piste d'athlétisme de 200 mètres en gorrhe, des terrains de basket-ball en goudron, un parcours sportif, un espace pétanque, plusieurs courts de tennis et enfin une piscine municipale composée de trois bassins (dont un de 25 mètres avec 5 couloirs). Brignais dispose depuis quelques années d'un second gymnase, le Bri'Sport. La ville dispose également de plusieurs installations pour la pétanque. La ville dispose d'un terrain de football en matériau stabilisé près du quartier des Pérouses. Il existe en fin une salle de sport privée.

Association omnisports, l'ASB est la principale représentante de la ville de Brignais dans les compétitions départementales, régionales voire nationales et le club de foot est l'ASB Football.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Parc et Hôtel de Ville

Le parc est un espace boisé de trois hectares qui arborait une ancienne maison de maître du XVIIIe siècle, devenue en 1985 l'Hôtel de ville. La cour intérieure et son vieux puits se situent sur la rue Général de Gaulle.

  • Génoises

Les génoises sont des frises à double ou triples rangées de tuiles rondes formant une corniche sous un toit ou sur la façade des maisons. Ces ouvrages sont inspirés de l'architecture italienne (Gênes) du XVIIIe et XIXe siècles. Elles ornent les portails d'entrée de nombreuses maisons de village du vieux Brignais, en particulier rue Casse Froide et rue de la Giraudière.

  • Presbytère

La partie ancienne du presbytère est appelée le Frêne, ornée par une niche et des fresques.

  • Villa de la Giraudière

En 1832, le docteur en médecine Léonard May fait l'acquisition de cette propriété arborée de 6 000 m2, située au sud du centre bourg. En 1838, le terrain est vendu à Jeanne Fayolle. Au décès de cette dernière, en 1866, Pierre Louis Deschet, notaire à Brignais, en hérite. Vers 1890, son fils Auguste Deschet y fait édifier la maison bourgeoise telle qu'on la connaît aujourd'hui, sur l'emplacement d'anciens bâtiments préalablement démolis. En 1903, le parc et la villa deviennent propriété de la famille Hoffmann jusqu'en 1996, date de leur acquisition par la Ville de Brignais. La maison bourgeoise est composée de trois niveaux d'une superficie de 180 m2 chacun. Le sous-sol est constitué de deux caves voûtées. Les curiosités de cette villa sont nombreuses : vitraux « aux iris », collection d'appareillages électriques anciens, moulures, radiateurs en fonte ouvragée (dont un avec chauffe-plat), escalier monumental, mosaïque sur plaque de cheminée, etc. La villa est aujourd'hui dédiée aux associations de la commune (notamment les Amis du Vieux Brignais), et héberge le service vie associative culturelle et sportive, ainsi que la coordination petite enfance.

  • Hôpital Guy de Chauliac

Guy de Chauliac, illustre chirurgien du Moyen Âge, un des pères de la médecine moderne, a exercé à Brignais vers 1330. Une place porte son nom, située dans le quartier historique de l'ancien hôpital de Brignais. Cette infrastructure médiévale, placée hors les murs de la cité, formait un quadrilatère entre les rues Casse Froide, Giraudière, du Bief et des Rouliers. Il abritait une pharmacie, une chapelle placée sous le vocable de Sainte-Marguerite, des salles de dépendances, des cours et jardins pour la promenade des malades.

  • Pont vieux sur le Garon

À l'entrée de Brignais, il accueillait la route Royale de Lyon à Saint-Étienne. L'édifice qui existait déjà au Moyen Âge, comporte essentiellement deux arches de pierre de quatre mètres de hauteur. Devant les épreuves du temps et la négligence des hommes qui détérioraient le monument, le bailli de Mâcon, sénéchal de Lyon, a contraint en 1399 les habitants de Brignais et de Vourles à verser un impôt pour le réparer. Ce pont possède un sommet en dos d'âne comme beaucoup de ses semblables à l'époque. La chaussée est composée de galets « têtes de chat » et les murs parapets sont couverts de dalles de granit. Il est inscrit à l'inventaire des Monuments historiques de France depuis 1934.

  • Maison Renaissance et niche

La Maison Renaissance est l'une des plus anciennes maisons de Brignais (appelée aussi Maison Forte) située au 11 place Gamboni. La première mairie de la commune y aurait été installée en 1792. Elle comporte un escalier à vis derrière la porte. L'architecture « en escargot » des rues de la ville (rue Colonel Guillaud, rue Ronde, rue des Chapeliers et rue Diot) correspond à l'emplacement des anciens remparts. Une petite niche est située au 20 rue Colonel Guillaud.

  • Église Saint-Clair

Ses premières fondations datent de 1859. Elle fut édifiée à la place de l'église de l'époque féodale et de l'ancien cimetière, consacrée à Saint-Clair (590-660), patron des aveugles et des mal voyants. C'est grâce à une souscription publique et des fonds de la commune, que cette église a pu voir le jour. L'architecte Clair Tisseur, né à Sainte-Foy-lès-Lyon (auteur du Littré de la Grand'Côte) et l'abbé Rival, curé de la paroisse, président à la construction de l'édifice. Les travaux de gros œuvre s'achèvent en 1862. Le bâtiment constitue tant par son architecture que par son ameublement, un remarquable ensemble du style ogival du XIIIe siècle, remis au goût du jour au XIXe. Les boiseries (la chaire, les confessionnaux ainsi que les stalles du chœur) sont l'œuvre du sculpteur lyonnais Aubert. La cloche, qui date de 1492, a été classée à l'inventaire des Monuments historiques le 27 novembre 1905. L'orgue est construit en 1972 par des facteurs jurassiens, Hartmann et Deloye, pour le monastère des religieuses bénédictines de Pradines (près de Roanne), et reste en service jusqu'en 1995. Mis en vente, il fut acquis par les Amis de l'orgue de Brignais, en partenariat avec la commune. Il comporte vingt jeux, et ses dimensions lui permettent de s'intégrer harmonieusement dans le transept ouest de l'église. Sa restauration a été confiée au facteur Hervé Clénet, de Betcave-Aguin (Gers) et à son assistant Jean Boissonnade, de Sévérac-l'Église (Aveyron). Le montage, après restauration, a été effectué par Jean Boissonnade, assisté de Maurice Crouzet et Jean-Marie Royet, de Brignais. Les cinq grandes verrières du chœur ainsi que les huit plus petites des chapelles latérales furent exécutées par Monsieur Mauvernay, verrier de Saint-Galmier. Les rosaces représentent, l'une les vertus de la Vierge, l'autre les vertus de Saint-Clair. Les vitraux des basses nefs représentent des scènes de la vie chrétienne. Les dessins furent exécutés par l'abbé Rival.

Aqueduc du Gier - Siphon du Garon

Vestiges situés un peu plus loin au fond de la vallée en Barret et chemin de la Gerle. Construit au Ier siècle, l'aqueduc amenait l'eau du Pilat à la capitale des Gaules. Les habitants de Lugdunum ont longtemps été alimentés par les 75 000 m3 d'eau que leur apportaient chaque jour les 200 km de canalisations des quatre aqueducs de la cité romaine. Il s'agit du plus grand ensemble hydraulique après celui de Rome. L'ouvrage s'étend sur 86 km et traverse 23 communes (11 dans la Loire et 12 dans le Rhône). Sa longueur s'étend sur 900 mètres sur la commune de Brignais dont 240 mètres en mitoyenneté avec Soucieu-en-Jarrest et 80 mètres avec Chaponost.

Activités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités principales sont de nature industrielle et artisanale en zone d'activités, commerciale dans le centre-bourg, et agricole à l'ouest du territoire.

Le secteur des services est dominant avec 198 établissements recensés, suivi du secteur commercial qui regroupe 150 entreprises, puis par le secteur industriel avec un total de 141 entreprises implantées sur la commune. Si l'activité agricole connaît un certain déclin dû en partie à l'avancée des constructions immobilières, elle demeure néanmoins présente sur le territoire communale.

D'après les chiffres du recensement 1999, il y a un léger excédent le nombre d'emplois par rapport à la population active. Le nombre d'actifs a suivi la progression démographique enregistrée sur la commune (le nombre d'actifs comme la population totale ont presque doublé depuis 1975).

Le nombre de chômeurs a atteint en 1999 le taux de 8,9 % de la population active, mais reste inférieur au taux départemental (11,4 %).

Les cinq zones d'activités sont :

  • ZA de Sacuny (en expansion)
  • ZA de Monisable
  • ZA des Vallières
  • ZA des Aigais
  • ZA des Ronzières

Commerce de proximité[modifier | modifier le code]

Le secteur commercial regroupe 120 entreprises de grossistes et détaillants. L'absence d'enseigne de grande distribution est notable pour une commune de cette taille, compensée par la présence d'une grande surface commerciale à Saint-Genis-Laval, et par un certain nombre de commerces spécialisés (bricolage, jardinerie, meuble, etc.). Si l'on rajoute les forains et les établissements de restauration, ce secteur devient le second groupe d'activité de la commune avec 150 entreprises.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Brignais est desservie par plusieurs lignes de car et de bus.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare de Brignais
Gare de Brignais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]